August von Mackensen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
August von Mackensen
Mackensen en tenue de commandant du 1e régiment de hussards de la Garde.
Mackensen en tenue de commandant du 1e régiment de hussards de la Garde.

Naissance 6 décembre 1849
Haus Leipnitz en Saxe
Décès 8 novembre 1945
Burghorn
Allégeance Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Grade Maréchal
Années de service 1869 – 1919
Conflits Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Commandement 1e régiment de hussards de la Garde
brigade des hussards de la garde
36e division d'infanterie
XVIIe corps d'armée
11e Armée et Groupe d'armée de Kiev
Groupe d'armée Mackensen
Faits d'armes Bataille de Gumbinnen
Bataille de Tannenberg (1914)
Campagne de Serbie
Campagne de Roumanie
Distinctions étoile de Grand Croix de la Croix de Fer
Ordre de l'Aigle noir Croix de Fer Pour le Mérite
Ordre militaire de Marie Thérèse Ordre de Max Joseph Ordre du mérite militaire de Bavière

August von Mackensen est un maréchal allemand né le 6 décembre 1849 à Haus Leipnitz en Saxe, décédé le 8 novembre 1945 à Burghorn qui s'est illustré lors de la Première Guerre mondiale.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

D'origine modeste, il est le fils de deux paysans agriculteurs, Louis et Marie-Louise Mackensen. Son « ascenseur social » sera celui de beaucoup de prussiens pauvres : l'armée. Ses parents l'envoient en 1865 au Gymnasium de Halle faire des études. Il s'engage au 2e régiment de hussards de la Garde prussienne et participe à la Guerre de 1870 pendant laquelle il est promu lieutenant et reçoit la Croix de fer. Il retourne ensuite à l'université de Halle, puis à son régiment en 1873.

Passant à l'état-major en 1891, à Berlin, il a comme mentor Alfred von Schlieffen. Son premier commandement est le 1e régiment de hussards de la Garde prussienne du 17 juin 1893 au 27 janvier 1898, régiment dont il garde un attachement spécial (À la suite) avec un uniforme qu'il reporte en maintes occasions. Il est anobli le 27 janvier 1899 et devient August von Mackensen. De 1901 à 1903, il est commandant de la brigade des hussards de la garde, puis passe à la 36e division de Dantzig jusqu'en 1908 ; lorsque Schlieffen prend sa retraite en 1906, il fait partie des personnes citées pour le remplacer. Il prend le commandement du XVIIe corps d'armée en 1908.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

C'est avec le XVIIe corps d'armée qui dépend de la 8e armée et sous les ordres de Hindenburg qu'il agit sur le front de l'Est pendant les batailles de Gumbinnen et de Tannenberg (1914). Il passe alors au commandement de la 9e Armée, le 2 novembre 1914 avant de devenir le commandant suprême du front Est et de recevoir la médaille Pour le Mérite pour les actions de Lodz et de Varsovie. En avril 1915, il passe au commandement des 11e Armée et Groupe d'armée de Kiev qui opèrent conjointement en Galicie avec les reprises de Przemyśl et de Lemberg, actions qui lui valent la médaille Pour le Mérite avec feuilles de chênes le 3 juin. Il est élevé à la dignité de maréchal le 22 juin et reçu aussi dans les ordres de chevalerie de l'aigle noir, de Marie-Thérèse, de Saint-Étienne, et de Max Joseph qui sont les ordres les plus élevés de Prusse, d'Autriche-Hongrie et de Bavière ; il reçoit aussi d'autres décorations de la part d'autres principautés de l'Empire allemand.

En Bulgarie, il participe à la guerre comme commandant en chef du « Groupe d'armées Mackensen » qui comprenait les 11e Armée allemande, 3e Armée austro-hongroise, 1e Armée bulgare et des unités turques. Il organise la nouvelle Campagne de Serbie (1915) après les échecs des offensives précédentes. Il écrase la résistance serbe mais se trouve contré par les forces Alliées de l’Expédition de Salonique.

Monument érigé par les Allemands en l'honneur des courageux défenseurs serbes de Belgrade.

En 1916, lorsque la Roumanie entre en guerre, il prend le commandement d'une force aussi composite que celle du front serbe et attaque la Roumanie en Dobrogée, écrasant les Roumains à la Bataille de Turtucaia et faisant reculer les forces roumano-russes du général Andreï Zaïontchkovski, pour s'emparer ainsi de toute la Dobrogée et de ses ports sur la Mer Noire. Cette action d'éclat lui vaut l'une des cinq Grand-croix de la Croix de fer décernées pendant la Première Guerre mondiale. C'est sous le commandement de Falkenhayn que tomba Bucarest, mais c'est Mackensen qui devint gouverneur de ces territoires occupés qui recelaient de grandes richesses en pétrole...

Toutefois, la Bataille de Marasesti (le « Verdun roumain ») marque en 1917 la fin de l'avancée de la Triplice sur le front Est, et les armées austro-allemandes ne parviennent pas à conquérir la Moldavie. En octobre 1918, les Franco-Roumains (commandés par Berthelot) et les Franco-Serbes (commandés par Franchet d'Espèrey) reprennent l'offensive : Mackensen, revenu en Bulgarie (qui a demandé l'armistice) finit par être le prisonnier de l'armée française d'Orient remontant victorieusement depuis Salonique.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Mackensen assiste en 1941 aux funérailles de Guillaume II en Hollande alors occupée par l'armée allemande ; il s'y présente en grand uniforme allemand de l'époque de la Première guerre, ce qui le fait passer pour suspect aux yeux des dignitaires du régime du Troisième Reich.

Il meurt à l'âge de 95 ans, ayant connu durant sa longue vie le royaume de Prusse, Bismarck, l'Empire allemand, la Première Guerre mondiale, la République de Weimar, l'Allemagne nazie et l'occupation de son pays par les Alliés.

Le général von Mackensen, vers 1919.

Famille[modifier | modifier le code]

En 1879 il a épousé Dorothée von Horn (1854-1905) et ils eurent cinq enfants :

  • Else Mackensen (1881/2-1888),
  • Hans Georg von Mackensen (1883-1947), diplomate,
  • Manfred von Mackensen,
  • Eberhard von Mackensen (1889-1969), général,
  • Ruth von Mackensen (1897-1945).

Après la mort de sa première épouse, il se remaria en 1908 avec Léonie von der Osten (1878-1963).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :