Bonduelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bonduelle

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo créé en 1947[1]

Création 1853
Dates clés 1989 : rachat de Cassegrain
2010 : Rachat de France Champignon
Fondateurs Louis Bonduelle-Dalle et Louis Lesaffre Roussel
Slogan Quand les légumes sont bons, c'est Bonduelle.
Siège social Drapeau de France Villeneuve-d'Ascq (France)
Direction Christophe Bonduelle
Activité Agroalimentaire
Produits Légumes frais, en conserve et surgelés
Effectif 9 569 (en 2013/2014)
Site web www.bonduelle.com
Capitalisation 685,12 millions € au 30/06/2014
Chiffre d’affaires 1 921 millions € (2013/2014)
Résultat net 15 millions € (2013/2014)

Bonduelle est une entreprise française spécialisée dans la transformation industrielle des légumes.

Depuis plus de 70 ans, Bonduelle connaît une expansion rapide et constante dans l'industrie des légumes en conserves ou surgelés.
Les produits Bonduelle sont distribués au moyen des canaux de distribution classiques (hypermarchés, supérettes...) et ceux de la restauration hors foyer (restaurants, restauration collective, cantines scolaires, restaurants d'entreprises...).

Histoire[modifier | modifier le code]

Usine Bonduelle de Nagykőrös.
Début du sponsoring sportif en 1999 avec le multicoque Bonduelle et son skipper Jean Le Cam.

La fondation de l'entreprise date de 1853, lorsque deux amis, Louis Bonduelle-Dalle (23 octobre 1802 - 13 novembre 1880), cultivateur et fabricant d’huile, et Louis Lesaffre-Roussel (1802-1869), distillateur, fondent la société « Lesaffre et Bonduelle, Alcools de l’Abbaye », une distillerie de grains et de genièvre située à Marquette-lez-Lille près de la Deûle. Le 17 juin 1862, ils achètent la ferme de l’abbaye cistercienne de Woëstyne à Renescure, aujourd’hui surnommée Bonduelle City. En 1868, Louis Lesaffre fils la transforme en distillerie d'alcools de grains et y installe une malterie[2],[3].

En 1901, faute d’accord entre les descendants des fondateurs décédés, l'entreprise et ses sept usines sont partagées en trois entreprises familiales : Bonduelle, Lemaître et Lesaffre qui hérite de la distillerie-levurerie de Marcq-en-Barœul et de Marquette, le groupe Lesaffre étant aujourd'hui leader mondial de la levure[4].

C'est à partir de 1926 que les « Établissements Bonduelle » commencent à mettre en boîte les petits pois. Dans les années 1930, la demande croissante permet une expansion de l'entreprise qui s'industrialise. Les activités de l'entreprise sont interrompues à partir de 1940 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La progression de la demande après-guerre incite l'entreprise à commencer à acheter des légumes en plus de sa propre production.

En juillet 1947, la quatrième génération de la famille Bonduelle développe le marketing et l'intégration verticale en établissant le propre réseau commercial de l'entreprise qui s'affranchit de celui de La Rochefortaise, conserverie de viande qui assurait depuis 1936 la commercialisation de ses produits. Il lance à cette occasion sa propre marque[5].

Dans les années 1950, l'entreprise développe sa stratégie de diversification : conserves de haricots verts et blancs, de macédoine, et, en 1957, invention de la boîte de petits pois-carottes. Entre 1956 et 1963, Bonduelle s'essaye au cassoulet (lancé en 1956, le produit est arrêté en 1963, le prix de revient de la viande étant trop élevé), aux conserves de poissons (11 % de son chiffre d'affaires en 1961), aux plats cuisinés mais se recentre rapidement sur les légumes[6].

La période 1963-1974 marque la croissance industrielle de la compagnie. Au milieu des années 1960, elle commence à améliorer ses exportations et développe des usines dans le Sud-Ouest, l’Oise, puis la Belgique. En 1963, elle construit une usine à Estrées-Mons qui est devenue au début du XXIe siècle la plus grande conserverie de légumes au monde avec ses 200 000 m2 couverts[7]. En 1968, Bonduelle se lance dans la surgélation des légumes, créant le premier des petits pois en barquettes[8]. Plusieurs filiales européennes sont créées : en Allemagne en 1969, en Italie en 1972 et en Angleterre en 1973. En 1973, l'entreprise réalise la moitié de son chiffre d'affaires avec ses exportations[9].

La tentative de Bonduelle de mettre les frites en boîte en 1973 est un échec[6], les frite étant trop molles[10].

Création à Labenne en 1978 d'une usine de mais doux et d'un entrepôt frigorifique avec le groupe Olano, qui reste 30 ans après un partenaire logistique privilégié sur le sud ouest de la France (à travers les sites de Saint-Jean-de-Luz et Ychoux pour l'entreposage).

De 1975 à 1984, les usines de Bonduelle se redéploient au-delà de la Picardie[9]. En 1980, Bonduelle acquiert le principal conserveur belge, Marie Thumas et son principal concurrent français Cassegrain en 1989.

La période 1985-1999 marque une forte internationalisation du groupe. L'entreprise continue son expansion avec des filiales au Brésil en 1994 (pour répondre à la demande de Carrefour qui ne trouve pas sur place les surgelés souhaités) et en Argentine en 1996[9]. En 1992, elle rachète l'usine hongroise de Nagykőrös, qui deviendra la plus grande conserverie de maïs au monde[10].

L'entreprise s'introduit dans le « frais élaboré » avec l'acquisition de Salade Minute le 7 janvier 1997[11].

En 2003, le groupe se réorganise en six filiales : Bonduelle Frais, Bonduelle Traiteur (grâce notamment à la prise de contrôle de a société bretonne Michel Caugant), Bonduelle Grand Public, Bonduelle Traiteur, Bonduelle Développemet, Bonduelle Food Service.

En 2004, le groupe Bonduelle crée la Fondation Louis Bonduelle, dont le but est de faire évoluer les comportements alimentaires à travers des actions de sensibilisation et le soutien à la recherche[9].

En 2007, Bonduelle complète l'acquisition du Canadien Aliments Carrière (marque Artic Gardens), leader des légumes et des surgelés et qui lui permet de mettre la main sur 39 500 hectares[10].

En 2010, Bonduelle fait l’acquisition de France Champignon, le champignon devient le deuxième légume de Bonduelle après le maïs.

En 2013, le groupe Bonduelle se réorganise autour de deux pôles géographiques (Europe et hors Europe) et de quatre business units (Bonduelle Europe Long Life pour les conserves et les surgelés ; Bonduelle Fresh Europe pour la 4ème gamme et le traiteur ; Bonduelle Americas et Bonduelle Développement)[12]..

L'entreprise a fait du français la langue officielle de son groupe, y compris aux États-Unis[réf. souhaitée].

Marques[modifier | modifier le code]

  • Bonduelle (France, Allemagne, Benelux)
  • Cassegrain (France)
  • Arctic Gardens (Canada)
  • Globus (Russie, CEI)

Marchés[modifier | modifier le code]

  • En 2014, no 1 en France (où le groupe réalise 30 % de son chiffre d'affaires) et no 1 en Europe (66 % du C.A. du groupe) des légumes en conserve et no 2 des légumes surgelés[13].
  • Parts de marché en 2014 : conserves (53 % du chiffre d'affaires), surgelés (28 %), légumes frais (19 % dont la gamme traiteur)[13].

Notoriété[modifier | modifier le code]

Selon Christophe Château, directeur communication et marketing corporate du groupe Bonduelle, la marque en 2014 est la cinquième préférée des Français avec un taux de notoriété spontané de 50 % et globale approchant les 100 %[14].

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières en millions d'euros
Période juillet 2013 - juin 2014
Chiffres d'affaires 1921
Résultat opérationnel 103
Résultat net 15
  • 9 569 collaborateurs permanents en 2013/2014
  • 57 sites industriels et d'autoproduction agricoles
  • 128 000 hectares cultivés dans le monde par 3 440 agriculteurs contractualisés[15] et avec la collaboration de 283 agronomes[16]

Données boursières[17][modifier | modifier le code]

  • Place de cotation Euronext Paris
  • Membre de l'indice CAC Mid & Small, CAC All Shares, CAC All Tradable
  • Code Valeur ISIN = FR0000063935
  • Valeur nominale = euro
  • Composition de l'actionnariat :
    • Associé commandité : 27.63 %, autres familles Bonduelle 24.75 % , Public 38.80 %, salariés 3.45% et autodétention 8.81 %
Données boursières au 30 juin 2014
Titres en circulation 32 millions
Capitalisation boursière 685.12 millions €
Moyenne mensuelle des échanges 330184

Gouvernance[18][modifier | modifier le code]

  • Président Directeur Général: Christophe Bonduelle depuis 2001
  • Directeur Bonduelle Development : Benoît Bonduelle
  • Directeur des Relations extérieures et du développement durable : Jean-Bernard Bonduelle
  • Directeur des Ressources humaines : Bruno Rauwel
  • Directeur administratif et financier : Grégory Sanson
  • Directeur Bonduelle Europe Long Life: Philippe Carreau
  • Directeur Bonduelle Américas : Daniel Vielfaure
  • Directeur Bonduelle Fresh Europe: Pascal Bredeloux

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2014, Bonduelle s'acquitte d'une amende, infligée par la Commission européenne, de 30 millions d'euros pour « entente sur les prix dans le secteur des champignons en conserve » [19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il a adopté 7 formes différentes (notamment en 1960 une forme ronde féminine et une typographie plus fine s'adressant à la ménagère et en 1995 un logo dominé par le vert correspondant aux valeurs de naturalité) jusqu'à une nouvelle identité visuelle créée en 2008 : l'arc de cercle en dégradé rouge, orange et jaune symbolise le soleil levant. Le feuillage et la typographie verte représentent le végétal. La lettre n coupe le mot en deux pour faire ressortir le mot « bon ». Source : 60 ans de la marque Bonduelle
  2. Bonduelle Historique, Bonduelle
  3. Jean Watin-Augouard, « Bonduelle marque aux 500 variétés de légumes », La revue des marques, no 61,‎ janvier 2008, p. 42
  4. Guy Dubois, Le Nord Pas-de-Calais Pour les Nuls, Éditions First-Gründ,‎ 2012, p. 117
  5. Jean Watin-Augouard, op. cit., p. 43
  6. a et b Valérie Sauvage, « Bonduelle : les petites boîtes en ont créé une grande », sur 'La Voix du Nord',‎ 3 août 2012
  7. Anaïs Carpentier, « L'usine Bonduelle fête son demi-siècle en fanfare », sur le courrier picard,‎ 19 août 2013
  8. Jean Watin-Augouard, op. cit., p. 44
  9. a, b, c et d Frank Bournois, Sébastien Point, Jacques Rojot, Jean-Louis Scaringella, RH. Les meilleures pratiques du CAC 40/SBF 120, Éditions Eyrolles,‎ 2007, p. 549
  10. a, b et c Alexandre Lenoir, « La saga d'une grosse légume », sur L'Express,‎ 13 juillet 2007
  11. Jean Watin-Augouard, op. cit., p. 47
  12. Camille Harel, « Performances remarquables pour Bonduelle en 2012-2013t », sur LSA,‎ 3 octobre 2013
  13. a et b Camille Harel, « Bonduelle : frôle les 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2014 et fourmille de projets de développement », sur LSA,‎ 30 septembre 2014
  14. Valéry Pothain, « Nous voulons devenir le référent mondial du bien vivre par l’alimentation végétale », sur lesmarquesalaloupe.com,‎ 2 décembre 2014
  15. Bonduelle en bref sur /www.bonduelle.com
  16. Bonduelle en bref, sur http://alimentation.gouv.fr/
  17. Bonduelle, « L'action Bonduelle en direct »,‎ 2010 (consulté le 14 décembre 2010)
  18. Bonduelle, « L'organisation de Bonduelle »,‎ 2010 (consulté le 14 décembre 2010)
  19. Bonduelle: l'amende de Bruxelles plombe les résultats, Challenges, 30 septembre 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valérie Sauvage, « Bonduelle : les petites boîtes en ont créé une grande », La Saga des marques, t. 1,‎ mai 2012, p. 20-23.