Classe Wittelsbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Wittelsbach
Image illustrative de l'article Classe Wittelsbach
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé Pré-Dreadnought
Longueur 126,7 m
Maître-bau 20,7 m
Tirant d’eau 8 m
Déplacement 11 774 t
Port en lourd 12 798 t
Propulsion 3 moteurs à triple expansion (12 chaudières)
Puissance 14 000 ch
Vitesse 18 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture: 100 mm à 305 mm
Pont: 63 mm
Kiosque: 140 mm
Tourelles: 250 mm
Casemates: 150 mm
Armement (2X2) canons de 240 mm
18 canons de 150 mm
12 canons de 88 mm
12 canons de 37 mm
5 tubes lance-torpilles de 450 mm
Rayon d’action 5 850 nmi à 10 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 30 officiers et 650 hommes
Histoire
Constructeurs Kaiserliche Werft Wilhelmshaven :
Wittelsbach
Schwaben
Arsenal Germania :
Zähringen
AG Vulcan Stettin :
Mecklenburg
Schichau-Werke :
Wettin
A servi dans Pavillon de la Kaiserliche Marine Kaiserliche Marine
Date début commande 1898
Période de
construction
1899 - 1904
Période de service 1902 - 1944
Navires construits 5
Navires prévus 5
Navires perdus 1
Navires démolis 4
Précédent Classe Kaiser Friedrich III Classe Braunschweig Suivant

La classe Wittelsbach est une série de cinq cuirassés pré-Dreadnought construite au début du XXe siècle pour la Marine impériale allemande. La construction des cinq cuirassés est achevée en 1904, date à laquelle ils rejoignent la Ire escadre de la flotte de ligne allemande (Heimatflotte). Rendus très rapidement obsolètes au sein de la nouvelle Hochseeflotte après le lancement du nouveau type de cuirassé HMS Dreadnought de la Royal Navy en 1906, ils sont assignés, à l'aube de la Première Guerre mondiale, à un rôle limité en mer Baltique contre la Marine russe.
En 1916 ils sont retirés de la flotte de combat allemande. Les Wittelsbach, Wettin et Schwaben servent comme navire-école, le Mecklenburg comme navire-prison puis navire-caserne et le Zähringen comme navire-cible.
Tous les bateaux seront démantelés en 1920-21, sauf le Zähringen qui reste en service de bateau-cible. Au cours de la Seconde Guerre mondiale il sera gravement endommagé lors d'un bombardement en 1944 puis sabordé dans les derniers jours de guerre. Il sera définitivement démantelé sur place en 1949-50.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Les navires de cette classe ont été construits en vertu de la première loi navale de 1898. C'est une légère amélioration de la classe précédente Kaiser Friedrich III. Ils étaient équipés du même armement en artillerie, mais avec un tube lance-torpilles supplémentaire. Le blindage de la coque était plus conséquent et le bastingage du gaillard d'arrière a été supprimé.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Les navires de la classe Wittelsbach affichent une longueur de flottaison de 126,8 mètres (411 pieds) pour une longueur totale de 125,3 mètres (416 pieds). La plus grande grande largeur ou maître-bau des cuirassés est de 22,8 mètres, et le tirant d'eau est de 7,95 m (26,1 pieds) standard et 8,25 mètres (27.1 pieds) à pleine charge. Leur déplacement en charge est de 12 798 tonnes en combat. Les coques ont été construites avec des cadres longitudinaux et transversaux en acier. Les tôles en acier sont rivées directement sur les cadres de la structure. La coque contient 14 compartiments étanches et un double fond sur 70 % de sa longueur.

Propulsion[modifier | modifier le code]

Les cuirassés de la classe Wittelsbach étaient propulsés par trois groupes de machines à vapeur à triple expansion entrainant trois hélices. L'hélice centrale est quadripale avec un diamètre de 4,5 m (15 pieds) et les deux hélices externes sont tripale avec un diamètre de 4,8 m (16 pieds). La capacité de la cale à charbon était de 650 tonnes, mais cette capacité de charbon pouvait presque être triplée à 1 800 tonnes en occupant d'autres espaces libres.

Armement[modifier | modifier le code]

L'artillerie lourde de 240 mm se composait de deux tourelles doubles, en avant et arrière du château. L'artillerie secondaire de 150 mm était répartie en 4 tourelles simples et le reste dans des casemates, ainsi que les canons antiaériens.
Les tubes lance-torpilles étaient immergés : quatre sur les côtés, un en poupe et un en proue.

Blindage[modifier | modifier le code]

Le blindage était en acier krupp, la poupe et la proue n'étaient pas protégées.

Service actif[modifier | modifier le code]

Lors de sa mise en service dans la Heimatflotte, les navires remplacèrent les vieux cuirassés de la classe Brandenburg. En 1907, avec le renfort de la classe Braunschweig et de la classe Deutschland ils formèrent la Hochseeflotte réorganisée en deux escadres au complet.
Les navires de la classe Wittelsbach furent vite retirés du service à l'avènement des cuirassés de type Dreadnought). Mais en 1914, ils reprennent du service au sein de la IVe escadre en mer Baltique en étant basés au port de Kiel. En mai 1915, ils participent au bombardement de Libau où ils seront basés lors de la bataille du golfe de Riga en août 1915. En 1916, ils sont désarmés car trop vulnérables aux attaques des sous-marins britanniques et ils sont rendus obsolètes face aux dreadnoughts lancés par la Marine impériale de Russie (classe Gangut). Ils sont donc utilisés à d'autres tâches.
La classe entière, à l'exception du Zähringen, est rayée des listes après la Première Guerre mondiale.

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Classe Wittelsbach
Nom Chantier naval Mise en chantier Lancement Armement Fin Photo
SMS Wittelsbach Kaiserliche Werft
Wilhelmshaven
rayé le SMS Wittelsbach.png
SMS Wettin Schichau
Dantzig
rayé le SMS Wettin.jpg
SMS Zähringen Arsenal Germania
Kiel
rayé le LS Zähringen.jpg
SMS Mecklenburg AG Vulcan
Stettin
rayé le Mecklenburg.jpg
SMS Schwaben Kaiserliche Werft
Wilhelmshaven
rayé le SMS Schwaben.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Gardiner, Roger Chesneau et Eugene M. Kolesnik, Conway's All the World's Fighting Ships: 1860–1905, Londres, Conway Maritime Press,‎ 1979 (ISBN 0-85177-133-5)
  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships: 1906–1921, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1984 (ISBN 0870219073, OCLC 12119866)
  • (en) Erich Gröner, German Warships: 1815–1945, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1990 (ISBN 0870217909)
  • (en) Holger Herwig, "Luxury" Fleet: The Imperial German Navy 1888-1918, New York, Amherst, Humanity Books,‎ 1980 (ISBN 9781573922869)