Forêt de Dourdan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forêt de Dourdan
La Route des soupirs en forêt
La Route des soupirs en forêt
Localisation
Coordonnées 48° 32′ 48″ N 1° 57′ 52″ E / 48.5467283, 1.964492848° 32′ 48″ Nord 1° 57′ 52″ Est / 48.5467283, 1.9644928  
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne et Yvelines
Géographie
Superficie 1 582 ha
Longueur 9 km
Largeur 8 km
Altitudes mini. 100 m — maxi. 162 m
Compléments
Statut Forêt domaniale
Administration Office national des forêts

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Forêt de Dourdan

Géolocalisation sur la carte : Essonne

(Voir situation sur carte : Essonne)
Forêt de Dourdan

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forêt de Dourdan

La forêt de Dourdan est une forêt domaniale gérée par l'ONF, située dans les départements de l’Essonne et des Yvelines et la région Île-de-France à quarante kilomètres au sud-ouest de Paris.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La forêt de Dourdan s'étend sur 1 582 hectares à l'extrémité sud-ouest du territoire du Hurepoix, sur les coteaux de la vallée de l'Orge. Elle se compose en fait de la forêt de Saint-Arnoult au nord et de la forêt de l'Ouÿe au sud séparées par la vallée de l'Orge et la forêt communale de Dourdan. L'ensemble est situé à l'extrémité nord-est du plateau de la Beauce.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les zones situées en fond de vallée, ainsi que les plateaux sont constitués de sols argileux où poussent essentiellement des feuillus. Les pentes, plus sablonneuses, laissent la place aux pins[1].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Arbres[modifier | modifier le code]

Le chêne est la principale essence de la forêt ; à certains endroits sablonneux il est remplacé par des pins. On y trouve également châtaigniers, frênes, hêtres, bouleaux et charmes[2].

Le chêne des Six Frères

La forêt de Dourdan abrite un certain nombre de chênes pluricentenaires, notamment le « chêne de l'Ouÿe » (170 ans), le « chêne Marie Poussepin » (170 ans), le « chêne aux loups » (250 ans), le « chêne Saint Louis », le « chêne du Breton »[Note 1],[Note 2],[3].

Mais le plus remarquable d'entre-eux est sans doute le « chêne des Six Frères », gigantesque chêne rouvre âgé de 500 ans, possédant un énorme tronc de 6,70 m de circonférence et dominant la forêt du haut de ses 33 m. Il est ainsi dénommé car sa souche (la cépée, issue d'un unique gland) se divise en six troncs, ce qui est extrêmement rare. Ce chêne fut un lieu de pèlerinage et de procession car au centre de l’arbre existe une cuvette presque toujours remplie d’une eau que l’on dit bénite[4].

Champignons[modifier | modifier le code]

Les principales espèces de champignons répertoriées sont : Botryobasidium conspersum, Cortinarius cinnamomeolutea var. porphyreovelatus, huronensis, uliginobtusus, uliginosus, Hymenochaete tabacina, Inocybe flavella, Lachnum impudicum, Psathyrella sphagnicola, Psilocybe crobula, Ramaria flavescens, Trechispora praefocata[5].

Faune[modifier | modifier le code]

La forêt abrite différents gibiers : cerfs, chevreuils, sangliers. On y trouve également d'autres mammifères tels que l’écureuil, le blaireau, le hérisson ou des chauves-souris.

On compte une soixantaine d’espèces d’oiseaux vivant dans la forêt. Certains y vivent toute l'année, comme le rouge-gorge. D’autres n'y font qu'un passage saisonnier, comme le coucou durant les beaux jours, ou la grive mauvis l'hiver. Les chants que l'on peut entendre sont principalement le fait des mésanges et des pouillots. Quant aux martèlements, ils sont le fait de quatre espèces de pics : Pic vert, Pic noir, Pic épeiche, Pic mar[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès les Mérovingiens, ces massifs appartiennent au domaine royal. La forêt de l’Ouÿe doit son nom à l’abbaye fondée en 1163 par Louis le Pieux[2].

Philippe Auguste révoque la donation faite par son père mais Saint Louis rendit le domaine aux religieuses qui le conservèrent jusqu’à la Révolution.

Le reste de la forêt fut souvent donné en apanage à des princes de sang. Louis XIV l’octroya à son frère Philippe d’Orléans. Elle est restée dans la famille d’Orléans jusqu’à la Révolution.

En 1870, la forêt jusqu'alors propriété des seigneurs locaux revint définitivement à l'État.

Jusqu'à 1958, la forêt était plantée en taillis sous futaie avant d'être remplacée par des futaies de chênes.

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Elle accueille dans sa partie sud l'abbaye Notre-Dame de l'Ouÿe fondée en 1163.

Géographie administrative[modifier | modifier le code]

La forêt s'étend sur le territoire des communes essonniennes de Dourdan, Les Granges-le-Roi et Corbreuse et des communes yvelinoises de Sainte-Mesme et Saint-Arnoult-en-Yvelines.

La forêt est traversée par les sentiers de grande randonnée GR 1 et GR 111 ainsi que de nombreux sentiers balisés tant pour la randonnée pédestre que pour l'équitation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Le chêne St Louis, le chêne du Breton et le chêne des Six Frères sont indiqués sur les cartes IGN du secteur.
  2. Des pancartes placées au pied de chacun d'eux indiquent leur âge, circonférence et hauteur.
Références
  1. Cours de géologie du collège Condorcet consulté le 20/11/2009
  2. a, b et c La forêt de Dourdan - Office du Tourisme consulté le 20/11/209
  3. Arbres classés (site de l'association Mémoire vivante pour la mise en valeur du patrimoine de la commune de Les Granges Le Roi) consulté le 18/11/2009
  4. « Connaître Dourdan », Société Littéraire de Dourdan, no 19,‎ décembre 1989 (ISSN 0248-9392, lire en ligne)
  5. Congrès de mycologie, Dourdan, 2008 consulté le 20/11/2009

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif d’auteurs, La Forêt de Dourdan en VTT, Éd. Guide Office national des forêts, 1994, (ASIN B00008D6BL).
  • Collectif d’auteurs, Sentier de découverte du beau Rouvre : forêt domaniale de Dourdan, Éd. Office national des forêts, 1994.

Liens externes[modifier | modifier le code]