Bazemont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bazemont
L'Hôtel de ville
L'Hôtel de ville
Blason de Bazemont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Aubergenville
Intercommunalité Communauté de communes Gally-Mauldre
Maire
Mandat
Jean-Bernard Hetzel
2014-2020
Code postal 78580
Code commune 78049
Démographie
Population
municipale
1 517 hab. (2011)
Densité 230 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 44″ N 1° 51′ 57″ E / 48.9289, 1.865848° 55′ 44″ Nord 1° 51′ 57″ Est / 48.9289, 1.8658  
Altitude Min. 35 m – Max. 185 m
Superficie 6,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Bazemont

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Bazemont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bazemont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bazemont

Bazemont est une commune française située dans le département des Yvelines (Arrondissement de Mantes-la-Jolie) en région Île-de-France. Elle se trouve à 18 km au sud-est de la ville de Mantes-la-Jolie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Bazemont dans les Yvelines
Locator Dot.png

La commune de Bazemont s'étend sur les sommets du coteau dominant le versant est de la vallée de la Mauldre. La partie la plus importante du village est regroupée autour de l’église au lieu-dit « le Village ». La commune comporte également des hameaux : la Malmaison, les Gardées, les Grands Jardins, la Pie ainsi que le hameau de la Sainte-Colombe, partagé avec la commune d'Aubergenville, et Beulle, hameau dont la majeure partie est sur la commune de Maule.

Une importante étendue boisée se trouvant sur la partie est du territoire communal fait partie de la forêt des Alluets.

Le village proprement dit est traversé par des routes communales. La route départementale D45 traverse le hameau de Beulle, reliant Les Alluets-le-Roi à Maule. Les communes limitrophes sont Flins-sur-Seine au nord, Bouafle et Ecquevilly au nord-est, Les Alluets-le-Roi au sud-est, Herbeville au sud (sur environ 400 m), Maule au sud-ouest, Aulnay-sur-Mauldre à l'ouest et Aubergenville au nord-ouest.

La commune est desservie par la ligne SMTS de la société de transport Transdev Houdan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est attesté sous les formes médiévales latinisées Bosomons (sans date), Basi Mons (XIIe siècle) ou encore Basemont en 1351[1].

Ce nom est une formation romane d'époque mérovingienne ou carolingienne caractéristique du nord de la France. En effet, le nom du propriétaire précède l'appellatif suivant un mode de composition influencé par le germanique.

Le premier élément est sans doute le nom de personne germanique Baso également identifié par Albert Dauzat et Charles Rostaing dans les toponymes du type Bazainville, Bazancourt, Bazencourt, Montbazon[2] et dans les patronymes Bazon et Bason. Il a pu se confondre avec un autre anthroponyme germanique, Boso, que l'on retrouve dans les toponymes du type Bouzonville, Bézancourt et les patronymes Boson et Bozon.

Le second élément est l'appellatif roman mont « colline, mont » issu du latin mons « montagne ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Église Saint-Illiers

Dès le Xe siècle, des moines dépendant du prieuré de Maule défrichent une partie de la forêt des Alluets et s’installent à Sainte-Colombe. Cette seigneurerie est acquise le 15 décembre 1564 par le chevalier Charles d'O, déjà seigneur de Bazemont et d'Herbeville depuis 1531[3].

Le sous-sol est riche en calcaire, en meulière, en argiles et en marnes. Ces matériaux sont extraits du sous-sol jusqu’au XIXe siècle. Le calcaire et la meulière sont utilisés comme matériaux de construction, les argiles sont la matière première pour la fabrication de briques et les marnes sont extraites pour amender les sols utilisés par l’agriculture. Selon Anjoran, instituteur de Bazemont dans les années 1900, une rumeur plausible et encore persistante aujourd'hui tend à affirmer que les tours de la cathédrale Notre Dame de Chartres ont été construites avec des pierres provenant des carrières de Bazemont[3].

Les anciennes carrières sont transformées en champignonnières au XIXe siècle. Leurs galeries courent sous une partie du territoire communal.

De 1786 à 1836, Louis Pierre Parat de Chalandray, dernier seigneur du village, puis maire pendant quelques décennies, entreprend de profondes modifications qui touchent tous les monuments (château et église) et fait construire une ferme, des communs dans la cour du château, un abreuvoir lavoir et une salle de spectacle (La Comédie).

Après l’exploitation des arbres fruitiers et la culture maraîchère alimentant les marchés avoisinants, l’activité agricole de Bazemont concerne principalement la culture céréalière. Des centres équestres se sont par ailleurs créés sur la commune. Bazemont ne dispose d’aucun commerce de proximité depuis 1991, mais accueille un petit théâtre depuis 1978.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 517 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400 337 362 399 423 415 441 410 377
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
393 412 415 389 403 420 403 415 435
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
460 452 442 427 462 473 427 390 392
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
443 590 945 1 185 1 468 1 526 1 539 1 536 1 521
2011 - - - - - - - -
1 517 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationales et départementales, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 14,7 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 24,5 %, plus de 60 ans = 19,1 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,3 %, 15 à 29 ans = 11,6 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 25,9 %, plus de 60 ans = 21 %).
Pyramide des âges à Bazemont en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,6 
4,3 
75 à 89 ans
5,9 
14,7 
60 à 74 ans
14,5 
24,5 
45 à 59 ans
25,9 
21,1 
30 à 44 ans
21,2 
14,7 
15 à 29 ans
11,6 
20,5 
0 à 14 ans
20,3 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Bazemont[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 Mars 2001 Maurice Hubert    
Mars 2001 Mars 2008 Maurice Hubert[8]    
Mars 2008 Décembre 2010 Gérard Allavoine[9]    
Mars 2011 Mars 2014 Jean-Bernard Hetzel[10]    
Mars 2014 En cours de mandat Jean-Bernard Hetzel[11] Sans étiquette  

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Bazemont appartient au canton d'Aubergenville. Elle est également rattachée à la communauté de communes Gally-Mauldre.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au niveau judiciaire, Bazemont fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et comme toutes les communes des Yvelines, le village dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce S.I.S. de Versailles[12],[13].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Illiers : église du XIIe siècle en faite pierre meulière. Cet édifice est directement relié à l'église depuis 1786 par une galerie aérienne à colombage aménagée par le dernier seigneur du village, Louis Pierre Parat de Chalandray.
  • Château : construit au XVIe siècle, de style Renaissance, par le marquis Charles d'O et profondément remanié au cours du temps. Celui-ci a été acquis en 1893 par la municipalité afin d'y installer la mairie, l'agence postale ainsi que des écoles.
  • Lavoir abreuvoir : au pied de la Comédie avec un bassin rectangulaire, creusé en 1789 à la demande de Louis Pierre Parat de Chalandray.
  • La ferme de Bazemont : mitoyenne avec la cour du château, édifiée en 1787 également par Louis Pierre Parat de Chalandray.
  • La Comédie : salle de spectacles bâtie en 1804 à la demande de Louis Pierre Parat de Chalandray. De forme rectangulaire, au toit en brique, son entrée se fait par une porte au fronton triangulaire surmonté d'un oculus. L'intérieur possède un plafond en poutres et une cheminée en bois. Le fond de la cheminée est orné d'une plaque en fonte décorée d'un bas-relief représentant un blason semé d'hermine, soutenu par une licorne et une femme, et entouré du collier de Saint-Jacques. Accolé au mur, un poêle du XIXe siècle en céramique blanche supporte une plaque de marbre. Un escalier en bois permet l'accès au comble.
  • Mairie : installée en 1893 dans une aile de l'ancien château du XVIe siècle
  • Le Gothique : ancienne salle des gardes des seigneurs devenue une salle des fêtes. Cette pièce souterraine est notable pour ses nombreuses voutes d'architecture gothique. En 1966 la salle a été aménagée par de jeunes bazemontais afin de créer l'association "Foyer Rural des Jeunes et d'Éducation Populaire le Gothique" existant toujours aujourd'hui et appelée plus communément "Le Gothique".

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

  • Le Théâtre du Gothique : troupe amateur montant un spectacle annuel depuis 1978.
  • F.R.J.E.P. Le Gothique : une association loi 1901 organisant de nombreux événements culturels.
  • La municipalité publie un bulletin d'information intitulé Au fil de la Rouase, du nom d'un ruisseau arrosant la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Longnon, Pouillé de la Province de Sens, 1904, p. 212
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 60b
  3. a et b Anjoran, Commune de Bazemont, Bazemont,‎ 1899, 35 p. (lire en ligne)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Bazemont en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  7. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  8. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ 29 mars 2001.
  9. « Une élection peut en cacher une autre », Le Parisien,‎ 20 mars 2011.
  10. « Bazemont - Un nouveau maire élu vendredi », Le Parisien,‎ 23 mars 2011.
  11. Conseil municipal du 28 mars 2014 [1]
  12. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 20 avril 2011).
  13. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 20 avril 2011).