80 (nombre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le nombre 80. Pour l'année, voir 80.
798081
Cardinal quatre-vingts / huitante
Ordinal quatre-vingtième / huitantième
Préfixe grec octaconta
Adverbe quatre-vingtièmement / huitantièmement
Multiplicatif d'origine
latine
octogies
Propriétés
Facteurs premiers 24×5
Diviseurs 1, 2, 4, 5, 8, 10, 16, 20, 40, 80
Autres numérations
Numération romaine LXXX
Système binaire 1010000
Système octal 120
Système duodécimal 68
Système hexadécimal 50

80 (quatre-vingts, huitante ou octante) est le nombre entier naturel qui suit 79 et qui précède 81.

Grammaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nombres en français#Accords.

Vingt ne varie dans quatre-vingts que lorsqu'il n'est pas suivi d'un autre adjectif cardinal :

Il a quatre-vingts ans
Les quatre-vingts passagers (mais les quatre-vingt-trois passagers)
Quatre-vingts sur cent

Lorsque quatre-vingt est employé comme adjectif numéral ordinal, vingt est invariable :

La chambre quatre-vingt
L’autobus quatre-vingt
Les années quatre-vingt (1980)

En mathématiques[modifier | modifier le code]

80 est un nombre Harshad : 80 est divisible par 8 = 8 + 0.

Dans d'autres domaines[modifier | modifier le code]

80 est aussi :

Linguistique[modifier | modifier le code]

Le français possède trois mots pour le nombre 80 : quatre-vingts, huitante et octante. Aujourd'hui, quatre-vingts est de loin le plus répandu dans la francophonie, huitante est courant dans plusieurs cantons de Suisse romande, en Nouvelle-Écosse (Canada) et dans la Vallée d'Aoste (Italie), et octante n'est plus du tout utilisé. Cependant, ces deux derniers termes ont été plus largement utilisés dans le passé[1]. L'existence du terme « quatre-vingts » semble s'expliquer par l'influence gauloise sur le français : les Gaulois comptaient par vingtaines et non par dizaines[2].

Quatre-vingts[modifier | modifier le code]

Ce mode d'écriture du 80 est issu du Système vicésimal, duquel n'est resté que 70-soixante-dix (normalement trois-vingt-dix), 80-quatre-vingts et 90-quatre-vingt-dix.

Au Moyen Âge, les chiffres romains de 60 à 400 sont comptés en vingtaines : quatre-vingts s'écrit IIIIXX.

Huitante[modifier | modifier le code]

Huitante est le terme principalement utilisé en Suisse romande pour désigner quatre-vingts et est officiellement reconnu dans les cantons de Vaud, du Valais et de Fribourg, raison pour laquelle il est généralement mentionné dans les dictionnaires comme un helvétisme. Ceci ne concerne cependant pas la région du Jura bernois ainsi que les autres cantons romands de Genève, de Neuchâtel et du Juraquatre-vingts est non seulement le terme officiel mais également le terme le plus employé par la population. Il n'est cependant pas rare d'entendre huitante dans ces cantons et ceci devient apparemment de plus en plus le cas sans pour autant que la tendance s'inverse.[réf. nécessaire]

L'aire d'utilisation de huitante était aussi très étendue dans le passé puisqu'il était en usage dans d'autres régions arpitanes, notamment en Savoie et dans la Vallée d'Aoste (en savoyard et en valdôtain, 80 se dit huitanta). On le retrouve aussi au Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse, au Canada[3].

Cette évolution de la forme latine octoginta est une recréation du XVIIe siècle. On trouve la forme « oitante » (prononcée "oilltante") au XIIe siècle (Voyage de Charlemagne, éd. Paul Aebischer, 96 et 99), écrite parfois "octante". Elle figure dans la première et la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie française.

Une citation non attribuée par Littré dans son dictionnaire atteste l'emploi de ce terme au XIVe siècle[4]. Littré cite encore cette utilisation de huitante de Castil-Blaze (début du XIXe siècle) :

« La Révolte des femmes, ballet où Marie Taglioni brillait au premier rang, entourée de huitante amazones, s'escrimant de la lance et de l'arquebuse, obtint un succès prodigieux. »

— Castil-Blaze, Hist. de l'Académ. de musique, t. II, p. 240[4].

Octante[modifier | modifier le code]

Le terme octante est une réfection du terme précédent d'après le latin octoginta. Il figure dans toutes les éditions du Dictionnaire de l'Académie française, au contraire de huitante, et était conseillé, avec septante et nonante, par les Instructions officielles françaises de 1945 pour faciliter l’apprentissage du calcul.

À la fin du XIXe siècle, Littré note, dans son dictionnaire, que ce terme est vieilli mais est encore en usage dans le Midi de la France[5]. L'écrivain argentin Jorge Luis Borges, qui vécut en Suisse au début du XXe siècle avant la Première Guerre mondiale, a signalé que l'usage du terme octante était largement répandu à Genève (Suisse)[réf. nécessaire] ; la citation suivante montre cependant qu'il était déjà vieilli en Suisse romande pendant l'Entre-deux-guerres :

« Nos anc. textes donnent très souvent octante; il est […] hors d'us. en SR [Suisse Romande] »

— Pierrehumbert, William, Dictionnaire historique du parler neuchâtelois et suisse romand, Neuchâtel, Attinger 1926. Cité dans la remarque de l'article Huitante du Dictionnaire suisse romand, éd. Zoé, Genève 2004

.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Nombres_en_fran%C3%A7ais#Suisse
  2. Bien écrire et parler juste, guide pratique d'expression et de communication - Sélection du Reader's Digest, encadré p.21
  3. Yves Cormier, Dictionnaire du français acadien, Fides,‎ 2009 (ISBN 978-2-7621-3010-2), p. 253.
  4. a et b XMLittré - Huitante
  5. XMLittré - Octante

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]