Garancières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Garencières.
Garancières
La mairie.
La mairie.
Blason de Garancières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Montfort-l'Amaury
Intercommunalité Aucune
Maire
Mandat
Christian Lorinquer
2014-2020
Code postal 78890
Code commune 78265
Démographie
Gentilé Garanciérois
Population
municipale
2 395 hab. (2011)
Densité 224 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 18″ N 1° 45′ 31″ E / 48.8217, 1.758648° 49′ 18″ Nord 1° 45′ 31″ Est / 48.8217, 1.7586  
Altitude Min. 87 m – Max. 188 m
Superficie 10,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Garancières

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Garancières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Garancières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Garancières
Liens
Site web www.mairie-garancieres-78.fr

Garancières est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Garancières dans les Yvelines
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Garancières est située dans la plaine de Montfort-l'Amaury à 32 km à l'ouest de Versailles, la préfecture, et à 26 km de Rambouillet, la sous-préfecture.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ru de Millemont.
Le ru de Millemont.

Le territoire communal est traversé d'ouest en est par le ru de Millemont et le ru des Fontaines provenant de La Queue-lez-Yvelines au sud. Ces deux rus se jettent dans le ru de Garancières qui s'écoule vers Boissy-sans-Avoir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Flexanville Flexanville / Villiers-le-Mahieu Autouillet Rose des vents
Béhoust N Boissy-sans-Avoir
O    Garancières    E
S
Millemont La Queue-les-Yvelines La Queue-les-Yvelines

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 42 qui mène, vers l'est, à Boissy-sans-Avoir et Neauphle-le-Vieux et, vers l'ouest, à Béhoust et, au-delà, à Septeuil. La route départementale 155 est la rue Louis Siou ou route de la Gare qui mène à La Queue-lez-Yvelines. La route départementale 197 qui commence à proximité de la gare, traverse le sud du territoire communal pour mener, vers le sud-ouest, à Millemont et à la route nationale 12.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Saint-Cyr à Surdon traverse le territoire communal. La commune possède une gare ferroviaire sur cette ligne.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 02, 10 et 67 de la société de transport Transdev Houdan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Garancières, mot d'origine germanique Warenceras IXe siècle, est un champ de garance, plante tinctoriale[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Le monument aux morts.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Garancières

Les armes de Garancières se blasonnent ainsi :
D'azur à la tour d'or chargée d'une quintefeuille de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Christian Lorinquer[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 395 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
798 866 821 806 880 848 823 824 823
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
774 780 791 795 750 749 741 815 905
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
865 904 907 857 854 796 803 917 930
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
902 1 025 1 193 1 392 1 923 2 242 2 331 2 395 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,6 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,6 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 24,2 %, plus de 60 ans = 14,5 %) ;
  • 49,4 % de femmes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 25,1 %, 45 à 59 ans = 23,7 %, plus de 60 ans = 16,3 %).
Pyramide des âges à Garancières en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,2 
4,2 
75 à 89 ans
5,3 
10,2 
60 à 74 ans
10,8 
24,2 
45 à 59 ans
23,7 
21,6 
30 à 44 ans
25,1 
15,2 
15 à 29 ans
15,2 
24,6 
0 à 14 ans
19,8 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

La fontaine.
La fontaine.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[7] :

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.
  • Église Saint-Pierre : édifice en pierre du XIIe siècle, inscrit monument historique le 17 février 1950[8].
  • Vestiges d'un ancien pigeonnier, la tour du Fresnay.
  • Abreuvoir XVIIe siècle.
  • Château du Breuil (XVIe siècle).
  • Entre Garancières et Millemont, prés du Château du Moulinet, il y avait une "Rue (chemin) des Juifs". M. Walter Eytan, ancien ambassadeur d’Israël en France, fait état d’une "Rue de la Synagogue", en bordure de forêt.

Activités festives[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le général Claude-François Malet (1754-1812), auteur d'une tentative de coup d'État contre Napoléon, fut propriétaire du château du Breuil.
  • La chanteuse Sheila habite Garancières.
  • Le groupe Cupofty vient de Garancières.
  • Le journaliste Michel Lancelot est enterré à Garancières.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]