Classe Mackensen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Mackensen
Image illustrative de l'article Classe Mackensen
Dessin de la classe Mackensen
Caractéristiques techniques
Type Croiseur de bataille
Longueur 223 m
Maître-bau 30,4 m
Tirant d'eau 8,40 à 9,30 m (pleine charge)
Déplacement 31 000 tonnes
35 300 tonnes à pleine charge
Propulsion 24 chaudières à charbon
8 chaudières à double entrée à mazout
4 turbines, 4 hélices
Puissance 90 000 CV
Vitesse 27 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage pont = 30 mm
ceinture = 300 mm
cloison = 45 mm
tourelle = 320 mm
barbette = 290 mm
casemate = 100 mm
kiosque = 350 mm
Armement (4×2) × 350 mm SK L/50
12 × 150 mm (cal.45) en casemates
8 × 88 mm contre-avions
5 tubes lance-torpilles (600 mm)
Aéronefs non
Rayon d’action 5 500 nautiques à 14 nœuds (3 940 tonnes de charbon et 1 970 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 1 186 hommes
Histoire
Constructeurs Blohm & Voss - Schichau-Werke - Kaiserliche Werft
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Commanditaire War Ensign of Germany 1903-1918.svg Kaiserliche Marine
Date début commande 14 août 1914
Période de
construction
1915-1918
Navires prévus 4
Navires en activité 0
Précédent Classe Derfflinger Classe Ersatz Yorck Suivant

La classe Mackensen fut la dernière classe de croiseurs de bataille, mis en construction pour la Marine Impériale allemande au début du XXe siècle.
Trois des quatre navires de cette classe, dont la construction a commencé, ont été lancés, aucun n'a été achevé.

Conception[modifier | modifier le code]

La commande des deux premiers croiseurs de bataille de la classe Mackensen a été passée à la mi-aout 1914, au titre du remplacement des croiseurs protégés SMS Victoria Louise et Freya. Lorsqu'il devint clair en Allemagne que la guerre ne connaitrait pas une issue aussi rapide que cela avait été le cas contre l'Autriche, en 1866, ou contre la France en 1870-71, la commande des deux bâtiments suivants a été passée, à la mi-avril 1915, dans le cadre d'un programme de constructions navales pour remplacer les croiseurs perdus depuis le début du conflit, notamment le croiseur cuirassé SMS Blücher, perdu un mois et demi avant au Dogger Bank et le Friedrich Carl perdu en novembre 1914, à l'attaque de Libau en mer Baltique[1].

À cette époque, étaient déjà en construction les quatre cuirassés de la classe Bayern, qu'il était prévu d'armer de canons de 380 mm, alors que la Royal Navy aura mis en service en décembre 1914 le HMS Queen Elizabeth armé de canons de ce même calibre. En revanche les plus récents cuirassés et « grands croiseurs » allemands en service ne portaient que des canons de 305 mm. L'Empereur Guillaume II, qui tenait la Marine Impériale sous son strict contrôle, était donc partisan de recourir pour les bâtiments qui devaient succéder à la classe Derfflinger au calibre de 380 mm, alors que l'amiral von Ingenohl qui a commandé la Hochseeflotte jusqu'au 2 février 1915, pensait préférable d'en rester au calibre de 305 mm. Un compromis fut trouvé, avec un canon nouveau de 35 cm SK L/50[2], donc d'un calibre assez proche de celui des canons anglais de 356 mm (en) construits par Vickers pour le Kongō japonais, ou l'Almirante Latorre, devenu le HMS Canada, ou américains de la Classe New York et suivantes. La comparaison avec ces navires armés de pièces d'un calibre comparable, et avec à peu près le même déplacement, est intéressante : la classe Mackensen a le même nombre de canons que la classe Kongō, a sensiblement la même vitesse, mais un blindage très supérieur, 300 mm en ceinture, au lieu de 203 mm[3]. Quant aux cuirassés américains armés de canons de 356 mm, ils ont dix à douze pièces d'artillerie principale au lieu de huit, une protection supérieure à celle de la classe Mackensen (avec 356 mm au lieu de 300 mm en ceinture), mais une vitesse maximale très inférieure, 21 nœuds au lieu de 27 nœuds[4].

