Neauphle-le-Vieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Neauphle-le-Vieux
La mairie.
La mairie.
Blason de Neauphle-le-Vieux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Montfort-l'Amaury
Intercommunalité Aucune
Maire
Mandat
Denise Planchon
2014-2020
Code postal 78640
Code commune 78443
Démographie
Gentilé Neauphléens
Population
municipale
811 hab. (2011)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 59″ N 1° 51′ 49″ E / 48.8163888889, 1.8636111111148° 48′ 59″ Nord 1° 51′ 49″ Est / 48.8163888889, 1.86361111111  
Altitude Min. 53 m – Max. 111 m
Superficie 7,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Neauphle-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Neauphle-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neauphle-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neauphle-le-Vieux
Liens
Site web www.mairie-neauphlelevieux.fr

Neauphle-le-Vieux est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Neauphle-le-Vieux dans les Yvelines
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Neauphle-le-Vieux est située dans le centre des Yvelines, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Versailles, préfecture du département, et à une vingtaine de kilomètres au nord de la sous-préfecture, Rambouillet.

Elle se trouve dans la plaine de Montfort-l'Amaury, petite région naturelle creusée par la Mauldre et ses affluents qui prolonge vers l'ouest la plaine de Versailles. Elle marque le début du cours inférieur de la Mauldre.

Les communes limitrophes sont Beynes au nord, Villiers-Saint-Frédéric à l'est, Jouars-Pontchartrain à l'extrême est-sud-est (sur 150 mètres), Le Tremblay-sur-Mauldre au sud-est, Bazoches-sur-Guyonne au sud-sud-est (sur 100 mètres), Mareil-le-Guyon au sud, Méré au sud-ouest et Vicq à l'ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Neauphle-le-Vieux se trouve dans la vallée de la Mauldre, sur la rive gauche de la rivière, au confluent de celle-ci avec ses deux principaux affluents de rive gauche, la Guyonne et le Lieutel, dans le nord-est de la plaine de Montfort-l'Amaury.

La commune de Neauphle-le-Vieux est l'une des douze communes concernées par le plan de prévention des risques d'inondation (PPRI) du bassin de la Mauldre. La Mauldre et ses affluents sont en effet sujets à des crues rapides, de type torrentiel[1].

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

  • Cressay
  • Saint-Aubin

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vicq Beynes Villiers-Saint-Fréderic Rose des vents
Vicq N Villiers-Saint-Fréderic
O    Neauphle-le-Vieux    E
S
Méré Mareil-le-Guyon / Le Tremblay-sur-Mauldre Jouars-Pontchartrain

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Les communications sont assurées par plusieurs routes départementales : la RD 11, la RD 42, la RD 34 qui se croisent dans le bourg, la RD 912, traversent la partie sud de la commune. La route nationale 12 traverse le territoire communal au sud-ouest.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Saint-Cyr à Surdon passe par le territoire communal. La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Villiers - Neauphle - Pontchartrain qui est situé à 1,3 km de la commune.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes: Nielfa en 1077[2],Nealpha Veteres, Nealpha Vetus, Neapha Vetus, Neaufla Vetus en 1351[3], Neaufle l'Evieux[4].

Neaufle l'Evieux, Nidalfa aquosa, c'est-à-dire "Neaufle l'arrosé"; car en gaulois eve signifie de l'eau. Le peuple au lieu de dire Neaufle l'Evieux, dit "Neaufle le Vieux" (Citation de Jean-Aimar Piganiol de La Force, historiographe royal en 1780)[5].

Le nom de Neauphle est issu d'un composé germanique signifiant « temple neuf » (voir à l'article Neauphle-le-Château).

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Neauphle-le-Vieux

Les armes de Neauphle-le-Vieux se blasonnent ainsi :

d'azur à une croix d'argent.

Historique[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Le monument aux morts.

Des fouilles archéologiques effectuées par l'INRAP entre décembre 2007 et avril 2008 dans le domaine de l'Ardillière attestent d'une présence humaine sur le site dès le néolithique et plus tard d'une occupation à l'époque gauloise avec la découverte d'une ferme.

L'Abbaye de Neauphle-le-Vieux fut érigée en 1078 par Philippe Ier mais l'établissement existait peut-être déjà à la fin du Xe siècle (an 990)[6].

L'Abbaye subsista jusqu'en 1737, année où elle fut dissoute, à cause du manque de ressources financières et du faible nombre de moines.

De l'ancienne Abbaye du Moyen Âge ne reste que deux salles en sous-sol du XIIe siècle, une partie de l'église et une grange donnant sur la cour de la ferme.

La maison abbatiale actuelle date de la fin du XVIIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Denise Planchon[7]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 811 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
487 509 546 567 466 490 486 559 546
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
515 490 490 482 435 454 441 486 517
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
506 461 420 443 477 468 551 609 675
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
511 493 526 549 577 707 693 691 811
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 23,3 %, plus de 60 ans = 17,8 %) ;
  • 48,6 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 13,4 %, 30 à 44 ans = 27,7 %, 45 à 59 ans = 21,7 %, plus de 60 ans = 18,5 %).
Pyramide des âges à Neauphle-le-Vieux en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,3 
3,9 
75 à 89 ans
6,3 
13,9 
60 à 74 ans
11,9 
23,3 
45 à 59 ans
21,7 
23,2 
30 à 44 ans
27,7 
14,3 
15 à 29 ans
13,4 
21,3 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Le territoire est essentiellement rural (environ 90 %) et consacré à la grande culture céréalière. L'habitat est regroupé, le long de la Mauldre, dans le bourg et dans le hameau de Cressay situé plus au nord, à l'exception d'un second hameau, le hameau de Saint-Aubin plus au sud, qui est principalement occupé par la ferme d'une famille d'exploitants agricoles et de trois fermes isolées : la ferme de l'Île Robert, la ferme du Toussac (site d'un ancien moulin)[12], et la ferme de la Chapelle.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[13] une école maternelle et une école élémentaire, toutes deux publiques (Groupe scolaire Marie de Cressay).

Sports et infrastructures sportives[modifier | modifier le code]

On trouve dans Neauphle-le-Vieux :

  • Le centre équestre "Les Fauvettes" (Domaine des Fauvettes, accès par la place Sully).
  • 2 courts de tennis (Domaine des Fauvettes, accès par la place Sully).
  • Un terrain de football (à côté de l'école élémentaire et maternelle Sainte-Marie de Cressay).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Nicolas.
L'église Saint-Pierre-et-Saint-Nicolas.
  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Nicolas (XIIe siècle).
  • Lavoirs (XIXe siècle), sur le cours du Lieutel dans le bourg et à Cressay.
  • Ancienne Abbaye (XIe siècle).
  • Abbaye (fin XVIIe siècle).
  • Château de Neauphle-le-Vieux (Les Fauvettes) (XVIIIe-XIXe siècle).
  • Pigeonnier de Saint-Aubin (XVIe siècle).
  • Une cave[14] d'époque médiévale (probablement du XIIe siècle) découverte de façon fortuite en 1980 suite à un éboulement lors de travaux d'assainissement (tout-à-l'égout). Elle se situe approximativement sous la Place Sully et l'accès est possible via un escalier en pierre dans le domaine des Fauvettes. Les risques d'effondrement en interdisent sa visite.

Activités festives[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Brame, Historique de l'abbaye Saint-Pierre de Neauphle-le-Vieux (1938), Extrait de la Revue Mabillon, 1931-1935 (voir Archives de la Revue Mabillon).
  • Marie-Huguette Hadrot, Le château de Neauphle-le-Vieux - Histoire et archéologie d'Yvelines no 6 (1980), pages 11 à 18.
  • Marie-Huguette Hadrot, L'abbaye de Neauphle-le-Vieux - Histoire et archéologie d'Yvelines no 6 (1980), pages 19 à 24.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice de présentation du Plan de prévention des risques d'inondation de la vallée de la Mauldre. », Préfecture des Yvelines (consulté le 8 mai 2011).
  2. Noms de lieu d'Île-de-France – M. Mulon – 1997
  3. Auguste Longnon, Pouillé de la Province de Sens, 1904, p. 161, p. 159, 210, 211,
  4. Jean-Aimar Piganiol de La Force,- Nouveau voyage de France - 1780 - Tome 1 - page 178
  5. Jean-Aimar Piganiol de La Force - Nouveau voyage de France - 1780 - Tome 1 - page 178
  6. René Merlet, « Fondation de l'abbaye de Neauphle-le-Vieux, au diocèse de Chartres, en l'année 1078 », sur Persée, Bibliothèque de l'école des chartes,‎ 1891 (consulté le 8 mai 2011).
  7. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture des Yvelines.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  10. « Évolution et structure de la population à Neauphle-le-Vieux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 mai 2011).
  11. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 mai 2011).
  12. Toussac,C'est une vieille expression formée avec l'ancien français toler (–'enlever, "voler" et le mot "sac"...de farine, bien sûr.Les meuniers avaient assez mauvaise réputation: on les soupçonnait de tricher sur le poids de la farine.- Noms de lieu d'Île-de-France – M. Mulon – 1997
  13. Site officiel de l'inspection académique des Yvelines.
  14. Médiathèque de l'architecture et du patrimoine.