Bataille de la Gudiña

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la Gudiña
Informations générales
Date 7 mai 1709
Lieu La Gudiña
Issue Victoire espagnole
Belligérants
Bandera de España 1701-1760.svg Royaume d'Espagne Drapeau de l'Angleterre Royaume d’Angleterre
Flag Portugal (1707).svg Royaume de Portugal
Commandants
Marquis du Bay Dom António Luís de Sousa, 2e marquis des Minas
Henri de Massue
Forces en présence
16 000 hommes (seule la cavalerie est engagée) 20 000 Portugais
8 000 Anglais
Pertes
400 hommes 2 000 morts
3 000 prisonniers
17 canons
Guerre de Succession d'Espagne
Batailles
Campagnes de Flandre et du Rhin

Friedlingen · Kehl · Ekeren · Höchstädt · Spire · Schellenberg (Donauworth) · Bleinheim · Eliksem · Ramillies · Stollhofen (en) · Cap Béveziers · Cap Lizard · Audenarde · Wijnendale · Lille · Malplaquet · Douai · Denain · Bouchain (en) · Douai · Landau · Fribourg

Campagnes d'Italie

Carpi · Chiari · Crémone · Luzzara · Cassano · Nice · Calcinato · Turin · Castiglione · Toulon · Gaeta · Cesana · Campo Maior · Syracuse

Campagnes d'Espagne et de Portugal

Cadix · Vigo (navale) · Cap de la Roque · Gibraltar (1re) · Ceuta · Málaga · Gibraltar (2e) · Marbella · Montjuïc · Barcelone (1705) · Badajoz · Barcelone (1706) · Murcie · El Albujón · Santa Cruz de Ténérife · Almansa · Xàtiva · Ciudad Rodrigo · Lérida · Tortosa · Minorque · Gudiña · Almenar · Saragosse · Brihuega · Villaviciosa · Barcelone (1713-1714)

Antilles et Amérique du sud

Santa Marta · Guadeloupe · Nassau · Colonia del Sacramento · Carthagène (1re) · Rio (1710) · Carthagène (2e) · Rio (1711) · Cassard

Cette boîte : voir • disc. • mod.

La bataille de la Gudiña se déroula le 7 mai 1709, et vit s'affronter une armée anglo-portugaise qui faisait mouvement depuis le Portugal en direction de Madrid, à une armée espagnole, qui en sortit vainqueur.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après la défaite à la bataille d'Almansa, la situation britannique était mauvaise, ils ne sont plus présents que dans le nord-est de l'Espagne. Henri de Massue presse Londres d'envoyer des renforts, et l'Angleterre envoie 25 000 nouveaux soldats en Espagne. Les troupes de meilleure qualité sont envoyées au Portugal sous les ordre du comte de Galway lui-même, le reste en Catalogne.

Au Portugal, Galway se réunit avec le Dom António Luís de Sousa, 2e marquis des Minas, afin de préparer l'avance sur Madrid. Mais pour cela, ils doivent d'abord capturer la ville de Badajoz. Henri de Massue avait déjà essayé par 2 fois de capturer la ville par la passé, sans succès. Cette fois-ci il ne prend pas de risque, et avance avec une puissante armée, plus puissante que ce que les espagnols ne peuvent lui opposer. Ceux-ci combattent à présent seuls, car Louis XIV a retiré ses troupes pour combattre en France au vu des défaites qu'il subissait sur le continent.

L'armée anglo-portugaise franchit la frontière, forte de 20 000 Portugais et 8 000 Anglais, près de la forteresse de Campo Mayor, en direction de Badajoz. Pendant que son énorme train d'approvisionnement traverse la rivière Caya, l'armée anglo-portugaise entre en contact dans la plaine de la Gudiña avec les avant-gardes de la cavalerie espagnole.

La Bataille[modifier | modifier le code]

Les Espagnols qui, malgré leur infériorité numérique, cherchaient la bataille, s'approchèrent de la plaine, en avançant leur cavalerie qui occupa une position nommée l'Atalaya del Rey.

Les Anglo-Portugais, qui avaient jeté 9 ponts pour traverser la rivière Caya, se déployèrent face aux espagnols. Au centre étaient déployées les troupes du Marquis de la Frontière, mais ses troupes ne parvenaient pas à voir l'infanterie espagnole, car celle-ci n'était pas arriver encore sur le champ de bataille, contrairement à la cavalerie. Sur le flanc gauche, la première ligne était commandée par le comte de San Juan, et en deuxième ligne étaient positionnés les anglais sous les ordres de Henri de Massue, avec 3 régiments britanniques. Les Anglo-Portugais étirèrent cette aile, pour profiter de leur supériorité numérique, et déborder l'aile adverse espagnole.

Après plusieurs attaques destinées à attirer les forces anglo-portugaises, le Marquis du Bay ordonna au Marquis d'Aytona, qui commandait la cavalerie du flanc droit, d'attaquer les Portugais de la première ligne. L'attaque vit s'imposer la cavalerie espagnole, bien entrainée et très expérimentée. Les Portugais prirent la fuite, le comte de San Juan tenta de les réorganiser, mais échoua et fut capturé. La cavalerie espagnole captura également une batterie d'artillerie ennemie.

Lord Galway lança alors une contre-attaque afin de reprendre la batterie avec ses 3 régiments. Les dragons espagnols mirent pied à terre, et engagèrent les Anglais, qui s'avançaient imprudemment, alors que la cavalerie espagnole avait la maitrise du terrain. Les Anglais tentèrent de se replier sur un bâtiment. Lors Galway monta alors sur un cheval et prit la fuite. Lord Barrymore et le général Pearse furent capturés. Les 3 régiment furent quasiment anéantis, leurs intégrants étant morts ou prisonniers. La cavalerie espagnole poursuivit également les fuyards de l'aile gauche anglo-portugaise, en tuant 1 500 et en capturant 1 000.

La première ligne de l'aile droite anglo-portugaise, prit la fuite, ainsi que la seconde ligne.

Le centre allié, qui n'avait plus de cavalerie, prit également la fuite, avant même que l'infanterie espagnole n'arrive sur le terrain. Il laissa sur le terrain tout le matériel, tous les canons et repassa la rivière Caya, sans même détruire les ponts derrière leur passage.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les Anglo-Portugais perdirent 2 000 tués et plus de 3 000 prisonniers (surtout anglais), parmi eux le comte de San Juan, le chef de la cavalerie, 4 brigadiers, 5 colonels, tous les bagages, 7 drapeaux, 8 étendards, 17 pièces d'artillerie, beaucoup de munition et tout le matériel des pontonniers.

Les Espagnols quant à eux perdirent 400 hommes. Ils se désorganisèrent lors de la poursuite, et ceci évita des pertes encore plus grandes aux Anglo-Portugais. De même que le fait que seule la cavalerie espagnole combattit, du fait du retard de l'infanterie, et ce, malgré une lourde infériorité numérique.