François Louis Rousselet de Châteaurenault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rousselet et Château-Renault.
François Louis Rousselet
Marquis de Château-Renault
François-Louis Rousselet, marquis de Châteaurenault (1637-1716) Portrait par Jean-Pierre Franque[Note 1]
François-Louis Rousselet, marquis de Châteaurenault (1637-1716)
Portrait par Jean-Pierre Franque[Note 1]

Naissance
à Château-Renault (Indre-et-Loire)
Décès (à 79 ans)
Paris
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Maison du Roi
Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Vice-amiral du Levant
Maréchal de France
Années de service avant 16581704
Conflits Guerre de Hollande
Guerre de la Ligue d'Augsbourg
Guerre de Succession d'Espagne
Commandement Flotte du Levant
Faits d'armes Bataille de Bantry Bay
Bataille du cap Béveziers
Bataille de la Hougue
Bataille de Lagos
Bataille navale de Vigo
Bataille navale de Vélez-Málaga
Distinctions Grand'croix de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis
Capitaine-général des mers de l'Océan par Philippe V d'Espagne
Chevalier des ordres du Roi
Grand Prieur de Bretagne de l’Ordre de Saint-Lazare
Hommages Le croiseur cuirassé Châteaurenault
Une rue à Rennes
Autres fonctions Lieutenant de Haute et Basse-Bretagne

François-Louis Rousselet, marquis de Châteaurenault (ou Châteaurenaut, ou Châteauregnaud), né le probablement à Château-Renault (Indre-et-Loire), et mort le [1], à Paris, est un officier de marine français des XVIIe et XVIIIe siècles. Après une brève carrière dans l'armée de terre, François-Louis Rousselet intègre la Marine royale. Dans ce corps il prend part à la guerre de Hollande, à la guerre de la Ligue d'Augsbourg et à la guerre de Succession d'Espagne et s'illustre à de nombreuses reprises, notamment dans la baie de Bantry en 1689 au large de l'Irlande et dans celle de Lagos au Portugal en 1693. Il termine sa carrière militaire couvert de gloire et d'honneur, avec le grade de vice-amiral du Levant et maréchal de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le marquis de Château-Renault naît le dans une famille d'origine roturière. Du côté paternel, il compte un bisaïeul et un trisaïeul marchands à Lyon, seigneurs de La Pardieu, devenus échevins de la ville, et du côté maternel, il descend d’une famille de marchands drapiers parisiens (famille Compans)[2]. Toutefois, il était allié à la puissante famille de Gondi[3]: son père, François, était le neveu d’Albert de Gondi[Note 2]. C’est la raison pour laquelle, Jean-François Paul de Gondi (1613-1679), le petit-fils d’Albert, coadjuteur de Paris (1643), cardinal de Retz (1652) et archevêque de Paris (1654-1662), sera le protecteur du jeune François-Louis au début de sa carrière.

Son père, François Rousselet, marquis de Château-Renault en Touraine, baron de Noyers, seigneur de Blancharsdaye en Bretagne, est le gouverneur des villes et château de Machecoul et Belle-Isle. Il est enfant d'honneur du roi Louis XIII dans sa jeunesse. II meurt le .

Sa mère, Louise de Compans, est la fille de Noël de Compans, seigneur d'Arci et de Villers sur Orge, et de Louise de Dreux. Le couple se marie le , et de cette union naissent neuf enfants :

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Jeune, Château-Renault sert d'abord dans les armées de terre sous les ordres du vicomte de Turenne et du Grand Condé. Il se distingue à la bataille des Dunes lors du siège de Dunkerque (1658), à l'âge de 21 ans. En 1661, il devient enseigne de la marine, et il se distingue à la prise de Djidjelli par le duc de Beaufort en 1664, où il reçoit une grave blessure. Il est nommé capitaine de vaisseau en .

En 1671, il reçoit le commandement d'une division de cinq bâtiments, de quatorze à cinquante-six canons, chargée de la lutte contre les corsaires de Salé, sur les mers du Levant et le long de la côte d'Afrique (dans l'actuel Maroc)[4]. Il croise devant Salé, coule et prend plusieurs navires corsaires, et bombarde cette base pirates ainsi que différents forts de la côte.

Guerre de Hollande (1672-1678)[modifier | modifier le code]

Article principal : Guerre de Hollande.

En 1672, à la tête d'une division navale, il est chargé de patrouiller depuis le détroit de Gibraltar jusqu'à l'entrée de la Manche, et capture un nombre important de bâtiments de commerce hollandais au large de la Galice, ces prises lui vaudront d'être promu chef d'escadre, en [5].

Au mois de , il reçoit l'ordre de convoyer des navires des principaux ports marchands de France, et détache à cet effet trois des cinq bâtiments de guerre qu'il commandait. C'est alors que, ne disposant plus que de deux bâtiments, l'un de 50 canons et l'autre de 30 canons, il rencontre, le 1er février, à sept lieues du cap Lizard, une flotte de cent vingt navires hollandais, qui sortait de la Manche sous la conduite de Ruyter le Jeune, le fils du célèbre amiral Michiel de Ruyter. Cette flotte, majoritairement composée de navires marchands hollandais, comptait néanmoins huit bâtiments armés de cinquante à soixante canons chacun et de six cents hommes d'équipage, quatre l'étaient de quarante à cinquante canons. Malgré l'inégalité flagrante des forces en présence, Château-Renault donne l'ordre d'attaquer, il atteint avec son vaisseau sur le vaisseau amiral et, en compagnie du marquis de Nesmond, il force deux bâtiments ennemis de soixante canons à amener leurs pavillon. Le combat se poursuit à la nuit tombée, dont il passe une partie à poursuivre et harceler les Hollandais. Aux premières lueurs du jour, le combat reprend. Il ordonne à ses canonniers de ne tirer qu'à portée de pistolet et à ses soixante mousquetaires de faire leur décharge dans les sabords de l'ennemi. Obligé par un changement de vent à prendre le large, il était parvenu à démâter, et rendre inopérants un grand nombre de navires ennemis, en particulier le vaisseau amiral, obligé de se rendre à Falmouth en Angleterre, pour réparations.

En 1677, à la tête d'une escadre de sept bâtiments de guerre, il sort de Brest pour s'opposer aux navires corsaires ennemis. Le 12 juillet, à vingt cinq lieues de l'île d'Ouessant, il rencontre un convoi hollandais de cinquante navires confié au contre-amiral Tobias. Avec ses plus gros bâtiments, il attaque l'escorte, forte de trois vaisseaux de guerre et de cinq à six pinasses, pendant que ses bâtiments légers fondent sur le convoi. Une brume épaisse met fin au combat qui tourne à l'avantage de la flotte française. Malgré la défense de Tobias, Châteaurenault parvient à prendre quatre navires hollandais, évalués à plus d'un million de livres, et deux autres sont coulés.

L'année 1678 est marquée par de nouveaux succès. Le 17 mars, à la tête de six vaisseaux et de trois brûlots, Château-Renault attaque une flotte de vingt et un bâtiments de guerre hollandais commandée par l'amiral Cornelis Evertsen, au large de l’Espagne. Malgré la disproportion des forces et l'habileté de son adversaire, il prend l'avantage en ne laissant pas au Hollandais le temps de former son ordre de bataille. Maltraitée, la flotte hollandaise profite d'un vent favorable pour fuir le combat.

La signature de la paix de Nimègue en 1678 donne quelques années de repos à Château-Renault. Mais, malgré cette paix il continue à affronter les barbaresques de la côte d'Afrique, et prend part aux bombardements d'Alger qui ont lieu à cette époque. Après deux nouvelles campagnes devant Salé en 1680 et 1681, il passe sous les ordres de Tourville en Méditerranée.

En 1684, il épouse Anne-Renée de La Porte, dame d'Artois et comtesse de Crozon. Il est reçu chevalier de l'Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem et de Notre-Dame du Mont-Carmel en 1681. En 1687, il est fait Grand Prieur de Bretagne de l’ordre de Saint-Lazare.

Guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697)[modifier | modifier le code]

Article principal : Guerre de la Ligue d'Augsbourg.

En 1688, il est dans la flotte du lieutenant général de Tourville qui fait voile depuis Alicante vers Alger, où il allait se placer sous les ordres du maréchal d'Estrées. Le , l'escadre française rencontre un vaisseaux espagnol, le Capitan, 66 canons, commandé par le vice-amiral Papachin, et la frégate San Jerónimo, 54 canons, qui se dirigeaient sur le port d'Alicante qu'il venait de quitter. Dans cette flotte Châteaurenault commande une petite frégate, Le Solide, en soutien au navire amiral Le Content. Le vice-amiral espagnol refuse de saluer le pavillon français et Tourville, conformément aux instruction qu'il avait reçues, ordonne l'assaut pour l'y contraindre. Après une heure de combat, les Espagnols amènent leur pavillon[Note 3]. Cet affrontement, et les exigences françaises pour le salut du pavillon, inciteront la Monarchie catholique espagnole à se ranger du côté de la Ligue d'Augsbourg dans le conflit qui était sur le point d'éclater.

En 1689, il est nommé lieutenant-général des armées navales, et Louis XVI lui confie le commandement de la flotte destinée à transporter 7 000 hommes pour aider le roi Jacques II dans sa conquête de l’Irlande.

Parti de Brest le 6 mai avec trente-deux bâtiments de guerre[Note 4], Château-Renault parvient en vue de la baie de Bantry sur la côte sud-ouest d'Irlande le 9 mai, et entre dans la baie le lendemain[6]. Le débarquement des troupes était entamé, lorsque l'amiral anglais Herbert arrive à la tête de vingt-deux vaisseaux de ligne et de plusieurs autres bâtiments pour s'y opposer. Château-Renault, devinant les plans de son adversaire fait signal à l'avant-garde française, commandée par Gabaret, de s'avancer. Le plan d'Herbert consistait à gagner le large et de le mettre entre deux feux afin de pouvoir le défaire et ensuite attaquer le débarquement. Dans une combat acharné, vaisseau à vaisseau, il parvient à contraindre l'amiral anglais à gagner le large. De nombreux vaisseaux anglais sont démâtés. Grièvement blessé, Herbert, qui a 130 tués à son bord et un grand nombre de blessés, donne le signal de la retraite, permettant aux Français d'achever leur débarquement sur la côte d'Irlande. Et, sur le chemin du retour vers Brest, il s'empare d'un nouveau convoi de navires marchands hollandais.

L'année suivante, Château-Renault est placé sous les ordres du vice-amiral de Tourville, dont il commande l'avant-garde à la bataille du cap Béveziers contre les flottes combinées d'Angleterre et de Hollande, le . Commandant la Dauphin Royal, 104 canons, pendant cette bataille, il contribue à la victoire des Français. Le , il commande L'Assuré, 60 canons, à la bataille de la Hougue, dans l'escadre du comte d'Estrées.

En 1693, toujours sous les ordres de Tourville, il prend part à l'expédition sur les côtes de Portugal, depuis le cap Saint-Vincent jusqu'à la baie de Lagos. Il se signale tout particulièrement au cours de la bataille de Lagos qui a lieu dans la baie, le 28 juin. Sur les 21 navires de guerre et les 200 navires marchands anglais et hollandais, cinquante sont capturés et quarante sont détruits. La même année, il est nommé grand'croix de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis que Louis XIV venait d'instituer. Nommé commandant d’escadre, il s'illustre à nouveau la campagne navale de 1694. Il a l'occasion de faire la preuve de ses talents de tacticien en déjouant les plans de l'amiral anglais Russel et en mettant en fuite des forces bien supérieures à celles dont il disposait. Le , à la tête d'une escadre il prend trois bâtiments anglais au port Magne Carthagène et force quatre vaisseaux de ligne espagnoles à s'échouer et à se brûler à Alfagues, sur la côte de Catalogne.

Guerre de Succession d'Espagne[modifier | modifier le code]

Article principal : Guerre de Succession d'Espagne.

Pendant la guerre de Succession d'Espagne, il rend de si grands services au roi d'Espagne Philippe V de Bourbon, que celui-ci le nomme « capitaine-général des mers de l'Océan ». En plus de cette dignité étrangère, il succède à Tourville, décédé en , comme vice-amiral du Levant. L'année suivante, à bord du Fort, 76 canons, il est chargé d'acheminer, avec une escadre française, les galions espagnols chargés d'or bloqués dans les colonies d'Amérique, à La Havane à Cuba et à Vera Cruz au Mexique, depuis deux ans et qui étaient attendus impatiemment. L'envoi de vaisseaux de guerre est également motivé par le déploiement de la flotte britannique de l'amiral Benbow dans les Antilles. Le comte de Châteaurenault, alors âgé de 64 ans, est secondé pendant cette mission par le marquis de Nesmond[7]. La flotte française qui prend la mer est considérable, elle ne compte pas moins de 37 navires dont 27 vaisseaux de ligne et trois frégates.

La Bataille de la Baie de Vigo par Ludolf Bakhuizen

Il aurait accompli cette mission avec succès si les susceptibilités du peuple espagnol ne l'avaient empêché de faire entrer ces galions dans un port français. Au lieu de cela, la cour d'Espagne exigea, en dépit des avertissements de Châteaurenault, que ces galions soient conduits, au mois d', à Vigo, un port sans défense où ils sont attaqués par les Anglais de l’amiral Rooke et leurs alliés qui en détruisent la plus grande partie pendant la bataille navale de Vigo. Cette catastrophe sera avant tout imputée au gouvernement espagnol et à l'incapacité de l'amiral don Manuel de Velasco. Cet épisode est raconté par l'historien britannique David Hume :

« Sir Georges Roock ayant eu avis que les galions d'Espagne et l'escadre commandée par Châteaurenault étaient dans le port de Vigo, mit à la voile le 11 octobre 1702. Le passage était défendu par des batteries, et les forts, ainsi que les ouvrages avancés étaient protégés de chaque côté par une forte barre, formée avec des chaînes et des câbles, attachée à chaque extrémité à un vaisseau de 70 canons; cette disposition redoutable était soutenue par le feu des vaisseaux placés en travers de la passe et ayant leurs bordées tournées vers le large. Telles étaient les sages dispositions ordonnées par Châteaurenault, qui reçut vigoureusement les vaisseaux anglais. Après un combat terrible, ajoute l'historien, les Français, ne croyant pas pouvoir résister à un tel adversaire, résolurent de détruire les vaisseaux et les galions qu'ils ne pouvaient empêcher de tomber dans les mains du vainqueur. C'est pourquoi ils brûlèrent ou firent échouer huit vaisseaux et plusieurs corvettes; mais dix vaisseaux furent pris, ainsi que dix galions dont les trésors, ainsi que la plus grande partie des marchandises, avaient été mis en sûreté avant l'arrivée des Anglais[9]. »

Le , il reçoit des mains de Louis XIV le bâton de maréchal de France. Le 22 mai, il est sur La Couronne, 82 canons, dans une flotte que le chef d'escadre de Coëtlogon conduisait de Toulon à Brest, lorsque la flotte française rencontre un convoi anglais de 100 navires marchands, escorté par cinq vaisseaux de ligne. L'assaut est donné, un vaisseau anglais est pris, et les quatre autres amènent leur pavillon, permettant aux navires marchands de s'enfuir[10]. Il devient lieutenant de Haute et Basse Bretagne le [11],[12] et, le 24 août, il commande L'Oriflamme, 62 canons, dans l'avant-garde de la flotte française à la bataille navale de Vélez-Málaga. Au cours de cette bataille, la marquis de Châteaurenault perd son fils François, tué d'un éclat de bombe.

À partir de ce moment, il ne reprend plus la mer. Le , il est fait chevalier des ordres du Roi (ordre du Saint-Esprit et ordre de Saint-Michel), malgré une ascendance roturière[12]. Il décède le .

Jugement par ses contemporains[modifier | modifier le code]

Le Marquis de Châteaurenault, par Antoine Graincourt

Le portrait qu'en dresse Saint-Simon dans ses Mémoires est plein de contradictions :

« Château-Renaud, du nom de Rousselet, inconnu entièrement avant le mariage de son bisaïeul avec une sœur du cardinal et du maréchal de Retz, à l'arrivée obscure des Gondi en France, fut le plus heureux homme de mer de son temps, où il gagna des combats et des batailles, et où il exécuta force entreprises difficiles, et fit beaucoup de belles actions. C'était un petit homme goussant, blondasse, qui paraissait hébété, et qui ne trompait guère. On ne comprenait pas à le voir qu'il eût pu jamais être bon à rien. Il n'y avait pas moyen de lui parler, encore moins de l'écouter, hors quelques récits d'actions de mer. D'ailleurs bonhomme et honnête homme. Il était Breton. »

Et ailleurs, le même chroniqueur dit:

« C'était un fort homme d'honneur, très-brave, très-bonhomme, et très-grand et très-heureux homme de mer, où il avait eu de belles actions. Avec tout cela, il se peut dire qu'il n'avait pas le sens commun[13]. »

Dans l'église Saint-André de Châteaurenault, une inscription lui rend hommage [14]:

Cy gist le plus sage des héros ,

Il vainquit sur la terre, il vainquit sur les eaux:
Passant, au lieu de larmes,
Donne-lui des prières.

A la mémoire
Du très-haut et très-puissant seigneur Louis-François de Rousselet,
marquis de Château-Regnault, chevalier des ordres du Roy,
grande croix de l'ordre militaire de S. Louis, capitaine
général des armées navales de Sa Majesté Catholique
dans les mers occidentales, commandant en
l'absence de Son Altesse Monsgr. le comte
de Toulouse, dans le pays et duché
de Bretagne, vice-amiral et
maréchal de France,
Lequel après avoir recommandé son âme à Dieu,
Avec les sentiments de piété et de religion,
Lui ayant toujours rapporté toutes les glorieuses actions
De sa vie,
Dans une infinité d'occasions, tant sur la terre que
Sur les ondes
Où il a combattu et vaincu les ennemis de la Foy,
Et de l'État
Avec une fidélité inviolable a son prince:
Enfin ce sage héros, dont le cœur gist ici,
Remit son esprit entre les mains de son créateur
Avec une parfaite résignation a ses décrets divins,

Le 15 octobre 1716, âgé de 78 ans

Hommages et postérité[modifier | modifier le code]

Le marquis de Châteaurenault a laissé son nom à :

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse en première noces à Brest le , Marie-Anne Renée de la Porte, fille de René de la Porte, comte d'Artois et de Crozon, baron de Beaumont en Bretagne. Il épouse en secondes noces Anne-Marie du Han de Bertric, morte au mois d'.

