Siège de Toulon (1707)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Toulon.
Siège de Toulon
Illustration.
Informations générales
Date 29 juillet au 21 août 1707
Lieu Toulon
Issue Victoire franco-espagnole
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Drapeau du Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Commandants
René de Froulay de Tessé Eugène de Savoie
Victor-Amédée de Savoie
Forces en présence
15 000 hommes 35 000 hommes
Pertes
Quinze vaisseaux, dont le Soleil Royal, sont sabordées dans les bassins du port sur ordre du Roi. 10 000 morts ou blessés
Guerre de Succession d'Espagne
Batailles
Campagnes de Flandre et du Rhin

Landau (1702) (en) · Friedlingen · Kehl · Ekeren · Höchstädt · Spire · Schellenberg (Donauworth) · Bleinheim · Landau (1704) · Vieux-Brisach · Eliksem · Ramillies · Stollhofen · Cap Béveziers · Cap Lizard · Audenarde · Wijnendale · Lille · Malplaquet · Douai · Denain · Bouchain (en) · Douai · Landau (1713) · Fribourg

Campagnes d'Italie

Carpi · Chiari · Crémone · Luzzara · Cassano · Nice · Calcinato · Turin · Castiglione (en) · Toulon · Gaeta · Cesana · Campo Maior · Syracuse

Campagnes d'Espagne et de Portugal

Cadix · Vigo (navale) · Cap de la Roque · Gibraltar (1re) · Ceuta (es) · Málaga · Gibraltar (2e) · Marbella · Montjuïc · Barcelone (1705) · Badajoz · Barcelone (1706) (en) · Murcie (es) · El Albujón · Santa Cruz de Ténérife (en) · Almansa · Xàtiva · Ciudad Rodrigo · Lérida · Tortosa (ca) · Minorque · Gudiña · Almenar · Saragosse · Brihuega · Villaviciosa · Barcelone (1713-1714)

Antilles et Amérique du sud

Santa Marta · Guadeloupe · Nassau · Colonia del Sacramento · Carthagène (1re) · Rio (1710) · Carthagène (2e) · Rio (1711) · Cassard

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 43° 07′ 20″ N 5° 55′ 48″ E / 43.1222, 5.9343° 07′ 20″ Nord 5° 55′ 48″ Est / 43.1222, 5.93  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Toulon (1707).

Géolocalisation sur la carte : Var

(Voir situation sur carte : Var)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Toulon (1707).

Le siège de Toulon eut lieu du 29 juillet au 21 août 1707 pendant la guerre de Succession d'Espagne.

Prélude[modifier | modifier le code]

Bien que retardé par Victor-Amédée de Savoie, le prince Eugène de Savoie traverse le Var le 11 juillet et atteint Fréjus le 16 juillet, où il est rejoint par la flotte anglo-hollandaise de l'amiral Shovell. Mais les tergiversations de Victor-Amédée de Savoie permettent aux renforts de l'armée du Dauphiné du maréchal de Tessé d'arriver à Toulon avant les Alliés, le 26 juillet.

La bataille[modifier | modifier le code]

L'attaque commence le 29 juillet 1707, indécise au début, puis les Impériaux réussissent à prendre quelques positions, dont la hauteur de Sainte-Catherine, derrière lesquelles ils commencent à installer de l'artillerie de siège contre le fort Saint-Louis. La flotte anglaise de l'amiral Shovell bloquait le port et bombardait la ville.
Le 14 août, Tessé reprend les hauteurs cruciales de Sainte-Catherine, que les Alliés avaient pris d'assaut précédemment.

Peu après, le prince Eugène, trouvant ses arrières menacés et ses chances de prendre Toulon diminuées, réduit les forts côtiers de Sainte-Marguerite et de Saint-Louis qui interdisent la grande rade et fait entamer par Shovell un violent bombardement naval de la ville (17-21 août) pendant lequel il évacue ses blessés et ses parcs, puis abandonne le siège le 22 août et se retire derrière le Var, poursuivi par les Français.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La tentative de prendre Toulon aura coûté 10 000 hommes à Eugène de Savoie, mais les Britanniques sont désormais maîtres de la Méditerranée : la cour de Versailles, pensant la cause perdue, avait demandé le sabordage de l'escadre française et le repli de ses équipements de valeur sur Marseille pour que rien d'utilisable ne tombe aux mains de l'ennemi. En fait, sur ordre des autorités maritimes locales, moins pessimistes, les navires sont seulement coulés droits et posés sur le fond pour ne pas être incendiés (une idée détaillée dans les Oisivetés de M. de Vauban) tout en obstruant le port, position d'où ils seront pour la plupart renfloués après le siège. Cependant, sans leur agrès et compte tenu des difficultés générales de la marine à cette époque, cela ne modifiera pas beaucoup le cours de l'histoire…

Quant à la flotte de l'amiral anglais Shovell, elle sera victime d'une grave erreur de navigation conduisant au désastre naval de Sorlingues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]