Bataille navale de Vigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la Baie de Vigo
La Bataille de la Baie de Vigo par Ludolf Bakhuizen
La Bataille de la Baie de Vigo par Ludolf Bakhuizen
Informations générales
Date 23 octobre 1702
Lieu Au large de Vigo (Galicie)
42° 15′ 00″ N 8° 44′ 42″ O / 42.25, -8.745
Issue Victoire des Anglo-Hollandais
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Commandants
François Louis Rousselet de Châteaurenault
Manuel de Velasco
George Rooke
Philips van Almonde
Forces en présence
20 vaisseaux espagnols
20 vaisseaux français
49 vaisseaux
Pertes
2 000 hommes
23 vaisseaux détruits
17 vaisseaux capturés
800 hommes
Guerre de Succession d'Espagne
Batailles
Campagnes de Flandre et du Rhin

Landau (1702) (en) · Friedlingen · Kehl · Ekeren · Höchstädt · Spire · Schellenberg (Donauworth) · Bleinheim · Eliksem · Ramillies · Stollhofen · Cap Béveziers · Cap Lizard · Audenarde · Wijnendale · Lille · Malplaquet · Douai · Denain · Bouchain (en) · Douai · Landau (1713) · Fribourg

Campagnes d'Italie

Carpi · Chiari · Crémone · Luzzara · Cassano · Nice · Calcinato · Turin · Castiglione (en) · Toulon · Gaeta · Cesana · Campo Maior · Syracuse

Campagnes d'Espagne et de Portugal

Cadix · Vigo (navale) · Cap de la Roque · Gibraltar (1re) · Ceuta (es) · Málaga · Gibraltar (2e) · Marbella · Montjuïc · Barcelone (1705) · Badajoz · Barcelone (1706) (en) · Murcie (es) · El Albujón · Santa Cruz de Ténérife (en) · Almansa · Xàtiva · Ciudad Rodrigo · Lérida · Tortosa (ca) · Minorque · Gudiña · Almenar · Saragosse · Brihuega · Villaviciosa · Barcelone (1713-1714)

Antilles et Amérique du sud

Santa Marta · Guadeloupe · Nassau · Colonia del Sacramento · Carthagène (1re) · Rio (1710) · Carthagène (2e) · Rio (1711) · Cassard

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 42° 15′ 00″ N 8° 44′ 42″ O / 42.25, -8.74542° 15′ 00″ Nord 8° 44′ 42″ Ouest / 42.25, -8.745  

Géolocalisation sur la carte : Galice

(Voir situation sur carte : Galice)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille navale de Vigo.

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille navale de Vigo.

La bataille navale de la baie de Vigo, parfois appelée bataille de Rande, eut lieu le 23 octobre 1702 (nouveau style) ou le 12 octobre (selon le calendrier julien encore utilisé en Angleterre à cette date) dans la baie de Vigo, au large des côtes de la Galice en Espagne. Elle mit aux prises une flotte anglo-hollandaise dirigée par l'amiral George Rooke, secondé par les amiraux hollandais Philips van Almonde et Philips van der Goes, avec un convoi franco-espagnol commandé par les amiraux François Louis Rousselet de Châteaurenault et Manuel de Velasco.

Le contexte[modifier | modifier le code]

Rooke avait été envoyé en mission avec une flotte anglo-hollandaise de 49 navires pour s'emparer du port de Cadix, mais le 29 septembre 1702, tenu en échec, il se décide à retourner en Angleterre et fait relâche à Lagos (Portugal). Là, il apprend qu'un convoi espagnol, chargé de ramener en une fois toute la production des colonies américaines de l'année précédente, a quitté La Havane le 24 juillet mais, alerté du raid anglais, avait reçu ordre de détourner sa route de Cadix vers Vigo, qu'il avait atteint le 23 septembre.

Décidé à rendre un peu de lustre à sa mission, Rooke fait voile immédiatement vers Vigo, où il tombe sur une escadre de 40 vaisseaux français et espagnols en train de décharger le fret. La flotte espagnole est composée de 20 vaisseaux ramenant leurs riches cargaisons des Indes Occidentales commandée par Velasco, et de son escorte de 20 navires de la Marine royale française.

Chateaurenault avait déjà organisé la protection du port en refermant la darse par des herses de mâts de navire qu'il avait donné l'ordre d'abattre ; l'entrée du port était couverte par des pièces d'artillerie en batterie depuis les forts de la ville et de l'île San Simón, non loin de Redondela.

La bataille[modifier | modifier le code]

La bataille de Vigo coute 18 vaisseaux à la France et 11 à l'Espagne. Au premier plan, les vaisseaux anglais et hollandais. Anonyme.

Pourtant, le 23 octobre, Rooke donne l'ordre d'attaquer, chargeant l'amiral Thomas Hopsonn (en) commandant le HMS Torbay de forcer le barrage de mâts entassés, et de faire débarquer le corps expéditionnaire du duc d'Ormonde afin qu'il s'empare des redoutes.