De ces deux unions naissent quatre enfants :

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason François Louis Rousselet.svg
D'or, à un chêne de sinople, englanté du champ.[16],[17],[18]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Portrait commandé par Louis-Philippe pour le Musée de l'Histoire de France de Versailles en 1840.
  2. C'est par les Gondi que les Rousselet sont devenus marquis de Châteaurenault. C'est grâce aux Gondi que Châteaurenault lui-même a pu avoir pour parrain le duc de Beaufort.
  3. « C'était la première fois que se présentait l'occasion de mettre à exécution les instructions du roi sur le salut en mer : les commandants des bâtiments français devaient exiger le salut de tous les bâtiments qu'ils rencontraient, ceux de l'Angleterre exceptés; ils ne devaient ni le demander ni le donner à ceux-ci. Lorsque les deux divisions se trouvèrent à portée de canon, le lieutenant général de Tourville, qui était au vent, fit mettre la sienne en panne et envoya une embarcation au vice-amiral Papachin pour l'inviter à saluer le pavillon de la France; cet officier général s'y refusa. Le Content fit servir immédiatement, et, sans tirer un seul coup de canon, il aborda le vaisseau amiral espagnol par l'avant; quelques coups de fusil furent cependant tirés, malgré la défense qui en avait été faite. Le Capitan ayant riposté par une décharge de tous ses canons, le Content fit également usage de son artillerie. Après une demi-heure, les deux vaisseaux se décrochèrent et le combat continua à portée de pistolet. Le capitaine de Châteaurenault qui, ainsi que le comte d'Estrées, s'était adressé d'abord à l'autre vaisseau, vint en aide au Content lorsque, après une heure de défense, le San Jeronimo eut amené son pavillon. Le vice-amiral Papachin ne pouvait lutter longtemps contre ces deux combattants ; il fit amener son pavillon, mais il l'avait vaillamment défendu pendant trois heures. Une nouvelle sommation le décida à se rendre à l'invitation qui lui avait été faite : le pavillon de la France fut salué de neuf coups de canon qui furent rendus coup pour coup par le Content et le lieutenant général de Tourville envoya ensuite offrir ses services au vice-amiral espagnol. Les avaries étaient nombreuses de part et d'autre ; Le Content était entièrement dégréé et la frégate du capitaine de Châteaurenault avait perdu son petit mât de hune. Le vaisseau amiral espagnol avait été démâté de son grand mât. Le lieutenant général de Tourville avait reçu une blessure à la figure et une autre à la jambe. » (Troude et Levot 1867, p. 183)
  4. Vingt vaisseaux de ligne, dix brûlots et deux frégates.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jullien de Courcelles 1823, p. 70-72
  2. Jullien de Courcelles 1823, p. 335-336
  3. Cardinal de Retz, Mémoires, éd. Michel Pernot, Paris, Gallimard, coll. Folio classique, p. 1016
  4. Richer 1787, p. 39
  5. Richer 1787, p. 40
  6. Troude et Levot 1867, p. 190
  7. a et b Marley 1998, p. 220
  8. Le neveu du vice-amiral
  9. Hume 1785, p. 433
  10. Troude et Levot 1867, p. 246
  11. Vergé-Franceschi 2002, p. 335
  12. a et b Richer 1787, p. 50
  13. Saint-Simon 1840, p. 41
  14. Société archéologique de Touraine 1842, p. 73
  15. sur Wikisource page 15
  16. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor,‎ 1861, 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  17. www.heraldique-europeenne.org
  18. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

En anglais 
  • (en) David Hume, The history of England from the revolution to the death of George the second, Londres, T. Cadell & R. Baldwin,‎ 1785 (lire en ligne), p. 433
  • (en) David Marley, Wars of the Americas : A Chronology of Armed Conflict in the New World, 1492 to the Present, ABC-CLIO,‎ 1er août 1998, 722 p. (ISBN 9780874368376, lire en ligne), p. 220

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par François Louis Rousselet de Châteaurenault Suivi par
Anne Hilarion de Costentin de Tourville
Vice-Amiral de France du Levant
1701 - 1716
Alain Emmanuel de Coëtlogon