Franz Lehár

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lehar.

Franz Lehár

Description de cette image, également commentée ci-après

Franz Lehár

Naissance
Komárom, Drapeau de la Hongrie Hongrie
Décès (à 78 ans)
Bad Ischl, Drapeau de l'Autriche Autriche
Activité principale compositeur
Style opérette

Œuvres principales

La Veuve joyeuse (1905)

Franz Lehár, Komarom (aujourd'hui Komárno) - † , Bad Ischl), est un compositeur autrichien d'origine hongroise. Il est célèbre pour ses opérettes, dont la plus connue est La Veuve joyeuse (Die lustige Witwe), représentée pour la première fois à Vienne en 1905. On retient aussi Le Pays du sourire (Das Land des Lächelns).

Biographie[modifier | modifier le code]

Franz Lehár est né à Komárom, dans le royaume de Hongrie, en Autriche-Hongrie (aujourd'hui Komárno en Slovaquie). Il était le fils aîné d'un chef de fanfare du 50e régiment d'infanterie de l'armée austro-hongroise.

Tandis que son jeune frère Anton entre à l'école des cadets à Vienne pour devenir officier, Franz étudie le violon et la composition au Conservatoire de Prague. Son professeur de violon fut Antonin Bennewitz, mais Antonín Dvořák le poussa vers la composition musicale. Après son diplôme en 1899, il rejoint l'orchestre de son père à Vienne, comme chef de musique adjoint. En 1902, il devient chef d'orchestre au Theater an der Wien, où son premier opéra, Wiener Frauen est créé en novembre de cette année.

Signature

Lehár est surtout célèbre pour ses opérettes – dont la plus célèbre est La Veuve joyeuse (Die lustige Witwe) – mais il a aussi écrit des sonates, des poèmes symphoniques, des marches, et un certain nombre de valses. La plus populaire est sans doute Gold und Silber (« Or et Argent »), composée pour la princesse Pauline von Metternich en janvier 1902. Des airs de certaines de ses opérettes sont devenus des standards, notamment « Vilja » de La Veuve joyeuse et « Je t'ai donné mon cœur » (Dein ist mein ganzes Herz) du Pays du sourire.

Lehár était également associé au ténor Richard Tauber, qui a chanté dans plusieurs de ses opérettes, en commençant par Frasquita (1922), dans laquelle Lehár avait trouvé un nouveau style. Entre 1925 et 1934, il a écrit six opérettes spécialement pour la voix de Tauber.

Le Pays du sourire est créé à Berlin en 1929. Présentée d'abord à Vienne en 1923, avec le titre La tunique jaune, sans Tauber, la pièce n'a pas eu le succès escompté. Grâce au ténor fétiche, Le pays du sourire a été un des plus grands succès mondiaux de tous les temps.

Son dernier grand triomphe, Giuditta, en 1934, est retransmis en direct de l'opéra de Vienne par 120 radios dans le monde. Il se rapproche de l'opéra, sous l'influence perceptible de ses amis Puccini et Richard Strauss. Lehar est reconnu comme « grand parmi les grands ».

En 1935, il décide de fonder sa propre maison d'édition, Glocken-Verlag (« Maison d'édition des cloches »), afin de maximiser son contrôle personnel sur les droits d'exécution à ses œuvres.

Il décède, en pleine gloire, en 1948 à Bad Ischl, près de Salzbourg où il est enterré.

Rose de Noël, créée au Châtelet à Paris dix ans après sa mort, est une compilation très habile et respectueuse de musiques originales de Lehár, mises en forme par Miklos Rekaï, arrangées par Paul Bonneau (1918-1995).

Franz Lehár a passé le plus clair de sa vie adulte hors de la Hongrie mais, néanmoins, il a toujours pratiqué le hongrois, sa langue maternelle jusqu'à sa mort. Il a continué à signer son nom à la mode hongroise, nom de famille en premier, avec un signe diacritique sur le « a ».

