Classe Nassau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Nassau
Image illustrative de l'article Classe Nassau
Diagramme
Caractéristiques techniques
Type cuirassé
Longueur 146,30 m
Maître-bau 28,50 m
Tirant d'eau 8,90 m
Déplacement 18 569 tjb
Propulsion 3 machines à vapeur à triple expansion (8 chaudières)
Puissance 22 000 cv
Vitesse 19 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 80-300 mm
batterie = 170 mm
tourelle = 90-280 mm
passerelle = 360 mm
pont = 55-80 mm
Armement Principal :
6 × 2 canons de 280 mm (en tourelle)
12 canons de 150 mm (en casemate)
Secondaire :
16 canons de 88 mm
6 TLT (450 mm)
Aéronefs non
Rayon d’action 8 300 miles à 12 nœuds(2 700 tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 1008
Histoire
Commanditaire Kaiserliche Marine - Flag of German Empire (jack 1903).svg
Période de service 1909-1919
Navires construits 4
Navires prévus 4
Navires démolis 4
Précédent Classe Deutschland Classe Helgoland Suivant

La classe Nassau est une classe de quatre cuirassés de type dreadnoughts construite pour la Marine impériale allemande entre 1907 et 1910. Elle est la réponse allemande à l'arrivée en 1906 du premier cuirassé de type monocalibre, le HMS Dreadnought britannique[1]. La classe est composée du Nassau, du Rheinland, du Posen et du Westfalen. Les quatre bâtiments sont mis sur cale au milieu de l'année 1907, et achevés entre mai et septembre 1910.

Comparés à leurs homologues britanniques, ils sont plus légers et disposent d'un maître-bau plus large. Ils sont cependant deux nœuds plus lents, en raison de leur propulsion par les traditionnelles machines à vapeur à triple expansion, là où les cuirassés britanniques de nouvelle génération sont propulsés par des turbines à vapeur. Enfin, l'artillerie principale allemande est moins puissante, puisqu'elle est composée de canons de 11 pouces (280 mm) contre des canons de 12 pouces (305 mm) pour leurs concurrents anglais[2].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Propulsion[modifier | modifier le code]

La marine allemande a mis du temps à adopter les turbines à vapeur utilisées par les dreadnoughts britanniques en lieu et place de leurs machines à vapeur à triple expansion, principalement en raison des réticences combinées de l'amiral Alfred von Tirpitz que de celles du département de la construction navale[3]. En 1905, celui-ci déclarait que « l'utilisation de turbines à vapeur dans les navires de guerre lourds n'est pas recommandé »[4]. Par voie de conséquence, les cuirassés de la classe Nassau ont été équipés des traditionnelles et obsolètes machines à vapeur à triple expansion d'une puissance théorique de 22 000 ch[1]. Chacune des machines entraînant une hélice à trois pales d'un diamètre de 5 mètres, elles permettent d'atteindre une vitesse maximale théorique de 19,5 nœuds[1]. En essai, les navires atteignaient des vitesses 20 à 20,2 nœuds pour des puissances de 26 224 à 28 117 ch[1]. En termes de comparaison, les turbines à vapeur permettaient au dreadnought britannique d'atteindre les 21 nœuds[5].

Les machines sont alimentées en vapeur par 12 chaudières Schulz-Thornycroft[1] à double foyer.

Les unités de la classe Nassau[modifier | modifier le code]

Classe Nassau
Nom Chantier naval Mise en chantier Lancement Mise en service Fin Photo
SMS Nassau Arsenal
Wilhelmshaven
22 juillet 1907 7 mars 1908 10 octobre 1909 5 novembre 1919
SMS Nassau.jpg
SMS Posen Arsenal Germania
Kiel
11 juin 1907 12 décembre 1908 31 mai 1910 5 novembre 1919
SMS Posen-usna1.jpg
SMS Rheinland AG Vulcan
Stettin
1er juin 1907 28 septembre 1908 10 avril 1909 5 novembre 1919
Rheinland.jpg
SMS Westfalen AG Weser
Brême
12 août 1907 1er juin 1908 16 novembre 1909 5 novembre 1919
SMS Westfalen LOC 25466u.jpg

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c, d et e (Gardiner et Gray, p. 145)
  2. (Gardiner et Gray, p. 144–145)
  3. (Herwig, p. 59–60)
  4. (Gröner, p. 23)
  5. (Gardiner et Gray, p. 21)

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships: 1906–1921, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1984 (ISBN 0-87021-907-3)
  • (en) Erich Gröner, German Warships: 1815–1945, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1990 (ISBN 0-87021-790-9)
  • (en) Holger Herwig, « Luxury » Fleet: The Imperial German Navy 1888-1918, Amherst, New York, Humanity Books,‎ 1980 (ISBN 978-1-57392-286-9)