38 cm SK L/45

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
38 cm SK L/45
Image illustrative de l'article 38 cm SK L/45
Pièce de 380 mm sur position fixe, avec ses servants.
Présentation
Pays Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Type Artillerie lourde
Munitions obus
Fabricant Krupp
Période d'utilisation 1913-1916
Durée de service 1914-1918
Production 8
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 274 tonnes
Longueur(s) 31,6 m
Longueur du canon 45 calibres
Caractéristiques techniques
Portée maximale 47,5 km
Portée pratique 22 km
Vitesse initiale 820 m/s

Le canon de 380 mm (38-cm-Geschütz), ou 38 cm SK L/45 C/13 selon la terminologie allemande (Kaliber 38 cm, Schnellladekanone, Kaliberlänge 45, Jahr 1913 : « canon à chargement rapide de 38 cm et 45 calibres de 1913 »), est une pièce d'artillerie lourde utilisée lors de la Première Guerre mondiale. Ce canon porte le surnom de Langer Max, signifiant « long-Max » ou « Max-le-long ».

Ce modèle a été développé à l'origine comme canon de marine pour équiper les plus puissants cuirassés allemands. En 1915, des tubes sont montés sur des affûts terrestres pour servir sur le front de l'Ouest : jusqu'à huit pièces tirèrent sur les arrières du front jusqu'en 1918 avant d'être détruites.

Développement[modifier | modifier le code]

Un canon de marine[modifier | modifier le code]

Les huit canons de 380 mm du SMS Baden lors d'un exercice de tir en 1915.

Ce modèle de canon est basé sur le tube développé par Krupp pour servir d'armement principal aux cuirassés allemands de la classe Bayern. La construction de ces super-dreadnoughts, les plus puissants de la Kaiserliche Marine, est décidée à l'occasion du quatrième programme naval de 1912, avec quatre unités prévues : l'Allemagne est alors en pleine course aux armements avec le Royaume-Uni, d'où le choix du diamètre de 380 mm et la longueur de 45 calibres (Kaliberlänge en allemand, d'où L/45)[1] comme la réponse au canon de 15 pouces de la Royal Navy. Le premier tube allemand de ce calibre fut testé en 1913 à Meppen (le polygone de test de Krupp), prévu pour être finalement monté à deux par tourelle, avec des systèmes de chargement rapide (d'où les initiales SK pour Schnelldekanone, canon à chargement rapide).

Les deux premiers cuirassés sont mis en chantier à partir d'août 1913 : le SMS Bayern[2] (lancé en février 1915, opérationnel en juillet 1916) et le Baden (lancé en octobre 1915, opérationnel en mars 1917). Par contre, les deux suivants ne seront jamais terminés, le Sachsen et le Württemberg étant mis en chantier en 1914, lancés le premier en novembre 1916 et le second en juin 1917, sans jamais avoir été terminés.

Sur affûts terrestres[modifier | modifier le code]

Les navires n'ayant pas été armés, des tubes sont adaptés sur des affûts terrestres pour servir à la défense côtière, la destruction des fortifications ou au bombardement à longue distance sur le front. La principale modification fut d'installer un gros contre-poids derrière la culasse pour contre-balancer le poids du tube. Mis à disposition de la Deutsches Heer (armée de terre allemande) avec leurs servants de la Kaiserliche Marine, les pièces sont soit installées sur des affûts fixes (deux modèles successifs : Anschiessgerüst puis Bettungsschiessgerüst), soit dans des tourelles fixes servant de batteries côtières, soit sur des affût-truck montés sur voie ferrée (développés à partir de 1917).

Avec une élévation de 16 degrés, le canon envoie un obus de 750 kg à 20,4 km ; à 20 degrés la portée est de 23,2 km ; à 45 degrés de 38,4 km ; avec des gargousses supplémentaires et un obus spécial de 342 kg, les batteries côtières ont atteint une portée de 48 km[3].

Emplois sur le front[modifier | modifier le code]

Différentes pièces d'artillerie lourde, notamment des pièces de marine, furent installées par les principaux belligérants sur positions fixes ou voies ferrés pendant la Première Guerre mondiale, tels que des mortiers, canons et obusiers allemands de 210, 240, 280, 305, 335, 380 et 420 mm. Les canons de 380 mm sont parmi les plus puissantes pièces mises en ligne.

