Chaos Computer Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kabelsalat le logo du CCC

Le Chaos Computer Club, que l'on désigne souvent par le sigle CCC, est l'une des organisations de hackers les plus influentes en Europe. Le Club se décrit plus poétiquement en tant que communauté galactique des êtres de la vie, indépendante de l'âge, du sexe, de l'origine ethnique ou de l'orientation sociale, qui œuvre à travers des frontières pour la liberté d'information […].

Aujourd'hui, le Chaos Computer Club est principalement actif dans les pays germanophones. Un Chaos Computer Club France a vu le jour dans les années 1980, mais il ne s'agissait en réalité que d'un faux groupe de hackers monté par Jean-Bernard Condat pour le compte de la DST.

Ses buts[modifier | modifier le code]

Le Chaos Computer Club est une communauté globale, qui fait campagne pour la liberté de l'information et de la communication sans aucune censure, quelle qu'elle soit – par n'importe quel gouvernement ou compagnie –, et qui étudie les impacts de la technologie pour la société et l'individu. Ces buts sont également énoncés dans le préambule de la constitution du club, et sont mis en application dans beaucoup de projets par des membres et des amis du CCC.

Ses missions[modifier | modifier le code]

Le CCC se considère comme étant une plateforme de communication pour les hackers et ceux qui veulent le devenir. De plus, non seulement les possibilités de technologie sont étudiées, mais aussi les risques et les conséquences pour la société. Le CCC diffuse les résultats de ses investigations par l'intermédiaire d'une variété de canaux de médias et aux événements publics, aux réunions et aux discussions politiques.

Son histoire[modifier | modifier le code]

Le CCC a été fondé en 1981 à Berlin - il y avait deux grands groupes : l'un à Berlin, l'autre à Hambourg (CCCH).

En 1988, se crée Haecksen (un jeu de mots relatif à Hexen, qui signifie Sorcières), une association de femmes issues du CCC.

Évènements réguliers[modifier | modifier le code]

Tente au Chaos Communication Camp avec le Pesthörnchen drapeau

Depuis 1984, le CCC tient tous les ans un Chaos Communication Congress, qui a lieu habituellement autour de Noël à Berlin ou Hambourg. La même année est apparu également pour la première fois le Datenschleuder, le magazine du CCC.

En 1999, en 2003, puis en 2007 et en août 2011, ont eu lieu le Chaos Communication Camp, un camp de 60 000 m² en plein air, pour « des rencontres, des discussions, des tests, des mises en pratique, des questionnements, du design et redesign, de l'engineering et rétro-ingénierie, de la recherche, du hacking, du phreaking, et des séances de réflexion et de compréhension. »

Quelques actions[modifier | modifier le code]

Le CCC est devenu mondialement célèbre quand il a attaqué le Bildschirmtext allemand (système Vidéotex voisin du Minitel) et réussi à pénétrer une banque locale et à détourner 134 000 DM sur son compte bancaire. L'argent fut retourné le lendemain.

En 1989, le CCC a été indirectement impliqué dans la première affaire de cyberespionnage en faisant les titres de journaux internationaux. Un groupe de hackers ouest-allemands, menés par Karl Koch ont été arrêtés pour avoir piraté des ordinateurs américains au profit du KGB, le service de renseignements soviétique.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Kulla : Der Phrasenprüfer. Szenen aus dem Leben von Wau Holland, Mitbegründer des Chaos Computer Clubs (Scènes de vie de Wau Holland, cofondateur du CCC), Löhrbach 2003, ISBN 3-922708-25-0

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :