Bataille navale de Vélez-Málaga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille navale de Vélez-Málaga
Bataille de Vélez-Malaga
Bataille de Vélez-Malaga
Informations générales
Date 24 août 1704
Lieu Méditerranée
au large de Malaga
Issue Victoire tactique française, mais défaite stratégique
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Bandera de España 1701-1760.svg Royaume d'Espagne
Drapeau de l'Angleterre Royaume d’Angleterre
Provinces-Unies Provinces-Unies
Commandants
Comte de Toulouse
Villette-Mursay
Marquis de Langeron
George Rooke
Cloudesley Shovell
Gerard Callenburgh
Forces en présence
50 navires de ligne
6 frégates
39 autres
(3 577 canons)
53 navires de ligne
6 frégates
15 autres
(3 614 canons)
Pertes
1 585 morts
n navires endommagés
~2 325 morts
1 navires coulé
Guerre de Succession d'Espagne
Batailles
Campagnes de Flandre et du Rhin

Friedlingen · Kehl · Ekeren · Höchstädt · Spire · Schellenberg (Donauworth) · Bleinheim · Eliksem · Ramillies · Stollhofen (en) · Cap Béveziers · Cap Lizard · Audenarde · Wijnendale · Lille · Malplaquet · Douai · Denain · Bouchain (en) · Douai · Landau · Fribourg

Campagnes d'Italie

Carpi · Chiari · Crémone · Luzzara · Cassano · Nice · Calcinato · Turin · Castiglione · Toulon · Gaeta · Cesana · Campo Maior · Syracuse

Campagnes d'Espagne et de Portugal

Cadix · Vigo (navale) · Cap de la Roque · Gibraltar (1re) · Ceuta · Málaga · Gibraltar (2e) · Marbella · Montjuïc · Barcelone (1705) · Badajoz · Barcelone (1706) · Murcie · El Albujón · Santa Cruz de Ténérife · Almansa · Xàtiva · Ciudad Rodrigo · Lérida · Tortosa · Minorque · Gudiña · Almenar · Saragosse · Brihuega · Villaviciosa · Barcelone (1713-1714)

Antilles et Amérique du sud

Santa Marta · Guadeloupe · Nassau · Colonia del Sacramento · Carthagène (1re) · Rio (1710) · Carthagène (2e) · Rio (1711) · Cassard

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 36° 42′ 15″ N 4° 22′ 10″ O / 36.704293, -4.36952636° 42′ 15″ Nord 4° 22′ 10″ Ouest / 36.704293, -4.369526  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille navale de Vélez-Málaga.

La bataille de Vélez-Málaga ou de bataille de Málaga est une bataille navale qui a lieu le 24 août 1704 au sud de Malaga. Ce fut la plus grande bataille navale de la guerre de Succession d'Espagne[réf. nécessaire].

Contexte[modifier | modifier le code]

La bataille navale de Vélez-Malaga intervient pendant la guerre de Succession d'Espagne (1701-1714). Dans ce conflit, la France soutient le roi d'Espagne Philippe V, neveu du roi de France Louis XIV, contre les autres puissances européennes (archiduché d'Autriche, royaume d'Angleterre, Provinces-Unies).

La prise de Gibraltar par l'amiral anglais Rooke le 4 août 1704 pose un grave problème au roi de France. Désormais, les escadres de Toulon sont coupées de l'Atlantique. Aussi, Louis XIV décide-t-il de reprendre Gibraltar aux Anglais.

Pour ce faire, il confie le commandement de la flotte à Louis Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse et amiral de France, ce qui, au demeurant, constitue un acte unique dans l'histoire de la marine de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècle. L'entreprise française n'aboutit pas au résultat escompté (Gibraltar reste aux Anglais) mais la flotte britannique subit de lourdes pertes en hommes, ce qui entraîne la démission de l'amiral Rooke. Les vaisseaux de l'amiral Byng, le « héros de Gibraltar », n'ont pas participé à l'affrontement faute de munitions. Prudemment, la flotte française se replie sur Toulon sans avoir perdu un seul bâtiment.

Gibraltar appartient encore aujourd'hui aux Britanniques ce qui occasionne de temps à autres des tensions diplomatiques entre l'Espagne et le Royaume-Uni.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

On trouve, d'un côté, une flotte franco-espagnole (mais la participation espagnole se limite à la présence de galères qui ne prendront pas part au combat), et, de l'autre, une flotte anglo-hollandaise.

Flotte française[modifier | modifier le code]

La mobilisation de l'escadre du Ponant, basée à Brest dans l'océan Atlantique et de l'escadre du Levant, basée à Toulon en Méditerranée, permettent à la France de réunir un total de 93 navires. L'armée navale dispose de 3 522 canons et de 24 275 hommes.

Flotte anglo-batave[modifier | modifier le code]

Rooke possède 65 navires dont 53 vaisseaux et 12 autres bâtiments dont quelques galiotes à bombes, sans compter les navires hollandais. La flotte anglaise dispose de 3 614 canons et de 22 453 hommes. Mais au total, « les flottes, pour le nombre des vaisseaux, étaient à peu près égales »[1].

Sous les ordres de George Rooke.

Admiral Sir George Rooke, par M Dahl, aux environs de 1705.

Flotte française

Avant-garde : Escadre Blanche et bleue

Corps de bataille : Escadre blanche

Arrière-garde : Escadre bleue

En dehors de la ligne de bataille, on trouve aussi :

  • 24 galères (dont 5 espagnoles)[2],
  • 7 frégates (L'Étoile, L'Hercule, La Galatée, L'Andromède, L'Oiseau, La Méduse, La Sybille)[3],
  • 7 brûlots (L'Enflammé, Le Dangereux, La Turquoise, Le Croissant, Le Bienvenu, L'Aigle-Volant, Le Lion),
  • 2 flûtes (navires de transport).
Flotte anglaise

Avant-garde : Escadre bleue

  • HMS Prince George, 96, vice-amiral Leake
  • HMS Newark, 80,
  • HMS Boyne, 80
  • HMS Norfolk, 80
  • HMS Yarmouth, 70
  • HMS Berwick, 70
  • HMS Namur, 96
  • HMS Barfleur, 96, Cloudesley Shovell
  • HMS Warspite, 70
  • HMS Oxford, 70
  • HMS Swiftsure, 70
  • HMS Lenox, 70
  • HMS Assurance, 66
  • HMS Nottingham, 60
  • HMS Tilbury, 50

Corps de bataille : Escadre blanche

  • HMS Royal Catherine, 90, Amiral Rooke
  • HMS Saint George, 96,
  • HMS Shrewsbury, 80,
  • HMS Grafton, 70
  • HMS Nassau, 70
  • HMS Eagle, 70
  • HMS Monmouth, 70
  • HMS Montagu, 60
  • HMS Panther, 50
  • HMS Kent, 70
  • HMS Cambridge, 80
  • HMS Royal Oak, 76
  • HMS Bedford, 70
  • HMS Suffolk, 70
  • HMS Burford, 70
  • HMS Monk, 60
  • HMS Swallow, 50
  • HMS Ranelagh, 80
  • HMS Somerset, 80
  • HMS Dorsetshire, 80
  • HMS Torbay, 80
  • HMS Essex, 70
  • Le Ferme, 70[4]
  • HMS Kingston, 60
  • Le Triton, 50[4]
  • HMS Centurion, 50

Arrière-garde, anglo-hollandaise : Escadre rouge

  •  ?, ?, vice amiral Gerard Callenburgh
  • Gelderland, 72,
  • Dordrecht, 72
  • Albermarle, 64, il explosera le 27
  •  ?, ?
  •  ?, ?
  •  ?, ?
  •  ?, ?
  •  ?, ?
  •  ?, ?
  •  ?, ?

En dehors de la ligne de bataille, on trouve 6 frégates, 2 galiotes à bombe (HMS Star et HMS Terror), 7 brûlots.

Le combat[modifier | modifier le code]

Les préliminaires, 22 et 23 août.[modifier | modifier le code]

Après la capture de Gibraltar, la flotte anglo-hollandaise est partie sur les côtes de Barbarie, pour s'y approvisionner. Le 19 août, HMS Centurion, un de ses navires éclaireurs, signale la présence des Français. Il revient vers Gibraltar pour rembarquer une partie des artilleurs et des fusiliers-marins qu'il avait débarqués pour prendre puis défendre la forteresse. Il repart alors vers l'est, louvoyant contre le vent.

La flotte française a appareillé de Toulon le 22 juillet. Le 12 août, elle est à Barcelone quand elle reçoit la nouvelle de la capture anglaise et l'ordre de reprendre Gibraltar. La flotte fait voile vers le sud. Le 21 août, elle est à Vélez-Málaga pour y faire de l'eau. Le 22, vers 15 heures, le comte de Toulouse est avisé de l'approche de la flotte ennemie, venant de l'est. Il n'y a pas de vent et les galères ne peuvent tirer les vaisseaux.

Le lendemain, 23 août, une légère brise d'est permet aux Français d'appareiller. Au soir les deux flottes sont toujours éloignées.

Le dimanche 24 août au matin, les adversaires sont à environ 9 milles de distance. Ils font route au sud, sous une légère brise d'est et sont formés en ligne de file qui s'étire sur près de 12 kilomètres. Les Anglais sont au vent des Français[5].

La disposition des forces et les plans prévus[modifier | modifier le code]

Le Comte de Toulouse
  • Les Français.
    • Le commandement.
La flotte française est sous le commandement du comte de Toulouse. Âgé de 20 ans, celui-ci s'est vu adjoindre le maréchal Victor Marie d'Estrées pour compenser son inexpérience.
Les autres officiers généraux comptent parmi les meilleurs de la marine. Villette-Mursay dirige l'avant-garde ; De Langeron, l'arrière-garde.
    • Ordre de bataille.
    • Plans.
  • Les Britanniques.
    • Le commandement.
    • Ordre de bataille.
    • Plans.

Déroulement du combat[modifier | modifier le code]

Le combat s'engage le 24 août 1704 à 8 heures du matin. Les Anglais, placés au vent des Français[6], se laissent porter vers eux pour engager le combat.

L'avant-garde française de Villette-Mursay essaie de doubler l'avant-garde britannique de Schovell, pour la prendre entre deux feux. Celle-ci augmente sa vitesse pour contrer la manœuvre. Ce faisant, se creuse un espace entre le corps de bataille et l'avant-garde britannique.

Le comte de Toulouse tente de profiter du passage pour rompre la ligne anglaise mais la manœuvre échoue. La canonnade devient générale tout au long de la ligne de bataille. Le vaisseau amiral français, Le Foudroyant, parvient à démâter le navire amiral anglais, Royal Catherine. Le Sérieux, de Champmeslin, tente par 3 fois de prendre à l'abordage le Kent, sans succès. Le hollandais Albermarle, deux-ponts de 64 canons, ne craint pas de se mesurer au Soleil Royal, trois-ponts de 102 canons.

« On n'avait pas vu de longtemps à la mer de combat plus furieux ni plus opiniâtre »[7]. Rooke écrit : « C'est une des plus dures batailles que j'ai jamais vues[8]. »

Vers 16 heures, le combat s'éteint à l'avant-garde. Le Fier, de Villette-Mursay, a reçu une bombe[9] qui a détruit une partie de son arrière et de sa dunette. Le vaisseau sort de la ligne. Mais son escadre interprète mal son mouvement, croyant devoir suivre un ordre de dégagement. L'avant-garde britannique en profite pour venir au secours de l'escadre rouge.

Cependant les Britanniques ne poussent pas leur avantage et le combat au centre décroit et s'éteint vers 18-19 heures. À l'arrière-garde, le feu continue jusque vers 20 heures. Les deux flottes s'éloignent pour la nuit.

La situation les 25 et 26 août[modifier | modifier le code]

Le 25, le vent est passé à l'ouest. Les deux flottes restent en vue l'une de l'autre et réparent leurs dommages. Les Britanniques ont été particulièrement malmenés car les Français ont surtout tiré « à démâter ».

Le 26, le vent est repassé à l'est. Les deux flottes reviennent en vue l'une de l'autre, mais évitent de reprendre le combat. Chez les Britanniques, il ne peut en être question : ils sont quasiment à cours de munitions. Chez les Français, on discute, puis on décide que l'on a gagné puisque l'adversaire ne veut pas reprendre le combat. La flotte repart vers Toulon.

Le 27, au soulagement des Britanniques, la flotte française n'est plus en vue. Gibraltar ne sera pas inquiété. Mais Rooke sera critiqué et n'obtiendra plus de commandements.

Bilan[modifier | modifier le code]

La bataille de Vélez-Málaga est l'une des plus rudes des guerres maritimes de Louis XIV. Les Français ont tiré 102 886 coups de canons[10].

La France déplore 1 585 tués (34,4 %) contre 2 325 pour les Anglais (50,4 %) et 700 pour les Hollandais (15,2 %), soit un total de 4 610 morts en 12 heures. En moyenne cela représente un mort toutes les dix secondes.

Cette bataille, livrée selon les règles théorisées, entre autres, par le Père Hoste, va devenir emblématique. D'abord parce qu'elle sera le dernier engagement majeur livré pendant près de quarante ans et qu'elle restera comme référence pour les nouvelles générations de marins. Les Britanniques y trouveront les raisons de chercher l'avantage du vent pour combattre, les Français leurs raisons de choisir le combat sous le vent. Pour les deux camps, la sacralisation de la ligne de bataille, comme seule formation capable d'assurer la victoire ou, à tout le moins, d'éviter la défaite. En ce sens, Vélez-Málaga annonce, et explique la bataille de Toulon (1744).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires du duc de Saint-Simon, éd. La Pléiade, tome II, p.367.
  2. La présence de galères aurait pu être un plus, par exemple pour remorquer les vaisseaux avariés, mais l'état de la mer, grosse, les contraindra à un rôle de spectateurs.
  3. La liste des frégates et des brûlots est celle donnée par Sue 1845, p. 434-435.
  4. a et b Il s'agit d'un vaisseau français capturé
  5. La position par rapport au vent est importante. Cela conditionne les mouvements possibles des voiliers. Ainsi, être « au vent » de l'adversaire permet de choisir le moment où l'on se rapprochera pour engager le combat. L'adversaire, lui, aura des difficultés pour essayer de remonter au vent. Les Britanniques ont tendance à favoriser la recherche de cette position. Elle a cependant des inconvénients. Par exemple, un navire désemparé aura tendance à dériver vers l'ennemi; le vent va incliner le navire et cette inclination peut empêcher de se servir des canons de la batterie basse, ceux de plus fort calibre ; la fumée des tirs va vers l'adversaire et va gêner le pointage. En revanche, les Français ont tendance à favoriser la position « sous le vent », considérant que les avantages (symétriques des inconvénients anglais) sont supérieurs. Le sens du vent a donc une importance qui explique certaines phases de la bataille.
  6. Ceux-ci sont donc placés entre les Britanniques et Gibraltar.
  7. Cité par Michel Vergé-Franceschi dans marquis de Villette-Mursay 1991, p. 452.
  8. marquis de Villette-Mursay 1991, p. 452
  9. Donc lancée par un mortier de l'une des 2 galiotes britanniques. Il y a peu d'exemples de combat d'escadre où des galiotes à bombes aient été engagées. De surcroît, elles sont plutôt prévues pour tirer contre des cibles terrestres, le pointage se faisant en orientant le navire et la distance de tir en faisant varier la charge de poudre. Ce coup au but est donc particulièrement heureux.
  10. Cité par Michel Vergé-Franceschi, (marquis de Villette-Mursay 1991, p. 452).

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

en anglais 
  • (en) Nicholas B&T Tunstall, Naval Warfare in the Age of Sail : The Evolution of Fighting Tactics, 1650-1815, Londres,‎ 1990 (ISBN 0785814264)

Liens[modifier | modifier le code]