Enlèvement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illustration du XVIIIe siècle représentant l'enlèvement de Stanislas II de Pologne en 1771.

Un enlèvement, rapt ou kidnapping est l'action qui consiste à s'emparer de quelqu'un et à le détenir, contre sa volonté, généralement par la force, souvent dans l'intention d'échanger la victime contre une rançon ou une compensation en nature (libération de prisonniers, fourniture d'armes, impunité pour certains chefs d'État ou criminels). Le kidnapping peut aussi être réalisé sans perspective de libérer la victime, notamment dans le but d'obtenir certains avantages d'ordre sexuel.
Lorsque le but de l'enlèvement est politique ou qu'il a lieu dans un contexte guerrier, on parle de prise d'otages. Lorsque la personne est privée de liberté contre son gré en dehors de toute autorité légale, on parle de séquestration, la personne séquestrée n'étant pas forcément enlevée (cas par exemple d'une personne retenue prisonnière dans un lieu alors qu'elle y était venue librement).

Origine du mot kidnapping[modifier | modifier le code]

L'anglicisme kidnapping vient de kidnap, composé de kid (enfant) et nap, variante de nab signifiant familièrement choper, cueillir dans le sens d'enlever, arrêter. Ce mot était initialement utilisé dans les colonies américaines pour désigner le vol des enfants qui servaient de domestique et de travailleurs[1].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Les pays les plus risqués
  1999[2] 2008[3]
1 Colombie Mexique
2 Mexique Pakistan
3 Brésil Venezuela
4 Philippines Nigeria
5 Venezuela Inde
6 Équateur Afghanistan
7 Russie Colombie
8 Nigeria Somalie
9 Inde Brésil
10 Afrique du Sud Honduras

Certaines régions du monde sont particulièrement touchées par les enlèvements comme l'Irak[4] (71 cas en 2011), la Colombie (3 500 cas signalés en 2000[5], 282 en 2010[6], 123 en 2011) ou Haïti[7]. Pour l'année 2007, la police mexicaine a enregistré 438 enlèvements contre rançon, mais le chiffre réel serait plus élevé, car beaucoup de ces enlèvements ne sont pas signalés[8].

Affiche de propagande américain associant la réprobation de l'enlèvement et les soldats de l'Empire du Soleil levant, après l'attaque de Pearl Harbor. La désignation de l'ennemi est immédiate par un fantasme sur les exactions qu'il pourrait commettre.

Un rapport de l'OTAN sur le terrorisme relève un total de 1 923 enlèvements en 2011 selon les sources publiques. Les principaux pays touchés étant la Somalie (473), l'Inde (285), l'Afghanistan (246) et le Pakistan (201)[9].

Selon le Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), entre 20 000 à 30 000 personnes seraient enlevées chaque année dans le monde, dont un quart d’Occidentaux, sans compter les cas de kidnapping non signalés par l’État ou les familles dans un souci de discrétion ou par crainte de représailles[10], ce qui fait que certains spécialistes estiment le nombre réel d'enlèvements à dix fois plus, les enlèvements politiques ou terroristes les plus médiatisés ne représentent qu’environ 1 % du total[11].

Le chiffre d’affaires de l’industrie de l’enlèvement criminel dans le monde avancé par le consultant spécialisé John Chase serait de 500 millions de dollars (377 millions d’euros) en 2010 pour 100 à 200 victimes occidentales assurées[12]. La journaliste à l'Agence France Presse Dorothée Moisan l'estime à un milliard d'euros[13]. Selon une étude du leader mondial de l’assurance kidnapping et rançon (en) Hiscox en 2009, la principale méthode d'enlèvement est devenue la piraterie : 82% des prises d’otages qui ont eu lieu en 2008 étaient des actes de piraterie contre 53% en 2004. Les nationalités les plus touchées sont en premier les Chinois (car ils sont la population la plus importante dont une bonne partie émigrée), puis les Français (à cause de leurs nombreuses entreprises installées à l'étranger, de leurs humanitaires dans des zones de conflits et parce qu'ils ont une culture de la sécurité moins aiguë que celle des Nord-Américains ou des Anglais selon Nicolas Fontvieille, représentant français d'Hiscox), les Allemands, les Philippins, les Russes, les Brittaniques, les Indiens, les Espagnols, les Coréens du Sud, les Italiens et les Ukrainiens[3].

Enlèvement d'enfant[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs formes différentes d'enlèvement d'enfant.

  • Un inconnu enlève un enfant pour des buts criminels (enlèvement pour rançon, viol, torture, assassinat, traite des êtres humains, etc.).
  • Un inconnu enlève un mineur ou plus généralement un bébé pour qu'il devienne son propre enfant. Fait généralement commis par des femmes (ou des couples) psychologiquement fragiles en « mal de maternité » ou ayant perdu un enfant en bas âge.
  • Un parent (aidé ou non par des complices, parfois rémunérés), souvent à la suite d'un divorce, enlève son propre enfant à son ex-conjoint qui en détient légalement la garde dans le pays de résidence de celui-ci. Le parent « ravisseur » emmenant parfois l’enfant dans un autre pays où il espère faire valoir plus facilement ses droits. Ces problèmes intervenant régulièrement dans le cas de couples de nationalités différentes (mariages mixtes, ou plus exactement mariage transnational), chacun des parents se basant sur la législation de son pays d’origine pour obtenir gain de cause il existe malgré tout des sites webs où l'on recrute des personnes afin de procéder à un kidnapping.