Lehár et le Troisième Reich[modifier | modifier le code]

Les relations de Franz Lehár avec le régime nazi étaient tendues. Il avait toujours utilisé des librettistes juifs pour ses opéras et avait fait partie du milieu culturel viennois, qui comprenait de nombreux juifs. En outre, bien que Lehár fût catholique, son épouse, Sophie (née Paschkis) (1878-1947) était d'origine juive. Elle se convertit au catholicisme avant leur mariage. Ces faits ont suffi à susciter l'hostilité envers eux et envers son travail. Hitler, cependant, appréciait la musique de Lehár, et cette hostilité diminua dans toute l'Allemagne après une intervention de Goebbels. En 1938, Mme Lehár a reçu le statut de Ehrenarierin (« aryenne d'honneur par le mariage »). Néanmoins, on dénombre plusieurs tentatives d'expulsion. Le régime nazi utilisa la musique de Lehár à des fins de propagande : on joua sa musique lors de concerts dans le Paris occupé en 1941. Les Lehár ne restèrent pas indifférents envers le régime : ils ont offert un cadeau à Hitler pour son 50e anniversaire en 1938. Même ainsi, l'influence de Lehár était limitée : malgré ses tentatives d'obtenir personnellement de Hitler une garantie d'impunité pour un de ses librettistes, Fritz Löhner-Beda (en), il n'a pas empêché sa déportation et son assassinat, ainsi que de son épouse, à Auschwitz.

Il est décédé, un an après son épouse, en 1948 à Bad Ischl, près de Salzbourg, où il est enterré.

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

Opérettes[modifier | modifier le code]

Titre original Titre français (le cas échéant) Première (date) Première (lieu)
Wiener Frauen 21 novembre 1902 Theater an der Wien, Vienne
Rastelbinder Le réparateur de chaudrons 20 décembre 1902 Carl-Theater, Vienne
Der Göttergatte Le mari idéal 20 janvier 1904 Carl-Theater, Vienne
Die Juxheirat Mariage pour rire 21 décembre 1904 Theater an der Wien, Vienne
Die lustige Witwe La Veuve joyeuse 30 décembre 1905 Theater an der Wien, Vienne
Das Fürstenkind 7 octobre 1909 Johann Strauß-Theater, Vienne
Der Graf von Luxemburg Le Comte de Luxembourg 12 novembre 1909 Theater an der Wien, Vienne
Zigeunerliebe Amour Tzigane 8 janvier 1910 Carl-Theater, Vienne
Eva 24 novembre 1911 Theater an der Wien, Vienne
Endlich allein 30 janvier 1914 Theater an der Wien, Vienne
Der Sterngucker 14 janvier 1916 Theater an der Wien, Vienne
Wo die Lerche singt 1er février 1918 Königliche Oper, Budapest
Die blaue Mazurka 28 mai 1920 Theater an der Wien, Vienne
Frasquita 12 mai 1922 Theater an der Wien, Vienne
Das Land des Lächelns Le Pays du sourire 9 février 1923 Theater an der Wien, Vienne
Cloclo 8 mars 1924 Bürgertheater, Vienne
Paganini 30 octobre 1925 Johann Strauß-Theater, Vienne
Der Zarewitsch Le Tsarévitch 21 février 1927 Metropol-Theater, Berlin
Friederike 4 octobre 1928 Metropol-Theater, Vienne
Das Land des Lächelns (2e version) Le Pays du sourire 10 octobre 1929 Metropol-Theater, Berlin
Schön ist die Welt 3 décembre 1930 Metropol-Theater, Vienne
Giuditta 20 janvier 1934 Opéra d'État de Vienne, Vienne

Autres[modifier | modifier le code]

  • Gold und Silber, valse n° 60 op 79, créée en 1899.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (de) Stan Czech, Lehár : sein Weg und sein Werk, Frisch und Perneder, Lindau-Bodensee, 1948, 260 p. + 46 p. de pl.
  • (de) Stefan Frey, Franz Lehár oder das schlechte Gewissen der leichten Musik, M. Niemeyer, Tubingen, 1995, 224 p. (ISBN 3-484-66012-0)
  • (de) Max Schönherr, Franz Lehár : Bibliographie zu Leben u. Werk. Beiträge zu einer Lehár-Biographie ahlässlich seines 100. Geburtstages, Vienne, 1970, 161 p.
  • (en) Richard Traubner, Operetta, A theatrical history, Routledge, London et New York, 2003, (ISBN 0-415-96641-8)
  • (fr) Forian Bruyas, Histoire de l'opérette en France. 1855-1965, Emannuel Vite, Lyon, 1974,
  • (fr) Jacques Rouchousse, L'Opérette, Ques sais-je ? PUF, Paris, 1999, (ISBN 2 13 050073 0)
  • (fr) Gaston Knosp, Franz Lehár, une vie d'artiste, Schott Frères, 1935, 70 p.
  • (fr) André Rivoire, Une heure de musique avec Franz Lehar, Éditions Cosmopolites, 1930
  • (fr) André van Praag, Rencontres avec Franz Lehár, Éd. Synthèse, Bruxelles, 1963
  • (fr) Paul Melchior, Franz Lehár musical, Pascal Maurice éditeur, Paris, 2012 (ISBN 978-2-908681-27-7)