Obus allemand de 380 mm (760 kg).

Contre les fortifications[modifier | modifier le code]

Les fortifications de la place de Verdun (la citadelle et surtout les deux ceintures de forts) sont des cibles logiques pour des pièces lourdes tels que les « long-Max ». Les emplacements de tir bétonnés sont mis en chantier à partir de la fin 1914, reliés par chemin de fer. Les premiers tirs ont lieu le 15 février 1915 contre les forts de Douaumont et de Vaux, puis le 25 février contre la côte de l'Oie[4].

Les tirs de trois batteries équipées chacun d'un canon de 380 mm reprennent à partir du 21 février 1916 au matin, se poursuivant pendant toute la bataille de Verdun : les positions de tir se trouvent dans le bois de Warphémont (à Duzey)[5], à la ferme Sorel (Loison)[6] et au bois de Muzeray, tirant vers le sud-ouest, vers la ville de Verdun. On peut y rajouter l'emplacement de tir de Semide (dans les Ardennes), tirant sur Sainte-Menehould.

D'autres places-fortes françaises sont visées par les canons à longue portée allemands. La place de Belfort est bombardée à partir d'une position se trouvant en forêt de Zillisheim. Cette pièce ouvre le feu le 8 février 1916, tirant 41 obus jusqu'au 5 octobre[6].

Comme batteries côtières[modifier | modifier le code]

Pièce sous tourelle de la batterie Pommern.

Cinq canons sont installés au milieu de positions bétonnées situées dans les Flandres. Ces pièces effectuèrent, faute de cibles sur mer, des tirs vers le camp retranché de Dunkerque.

La première batterie est installée près d'Ostende à Jacobinessen (sur la commune de Bredene). Nommée batterie Deutschland, elle compte quatre canons de 380 mm (les tubes Krupp nos 9, 35, 36 et 41)[3] et ouvre le tir à partir de juin 1917.

La seconde batterie est installée en 1915 en arrière de Nieuport, à Leugenboom (sur la commune de Koekelare)[7]. Cette batterie, nommée batterie Pommern, dispose d'un canon de 380 mm (le Krupp no 15)[3] dans une tourelle blindée et tire à partir de mars 1917. Par exemple le 2 septembre 1917, un de ses tirs coule le navire Ville de Cette dans le port de Dunkerque (darse Freycinet IV)[8].

Ces tirs furent précédés par un 380 mm sur position fixe temporaire à Predikboom (commune de Klerken, près de Dixmude) qui a tiré à partir du 26 avril 1915, puis sont soutenus par des pièces sur rails mis en batterie dans l'hippodrome d'Ostende.

Contre les arrières du front[modifier | modifier le code]

Le tir longue portée d'une pièce d'artillerie lourde peut cibler sur les arrières du front les villes servant de nœud de communications pour perturber l'approvisionnement. En 1915, une pièce est installée à Coucy-le-Château, position lui permettant de tirer sur Compiègne, Fismes et Villers-Cotterêts entre le 14 juin et la fin novembre 1915[9]. Une autre pièce fut implantée à Hampont (dans le bois de Chaumont), lui permettant de tirer du 1er janvier 1916 jusqu'au 17 janvier 1917 sur Nancy, Dombasle-sur-Meurthe et Lunéville[10].

Une série de nouvelles positions fixes furent construites en prévision des offensives allemandes du printemps 1918 : les installations de Santes permirent de tirer sur Béthune ; de Saint-Hilaire-le-Petit sur Châlons, Sainte-Menehould et Suippes ; de Brécy (dans le bois du Châtelet) sur Meaux, Coulommiers et Montmirail[11], etc.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Une pièce fut capturée en Belgique, mais les sept autres sont évacuées en Allemagne avant l'Armistice pour servir à la défense côtière. Les sept sur les côtes allemandes sont détruites sur ordre de la commission militaire inter-alliée en 1921 et 1922. La pièce belge est vendue aux Français en 1924 pour faire des tests dessus ; ce tube est finalement recapturé par les Allemands en juin 1940.