Cas particulier de la France[modifier | modifier le code]

Selon le spécialiste de géopolitique Mathieu Guidère, la « doctrine française » de la gestion des enlèvements des français dans le monde est interventionniste, considérant que le « chef de l'État est responsable de la sécurité de ses citoyens » et que l'État doit négocier pour payer des rançons grâce aux fonds spéciaux des services de renseignements tandis que pour la « doctrine anglo-saxonne », cette gestion relève de « la responsabilité individuelle de la personne enlevée ou de son employeur ». Il semble que les autorités française aient opéré un revirement depuis l'opération Serval, mettant plutôt en pratique une nouvelle doctrine de non-paiement de rançon[11].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Une soixantaine de Français sont enlevés dans le monde chaque année. Le ministère des Affaires étrangères ne reconnaît officiellement que les otages politiques. Les cas de kidnapping non signalés par l’État ou les familles dans un souci de discrétion ou par crainte de représailles, sont considérés comme des enlèvements crapuleux[14].

Législation en France[modifier | modifier le code]

En France, selon l'article 224-1 du code pénal[15], « Le fait, sans ordre des autorités constituées et hors les cas prévus par la loi, d'arrêter, d'enlever, de détenir ou de séquestrer une personne, est puni de vingt ans de réclusion criminelle.
Les deux premiers alinéas de l'article 132-23 relatif à la période de sûreté sont applicables à cette infraction.
Toutefois, si la personne détenue ou séquestrée est libérée volontairement avant le septième jour accompli depuis celui de son appréhension, la peine est de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende, sauf dans les cas prévus par l'article 224-2. »
.

Selon l'article 224-2 du même code, « L'infraction prévue à l'article 224-1 est punie de trente ans de réclusion criminelle lorsque la victime a subi une mutilation ou une infirmité permanente provoquée volontairement ou résultant soit des conditions de détention, soit d'une privation d'aliments ou de soins.
Elle est punie de la réclusion criminelle à perpétuité lorsqu'elle est précédée ou accompagnée de tortures ou d'actes de barbarie ou lorsqu'elle est suivie de la mort de la victime.
Les deux premiers alinéas de l'article 132-23 relatif à la période de sûreté sont applicables aux infractions prévues par le présent article.. »

Selon l'article 224-5 du même code, « Lorsque la victime de l'un des crimes prévus aux articles 224-1 à 224-4 est un mineur de quinze ans, la peine est portée à la réclusion criminelle à perpétuité si l'infraction est punie de trente ans de réclusion criminelle et à trente ans de réclusion criminelle si l'infraction est punie de vingt ans de réclusion criminelle.
Les deux premiers alinéas de l'article 132-23 relatif à la période de sûreté sont applicables dans les cas prévus par le présent article. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Etymology of kidnap
  2. (en) Rachel Briggs, « The Kidnapping Business », sur Guild of Security Controllers Newsletter,‎ novembre 2001
  3. a et b « Les Français sont les plus kidnappés au monde après les Chinois », sur 20minutes.fr,‎ 20 octobre 2009
  4. (en) Iraq's One Growth Industry - The Kidnap Capital of the World
  5. (en) Colombia: Kidnap capital of the world
  6. Juan Martin Soler, « Colombie: les kidnappings en hausse de 20 % depuis le début de l'année », Amerique24,‎ 4 juillet 2011 (consulté le 13 juillet 2011)
  7. Recrudescence des cas d’enlèvement dans la Capitale haïtienne
  8. « Le Mexique descend dans la rue pour manifester contre la violence », dans Le Monde du 31-08-2008, [lire en ligne]
  9. (en)[PDF]« 2011 Annual Terrorism Report », sur Centre of Excellence Defense Against Terrorism,‎ mars 2012 (consulté le 22 mars 2012)
  10. Agnès Bun, « La peur du risque terroriste, source de profits pour les assureurs », sur slate.fr,‎ 15 juin 2011
  11. a et b Benoît Zagdoun, « Comment fonctionne le "business des otages" ? », sur francetvinfo.fr,‎ 26 avril 2014
  12. Pierre Conesa, « Une géopolitique du kidnapping », sur liberation.fr,‎ 27 décembre 2012
  13. « La prise d'otages, un business juteux pour beaucoup de monde », sur La Nouvelle République,‎ 31 octobre 2013
  14. Christophe Colinet, « La prise d'otages, un business juteux pour beaucoup de monde », sur La Nouvelle République,‎ 31 octobre 2013
  15. Extraits du Code Pénal : « Enlèvement et séquestration »

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]