L'affrontement se déroule dans la baie de San Simón où les Franco-Espagnols se sont abrités, pensant ainsi pouvoir se garder de toute tentative d'attaque de la part des Anglais.

L'assaut est un succès total pour Rooke. Le Torbay parvint à forcer l'entrée du port, les batteries d'artillerie sont capturées, et finalement les vaisseaux français et espagnols sont incendiés sur place ou échoués : 12 des vaisseaux français sont détruits. Les Anglo-Hollandais s'emparant du reste de l'escadre (6 vaisseaux et deux frégates).

De la flotte espagnole, 11 navires sont détruits et 9 sont capturés. La flotte anglo-hollandaise ne perd aucun bâtiment. En revanche, le combat fait de nombreuses victimes de part et d'autre : on estime qu'il y a 2 000 morts et autant de blessés du côté franco-espagnol, et 800 morts et 500 blessés du côté anglo-hollandais. Les vainqueurs récupèrent 14 000 livres de butin (près de 3 millions de livres avaient déjà été déchargés par les Espagnols avant l'assaut). En reconnaissance des services rendus, Rooke est nommé gouverneur de Gibraltar (1704).

Cette bataille est souvent mentionnée pour illustrer l'inefficacité de la Royale sous le règne de Louis XIV.[réf. nécessaire]

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Liste des vaisseaux ayant pris part à la bataille, il ne s'agit pas de tous les vaisseaux présents sur place.

Flotte française[modifier | modifier le code]

Commandée par le marquis de Châteaurenault

  • Le Fort, 76, vice-amiral de Châteaurenault, brûlé
  • Le Prompt, 76, Amiral Beaujeu, capturé par les Britanniques
  • L'Assuré , 66, capitaine d'Aligre, capturé par les Britanniques
  • L'Espérance, 70, capitaine La Gallissonnière, échoué et sabordé
  • Le Bourbon, 68, capitaine Montbault, capturé par les Hollandais
  • La Sirène, 60, capitaine de Mongon, échoué et sabordé
  • Le Solide, 56, capitaine de Champmeslin, brûlé
  • Le Ferme, 72, capitaine de Beaussier, capturé par les Britanniques
  • Le Prudent, 62, capitaine de Grandpré, brûlé
  • L'Oriflamme, 64, capitaine Fricambault, brûlé
  • Le Modéré, 56, capitaine L'Autier, capturé par les Britanniques
  • Le Superbe, 70, capitaine Botteville, échoué et sabordé
  • Le Dauphin, 46, capitaine Duplessis, brûlé
  • Le Volontaire, 46, capitaine Sorel, échoué et sabordé
  • Le Triton, 42, capitaine de Court, capturé par les Britanniques

Flotte anglo-hollandaise[modifier | modifier le code]

Commandée par l'amiral Rooke.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

La légende suivant laquelle une partie du butin de Vigo serait encore sous les eaux, dans les épaves de certains navires, eut longtemps la vie dure. On en trouve un écho dans le célèbre roman de Jules Verne, 20 000 lieues sous les mers, où le capitaine Nemo montre à ses hôtes l'épave d'un navire espagnol. On y fait référence également dans le roman La Bataille invisible, de Gaston Leroux, où alliés, commandés par le capitaine Hyx, et allemands tentent de s'emparer des richesses englouties en faisant une véritable guerre de tranchées au fond de la baie de Vigo (action se passant pendant la Première Guerre Mondiale).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frère du vice-amiral
  2. a, b, c, d, e, f et g Brûlot

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

en français 
en anglais 
  • (en) David Francis, The First Peninsular War : 1702–1713, Ernest Benn Limited,‎ 1975 (ISBN 0-510-00205-6)
  • (en) Henry Kamen, « The Destruction of the Spanish Silver Fleet at Vigo in 1702 », Bulletin of the Institute of Historical Research, no 39,‎ 1966
  • (en) Henry Kamen, Philip V of Spain : The King who Reigned Twice, Yale University Press,‎ 2001 (ISBN 0-300-08718-7)
  • (en) Peter Le Fevre, Richard Peter et Harding, Precursors of Nelson : British Admirals of the Eighteenth Century, Chatham Publishing,‎ 2000 (ISBN 1-86176-062-0)
  • (en) John A. Lynn, The Wars of Louis XIV : 1667–1714, Longman,‎ 1999 (ISBN 0-582-05629-2)
  • (en) N.A.M Roger, The Command of the Ocean : A Naval History of Britain 1649–1815, Penguin Group,‎ 2006 (ISBN 0-14-102690-1)
  • (en) Philip Stanhope, History of the War of the Succession in Spain, Londres,‎ 1836
  • (en) Geoffrey Symcox, War, Diplomacy, and Imperialism : 1618–1763, Harper & Row,‎ 1973 (ISBN 06-139500-5[à vérifier : ISBN invalide])
  • (en) G. M. Trevelyan, England Under Queen Anne : Blenheim, Longmans, Green and co.,‎ 1948
  • (en) John Baptist Wolf, The Emergence of the Great Powers : 1685–1715, Harper & Row,‎ 1962 (ISBN 0-313-24088-4)