Un nouveau modèle est développé en 1934 (d'où son nom : 38 cm SK C/34 (en)) pour équiper les nouveaux cuirassés allemands, le Bismarck et le Tirpitz[12]. L'installation à terre de quatre tourelles bitubes de 380 mm fut préparée, à raison de deux sur la côte danoise et deux autres près de Cherbourg (au Castel Vendon, sur Gréville-Hague)[13].

Plusieurs pièces du modèle C/34 furent modifiées (modèle C/39) et servirent à la défense côtière en armant les batteries longue portée du Mur de l'Atlantique. Les batteries de Vara (Kristiansand, à l'extrémité sud de la Norvège) et de Hanstholm (à l'extrémité nord du Danemark) tenaient sous leurs feux croisés le détroit du Skagerrak ; la batterie de Læsø (sur l'île du même nom au Danemark) contrôle le Cattégat ; la batterie de Wangerooge (en Allemagne, sur une île de la Frise-Orientale) couvrait l'entrée des ports de Wilhelmshaven et de Bremerhaven ; enfin la batterie d'Audinghen (la batterie Todt, en France), couvrait le pas de Calais[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La longueur de la chambre d'un canon s'obtient en multipliant son diamètre interne par le nombre de « calibres », soit ici 38 cm fois 45 calibres = 17,1 mètres de long.
  2. « SMS » est l'acronyme de Seiner Majestät Schiff, signifiant « navire de Sa Majesté », préfixe de tous les navires de la Kaiserliche Marine.
  3. a, b et c (en) « 38 cm/45 (14.96") SK L/45 », sur http://www.navweaps.com/.
  4. « SKL/45 MAX », sur http://html2.free.fr/.
  5. « Le site du canon "Lange Max" de Duzey », sur http://meuse.xooit.com/.
  6. a et b « Autres emplacements dans l'Est de la France », sur http://rogau.chez.com/.
  7. Le site a été transformé en musée : Batterij Pommern (Vredesmuseum Lange Max), Clevenstraat 2, Koekelare 8680.
  8. « Lange Max, ou la terreur avait un nom pour les Dunkerquois », sur http://histoiresdunord.blogspot.fr/.
  9. Serge Desbois, « Du canon « Lange Max » 1915 au « Canon de Paris » 1918 », sur http://www.livresdeguerre.net/.
  10. « Pas de tir », sur http://rogau.chez.com/.
  11. « Les Lange Max », sur http://ce.qui.demeure.pagesperso-orange.fr/.
  12. (de) « Schiffskanone 38 cm SK C/34 », sur http://www.whq-forum.de/.
  13. (en) « 38 cm SK C/34 in turret C/34 », sur http://bunkersite.com/.
  14. (en) « 38 cm SK C/34 in mounting C/39 (Siegfried) », sur http://bunkersite.com/.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) H. W. Miller (Lt. Col.), Railway Artillery : A Report on the Characteristics, Scope of Utility, Etc., of Railway Artillery, vol. I, Washington, Government Print Office,‎ 1921 (lire en ligne).
  • (de) Paul Schmalenbach, Die Geschichte der deutschen Schiffsartillerie, Herford, Koehlers Verlagsgesellschaft,‎ 1968, 202 p..
  • (en) John Charles Taylor, German Warships of World War I, Shepperton, Allan,‎ 1969, 224 p. (ISBN 0711000999).
  • (en) Herbert Jäger, German Artillery of World War One, Ramsbury, Marlborough, Wiltshire, Crowood Press,‎ 2001 (ISBN 1-86126-403-8).
  • Stéphane Gaber, « Canons allemands à longue portée en Lorraine pendant la première guerre », Le Pays Lorrain, vol. 82,‎ 2001, p. 210-213.
  • Guy François et Alain Chazette, Eisenbahnartillerie : Histoire de l'artillerie lourde sur voie ferrée allemande des origines à 1945, Paris, Editions Histoire et Fortifications,‎ 2006, 96 p. (ISBN 2-915767-08-4).
  • (en) Mirosław Zbigniew Skwiot, German naval guns : 1939-1945, Annapolis, Seaforth Publishing,‎ 2011, 399 p. (ISBN 9781591143116, résumé).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]