Fabienne Verdier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verdier.

Fabienne Verdier, née le 3 mars 1962 à Paris, est une artiste peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fabienne Verdier débute par un apprentissage de presque dix ans en Chine. Après des études à l'École supérieure des beaux-arts de Toulouse, elle a vingt ans dans les années 1980 quand elle décide de tout quitter et de partir en Chine pour tenter de comprendre, au contact des derniers grands peintres, encore traumatisés par la Révolution culturelle la force et la souplesse du trait en peinture.

En Chine, elle partage un temps la vie spartiate des étudiants du Sichuan. Elle sera la camarade de classe du peintre Zhang Xiaogang. La République populaire qu'elle découvre ainsi de l'intérieur, entre la Révolution culturelle et la grande révolte des étudiants de 1989, est bien différente de la Chine dont elle rêvait. L'omniprésence et la surveillance constante du Parti ne facilitent pas les contacts qu'elle recherche : les lettrés versés dans les arts anciens, peintres, calligraphes, sculpteurs de sceaux, ne répondent plus aux normes du réalisme socialiste. À force de persévérance, elle poursuit donc son apprentissage et sa quête, tant artistique que philosophique. Elle quitte la Chine au bout de dix ans, enrichie de ce bagage, et écrit le récit de ce séjour publié en 2005 sous le titre Passagère du silence : dix ans d'initiation en Chine aux éditions Albin Michel.

Fabienne Verdier vit et travaille maintenant en France. Elle peint sur de grands châssis posés au sol avec de nouveaux outils qu'elle a confectionnés elle-même et qui lui permettent une approche nouvelle du trait et de la forme. Elle cherche à explorer les liens entre le mouvement, la matière et la force fondamentale de la gravitation.

Elle expose régulièrement ses œuvres en Europe. Elle est entrée dans de nombreuses collections, dont notamment le Centre Pompidou, le Musée Cernuschi à Paris ou encore la fondation H. Looser à Zurich.

Fabienne Verdier fait partie de l'exposition The Art of Deceleration au Kunstmuseum de Wolfsburg en 2012.

À l'invitation de Manfred Sellink et de Till Borchert, elle dévoile en mars 2013 une grande exposition au Musée Groeninge de Bruges dont Daniel Abadie est le commissaire. L'exposition d'un artiste contemporain dans les salles permanentes des collections d'un musée d'art ancien est une chose exceptionnelle, et Fabienne Verdier a conçu toutes les œuvres en réponse aux tableaux des Maîtres primitifs flamands du Musée. Elle est également exposée en 2013 à l'Hôpital Saint Jean de Bruges et à la Maison d’Érasme a Bruxelles.

Citations[modifier | modifier le code]

Extraits de son livre d'art L'Unique Trait de pinceau :

  • « L'herbe des prairies virevoltant sous l'emprise du vent, l'herbe des torrents s'enroulant dans les méandres du courant sont pour le calligraphe autant de modèles atteignant sans effort l'objectif qu'il s'assigne : matérialiser la vitalité d'un flux. » (Cyrille Javary)
  • « Le génie du peintre n'est pas de reproduire l'apparence des monts et des fleuves, mais d'amorcer dans le cœur du spectateur les sentiments que procure la contemplation d'un paysage réel. » (Cyrille Javary)

Publications de Fabienne Verdier[modifier | modifier le code]

  • Les singes crient leur chagrin, éditions Musée Kwok on, 1984
  • Rêves de pierres, éditions Paroles d’Aube, 1995
  • Quand les pierres font signes, texte de François Cheng, éditions Voix d'encre, 1997
  • Le chant des crapauds taoïstes, éditions Kwok on, 1997
  • Poésie chinoise, avec François Cheng, Albin Michel, 2000
  • L'Unique Trait de pinceau, avec Cyrille Javary et Jacques Dars, Albin Michel, 2001 (ISBN 2226119582)
  • Passagère du silence, Albin Michel, 2005 (ISBN 2226141855)
    Récit de ses dix années d'apprentissage en Chine.
  • La Forme des pierres après le passage du vent, texte d'Anne Pion, éditions Voix d'encre, 2005
  • Entre ciel et terre, Albin Michel, 2007
  • Création d'un travail pour le revue d'art Trou n° XIX, avec un texte de Charles Juliet, 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Juliet, Entretien avec Fabienne Verdier, Albin Michel, 2007
  • Peinture, catalogue de l'exposition à la Galerie Jaeger Bucher, 2009
  • Doris Von Drathen, Fabienne Verdier, Kunstler, 2010
  • Corinna Thierolf et Eric Fouache, Palazzo Torlonia, Fabienne Verdier, Éditions Xavier Barral, 2011
  • Michael Peppiatt, Fabienne Verdier, Editions Art Plural Gallery, 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]