Pour le reste, la classe Mackensen aurait dû être très proche de la classe Derfflinger, avec la même disposition de l'artillerie principale en deux groupes de deux tourelles superposées, à l'avant et à l'arrière, les barbettes des tourelles arrière, "Cæsar" et "Dora", étant séparées par la salle des turbines. L'artillerie secondaire de calibre de 150 mm, sous casemates, est portée à quatorze pièces, comme sur les SMS Lützow et Hindenburg, mais est installée dans la coque, au-dessous du pont principal flush deck et non dans la superstructure. La protection aurait, été pense-t-on, la même que celle de la classe Derfflinger, avec 300 mm en ceinture, mais atteignant 320 mm sur la face avant des tourelles[2]. quatre turbines, Les dimensions de coque sont augmentées, 223 m de long pour 30,6 m de large. Le rapport longueur/largeur est équivalent à celui de la classe précédente (7,28 au lieu de 7,24). Avec seize chaudières à double entrée (huit à charbon, huit chaudières à mazout) alimentant quatre turbines, entraînant 4 hélices, la puissance installée atteint 90 000 CV, soit la puissance obtenue sur le SMS Hindenburg à feux poussés, ce qui aurait permis de dépasser 27 nœuds[5].

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Commande Mise sur cale Lancement Chantier naval Fin de carrière Photo
SMS Mackensen 14 août 1914 30 janvier 1915 21 avril 1917 Blohm & Voss
Hambourg
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
démolition en 1923-24 SMS Mackensen-launch 17Apr1917-1.jpg
Ersatz Freya
(SMS Prinz Eitel Friedrich)
14 août 1914 1er mai 1915 construction arrêtée le 17 novembre 1918 Blohm & Voss
Hambourg
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
démolition en 1920-1922
SMS Graf Spee 15 avril 1915 30 novembre 1915 15 septembre 1917 Schichau-Werke
Danzig
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
démolition en 1921-1923
Ersatz Friedrich Carl
(SMS Fürst Bismarck)
17 avril 1915 3 novembre 1915 construction arrêtée le 17 novembre 1918 Kaiserliche Werft
Wilhelmshaven
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
démolition en 1922

Histoire[modifier | modifier le code]

La première unité, mise sur cale aux chantiers Blohm & Voss de Hambourg est lancée en avril 1917, sans pompe particulière et baptisée Mackensen, en l'honneur du Generalfeldmarshall von Mackensen, commandant d'armée allemand sur le front de l'Est.
L'unité en construction aux chantiers Schichau de Danzig est lancée en septembre 1917 et baptisée Graf Spee en l'honneur de l'amiral Comte von Spee, tué au large des Îles Falklands, en décembre 1914.
La construction de la seconde unité commandée aux chantiers Blohm & Voss de Hambourg n'avance que très lentement, la priorité en matière de construction navale n'est plus aux grands bâtiments de surface, mais aux sous-marins. Elle ne sera donc pas officiellement lancée ni baptisée, mais elle sera mise à l'eau pour libérer la cale de construction en 1920, et les ouvriers du chantier lui donneront par dérision le nom de Noske.
La quatrième unité, en construction aux Chantiers Impériaux à Wilhelmshaven, n'atteindra pas le stade de la mise à l'eau. Elle sera démantelée sur cale en 1922.

Cette classe inachevée aura cependant eu un rôle dans l'histoire de la construction des grands navires de guerre. Sur la foi de renseignements erronés qui lui donnaient une artillerie au calibre de 386 mm (15,2 pouces) et une vitesse de 30 nœuds, la Royal Navy en déduira les caractéristiques de la classe Admiral, aux noms d'amiraux célèbres du XVIIIe siècle dont une seule unité sera achevée, le HMS Hood.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Siegfried Breyer, Battleships and battle cruisers 1905–1970, London, Macdonald and Jane's,‎ 1973 (ISBN 0356-04191-3)
  • Bernard Ireland, Cuirassés du 20ème siècle, St-Sulpice (Suisse), Éditions Airelles,‎ 2004 (ISBN 2-88468-038-1)
  • (en) Bernard Ireland et Eric Grove, Jane's War at sea 1897-1997, New York, Harpers Collins Publishers,‎ 1997 (ISBN 0-00-472065-2)
  • Donald G.F.W. Macintyre et Basil W. Bathe, Les navires de combat à travers les âges, Paris, Stock,‎ 1971
  • Oliver Warner, Geoffrey Bennett, Donald G.F.W. Macyntire, Franck Uehling, Desmond Wettern, Antony Preston et Jacques Mordal, Histoire de la guerre sur mer des Premiers Cuirassés aux Sous-Marins Nucléaires, Bruxelles, Elsevier Sequoia,‎ 1976 (ISBN 2-8003-0148-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Breyer 1973, p. 284
  2. a et b Breyer 1973, p. 283-284
  3. Ireland 2004, p. 70
  4. Ireland 2004, p. 158
  5. Breyer 1973, p. 260, 284