Xiaomi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Xiaomi Tech)
Aller à : navigation, rechercher
小米科技
xiáomǐ kējì
Xiaomi Tech
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Xiaomi

Création [1]
Dates clés  : recrutement d'Hugo Barra
 : Lancement en Inde
 : Ouverture d'un store d'accessoire pour l'international
 : Recrutement de Wang Xiang
Fondateurs Lei Jūn, Lín Bīn, Lí Wànqiáng, Zhōu Guāngpíng, Huáng Jiāngjí, Liú Dé, Hóng Fēng.
Personnages clés Lei Jun : fondateur et PDG
Lín Bīn : cofondateur et président
Hugo Barra : vice-président
Wang Xiang : Vice-président de la stratégie
Shou Zi Chew : Directeur Financier
Forme juridique Entreprise à responsabilité limitée
Slogan « Just for fans »
Siège social Drapeau de Chine Pékin (Chine)
Direction Lei Jun
Activité Télécommunications, technologies de l'information (services et produits)
Produits MiPhones (Mi Note, Mi, Redmi, RedMi Note)
MIUI
interfaces
MiPad
MiTV
Routeurs
MiBox
Mi Piston
Yi Sport
Mi PowerBank
Jeux vidéo
Mi Band
Domotique
Effectif 7 500 salariés[2]
Site web www.mi.com
Chiffre d’affaires en augmentation 2 08 milliards USD (2012)
en augmentation 5,22 milliards USD (2013)
en augmentation 12 milliards USD (2014)
Le smartphone Mi1 sous MIUI.

Xiaomi (chinois simplifié : 小米科技 ; pinyin : xiáomǐ kējì ; littéralement Xiaomi Tech, xiáomǐ signifiant « millet »), prononcé : [ɕawmi] (Chaomi)[3] ou désormais appelé « Mi », est une entreprise chinoise d'électronique et d'informatique, basée à Pékin et spécialisée dans la téléphonie mobile intelligente. Depuis l'année 2014, Xiaomi est valorisée à 46 milliards de dollars. Entre Décembre 2014 et Juillet 2015, elle a été la startup ayant connu le meilleur démarrage au monde, battant l'entreprise de transport de particuliers par voitures de tourisme, Uber qui était évaluée à la même période à 41 milliards de dollars. Mais depuis le , Uber reprend la première place en étant évalué à 50 milliards de dollars[4],[5],[6],[7],[8],[9].

Depuis peu, l'entreprise s'est diversifiée dans plusieurs domaines dans la fabrication de produits électroniques. la firme a été cinquième constructeur mondial de smartphone en 2014[10], notamment grâce à ses gammes de smartphones qui se divisent en trois.

En 2015, la gamme des smartphones Xiaomi baptisé « Mi » sont les smartphones haut de gamme de la marque avec leur « Mi 4 », dernier du nom. Ceux de l'entrée de gamme sont baptisés « RedMi » et le dernier sorti de cette gamme est « Redmi 2 ». Xiaomi fabrique également des Phablettes qui se divisent en deux gammes : Le très haut de gamme avec les phablettes baptisés « Mi Note » et « Mi Note Pro » et pour finir sa version entrée de gamme, le « RedMi Note ».

L'entreprise est également vendeur de tablettes Android avec leur MiPad. La marque fabrique également des bracelets connectés, des batteries externes, des écouteurs et casques Hi-Fi, des manettes de jeu, des équipements pour les maisons connectés, des caméras miniatures, des box, des routeurs et des télévisions intelligentes.

[modifier | modifier le code]

Le « MI » inscrit sur le logo est l'abréviation de « Mobile Internet ». Il fait référence aussi au titre « mission impossible », en effet lors du lancement de Xiaomi, il semblait impossible à l'époque que la firme puisse acquérir autant de part de marché[11].

Le logo MI représente également le caractère 心 (pinyin : xin1) qui est le caractère du cœur et de la propreté.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Xiaomi a été co-fondée par huit partenaires le . Dans la première ronde de financement, les investisseurs institutionnels qui étaient impliqués dans le financement de l'entreprise sont Temasek Holdings (un fonds d'investissement souverain appartenant au gouvernement de Singapour), les fonds de capital-risque chinois de IDG Capital, Qiming Venture Partners ainsi que le fondeur de processeurs mobiles Qualcomm[12],[13].

Le , Lei Jun et sa bande conçoivent et sortent un système d'exploitation pour mobile qui deviendra la célèbre distribution libre du système d'exploitation Android/Linux, MIUI. Le succès débute, les utilisateurs sont conquis par cet OS personnalisable à souhait totalement inédit pour l'époque qui pouvait être porté sur les smartphones du moment.

Le , l'entreprise sort son premier smartphone appelé Mi 1. Lorsque les pré-commandes ont débutés, Xiaomi a réussi à atteindre 300 000 pré-commandes en 34 heures seulement[14],[15].

Le , la startup poursuit ses efforts en sortant le Mi 1S et le Mi 2. Le Mi 1S en seulement 6 jours, a atteint le million de pré-commandes. Le Mi 2 a quant à lui, fait décoller le potentiel de l'entreprise en ayant été vendu à 10 millions d'unités en 11 mois[16],[17],[18].

À l'été 2012, l'entreprise possède des centres de conception à Pékin, Shanghai et Shenzhen.

Le l'entreprise a annoncé embaucher Hugo Barra, ancien responsable Android de Google. Xiaomi Global est la première entreprise qui vend des smartphones à récupérer un ancien de Google Android. Son but sera de développer Xiaomi sur le plan international[19].

Hugo Barra a participé à l'édition 2013 de LeWeb[20], conférence qui planifie chaque année les futures tendances d'internet.

Une progression rapide[modifier | modifier le code]

Les 5 principaux constructeurs vendant le plus de smartphones dans le monde au deuxième trimestre 2015.
Évolution des ventes dans le monde des principaux constructeurs de smartphones jusqu'en 2014 (avant fusion de Lenovo-Motorola).

En 2012, Xiaomi avait vendu 7,19 millions de smartphones avec un chiffre d'affaires s'élevant à 12,6 milliards de yuans, soit 2,08 milliards de dollars américains[21]

Au premier semestre 2013, l'entreprise a vendu 7,03 millions de modèles, représentant un chiffre de ventes de 13,27 milliards de yuans, soit 2,15 milliards de dollars américains au premier semestre[22].

Pour l'année 2013, l'entreprise se surpasse en vendant 18,7 millions de smartphones avec un chiffre d'affaires montant à 31 milliards de yuans, soit 5,2 milliards de dollars américains, un record pour la jeune entreprise qui n'avait alors que 3 ans. La firme prévoit de vendre 40 millions de smartphones pour l'année 2014[23],[24]

Au premier semestre 2014, Xiaomi a fait un score des ventes gigantesques, atteignant 26,11 millions de smartphones vendus rien qu'au premier semestre 2014, ainsi qu'un chiffre d'affaires s'envolant à 33 milliards de yuans, soit 5,3 milliards de dollars américains. Selon la firme, le nombre de smartphone vendus est en augmentation de 271 % par rapport au premier semestre 2013. De même avec le chiffre d'affaires, qui lui est 149 % plus élevé par rapport au premier semestre 2013. De plus, Xiaomi a vendu plus de smartphones au premier semestre 2014 que durant toute l'année 2013. La croissance de la firme étant beaucoup plus grande que prévue, Lei Jun a donc déclaré revoir à la hausse l'objectif de la firme qui était initialement prévu de vendre 40 millions de smartphones pour l'année 2014, ce chiffre a été augmenté de 20 millions, ramenant l'objectif de l'année 2014 de vendre 60 millions de smartphones[25],[26].

Le , Xiaomi passe en tête des ventes de smartphones en Chine au deuxième trimestre 2014, avec 15 millions de smartphones écoulés. Xiaomi dépasse alors Samsung, Lenovo, Huawei et Yulong sur ce deuxième trimestre[27],[28],[29].

Le , Xiaomi annonce sur les réseaux sociaux et relayé dans les médias avoir augmenté ses ventes de 20 % sur le troisième trimestre et par rapport au trimestre précédent. Ça conforte donc l'objectif de Xiaomi de vendre 60 millions d'appareils pour l'année 2014. Par ailleurs, Lin Bin, le cofondateur de l'entreprise a confirmé dans une interview parvenir à un tel objectif et par ailleurs, confirmer également l'objectif de 2015 qui est de vendre plus de 100 millions d'appareils[30],[31].

Puis, le 20 et 24 , la firme confirme l'augmentation de 20 % des ventes au troisième trimestre, indiquant cette fois-ci le chiffre exact des ventes : ce ne sont pas moins de 18,4 millions de smartphones qui ont été vendus au troisième trimestre, un record pour la firme. Au total, ce sont plus de 45 millions de smartphones qui ont été vendus depuis le début de l'année 2014 par Xiaomi qui est une nouvelle fois premier du classement des constructeurs ayant le plus vendu de smartphones au troisième trimestre 2014 en Chine, battant une nouvelle fois Samsung, Lenovo et Huawei. Xiaomi devient alors le troisième fabricant vendant le plus de smartphones au monde[32],[33],[34],[35],[36].

Le , le cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG) publie le classement des entreprises les plus innovantes dans le monde. Pour la première fois, Xiaomi entre dans ce classement à la 35e place[37],[38].

Le , lors de la journée des célibataires en Chine, Xiaomi annonce avec fierté avoir écoulé lors de cette journée près de 1,2 million de smartphones. Xiaomi était premier dans les ventes de télévisions, de smartphones, d'écouteurs, de tablettes et de routeurs. Ils ont engrangés plus de 1,16 milliard de yuans, soit près de 254 millions de dollars américains[39],[40].

Le , Kantar Worldpanel ComTech publie des données de recherches concernant les résultats des ventes de smartphones en Chine au troisième trimestre 2014. Selon eux, la firme représenterait à elle seule près de 30 % des ventes de smartphones sur ce trimestre, ce serait le Xiaomi RedMi Note qui serait le best-seller de la marque[41],[42].

Le , selon l'étude du cabinet Gartner, les ventes de smartphones de Huawei, Xiaomi et Lenovo réunis au troisième trimestre 2014 surpasseraient celles d'Apple. Cette étude montre par ailleurs que Xiaomi serait quatrième dans le classement des ventes de smartphones dans le monde alors que l'étude provenant de l'IHS Suppli affirmait que Xiaomi était troisième[43]. Toujours le même jour, Reuters donne des éléments à propos du modèle économique opéré par Xiaomi avec des documents officiels. Selon Reuters, la valeur de la firme serait évaluée par les investisseurs à hauteur de 10 milliards de dollars américains en 2013, elle aurait enregistrée des revenus de 26,6 milliards de yuans (environ 4,5 milliards de dollars américains) et une marge d'exploitation de 1,8 %. Lei Jun détiendrait 77,8 % de la société, mais cette dernière n'aurait dégagé que 347,5 millions de yuans soit 56 millions de dollars américains, toujours en 2013. Des résultats presque 10 fois moins importants que ce qu'avait estimé le Wall Street Journal en novembre dernier. Un porte-parole de Xiaomi a confirmé ces chiffres, mais a affirmé également que ça ne couvrait pas l'ensemble des activités de l'entreprise[44],[45],[46].

Pour 2015, Xiaomi prévoit de vendre 100 millions de smartphones[47]

Le , Xiaomi publie partiellement ses résultats financiers annuelles : Pour l'année 2014, ce sont 61,1 millions de smartphones vendus par la firme, un record absolu pour cette dernière qui, pour comparaison en 2013, avait vendu 18,7 millions de smartphones, une hausse de 227% en 2014. En parallèle, Xiaomi en 2014, c'est 74,3 milliards de yuans (près de 12 milliards de dollars américains) de chiffre d'affaires avant impôts, en hausse de 135% par rapport à 2013. Lei Jun a ajouté sur son blog officiel que la croissance sur le marché des smartphones en Chine ralentirait en 2015 et que Xiaomi focaliserait son attention sur la création de nouveaux produits et sur son développement à l'international[48],[49],[50],[51].

Le , le résultat du classement annuel des ventes de smartphones en 2014 est en demi-teinte pour Xiaomi. Samsung reste en première place avec plus de 317 millions de smartphones écoulés. Apple est en deuxième position et explose les records en vendant plus de 192 millions de smartphones. Lenovo (ou désormais Lenovo-Motorola) devance Xiaomi dans le classement en lui volant la troisième place avec près de 94 millions de smartphones écoulés en 2014. Huawei ont quant à eux remonté la pente en étant quatrième du classement et en vendant plus de 74 millions de smartphones. S'en suit de Xiaomi avec plus de 61 millions de smartphones vendus et LG qui le chevauche avec plus de 59 millions d'appareils vendus. Xiaomi est donc cinquième du classement et Apple est devenu premier constructeur vendant le plus de smartphones en Chine au quatrième trimestre 2014, alors que Xiaomi était premier au trimestre précédent. Cependant, ces résultats doivent être nuancé par la jeunesse de la firme et sa croissance rapide qui risque toutefois de beaucoup plus se remarquer pour le classement de 2015[10].

Le , l'IDC publie ses résultats du classement des parts de marché sur l'année 2014 pour les smartphones en Chine. Xiaomi se trouve en première position sur le quatrième trimestre avec 13,7% de part de marché, pour comparaison en 2013, la firme en était à 6,5% de part de marché, ce qui fait un bon énorme de +150% en comparaison des deux trimestres. Apple se retrouve en deuxième position avec 12,3%, Huawei est en troisième position avec 11%, s'en suit de Lenovo avec 9,5% et pour finir Samsung en dernière position avec 7,9%. Pour les parts de marché sur l'année, Xiaomi se retrouve également en première position avec 12,5%, pour comparaison avec l'année 2013, la part de marché de la firme était de 5,3%, une propulsion de 186,5% sur un an. On retrouve Samsung en deuxième position avec 12,1%, Lenovo continue avec 11,2%, s'en suit de Huawei avec 9,8% et Coolpad avec 9,4%. Apple n'a pas été référencé dans le classement annuel des parts de marché[52].

Le , un article de l'International Business Times dédié à Xiaomi considère que l'un des principaux freins que Xiaomi pourrait avoir pour parvenir à ses objectifs de 2015 serait les contraintes d'approvisionnement. En effet, Xiaomi n'est pas le seul sur le secteur des smartphones et les usines de productions tendent à privilégier les plus gros clients comme Samsung et Apple. La demande sur les smartphones est forte mais la cadence de production ne suit pas pour parvenir à combler la demande. Un analyste interviewé aurait même dit Qu'« atteindre 100 millions de smartphones en 2015, ce sera très difficile. ». Xiaomi aurait même préféré parler d'un objectif des ventes compris entre 80 et 100 millions pour l'année 2015. Un autre analyste déclare : « Alors que Xiaomi peut encore croître dans son pays en grignotant les parts de marché de ses concurrents, sa croissance fulgurante sera inévitablement lente. » et pour cause, le marché du smartphone en Chine pourrait arriver à saturation d'après certains analystes[53].

Le le jour de son anniversaire, Xiaomi annonce avoir vendu depuis la sortie de son premier smartphone, le Mi 1, 100 millions de smartphones[54].

Le , Xiaomi annonce officiellement les chiffres du Mi Festival. Un festival réunissant ses fans lors d'un événement se produisant pour fêter l'anniversaire de Xiaomi début avril. Pour la première fois, le Mi Festival se déroulait en Chine mais également dans les pays où Xiaomi s'est déployé à cette date (7 territoires d'Asie). Au total, lors de ce festival, c'est plus de 2,1 millions de smartphones vendus, 2,08 milliards de yuans de revenu (311 millions d'euros environ), 39 000 MiTV, 208 000 Mi Band, totalisant plus de 170 millions d'accessoires vendus également. Hugo Barra en profite pour comparer les revenus par rapport à l'année dernière : Les 100 millions de yuans de revenu qui ont été dégagés en 20 minutes l'année dernière ont été battus par les 100 millions en 8 min 30 secondes cette année, c'est plus de deux fois mieux. En termes de volumes, la firme a d'ores et déjà battue son record de produits vendus lors du Mi Festival, tout ça en 12 heures. La firme a tellement explosé ses records de ventes que cette dernière est entrée dans le Guinness des records, pour avoir vendus plus de 2 millions de smartphones lors d'un festival en l'espace de 12 heures[55],[56].

Le , au lendemain de la conférence de presse pour l'annonce du Xiaomi Mi 4i. Lei Jun déclare être en mesure de tripler les revenus de l'entreprise (environ 4,5 milliards de dollars américains) par rapport à l'année dernière. Ainsi, il pense pouvoir générer 16 milliards de dollars américains de revenus total pour l'année 2015, grâce notamment aux différents services mobiles proposés par la firme s'élevant à 1 milliard de dollars américains de revenus à eux seuls, Lei Jun prévoit que les services mobiles représenteront 6% du total des revenus de la firme cette année[57].

Le , IHS Technology fait état du marché des smartphones en Chine pour le premier trimestre 2015 en proposant un classement. Malgré une baisse des ventes générales des smartphones en Chine pour ce trimestre, il se trouve que Xiaomi a repris sa place de numéro un dans ce classement en ayant 14% de parts de marché. Suivi de Huawei et Apple qui le suivent à 11% tous les deux et Samsung à 10%. Lenovo a chuté ce trimestre à 8% de parts de marché. Xiaomi aurait vendu 14,2 millions de smartphones pour le premier trimestre 2015 en Chine, une hausse de 3 millions de smartphones par rapport au premier trimestre 2014 mais une baisse de 4 millions d'appareils par rapport au trimestre précédent[58].

Le , la firme annonce avoir écoulée près de 15 millions de smartphones au premier trimestre 2015 (Pays où Xiaomi est implanté et Chine réunis). C'est 4 millions de plus par rapport au premier trimestre 2014 mais trois millions de moins par rapport au trimestre précédent[59].

Le , un rapport provenant d'un des fournisseurs de Xiaomi confirme des résultats des ventes en hausse au premier semestre 2015 pour ce dernier. Selon le fournisseur, la firme aurait vendu 35 millions de smartphones au premier semestre 2015, c'est 30% de plus que le premier semestre 2014 (26 millions)[60],[61].

Le , Xiaomi annonce officiellement ses chiffres de ventes pour le premier semestre 2015 : L'entreprise confirme ainsi que 34,7 millions de smartphones ont été vendus pour le premier semestre 2015. Un record pour la firme en comparaison au premier semestre 2014 (+33%) mais un recul de 300 000 smartphones par rapport au semestre précédent (35 millions contre 34,7) qui est dû au ralentissement du marché des smartphones chinois qui arrive à maturité et qui était anticipé : « Même avec le ralentissement du marché chinois, nous avons fait un travail remarquable », rassure Lei Jun[62],[63].

Le , IDC publie les résultats des ventes de smartphones dans le monde pour le deuxième trimestre 2015. Il s'avère que Xiaomi a vendu 17,9 millions de smartphones ce trimestre, c'est 4,1 millions de plus par rapport au même trimestre de l'année dernière. La firme a même réussi à être le quatrième constructeur vendant le plus de smartphone sur ce trimestre, battant le constructeur Lenovo-Motorola et ses 16,2 millions de smartphones vendus, ce qui n'était pas arrivé depuis le deuxième et troisième trimestre 2014. Huawei quant à lui, est bien loin devant avec 29,5 millions vendus au deuxième trimestre. Apple se retrouve en deuxième place et Samsung en première position, ce qui ne change pas vraiment avec respectivement 47,5 millions et 73,2 millions de smartphones vendus à travers le monde pour les deux entreprises[64].

Le également, IHS Technology publie son rapport concernant les parts de marché des différents constructeurs de smartphones en Chine. Xiaomi reprend sa première place en contrôlant 18% de parts de marché en Chine. Huawei le suit de près avec 16% et Apple 12%, Vivo possède 10% de parts de marché et Samsung baisse sur le territoire avec seulement 9%.[65].

Le , Gartner publie les résultats du second trimestre de l'année 2015 sur les parts de marchés que possèdent les constructeurs de smartphones. Il se trouve que Samsung est toujours en première place mais est en baisse par rapport au deuxième trimestre de l'année dernière (21,9% contre 26,2%), Apple augmente avec 14,6% (contre 12,2%), Huawei possède 7,8% (contre 6,1%), Lenovo 5% (contre 6,6%) et Xiaomi qui talonne Lenovo à 4,9% (contre 4,3% l'an dernier)[66].

Le , l'IDC publie les résultats du deuxième trimestre concernant le marché des smartwatch. Il se trouve que Xiaomi aurait vendu 3,1 millions de MiBand ce qui représenterait 17,1% de parts de marché. Apple entrerait directement à la deuxième place avec son Apple Watch avec 3,6 millions vendus, Apple devance par la même occasion Xiaomi qui était deuxième. FitBit ne bouge pas de sa place de leader, avec 4,4 millions de wearables vendus ce qui représente 24,3% de parts de marché[67].

Le succès[modifier | modifier le code]

Le , Xiaomi a annoncé avoir investi 205 millions de dollars américains (près de 1,3 % du capital) dans la société Midea, constructeur spécialisé dans l'électroménager afin que Xiaomi puisse en fabriquer[68].

Le , d'après l'agence Reuters, Xiaomi aurait eu des discussions privilégiées avec le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, de sorte que le réseau social puisse effectuer une entrée au capital de Xiaomi, cette discussion remonte à octobre 2014, lorsque Mark Zuckerberg était de passage en Chine. La discussion s'est soldée par un échec, Xiaomi n'ayant pas trouvé l'utilité de faire une telle chose. Mais des doutes subsistent quant à la véritable raison qui a poussée Xiaomi a refusé une telle opportunité. Quand on sait que le réseau social Facebook est censuré en Chine et que sa participation au sein d'une entreprise chinoise pourrait provoquer la polémique dans le domaine politique[69],[70].

Le , l'OCU (Organización de Consumidores y Usuarios) publie un sondage de satisfaction des clients basés sur 11 626 clients issus de plusieurs pays dont la Belgique, l'Espagne, le Brésil, le Portugal et l'Italie. Il est révélé dans ce sondage de satisfaction des clients que Xiaomi est premier dans les résultats global de la satisfaction clients, battant également Apple dans ce sondage[71].

Le , la société Rigo Design, spécialisé dans le design de produits high-tech a été racheté par Xiaomi, cette société avait déjà travaillée sur le design des produits de Lenovo. Elle travaillera à temps plein pour la firme et se chargera du design des produits mais pourrait aussi se charger du design du système d'exploitation MIUI[72].

Le succès de l'entreprise est une réalité, au point que l'un des géants de l'Internet, Google aurait fait part de ses inquiétudes face au phénomène Xiaomi. Le , selon le journaliste Amir Efrati et relayé par Business Insider, des employés de la branche Android de Google auraient fait part de leurs inquiétudes concernant la part qu'occupe Xiaomi dans les smartphones, notamment à cause de son OS MIUI qui ne propose aucun services de Google et a même tendance à privilégier des services chinois concurrents de Google[73].

Le , Bloomberg rapporte que lors d'une conférence de presse au siège de la compagnie à Beijing, Lei Jun aurait avoué : « Quel est le plus gros problème que l'entreprise rencontre ? Il y a trop de contrefaçon. Si la contrefaçon n'existait pas, nos ventes auraient doublés voir triplés. Les produits seraient reconnus par tous. » aurait-il dit[74].

Le , Ratan Tata, le président de la holding Tata Group, a pris une participation dans Xiaomi, cette action est susceptible de renforcer la présence du constructeur de smartphones sur le territoire indien. Lei Jun se félicite de cet investissement fait par Ratan Tata dans son entreprise : « M. Tata est l'un des chefs d'entreprise les plus respectés dans le monde. Son investissement est une preuve de confiance envers la stratégie que nous avons adoptée en Inde jusqu'à présent ». Cet investissement aidera la firme a trouvé sa place en Inde afin obtenir un deuxième vivier de croissance après la Chine[75].

Le , la firme annonce avoir recruté Wang Xiang, l'ancien président de Qualcomm en Chine. Lei Jun déclare à ce sujet : « Wang Xiang est un dirigeant très expérimenté avec une compréhension en profondeur de l'industrie des communications. [...] Il était celui qui a aidé avec succès Qualcomm à établir une coopération stratégique avec Xiaomi et qui n'a cessé de croître au fil du temps. Je crois qu'à l'aide de ses excellentes compétences en leadership, Wang Xiang ayant plus de 20 ans d'expérience dans l'industrie et des liens étroits avec les acteurs de l'écosystème mobile, il sera en mesure d'orienter Xiaomi au prochain niveau de son succès dans la coopération stratégique et l'établissement des relations avec nos partenaires importants. »[76].

Le , Xiaomi entre dans le classement des 50 entreprises les plus intelligentes de l'année 2015, selon le MIT Technology Review en intégrant la firme directement à la deuxième place[77].

Le , son fondateur, Lei Jun annonce avoir recruté Shou Zi Chew en tant que Directeur financier, un investisseur Singapourien reconnu dans le secteur : « Shou Zi est un investisseur à succès avec des idées d'investissement uniques et des compétences financières qui lui ont fait reconnaître la valeur de Xiaomi dès le début et ont aidé DST à compléter son investissement dans la société. »[78].

L'ouverture à l'international[modifier | modifier le code]

L'entreprise attise tous les regards, si bien qu'en , Steve Wozniak, le cofondateur d'Apple a rendu une visite remarquée chez l'entreprise : « Cette entreprise a de solides objectifs [...] Ses produits existants permettent déjà de se projeter dans l'avenir [...] Xiaomi a d'excellents produits, assez bons pour percer sur le marché américain, c'est une entreprise prometteuse [...] Qui a toutes les chances de réussir. » disait-il en testant le Xiaomi Mi 3 entre ses mains[79].

Le , le nom de domaine mi.com a été racheté par Xiaomi pour célébrer leurs premiers pas à l'international, ajoutant cette phrase « Shorter name, Bigger world » (« nom plus court, monde plus grand »). Xiaomi déclare avoir fait cette démarche afin que lorsqu'ils se déploieront à l'international, le nom de la marque soit le plus prononçable possible, car en réalité en chinois, Xiaomi se prononce « Chaomi », ce qui serait difficile pour les utilisateurs dans le monde à prononcer de façon exacte. C'est depuis cette période que Xiaomi demande à s'appeler « Mi ». Ainsi, mi.com devient donc leur site internet principal. Selon Li Wanquiang, l'un des vice-présidents de Xiaomi, « Le prix de la transaction du nom de domaine mi.com par une entreprise chinoise est considéré comme le plus chère de l'histoire. » atteignant plusieurs millions de dollars[80].

Le , Lei Jun a déclaré lors d'une conférence que la firme exportera ses produits dans 10 territoires supplémentaires pour l'année 2014 : la Malaisie, les Philippines, l'Inde, l'Indonésie, la Thaïlande et le Viêt Nam. Suivi de près par la Russie, la Turquie, le Brésil et le Mexique[81]

Le , lors d'une interview, Hugo Barra a affirmé que Xiaomi rencontrait leurs premières difficultés dans leur projet d'expansion à l'international. En effet, la firme est en retard sur son planning, elle n'est même pas à la moitié de son objectif concernant les différents pays où elle devait initialement être présente pour 2014. Hugo Barra déclare : « Ce retard est dû à un long et douloureux processus de certification de l'appareil. Les fabricants de smartphones obtiennent leurs produits certifiés à l'aide d'organismes gouvernementaux à travers le monde avant de pouvoir lancer et de vendre sur différents marchés. En Indonésie, au Brésil et au Mexique, le processus peut prendre jusqu'à six mois pour se conformer aux normes locales et obtenir des produits certifiés pour la vente. » a-t-il dit. Il ajoute : « Nous sommes optimistes pour le lancement de l'entreprise en Indonésie d'ici fin août. Nos plans pour nous lancer au Brésil peuvent prendre un certain temps, probablement dans les 12 prochains mois, mais c'est difficile à dire », a déclaré Hugo Barra[82].

Le , la firme confirme une nouvelle fois son ambition de se déployer à l'international en annonçant le déplacement de leurs data-centers. Initialement, leurs data-centers sont en Chine, d'ici le début d'année 2015, ils seront dispersés aux quatre coins du globe : en Oregon, A Singapour, et en Californie. Les raisons de cette initiative d'après Hugo Barra résideraient principalement dans le besoin constant de garder une vitesse de navigation fluide sur leur site et leurs services dédiés. Mais aussi, pour assurer une confidentialité des données, dit Barra[83],[84].

Le , Xiaomi annonce vouloir lever des fonds à hauteur de 1,5 milliard de dollars américains pour pouvoir développer ses services de télévisions et se déployer. La firme se voulait ambitieuse lors de leur dernière conférence de presse : « Nous voulons répéter le succès du modèle d'intégration du matériel Xiaomi dans l'industrie de la télévision. » et en cas de succès, ce sera le plus grand investissement de capital risque généré par une entreprise chinoise. Toujours le et selon le Financial Times, si Xiaomi voudrait lever des fonds pour cette raison, elle aurait par la même occasion estimée la valeur de la firme à hauteur de 45 milliards de dollars américains[85],[86].

Le , Xiaomi annonce l'acquisition d'une participation dans Youku Tudou, entreprise spécialisée dans le streaming vidéo, possédée à 23,4 % par Alibaba[87]

Le , Lei Jun, le PDG de Xiaomi a annoncé ses ambitions futures pour son entreprise : « Je crois que personne ne pensait il y a trois ans, lorsque l'on a sorti notre premier téléphone, que l'on allait plus tard, être troisième plus grand constructeur mondial. [...] L'Inde est en train de devenir notre plus grand marché à l'étranger. Dans les cinq ou dix ans, nous avons la possibilité de devenir le premier constructeur de smartphone dans le monde. [...] Nous avons fondé Xiaomi en 2010 et avons sorti notre premier smartphone en 2011 en Chine. Nous sommes rapidement devenus le premier fabricant de smartphones en Chine, ayant actuellement 70 millions d'utilisateurs et étant désormais le troisième fabricant de smartphones au monde au troisième trimestre de cette année. Nous devrions avoir 200 millions d'utilisateurs en 2015 et nous visons la première place. Dans ce pays magique, nous avons produit non seulement une entreprise comme Alibaba, mais un petit miracle comme Xiaomi. ». S'en est suivi une réponse de l'avocat général et vice-président des affaires juridiques et gouvernementales d'Apple, Bruce Sewell : « Devenir numéro 1 est facile à dire, mais c'est plus difficile à faire. »[88],[89]

Le , Hugo Barra a réagi une nouvelle fois face à leur retard évident de leur déploiement à l'international, en avouant : « Nous avons réalisé qu’il était plus judicieux de faire un petit peu marche arrière et de concentrer nos efforts en Inde et en Indonésie avant de s’étendre encore. ». L'entreprise fait donc une pause pour son déploiement à l'international, préférant se concentrer sur les territoires où ils sont implantés, faute de stocks suffisants pour continuer à satisfaire la demande. Hugo Barra affirme sur ce sujet qu'ils sont en pourparler avec l'usine Foxconn afin d'étendre leurs usines de productions ailleurs qu'en Chine, ce qui comprendrait selon Barra, L'Inde et le Brésil. Toujours selon lui, installer des usines de productions en Inde prendra jusqu'à 2 ans pour être réalisé, le Brésil prendra moins de temps, « durant le premier semestre 2015 » affirme t-il. Il réagit notamment au volume des stocks qu'ils doivent produire en Inde et ailleurs : « Nous expédions des quantités absurdes en Inde, nous sommes passés de 50 000 expéditions à 200 000 par semaine. Prendre le temps de mettre la production nécessaire en place permettra à Xiaomi de mieux servir les clients sur le long terme. Nous devons construire des produits de meilleure qualité en s'assurant qu'ils soient bien accueillis sur chaque marché et vendus au meilleur prix possible. Vous ne pouvez pas vendre un produit au Brésil qui n'est pas fabriqué localement car cela vous coûterait très cher ». D'où la nécessité de construire de nouvelles usines de productions au Brésil et en Inde, cela leur permettra d'assurer un volume de stocks répondant suffisamment à la demande des futurs territoires où la firme se déploiera[90],[91].

Le , la firme annonce sur les réseaux sociaux avoir dépassé les dix milliards de téléchargements sur leur propre magasin d'applications. Baptisé « Mi App Store », cette boutique, à l'instar du Google Play représente à elle seule 50 millions de téléchargements quotidiens, 364 millions de yuans soit près de 60 millions de dollars américains que les développeurs ont pu faire transiter entre janvier et octobre 2014 et 3000 applications conçues spécialement pour la MiPad. À l'occasion de ce succès, Xiaomi annonce une version de son Mi App Store internationale. Jusqu'ici réservé qu'aux utilisateurs chinois, le magasin d'applications de Xiaomi entrera dans les territoires déjà acquis par la firme où des développeurs ailleurs qu'en Chine pourront concevoir des applications et les publier sur le Mi App Store[92],[93].

Le , Hugo Barra a été interviewé par la BBC. Quand on lui a posé la question « Quand est-ce que les produits Xiaomi s'exporteront aux États-Unis et en Europe ? », Barra a refroidi les esprits : « Ça va probablement prendre encore quelques années avant que nous ne puissions atteindre un tel marché. » Mais explique ses propos en étant prudent : « Xiaomi rend accessibles des appareils haut de gamme et les vend presque au coût de fabrication, le succès que nous avons a un impact beaucoup plus élevé dans les pays en voie de développement. Les marchés américains et européens sont incroyablement compétitifs, nous ne nous sentons pas vraiment prêt à entrer dans ces marchés et faire face à autant de concurrence pour le moment, nous avons besoin d'encore un peu plus de temps. »[94].

Toujours le , Lei Jun a été également interviewé et a confirmé dans leur plan de déploiement à l'international pour 2015 que la Russie et le Brésil sont dans la liste des pays qui seront sûrement accostés par la firme. S'ajouteront également quelques autres pays que Lei Jun n'a pas communiqués[95].

Le , Bin Lin a posté une photo, posant avec Hugo Barra et Donovan Sung. Les deux appartiennent à la direction de Xiaomi et sont responsables du développement à l'international. C'est surtout le commentaire de Bin Lin à propos de cette photo qui est le plus révélateur : « L'équipe de Xiaomi internationale est prête pour la prochaine grande étape. Nous donnerons plus de détails en février. »[96].

Le , Xiaomi annonce officiellement que le Redmi 2 s'exportera en Malaisie, en Inde et à Singapour. Il en va de même pour la MiPad qui s'exportera elle, en Inde[97],[98].

Le , Hugo Barra a affirmé après l'ouverture du store de Xiaomi en Europe et aux États-Unis vouloir vendre les smartphones de la marque dans ces mêmes territoires. Selon lui, c'est dans les projets de la firme, mais aucune date n'est annoncée. Il raconte : « Nous y travaillons [...] Nous ne disposons pas d'un planning précis... Nous n'avons pas encore définis de date [...] Nous prenons nos précautions. [...] Xiaomi doit aussi pouvoir assurer certains services clientèles, y compris en offrant des services de réparations de proximité. C'est un processus qui pourrait prendre des années. Tout cela prend du temps et je ne peux pas vivre à Bangalore et San Francisco en même temps, nous faisons une chose à la fois. [...] Nous déposons des brevets. Une fois que l'on aura acquis suffisamment de brevets, nous nous préparerons à entrer sur les marchés où le système des brevets est un peu plus permissif. » Il concède toutefois : « Il y a tellement de concurrence à l'attention du consommateur. [...] Les smartphones sont beaucoup plus complexes à présenter dans un nouveau marché. Il faut beaucoup plus de temps pour localiser les smartphones au niveau du matériel et réaliser des processus de certification. » Il en profite pour faire connaître le modus operandi de Xiaomi : « Nous négocions avec nos fournisseurs des composants à des prix compétitifs. Par exemple, Xiaomi est le troisième client de Qualcomm. Nous avons des relations étonnantes avec les fournisseurs. Nous ne faisons pas d'argent dès le lancement d'un smartphone. Comme le produit reste sur le marché, il devient moins cher à produire, ce qui augmente les marges. Lorsque nous devenons trop rentable, nous réduisons le prix d'un smartphone une fois voire deux vers la fin de son cycle de vie. Nous baissons les prix comme ceci parce que nous voulons rester agressif. ». Il a également ajouté concernant le déploiement aux États-Unis lors d'une interview de Bloomberg au Studio 1.0 : « Cela va probablement nécessité une équipe, une équipe très importante pour gérer l'ensemble du processus opérationnel de la certification, pour l'aide de l'ingénierie en cours et ainsi de suite. Ça prendra au moins un an, voire plus. »[99],[100],[101],[102],[103].

Drapeau de Singapour Singapour[modifier | modifier le code]

L'entreprise ne visait jusqu'à 2012 que le marché intérieur de la République populaire de Chine. Depuis avril 2013, elle s'étend à Hong Kong et Taïwan. Ce n'est qu'en 2014 que son déploiement à l'international commence en dehors de la Chine avec leur première installation à Singapour. Elle continuera ensuite dans d'autres pays.

La firme s'est déployée à Singapour le avec pour modèle de lancement le RedMi commercialisé au prix de 169 dollars de Singapour, soit 128 dollars américains à son lancement[104].

Puis, le , Xiaomi lance le Xiaomi Mi 3 sur le territoire au prix de 419 dollars de Singapour, soit 317 dollars américains[105].

S'en est suivi du Xiaomi RedMi Note qui est disponible à la vente depuis le au prix de 199 dollars de Singapour, soit 150 dollars américains et de sa version 4G, le au prix de 229 dollars de Singapour, soit 183 dollars américains[106],[107].

Singapour est le premier territoire où Xiaomi a réussi à commercialiser dès le sa Xiaomi Mi Band en dehors de la Chine, au prix de 19,99 dollars de Singapour, soit 15 dollars américains[108].

Le , Xiaomi lance la MiPad hors des frontières de la Chine et commence par Singapour et la Malaisie. Le prix est fixé à 299 dollar de Singapour (221 $), soit 195 €[109].

Drapeau de la Malaisie Malaisie[modifier | modifier le code]

Présentation des produits Xiaomi et de la MiTV 2 le 19 mai 2014, en Malaisie.

Le , Xiaomi organise une conférence de presse en Malaisie pour présenter les produits qui seront commercialisés le , le Xiaomi Mi 3 faisait partie du lot et était commercialisé au prix de 889 ringgit, soit 250 dollars américains[110],[111].

Plus tard, le Xiaomi exporte le Xiaomi Redmi 1S au prix de 419 ringgit, soit 119 dollars américains. Puis le Xiaomi RedMi Note, le , au prix de 509 ringgit, soit 145 dollars américains suivi de sa version 4G le au prix de 589 ringgit, soit 168 dollars américains[112],[113].

Le , Xiaomi lance la MiPad hors des frontières de la Chine et commence par Singapour et la Malaisie. Le prix est fixé à 799 ringgit (225 $), soit 199 €[109].

Le , une certification provenant de la Malaisie concernant le Mi Note a été acceptée. Il semblerait que Xiaomi peut donc commercialiser le Mi Note dès maintenant en Malaisie[114].

Drapeau des Philippines Philippines[modifier | modifier le code]

Le , Xiaomi s'est officiellement déployé aux Philippines avec comme modèle de lancement le Xiaomi Mi 3 au prix de 10599 pesos philippin, soit 240 dollars américains environ[115]. S'en est suivi du RedMi 1S le au prix de 5599 pesos philippin, soit 125 dollars américains environ[116].

Drapeau de l'Inde Inde[modifier | modifier le code]

Le , Xiaomi annonce la date officielle de son lancement en Inde, le . De plus, les premiers produits que Xiaomi a choisis de vendre sur ce territoire sont le Mi 3 pour 13.999₹(Roupie indienne) soit environ 235 $ (dollars américains), le RedMi 1S à 5.999₹ (98 $) et le RedMi Note à 9.999₹ (165 $). Lors de la conférence de presse, Hugo Barra a annoncé que la firme possède 36 centres de services dans 20 villes en Inde, d'autres centres seront ouverts progressivement. Hugo Barra a annoncé par la même occasion un partenariat entre Xiaomi et le site de vente en ligne Indien : Flipkart, afin de rendre le plus accessible possible leurs produits[117]. Au 8 juillet, Xiaomi était implanté en Chine, à Singapour, en Malaisie, aux Philippines et en Inde. D'après Hugo Barra, l'entreprise se déploiera en Indonésie prochainement[118].

Le a eu lieu la première vente flash de Xiaomi sur les RedMi Note en Inde. Au total, ce sont 50 000 RedMi Note qui ont été écoulés en seulement 6 secondes. Le Redmi Note sera disponible également prochainement dans les territoires où Xiaomi s'est déployé actuellement[119].

Le , Hugo Barra annonce par l'intermédiaire de Manu Jain, l'un des responsables de Xiaomi en Inde que la firme a dépassé le million de smartphones vendus en Inde en seulement 5 mois[120].

Le , l'entreprise a commencé à vendre le Xiaomi RedMi Note 4G dans les magasins de l'opérateur indien Bharti Airtel, c'est la première fois que le fabricant vend des smartphones dans des boutiques physiques en Inde. Le Xiaomi RedMi Note 4G est au prix de 9999 roupie indienne (environ 157 dollars américains) et est d'ores et déjà en vente dans 133 magasins de l'opérateur Bharti Airtel à travers six villes en Inde. Bharti Airtel est le plus grand opérateur téléphonique en Inde[121].

Le , le Xiaomi Mi 4 a fait ses premiers pas hors des frontières de Chine et a commencé son aventure en Inde. Le modèle choisi est le 16 Go en 3G WCDMA version blanche, il est vendu 19 999 ₹ (322 $), soit 285 €. Le modèle 64 Go est arrivé un peu plus tard, le au prix de 23 999 ₹ (387 $), soit 341 €, Hugo Barra en profite également pour annoncer qu'une version 4G-LTE serait impossible à sortir aujourd'hui en Inde pour le Xiaomi Mi 4[122],[123],[124].

Le , la première vente flash du Mi 4 est arrivée, Xiaomi a réussi à vendre un stock de 25 000 Mi 4 en 15 secondes, le smartphone haut de gamme de la marque est plutôt bien accueilli[125].

Le , l'IDC publie les résultats des ventes de smartphones en Inde au quatrième trimestre 2014. Xiaomi entre en cinquième position, dans le top 5 des constructeurs ayant le plus vendu de smartphones au quatrième trimestre en Inde. Ce qui représente d'après l'IDC 4% du marché indien des smartphones en seulement 5 mois d'existence sur le territoire[126].

Le , CyberMedia Research publie les résultats de ventes des smartphones 4G du mois de janvier 2015 en Inde. Il affirme preuve à l'appui que Xiaomi serait premier dans le classement des ventes de smartphones 4G vendus en janvier 2015. Xiaomi possède à lui seul 30,8% de part de marché suivi d'Apple (23,8%), Samsung (12,1%), HTC (10%) et Micromax (8,3%)[127].

Le , Hugo Barra annonce lors d'une interview l'arrivée dans les 12 à 18 mois à venir d'une usine de production dédiée pour fabriquer leur smartphone en Inde[128].

Le , Foxconn annonce finaliser le déploiement de sa nouvelle usine de fabrication en Inde. Une partie de cette usine sera dédiée à la fabrication des produits de Xiaomi. La mise en service de cette usine est prévue au plus tôt en août 2015. Xiaomi pourra enfin fabriquer des smartphones localement en Inde pour réduire les frais d'importations élevés afin de devenir rentable.[129].

Le , Foxconn a mis en service son usine de fabrication. Xiaomi a donc présenté ses premiers Redmi 2 Prime « Made in India », une première et une étape importante pour la firme. Hugo Barra déclare : « Nous voulons produire en Inde et nous rapprocher de nos clients. ». Foxconn aurait annoncé qu’il investirait l’équivalent de cinq milliards de dollars dans la construction d’usines d’assemblage électroniques dans le Maharashtra, Etat de l’ouest de l’Inde, tablant sur 50.000 emplois créés. Le premier sous-traitant mondial dans l’électronique grand public prévoit ainsi « des investissements significatifs dans les 5 ans à venir »[130].

Drapeau de l'Indonésie Indonésie[modifier | modifier le code]

Le , Xiaomi annonce officiellement son entrée sur le marché Indonésien, en ajoutant l'Indonésie à sa liste de pays sur son site internet. Le s'est déroulé la conférence officielle de lancement de Xiaomi en Indonésie, le smartphone lancé en premier est le RedMi 1S disponible depuis le , son prix est de 1.499.000 Roupie indonésienne (128 $), soit 97 € environ. Les pré-commandes ont été ouvertes le jour de la conférence. Tout comme son lancement en Inde, la firme possède plusieurs centres de services dans plusieurs villes en Indonésie. Ce n'est que le que Xiaomi confirme la sortie du Redmi Note en Indonésie, au prix de 1.999.000 Roupie indonésienne (165 $), soit 132 €[131],[132],[133],[134],[135].

Le , Xiaomi étend sa gamme de smartphones en Indonésie avec le Xiaomi Redmi Note. Ayant été mis en vente ce même jour, le stock de 10 000 Redmi Note de Xiaomi s'est épuisé en l'espace de 40 secondes[136],[137].

Le , Hugo Barra annonce avoir quelques réticences concernant la sortie de la version 4G du Redmi Note en Indonésie. Les raisons de ce frein est principalement dû à la législation mise en place par l'Indonésie qui taxera d'ici peu les smartphones 4G n'étant pas construit sur le territoire. Ce qui imposerait à Xiaomi de répercuter cette taxe sur le prix de ses smartphones[138].

Drapeau du Brésil Brésil[modifier | modifier le code]

Le , une certification du Xiaomi RedMi Note provenant d'Anatel vient d'être publiée sur internet, cette certification prouve que le Redmi Note répond aux différentes normes du Brésil et qu'il peut être vendu dans le pays[139].

Le , Hugo Barra annonce que Xiaomi a d'ores et déjà ouvert leurs bureaux au Brésil, ce qui laisse présager un lancement dans le pays d'ici peu[140].

Le , la page Facebook officielle de Xiaomi Brésil annonce à demi-mot l'arrivée imminente de Xiaomi au Brésil, prenant en photo Mi Bunny embarquant dans l'avion pour arriver jusqu'au Brésil. Hugo Barra, par le biais de son compte officiel Facebook, a également relayé l'information et les publications de la page Xiaomi Brésil[141].

Le , des informations de la production provenant de l'usine Foxconn confirment que Xiaomi commencera la production de ses smartphones au Brésil en mars[142].

Le , sur la page Facebook officielle de Xiaomi Brésil, le message suivant a été posté : « Nous sommes très touchés de tous les messages et la bonne énergie que vous véhiculez à l'approche de notre entrée au Brésil et Hugo Barra vous en dira un peu plus là-dessus. Nous écrirons avec lui ce week-end [...] et commenceront à partager la semaine prochaine. Restez à l'écoute ! ». Le message laisse penser que Xiaomi commencera à vendre ses premiers smartphones très prochainement dans le pays.

Le , Hugo Barra annonce lors d'une interview que le Brésil est officiellement leur prochaine cible et qu'ils commenceront à s'implanter dans le pays d'ici les 3 prochains mois.

Le , la firme annonce sur les réseaux sociaux qu'ils sont officiellement prêt à se déployer au Brésil. Ils annoncent une date de lancement, ce sera le [143].

Le , Xiaomi annonce son lancement officiel au Brésil lors d'une conférence de presse s'étant déroulée à São Paulo. C'est le premier territoire hors d'Asie où Xiaomi se déploie, un tournant important pour la société. La firme a fermement démontré que ce pays est un marché important pour eux, Hugo Barra a affirmé : « Je suis ravi d'introduire enfin les produits étonnants de Xiaomi dans mon pays natal, le Brésil. Ce pays est le quatrième plus grand marché de smartphones dans le monde. Ce dernier est également un tremplin pour nous d'entrer en Amérique latine. Il y avait beaucoup plus d'enthousiasme, jamais nous aurions imaginé qu'il y aurait eu autant de monde qui nous attendrait. Comme d'autres marchés en développement, notre proposition de valeur et notre modèle économique sont parfaitement adaptés au Brésil : Nous vendons des produits hauts de gamme à des prix très agressifs. Nous sommes fortement concentrés sur le commerce électronique, les gens ici utilisent cette méthode pour acheter des choses en ligne. A cet instant, en raison du ralentissement économique, ça laisse un moment unique et intéressant pour nous de se déployer sur ce marché. ». Lors de cette conférence, trois produits de lancement ont été annoncés : Le Redmi 2, le MiBand et le Mi PowerBank. Le Redmi 2 est annoncé au prix de 499 BRL (environ 160 $), soit 144 €, le MiBand est proposé au prix de 95 BRL (environ 36 $), soit 27 € et le Mi PowerBank au prix de 99 BRL (environ 32 $), soit 29 €. La société travaille avec Foxconn qui possède également des usines de fabrications au Brésil et peut donc fabriquer des produits localement au Brésil, évitant ainsi les taxes d'importation élevés du pays. Les smartphones et autres gadgets vendus ont un prix plus élevé que la normale au Brésil que dans d'autres endroits, le prix d'un iPhone est presque le double du prix américain. Les ventes commenceront dès le et Asus aurait d'ores et déjà riposté au lancement de Xiaomi en baissant certains de ses smartphones temporairement, quelques heures après la conférence[144],[145],[146],[147],[148],[149].

Le , les ventes au Brésil ont commencé, le site officiel de Xiaomi n'a pas pu résister à la prise d'assaut des internautes Brésilien souhaitant commander le Redmi 2 et les accessoires de la marque, tant et si bien que le site a été inaccessible pendant 1h30. Un énorme succès confirmé par la firme, c'est la première fois qu'un incident de cet ampleur arrive, ce qui prouve que la demande était forte. Xiaomi s'excuse pour cet incident qui a empêché un certain nombre d'internautes de commander à temps leur produit. La marque n'a cependant pas précisé le volume exact qui a été écoulé.[150].

La firme pourrait également sortir le Mi Note dès le mois d'août au Brésil[151].

Drapeau des États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

Le , des rumeurs circulaient indiquant que Xiaomi organiserait une conférence de presse aux États-Unis le 12 février, si cela s'avérait être la vérité, ce serait une première pour la firme d'organiser un tel événement hors de l'Asie. Le lendemain, l'entreprise a confirmée la rumeur, mais a tout de même précisée afin de refroidir les esprits que cette conférence a pour but de faire connaître la marque et n'a pas pour but de montrer des signes de déploiements aux États-Unis dans l'immédiat[152],[153].

Le , date de la conférence, Hugo Barra et Bin Lin ont officiellement annoncés leurs intentions de se lancer aux États-Unis. Dans les prochains mois, leur site internet officiel mi.com accueilleront un store dédié au pays. Cependant, Barra insiste sur le fait que leur déploiement aux États-Unis n'est que partiel, aucune ventes de smartphones ne se fera et le store dédié ne donnera accès qu'aux accessoires de la marque (Mi PowerBank, Mi Piston...)[154].

Le , le site internet officiel de Xiaomi a lancé son propre store bêta dédié à la vente aux accessoires du constructeur pour les États-Unis. D'autres pays bénéficient de ce store comme l'Allemagne, les États-Unis et le Royaume-Uni. La première vente flash a eu lieue le et les accessoires étant vendus à la première vente flash sont les Power Bank (10 400 mAh et 5000 mAh), le casque et le Mi Band. Les prix sont les mêmes que pratiqués en Chine mais pourraient rapidement augmenter lors de l'achat, car l'envoi des accessoires se fera à partir des entrepôts de Xiaomi en Chine, ce qui impliquerait des éventuels frais de douanes, s'ajoutera à ça les frais de port. Xiaomi a réagi face à cette problématique : « Nous travaillons sur d'autres méthodes de livraisons. Pour l'instant, il peut être préférable d'en commander plus ou bien de grouper les commandes avec vos amis afin de limiter les coûts d'expédition. ». Il faut rappeler que le store a été décris par la firme elle-même de « Bêta » et que des améliorations seront apportées aussi bien sur le stock des produits, sur les accessoires disponibles comme sur les choses plus techniques. En effet, certains internautes se sont plaints sur les réseaux sociaux de ne pas avoir commandé d'accessoires car leur ville n'était pas dans la liste prédéfinie par Xiaomi.

Europe Europe[modifier | modifier le code]

Le , lors du Mobile World Congress se déroulant en Espagne, l'équipe de Xiaomi accompagné d'Hugo Barra en profite pour s'incruster dans ce salon pour annoncer une grande nouvelle. Hugo Barra annonce leur arrivée sur le marché Européen dans le courant de l'année, mais à l'instar de ce qu'ils feront avec les États-Unis, seul les accessoires seront disponible sur le store dédié aux personnes résidant dans un pays Européen : « Les stores dédiés aux accessoires vont être une expérience différente de ce que nous avons dans nos marchés en Asie, parce que nous ne vendrons pas de smartphones [..] Nous allons seulement vendre un petit nombre de nos accessoires comme le MiBand, notre casque Hi-Fi haute qualité, les Mi Piston et les PowerBank. » dit Hugo Barra[155].

Le , Lei Jun était l'invité du salon technologique allemand CeBit et en a profité pour annoncer les ambitions du déploiement de Xiaomi en Europe : « Nous nous trouvons en bonne position pour nous lancer sur le marché international avec nos smartphones et nos produits 'smart home'. À l'avenir, nous visons l'Allemagne, puis le reste de l'Europe et d'autres régions encore. » a t-il dit. Cependant, Lei Jun est resté très évasif sur le calendrier précis de la firme et de son arrivée en Europe[156],[157].

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

Le , le site internet officiel de Xiaomi a lancé son propre store bêta dédié à la vente aux accessoires du constructeur pour la France. D'autres pays bénéficient de ce store comme l'Allemagne, les États-Unis et le Royaume-Uni. La première vente flash a eu lieue le et les accessoires étant vendus à la première vente flash sont les Power Bank (10 400 mAh et 5000 mAh), le casque et le Mi Band. Les prix sont les mêmes que pratiqués en Chine mais pourraient rapidement augmenter lors de l'achat, car l'envoi des accessoires se fera à partir des entrepôts de Xiaomi en Chine, ce qui impliquerait des éventuels frais de douanes, s'ajoutera à ça les frais de port et la taxe US. La Mi PowerBank 5000 mAh par exemple coûte 9,99 dollars américains sur le store, si vous habitez en France et avec une méthode d'envoie imposée de 7 jours, les frais de port s'élèvent à 23 dollars américains et s'ajoute une taxe de 8 dollars américains, le prix de la MiPowerBank s'élève donc à 41 dollars américains, soit 37 euros environ rien que pour la Mi PowerBank 5000mAh. Xiaomi a réagi face à cette problématique : « Nous travaillons sur d'autres méthodes de livraisons. Pour l'instant, il peut être préférable d'en commander plus ou bien de grouper les commandes avec vos amis afin de limiter les coûts d'expédition. ». Il faut rappeler que le store a été décris par la firme elle-même de « Bêta » et que des améliorations seront apportées aussi bien sur le stock des produits, sur les accessoires disponibles comme sur les choses plus techniques. En effet, certains internautes se sont plaints sur les réseaux sociaux de ne pas avoir commandé d'accessoires car leur ville n'était pas dans la liste prédéfinie par Xiaomi[158],[159],[160]

Drapeau de l'Allemagne Allemagne[modifier | modifier le code]

Le , le site internet officiel de Xiaomi a lancé son propre store bêta dédié à la vente aux accessoires du constructeur pour l'Allemagne. D'autres pays bénéficient de ce store comme la France, les États-Unis et le Royaume-Uni. La première vente flash a eu lieue le et les accessoires étant vendus à la première vente flash sont les Power Bank (10 400 mAh et 5000 mAh), le casque et le Mi Band. Les prix sont les mêmes que pratiqués en Chine mais pourraient rapidement augmenter lors de l'achat, car l'envoi des accessoires se fera à partir des entrepôts de Xiaomi en Chine, ce qui impliquerait des éventuels frais de douanes, s'ajoutera à ça les frais de port. Xiaomi a réagi face à cette problématique : « Nous travaillons sur d'autres méthodes de livraisons. Pour l'instant, il peut être préférable d'en commander plus ou bien de grouper les commandes avec vos amis afin de limiter les coûts d'expédition. ». Il faut rappeler que le store a été décris par la firme elle-même de « Bêta » et que des améliorations seront apportées aussi bien sur le stock des produits, sur les accessoires disponibles comme sur les choses plus techniques. En effet, certains internautes se sont plaints sur les réseaux sociaux de ne pas avoir commandé d'accessoires car leur ville n'était pas dans la liste prédéfinie par Xiaomi.

Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le , le site internet officiel de Xiaomi a lancé son propre store bêta dédié à la vente aux accessoires du constructeur pour le Royaume-Uni. D'autres pays bénéficient de ce store comme la France, les États-Unis et l'Allemagne. La première vente flash a eu lieue le et les accessoires étant vendus à la première vente flash sont les Power Bank (10 400 mAh et 5000 mAh), le casque et le Mi Band. Les prix sont les mêmes que pratiqués en Chine mais pourraient rapidement augmenter lors de l'achat, car l'envoi des accessoires se fera à partir des entrepôts de Xiaomi en Chine, ce qui impliquerait des éventuels frais de douanes, s'ajoutera à ça les frais de port. Xiaomi a réagi face à cette problématique : « Nous travaillons sur d'autres méthodes de livraisons. Pour l'instant, il peut être préférable d'en commander plus ou bien de grouper les commandes avec vos amis afin de limiter les coûts d'expédition. ». Il faut rappeler que le store a été décris par la firme elle-même de « Bêta » et que des améliorations seront apportées aussi bien sur le stock des produits, sur les accessoires disponibles comme sur les choses plus techniques. En effet, certains internautes se sont plaints sur les réseaux sociaux de ne pas avoir commandé d'accessoires car leur ville n'était pas dans la liste prédéfinie par Xiaomi.

Business Model[modifier | modifier le code]

Un des centres de services de Xiaomi (Xiaomi Store) en Malaisie.

Xiaomi emploie une stratégie unique dans la vente de leurs produits, contrairement à d'autres fabricants de smartphones tels que Samsung et Apple. Lei Jun, PDG de Xiaomi explique : « Nous essayons de vendre nos produits au plus près de leur coût de fabrication. » Xiaomi possède aussi un magasin d'application à l'instar d'Android et son Google Play, ainsi que d'autres nombreux services qui permettent à Xiaomi de générer des marges[161],[162],[163].

Xiaomi a commencé à déployer depuis fin 2013 des magasins de services. Ces magasins se situent à Chongqing, Xiamen, Dongguan et Tianjin, ils ont pour principales fonctions le service après-vente, apporter des conseils sur l'utilisation des produits Xiaomi et la vente des produits Xiaomi, à l'instar de ce que fait Apple avec ses Apple Store. La firme prévoit 18 magasins Xiaomi d'ici la fin de l'année 2014[164],[165].

Mi Bunny (MiTu), la mascotte de Xiaomi.

La philosophie initiale de Xiaomi étant de vendre exclusivement leurs produits dans leur magasin en ligne seulement. Ils ne misent pas ou peu sur la publicité traditionnelle et s'appuient essentiellement sur les réseaux sociaux et ses propres clients, surnommés les « Mi Fans », un système de bouche à oreille pour aider à remplacer la publicité traditionnelle des produits.

Leur succès repose également sur une stratégie appelée « la stratégie de la faim », consistant à provoquer un effet de rareté dans leurs produits en vendant au compte-gouttes leur stock. Ainsi, ils peuvent vendre plusieurs dizaines de milliers de smartphones en l'espace de quelques secondes ou minutes sur leur site internet. Une stratégie similaire à la vente flash qui marche bien mais qui reçoit souvent des avis négatifs de la part des consommateurs n'étant pas assez rapide pour se le procurer et étant obligé d'attendre la prochaine vente flash qui a souvent lieu une voire plusieurs semaines plus tard[166],[167],[168],[169].

Les produits de Xiaomi sont fabriqués par les usines de fabrication de Foxconn et Inventec, Foxconn étant l'usine de fabrication choisie par Apple pour fabriquer leurs iPhones[170],[171],[172],[173].

La mascotte de Xiaomi est un lapin appelé « Mi Bunny », portant un Ouchanka (connu localement comme le « chapeau de Lei Feng » en Chine) avec une étoile rouge et une écharpe rouge autour du cou.

Le , le Wall Street Journal a consulté un document confidentiel de la firme, nous prouvant que le bénéfice net de Xiaomi a presque doublé l'an dernier, ce qui en fait une entreprise rentable contrairement aux idées reçues. Dans un secteur où la plupart des constructeurs vendent des téléphones à bas prix et ont du mal à atteindre l'équilibre. Le document précise à l'aide d'un tableau que l'an dernier, Xiaomi réalise un bénéfice net augmentant de 84 % à 3,46 milliards de yuans (566 millions de dollars), contre 1,88 milliard de yuans en 2012. Son chiffre d'affaires a plus que doublé à 27 milliards de yuans. Un autre tableau inclut une prévision d'une augmentation du bénéfice net de 75 % cette année. Alors que ses concurrents dépensent beaucoup d'argent sur les publicités télévisées et d'autres formes traditionnelles de publicité, le marketing de Xiaomi a été axé sur les réseaux sociaux et les forums Internet où de nombreux utilisateurs postent des commentaires, des plaintes et des demandes. Toujours selon le document, Xiaomi a dépensé 876 millions de yuans, soit 3,2 % de son chiffre d'affaires, sur les ventes et les frais de commercialisation l'année dernière. Ses dépenses en 2012 étaient de 416 millions de yuans, soit 3,9 % de son chiffre d'affaires. Après avoir vu le succès de la stratégie de marketing de Xiaomi, de nombreux autres fabricants de smartphones chinois ont commencé à se concentrer davantage sur le marketing en ligne, en utilisant les réseaux sociaux comme un moyen d'interagir avec les consommateurs. Même si la société vend des applications de smartphones, d'autres logiciels et services, 94 % de son chiffre d'affaires proviendrait des ventes de téléphones mobiles l'année dernière, selon le document. Les ventes de services tels que les jeux mobiles ne représentaient que 1 % de son chiffre d'affaires[174].

L'un des problèmes souvent reproché à Xiaomi est son manque de brevets. Le , Lin Bin donne des précisions sur leurs stratégies à l'avenir : « Dans les années à venir, vous allez voir que le nombre de brevets déposé par l'entreprise augmentera. Beaucoup de ces brevets sont dans des domaines tels que la domotique, les maisons intelligentes, les smartphones, le matériel intelligent, etc. Le secteur en pleine croissance dans lequel nous construisons est l'avenir de l'industrie. ». Lei Jun ajoute également que « Les gens pensent que Xiaomi ne respecte pas l'innovation technologique et n'a pas de brevets. Je pense que tout le monde se méprend. [...] Xiaomi a déposé 2318 brevets l'année dernière, dont 665 qui sont à l'extérieur de la Chine. Notre entreprise aura des dizaines de milliers de brevets dans les prochaines années. »[175],[176],[177].

Le , Xiaomi s'est associé à Uber afin de déployer un service de livraison innovant. Disponible en Malaisie et à Singapour, ce service de livraison via l'application VTCiste d'Uber permet à Xiaomi de proposer aux personnes voulant s'acheter un Mi Note, un service de livraison ultra rapide se faisant par l'intermédiaire du service de VTC d'Uber qui livrera ainsi en quelques minutes un Mi Note commandé par l'utilisateur sur l'application. Le paiement est également compris dans le service d'Uber et de son application où la carte bancaire est directement relié au compte Uber de l'utilisateur, la transaction est alors instantanée. Ce service innovant permet de diviser considérablement le temps de livraison pour un utilisateur désireux d'acheter un smartphone et de le recevoir rapidement[178].

Le , Hugo Barra a accordé une interview au Wall Street Journal. Lors de cette interview, il se montre très heureux et rassuré concernant les ventes de smartphones en Inde. Il affirme que Xiaomi possède un rythme d'achat en ligne en hausse dans les pays en voie de développement, notamment en Inde : « Un chiffre provenant de l'IDC pour le deuxième trimestre [montre que] Xiaomi était le fabricant de smartphone n°3 en ligne, avec une part de marché de 15%. Cela est assez sain pour une entreprise qui est seulement présent que depuis un an. Nous avons accéléré le rythme concernant les ventes en ligne. Nous sommes entrés en 2014 en Inde et à l'époque, environ 20% de tous les smartphones vendus en Inde étaient vendus en ligne. Nous allons probablement en avoir 30% cette année. L'achat d'un smartphone en ligne sur votre téléphone devient monnaie courante. »[179],[180].

Produits[modifier | modifier le code]

Le , des rumeurs concernant la possibilité que Xiaomi entre dans le marché des drones apparaissent. Des sources de l'industrie tendent à confirmer cette hypothèse et vont même jusqu'à dire que la firme a déjà effectuée les premiers tests avec un vol d'un prototype déjà opérationnel : « Le résultat de l'essai du vol était bon et lisse. Maintenant, Xiaomi a seulement besoin de faire quelques ajustements mineurs, en particulier avec sa conception et son schéma de configuration, de sorte que le drone de Xiaomi ne soit pas trop ressemblant à ceux de la marque DJI. » affirme la source anonyme. Un porte-parole de Xiaomi a même refusé de commenter cette affirmation et une autre source indique que ce drone dont il est question sortirait dès l'été 2015[181].

Le , GizmoChina rapporte qu'une smartwatch Xiaomi serait en préparation. Des détails auraient étés données. Elle aurait un processeur Qualcomm Snapdragon 410 et 512 Mo de RAM. Elle proposerait 4 Go de stockage interne, un écran de 1,3 pouce et un cardiofréquencemètre. Selon Gizmochina, la smartwatch pourrait faire son entrée sur le marché dès le mois de novembre en Chine, au prix de 599 yuans (97 $), soit près de 89 €[182].

Le , selon CnBeta, Xiaomi serait d'ores et déjà en train de développer son propre processeur pour se délier de Qualcomm et MediaTek. D'après les sources, Xiaomi pourrait sortir son SoC dès l'année prochaine. Après avoir recruté Wang Xiang qui était responsable de la stratégie chez Qualcomm, ainsi qu'ayant racheté la majeure partie de l'entreprise LeadCore qui fabrique des processeurs, la firme est donc prête à fabriquer ses propres processeurs par l'intermédiaire de LeadCore. Ce SoC maison serait cependant réservé aux futurs smartphones entrées de gamme de l'entreprise, les hauts de gamme eux, resteront avec les processeurs Snapdragon de Qualcomm[183].

Le , des rumeurs apparaissent sur le possible partenariat entre Xiaomi et Huawei pour fabriquer un casque de réalité virtuelle. Sa sortie serait prévue d'ici quelques mois[184].

Le , une rumeur indiquant que Xiaomi concevrait ses propres processeurs apparaît. Il se pourrait que deux processeurs maisons fabriquées par Xiaomi sortiraient dès l'année prochaine : L'un pour l'entrée de gamme, l'autre pour le haut de gamme[185].

MIUI (système d'exploitation)[modifier | modifier le code]

MIUI est un système d'exploitation constructeur possédant un magasin d'applications Android (Market) pour smartphones et tablette tactile basé sur l'open source du système d'exploitation d'Android avec une interface d'utilisation similaire. C'est la première création de Xiaomi.

Au , le nombre d'utilisateurs de MIUI atteint les 100 millions et le nombre d'utilisateurs actifs sur le forum atteint les 40 millions[186],[187].

Le , 9 brevets ayant été déposés par Xiaomi sont apparus sur le web. Tous ces brevets concernent les voitures connectées. La firme pourrait avoir comme projet de porter MIUI dans les voitures comme Apple et son CarPlay ou Google et son Android Auto[188].

Le , Xiaomi publie sur les réseaux sociaux une date, correspondant à une conférence de presse où sera présentée MIUI 7, la prochaine version de l'OS Android modifié de Xiaomi. Ce sera le , il est fort probable que des produits associés à MIUI 7 soient annoncés à cette même conférence comme le Redmi Note 2[189].

Article connexe : MIUI.

Smartphones[modifier | modifier le code]

Prise en main du Xiaomi Mi 4

Le système d'exploitation de ces smartphones est basé sur MIUI, un OS conçu par l'entreprise elle-même et basé sur Android.

Les modèles phares (flagships) des smartphones Xiaomi sont les Xiaomi « Mi », avec leur dernier produit, le Xiaomi Mi 4. Il a été lancé en Chine continentale depuis le . Le Xiaomi Mi 4 est équipé d'un processeur Qualcomm Snapdragon 801. Son prédécesseur, le Xiaomi Mi 3, a été initialement lancé en Chine continentale en , puis Singapour depuis . Le Xiaomi Mi 3 utilise une version modifiée du Qualcomm Snapdragon 800 et a été considéré comme le smartphone Android le plus rapide du monde selon le benchmark testé sur l'application Antutu, Quadrant et Geekbench[190].

Mi[modifier | modifier le code]

La gamme des smartphones Xiaomi baptisé « Mi », sont les smartphones haut de gamme de la marque :

Modèle Écran Caméra Frontal Stockage RAM CPU 4G (FDD-LTE) Sortie Prix en ¥ (Yuans) Prix en $ (américain) Prix en € (environ)
Xiaomi Mi 1 4' SD 8.0MP 2.0MP 4 Go 1GB SnapDragon S3 DualCore 1,5 GHz Non Octobre 2011 2 000 ¥ 323 $ 275 €
Xiaomi Mi 1S SnapDragon S3 Dual-Core 1,7 GHz Août 2012 1499 ¥ 241 $ 205 €
Xiaomi Mi 2 4,3' HD 8.0MP 2.0MP 16 Go 2GB Snapdragon S4 Quad Core 1,5 GHz 1999 ¥ 322 $ 275 €
Xiaomi Mi 2S 8MP 16 Go 13MP 32 Go 16 Go 32 Go Snapdragon 600 Quad-Core 1,7 GHz Avril 2013 1999¥ 16 Go

2199¥ 32 Go

322 $ 16 Go

354 $ 32 Go

275 € 16 Go

305 € 32 Go

Xiaomi Mi 2A 4,5' HD 8.0MP 2.0MP 16 Go 1GB Snapdragon S4 Dual-Core 1,7 GHz 1499 ¥ 241 $ 205 €
Xiaomi Mi 3 5' Full HD 13.0MP 2.0MP 16 Go 64 Go 2GB SnapDragon 800 Quad-Core Septembre 2013 1999¥ 16 Go

2499¥ 64 Go

322 $ 16 Go

403 $ 64 Go

275 € 16 Go

345 € 64 Go

Xiaomi Mi 4 5' Full HD 13.0MP 8.0MP 16 Go 64 Go 3GB SnapDragon 801 Quad-Core 2,5 GHz Krait 400 Oui 22 juillet 2014 1999¥ 16 Go

2499¥ 64 Go

322 $ 16 Go

403 $ 64 Go

275 € 16 Go

345 € 64 Go

Xiaomi Mi 4i 5.0MP 16 Go 2GB SnapDragon 615 Octo-Core 64-bit 206 $ 16 Go 190 € 16 Go

Le , de nouvelles informations confirme l'existence du Mi 5, nouveau flagship de la marque. Deux modèles seraient prévus, le Mi 5 et le Mi 5 Plus. A l'instar du Mi Note et du Mi Note Pro, l'un est plus premium que l'autre. Le Mi 5 embarquerait un écran LCD de 5,2 pouces QHD équipé d'un verre Gorilla Glass 4 et posséderait des bords 2.5D. Il serait équipé d'un Snapdragon 810 mais le montant de la RAM n'est pas précisé. Le Mi 5 Plus quant à lui, posséderait un écran 5,7 pouces QHD avec une protection Gorilla Glass 4 également mais possédera quant à lui, le dernier processeur haut de gamme annoncé par Qualcomm qui sortira en novembre, le Snapdragon 820. Une batterie de 3500mAh est au programme ainsi qu'un appareil photo de 23 mégapixels OIS avec autofocus laser à l'arrière et de 12 mégapixels à l'avant. Le prix du Mi 5 serait de 2499 yuans (386 $) soit 351 € environ mais rien n'est précisé pour le Mi 5 Plus. Le Mi 5 est attendu en août et le Mi 5 Plus en novembre d'après les rumeurs.[191],[192].

Mi Note[modifier | modifier le code]
Le Mi Note sous toutes ses coutures.

Les phablettes Mi sont des smartphones haut et très haut de gamme de Xiaomi, ils sont nommés « Mi Note » :

Modèle Écran Caméra Frontal Stockage RAM CPU 4G (FDD-LTE) Sortie Prix en ¥ (Yuans) Prix en $ (américain) Prix en € (environ)
Mi Note 5,7' Full HD 13.0MP 4.0MP (2µ) 16 Go 64 Go 3GB LPDDR3 SnapDragon 801 Quad-Core 2,5 GHz Krait 400 Oui 2299 ¥ 16 Go

2799 ¥ 64 Go

371 $ 16 Go

452 $ 64 Go

320 € 16 Go

390 € 64 Go

Mi Note Pro 5,7' 2K 64 Go 4GB LPDDR4 SnapDragon 810 Octo-core 2,8 GHz 2999 ¥ 484 $ 426 €

Redmi[modifier | modifier le code]

Le Redmi 2, lors de la conférence de lancement du smartphone en Malaisie, le 11 mars 2015.

La gamme des smartphones de Xiaomi baptisée « Redmi », sont les smartphones entrée de gamme de la marque :

Modèle Écran Caméra Frontal Stockage RAM CPU 4G (FDD-LTE) Sortie Prix en ¥ (Yuans) Prix en $ (environ) Prix en € (environ)
RedMi (ou RedRice/HongMi) 4,7' HD 720p 8.0MP 1.3MP 4 Go 1GB MediaTek MT6589 Turbo Quad-Core 1,5 GHz Non Août 2013 699 yuans 113 $ 97 €
RedMi 1S 1.6MP 8 Go Snapdragon S400 MSM8628 1,6 GHz Février 2014
Redmi 2 Prime

Redmi 2

IPS 4,7' HD 720p 8.0MP 1080p BSI (flash LED) 2.0MP 720p 16 Go 2GB Snapdragon 410 8916 64-bit quad-core 1.2 Ghz Oui Février 2015 780 yuans 126 $ 115 €
8 Go 1GB Janvier 2015 699 yuans 113 $ 97 €
RedMi 2 A Leadcore L1860C Cortex A7 1,5 GHz/ Mali-T628 MP2 TD-LTE (4G Chinoise) Avril 2015 499 yuans 80 $ 72 €
Phablette Redmi[modifier | modifier le code]

Les phablette Redmi de la marque sont des smartphones avec des écrans de très grande taille, la gamme des phablettes Redmi se situe dans le milieu de gamme :

Modèle Écran Caméra Frontal Stockage RAM CPU 4G (FDD-LTE) Sortie Prix en ¥ (Yuans) Prix en $ Prix en € (environ)
RedMi Note IPS 5,5' HD 720p 13.0MP 5.0MP 8 Go 2GB Snapdragon 400 8928 Quad-Core 1,6 Ghz Oui Avril 2014 999 yuans 161 $ 140€
RedMi Note 2 IPS 5,5' Full HD 1080p 13.0MP 5.0MP 16 Go 2GB LPDDR3 Dual-Channel MediaTek Helio X10 8 cœurs 2GHz Oui 13 août 2015 899 yuans 141 $ 126€
RedMi Note 2 Prime IPS 5,5' Full HD 1080p 13.0MP 5.0MP 32 Go 2GB LPDDR3 Dual-Channel MediaTek Helio X10 8 cœurs 2,2GHz Oui 13 août 2015 999 yuans 156 $ 140€

MiPad[modifier | modifier le code]

Déballage de la Xiaomi MiPad.

Le , Xiaomi a dévoilé sa première tablette, appelée MiPad. Il s'agit d'une tablette sous MIUI V5, basé toujours sur Android avec un écran de 7,9 pouces et d'une définition de 2048x1536. Elle est la première tablette au monde à utiliser le processeur quad-core à 2,2 GHz NVIDIA Tegra K1[193]. Elle possède les caractéristiques techniques suivantes :

  • CPU NvidiaTegra K1 quad-core à 2,2 GHz ARM Cortex A15
  • GPU Nvidia CUDA 192 (architecture Kepler)
  • 2 Go de RAM LPDDR3
  • 16 ou 64 Go de mémoire flash, extensible par carte SD jusqu'à 128 Go
  • Un écran Sharp 7,9 pouces, Corning Gorilla Glass 3 d'une résolution de 2048 × 1536 en 326ppi
  • Une caméra arrière de 8 mégapixels F2.0, et une caméra frontale de 5 mégapixels/F2.0
  • Une connectivité Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac, 2 x 2 antennes, Bluetooth 4.0, Wi-Fi direct, USB OTG
  • Pour une taille de 202,1 mm × 35,4 mm × 8,5 mm
  • Un poids de 360 g
  • Une batterie polymère lithium-ion 6 700 mAh
  • 1 200 h en veille, 80h lecture de musique, 16h de lecture vidéo, supporte la charge rapide 9V1A et 5V2A)[194]

La MiPad est vendu 1499 yuans (environ 241 $) pour la version 16 Go et 1699 yuans (environ 274 $) pour la version 64 Go[195].

Le , une certification donnée par la TENAA sur une nouvelle tablette de Xiaomi a été relayé par les médias, elle serait à moins de 100 dollars américains et aurait la capacité d'être compatible 4G[196].

Le , de nouvelles fuites concernent cette MiPad 2 qui devrait être annoncée prochainement. Plusieurs photos ont fuité laissant apercevoir un design similaire au Mi Note. Un design en alliage de métal, d'aluminium et en verre, abandonnant le design plastique de la MiPad première du nom[197].

Le , une rumeur concernant l'arrivée prochaine d'une tablette Xiaomi sous Windows 10 apparaît[198].

MiTV[modifier | modifier le code]

Les MiTV de Xiaomi sont des télévision connectées avec comme système d'exploitation MIUI basé sur Android. Deux gammes de MiTV sont disponibles : "L'entrée de gamme" de la MiTV qui sont les MiTV possédant une dalle reproduisant de la HD et le haut de gamme des MiTV possédant une dalle pouvant reproduire une définition 4K UHD.

MiTV HD[modifier | modifier le code]

La MiTV entrée de gamme possède un écran de 47 pouces (124 cm), Full HD et compatible 3D, elle est vendu depuis septembre 2013 en Chine continentale pour 2999 yuans, soit 483 $ environ[199].

  • Xiaomi MiTV 2 HD :

Le , Xiaomi renouvelle son "entrée de gamme" avec la MiTV 2, elle dispose :

    • Une diagonale de 40 pouces (102 cm), affichage non 3D Full HD 1920 x 1080p, écran LED Sharp SCP X-GEN, contraste de 5000:1.
    • quad-core Mstar 6A908 Cortex A9 cadencé à 1,45 Ghz
    • Mali 450 MP4 2 + 4 cœurs.
    • 2 Go LPDDR3.
    • 8 Go eMMC 4.5.
    • Dolby MS12 Virtual Surround
    • Supportant les formats vidéos suivants : RM, FLV, MKV, MP4, MOV, TS, AVI, H.265, H.264,MPEG4, REAL.
    • MIUI 6 reposant sur Android 4.4 KitKat (migration Android 5.0 prochainement)
    • Elle surpasse sa prédécesseure en finesse, puisqu'elle possède une épaisseur de 14,5 mm sur les côtés.

La MiTV 2 40 pouces sera vendue dès le sur le site officiel de Xiaomi pour les internautes résidant en Chine. Elle est fixée au prix de 1999 yuans (environ 322 $), soit 295 €. La firme confirme par ailleurs que l'investissement d'1,5 milliard de dollars américains prévue depuis est officiellement axé pour les services de télévisions qu'ils ont apportés aujourd'hui et dans le futur[200].

MiTV 4K UHD[modifier | modifier le code]

Le 15 mai 2014, Xiaomi annonce une nouvelle MiTV et son ensemble de haut-parleurs avec un caisson de basse. Plus puissante et plus fine, à la grande différence de la première version, cette nouvelle MiTV est une télévision 4K, elle est vendue à 3999 yuans, soit 644 $ environ avec son ensemble home cinema inclus et 3399 yuans, soit 553 $ pour la télévision connectée seulement. Elle possède d'autres nombreux atouts :

    • 49 pouces (124 cm) Écran 3D "4K" (3840x2160)
    • 15,5 cm d'épaisseur / 6,2 mm d'épaisseur sur les bords.
    • Processeur quad-core 1,45 GHz MStar
    • 2 Go de RAM DDR3 / 8 Go eMMC 4.5 Flash (extensible via une carte micro SD)
    • Possède la Wi-Fi avec la norme 802.11ac
    • Un ensemble de 8 haut-parleurs inclus dans la barre de son + un caisson de basses de 100 W max.
    • Télécommande Bluetooth LE
    • Basé sur Android l'OS MIUI TV
    • 3 ports HDMI, 2 ports USB (1 x USB 2.0, 1 x USB 3.0), un slot pour carte micro SD, 1 port VGA, 1 port AV, 1 entrée TV analogique, 1 sortie audio (SPDIF), port Ethernet
    • AirPlay, DLNA, MiraCast, SMB, et WiDi
    • 180W en consommation générale, <0,5 W en veille (Tension de fonctionnement 220V)
    • Poids du Subwoofer : 11 Kg
    • Fréquence du subwoofer : 20 – 170 Hz
    • Poids de la MiTV : 12,9 Kg
    • Elle est disponible en plusieurs coloris[201],[202].
  • MiTV 4K UHD 2 :

Le , Xiaomi renouvelle son haut de gamme avec la MiTV 4K deuxième génération, elle possède de façon similaire le même package, soit une Smart TV 4K, un caisson de basse et une barre de son, mais cette fois-ci, Xiaomi a misé sur le design, proposant du « tout aluminium », en proposant un alliage d'aluminium qui donne une certaine légèreté à la Smart TV, au caisson de basse et à la barre de son. Les performances et la qualité de l'image ont été également revues à la hausse en proposant un rétro-éclairage Radiant MStar de 4e génération. La dalle de l'écran provient de Samsung et contient un vrai écran 4K LCD avec une résolution allant jusqu'à 3840 x 2160, un grand angle de vision de 178° ainsi qu'un temps de réponse rapide de 8 ms et enfin, un rapport de contraste ultra haut de 4000:1. Xiaomi a fait appel au premier fournisseur de rétro-éclairage mondial qui n'est autre que Radiant, cette société a été sollicitée par Apple, LG et pleins d'autres marques produisant des écrans avec rétro-éclairage. Cette MiTV 4K 2 utilise une puce MStar de 4e génération pouvant décoder la ultra-haute définition. Cette puce permet le réglage de l'image avec un moteur d'optimisation de qualité intégré dans la puce, des algorithmes de traitement d'image à grande vitesse pour optimiser chaque pixels en temps réel. L'image est donc plus nette, les détails des transitions sont plus lisses. Elle peut également détecter les différentes couleurs et proposer une correction des couleurs en temps réel sur l'image originale. La Mi TV perçoit également lorsque les couleurs sont beaucoup plus bleuâtres, verdâtres ou rougeâtre que la normale. Le Subwoofer au design tout aluminium lui, fait 6,5 pouces et possède un radiateur passif de 6,5 pouces également. Il a par ailleurs une connexion Bluetooth sans-fil et peut se placer n'importe où dans la pièce. L'équipement audio de la MiTV 4K 2 possède la technologie Dolby Audio. Le caisson de basse détient un design original similaire aux caissons de basses de l'entreprise française Elipson.

Elle dispose :

    • Un écran LED Ultra HD (4K) (dalle Samsung) de 55 pouces (140 cm)
    • Finesse de 15,2 mm, bordure d’écran réduite à 6 mm.
    • Processeur MStar 6A928 quad-core 1.4 GHz Cortex-A17 compatible avec le format H.265 60 fps quad-core 1,4 GHz/GPU Mali-760 MP4
    • Mémoire RAM de 2 Go (triple-channel)
    • 8 Go de stockage eMMC 5.0
    • Barre de son 8 haut-parleurs et caisson de basses design « tout aluminium » certifié Dolby MS12
    • MIUI Android Lollipop
    • WiFi Dual-band 2.4 / 5 GHz, 802.11a/b/g/n/ac soutenant Beamforming
    • HDMI 2.0 x3
    • USB 3.0
    • H.265 4K à 60fps et H.264 4K à 30fps
    • Fréquence du subwoofer 30 – 170 Hz
    • Poids du subwoofer : 4,8 kg
    • Poids de la MiTV : 19,09 kg.
    • 180W de consommation générale, <0,5W en veille. (Tension de fonctionnement 220 ~ 240V)

Elle est disponible prochainement au prix de 4999 yuans (environ 807 $), soit 751 € environ[203],[204],[205],[206].

  • Mi TV 2S 4K :

Le , Xiaomi étoffe une nouvelle fois sa gamme de Téléviseur en sortant la Mi TV 2S en définition 4K sans perte. Cette Mi TV 2S possède un écran de 48 pouces ainsi que d'une épaisseur record de 9,9 mm, le contour est en aluminium, un cadre en alliage oxydé métallique, disponible en plusieurs coloris. Samsung a fourni l'écran mais Xiaomi a fait son propre rétroéclairage LED, ce qui, d'après le constructeur, lui permet d'afficher une colorimétrie que l'on retrouve habituellement sur des écrans professionnels. La dalle reproduirait toujours selon Xiaomi, de la 4K native et sans pertes. Cette Smart TV possède un processeur MStar 6A928 puce 4K @60 Hz matériel de décodage 10 bits HDMI 2.0 802.11ac. Le design a été travaillé avec la société Ringo, racheté par Xiaomi. Cette Mi TV 2S sera disponible en vente dès le en Chine au prix de 2999 yuans (environ 483 $), soit 446 € environ. La Mi TV 2S aura le droit à une édition home cinéma avec le caisson de basse et la barre de son incluse pour un prix de 3999 yuans (environ 644 $), soit 595 € environ[207],[208],[209].

Écouteurs et Casques[modifier | modifier le code]

Les Mi Piston 2, édition marron dorée.

Mi Piston[modifier | modifier le code]

Les Xiaomi Piston sont des écouteurs intra-auriculaires avec un design particulièrement original. Ils ont été annoncés pour la première fois en . La finition des écouteurs est en aluminium et le fil est fait à base de kevlar robuste. Son prix d'origine est de 99 yuans, soit 16 $ environ.

  • Xiaomi Piston 2 :

Les Xiaomi Piston version 2 sont des écouteurs succédant à la première version des Piston de Xiaomi. Ils ont la particularité d'avoir des grilles d'aération à l'arrière des écouteurs, la finition est toujours en aluminium mais le kevlar a été réduit de moitié, couvrant ainsi la partie basse des écouteurs. Le prix reste inchangé, restant à 99 yuans (16 $) environ. Les Xiaomi Piston 2 ont été récompensés grâce à leur performance et surtout à leur design par l'IF Product Design 2014 leur conférant une récompense en mars 2014 et en sortant une édition limitée IF Product Design de ces écouteurs[210].

  • Mi Piston 3 :

Le , Xiaomi annonce sur les réseaux sociaux et sur son site internet la sortie de ses nouveaux écouteurs intra-auriculaire : Les Mi Piston 3. Les écouteurs ont été totalement revisités et sont radicalement différents par rapport à ses prédécesseurs. Ces écouteurs utilisent une autre méthode sur l'optimisation de la qualité d'écoute brevetée par la firme qui est une technologie de composite à matrice métallique appelée "membrane sandwich". La technologie de composite à matrice métallique des écouteurs permet une écoute parfaite, afin que la membrane métallique puisse reproduire des sons dans les moyennes et basses fréquence, tout en utilisant une conception "sandwich". La firme affirme même que ces Mi Piston 3 possèdent des performances comparables à des écouteurs intra-auriculaire possédant un prix élevé. Ayant une faible distorsion, riche en détails et en performance, ils ont testés et comparés plusieurs écouteurs dont les écouteurs UR de Beats et les CX985 de Sennheiser à l'aide d'un graphique de reproduction des fréquences, qui confirme leurs propos. Le microphone intégré dans la télécommande vient de la société Knowles Electronics qui est le plus grand fournisseur mondial de microphones MEMS, ces microphones possèdent une faible distorsion, la qualité des appels serait exceptionnellement claire. Xiaomi fabrique toujours les câbles des écouteurs à base de Kevlar, résistant à la traction afin d'améliorer la ténacité du câble des écouteurs tout en prolongeant sa durée de vie. Xiaomi a essayé à l'aide des données de la médecine de proposer un confort pour l'insertion des écouteurs dans le conduit auditif, ils ont pour ça, fait appel à plusieurs centaines de testeurs afin de trouver la méthode idéale pour donner un confort réel en essayant de faire la moyenne de la taille d'un conduit auditif. Ils en sont arrivés à deux conceptions coniques différentes, de sorte que l'ajustement des écouteurs dans le canal de l'oreille soit parfait à l'insertion, plus confortable à porter et plus facile à enlever. Ces écouteurs sont donc réglables et peuvent pivoter de sorte que vous pouvez atteindre la bonne position à l'écoute. L'arrière des écouteurs est en aluminium brossé anodisé, ces écouteurs sont donc résistants à la corrosion. Le design général proposé sur le derrière des écouteurs intègre un effet de "fil métallique". Différents embouts sont proposés selon la taille du canal de l'oreille, trois manches en silicone (XS/S/L). Xiaomi assure également que les chaînes d'approvisionnements utilisés proposent une surveillance et une sécurité accrue afin de s'assurer qu'il n'y ait pas d'éléments toxiques lors de la fabrication, c'est la même chaîne de fabrication choisie par Sennheiser, Beyerdynamic, AKG et Beats. Les Mi Piston 3 ont également reçu un prix par les Red Dot Design 2015. Le nombre de tests effectués par la firme dépassent trois fois le standard de l'industrie, ce qui permet d'assurer une longévité assurée des Mi Piston de troisième génération.

Ces Mi Piston 3 sont proposés au même prix que les précédents, 99 yuans (16 $), soit 15 € environ[211].

Casques[modifier | modifier le code]

Le , Xiaomi annonce en même temps que les Mi Note et Mi Note Pro, un casque Hi-Fi haut de gamme : Existant en couleur Noir et Or, le casque ne pèse que 220 g, possède une télécommande intégrée pour lire la musique et répondre au téléphone. Doté d'un câble de cuivre à base de kevlar comme les Xiaomi Piston, faisant 1,4 m, sans oxygène, plaqué argent, le type de prise est du jack 3,5 mm (plaqué or). L'impédance du casque fait 32 ohms et sa sensibilité est de 100 dB. Sa gamme de fréquence est de 20 - 20 000 Hz et sa puissance est de 100 mW. Le contenu de la boîte est le suivant : Le casque, le câble argenté du casque, 2 Cache-oreilles, un adaptateur de prise jack 6,3 mm. Le casque Xiaomi est vendu au prix de 499 yuans (environ 80 $), soit 69 €[212].

Batterie externe (Xiaomi Power Bank)[modifier | modifier le code]

Nouvelle version de la Xiaomi PowerBank 10400 mAh.

En décembre 2013, Xiaomi annonce une batterie externe s'adaptant aux smartphones avec une capacité de 10 400 mAh, permettant de recharger un smartphone 3 à 4 fois de suite selon la capacité de la batterie. Elle est vendue à 69 yuans (11 $ environ).

  • Xiaomi Power Bank 2 : en février 2014, Xiaomi sort une nouvelle version de sa batterie externe, réduisant de moitié la capacité par rapport à la première version, à 5 200 mAh, elle est vendus à 49 yuans, soit 8 $ environ. Les modèles de batteries externes de Xiaomi sont proposés en plusieurs coloris. La firme a de nouveau sorti une nouvelle édition de ces batteries externes en décembre 2014, proposant une meilleure finition, plus fine et plus transportable[213].

Xiaomi MiKey[modifier | modifier le code]

Le Xiaomi MiKey est un petit gadget s'insérant dans la prise Jack 3,5 mm du smartphone afin de le transformer en bouton physique et à l'instar de Pressy[214] qui est une idée à la base d'un projet d'une startup naissante sur Kickstarter. Il donne le droit de choisir un raccourci en appuyant sur ce bouton afin d'accéder plus rapidement à une fonctionnalité du Smartphone sans accéder au menu classique. Il a été annoncé pour un prix de 4,9 yuans, soit 0,8 $ environ.

MiRouteur (MiWiFi)[modifier | modifier le code]

Le 23 avril 2014, Xiaomi a annoncé un routeur appelé MiWiFi. Ce routeur supporte le NFC, possède un disque dur 1 To et un processeur Broadcom dual-core 1 GHz avec 256 Mo de RAM DDR3. Ainsi que d'une puce Wi-Fi supportant la norme 802.11ac (2×2) dual-band 2,4 et 5 GHz. Ce routeur est vendu 699 yuans (112 $ environ)[215].

  • Xiaomi MiRouteur Mini : à la même date, Xiaomi sort un mini routeur, ayant la même fonctionnalité que le MiRouteur. Il possède une puce Wi-Fi prenant en charge la norme 802.11ac (2×2) dual band 2,4 et 5 GHz. Ce mini routeur dispose d’un port USB pour connecter un disque dur externe pour le transformer en NAS. Un pare-feu fait également son apparition. Ce mini routeur est vendu 129 yuans (21 $ environ)[216].

Le , Xiaomi annonce lors d'une conférence de presse deux nouveau MiRouteur (MiWiFi). Ces nouveaux modèles permettent d'offrir une connectivité haut débit ainsi qu'un espace de stockage allant jusqu'à 6 To. Une variante de 1 To a également été lancé. Le routeur prend en charge la norme 802.11ac et est alimenté par un processeur Broadcom 4709c dual-core 1.4 GHz, ce qui est une première mondiale. Accompagné de 512 Mo de RAM, la firme a affirmée que le dispositif supporte les fréquences 2,4 GHz et en bi-bande 5 GHz. Les fichiers multimédias sont stockés dans le routeur et sont également accessibles à distance via une application Android et iOS. Xiaomi lors de l'événement a également introduit un amplificateur WiFi, qui comme prévu travaillerait avec le Mi WiFi afin d'amplifier la gamme Wi-Fi du routeur. Ce petit amplificateur est vendu 39 yuans, (6 $) soit 6 €. L'appareil peut être branché dans l'un des ports USB. Les nouveaux modèle du Mi WiFi sont vendus au prix de 699 yuans, (112 $) soit 99 € environ pour la version 1 To et à 2999 yuans, (483 $) soit 427 € environ pour la version 6 To[217].

Le , le cabinet de recherche Analysys a publié les résultats du marché des routeurs en Chine au deuxième trimestre 2015. Il s'avère que Xiaomi serait directement à la première place en terme de parts de marché sur le territoire entier. Avec plus de 60% de parts de marché dans ce secteur, Xiaomi est haut la main leader de ce marché avec plus de 2 millions de routeurs vendus au deuxième trimestre 2015[218].

Le , Xiaomi annonce un nouveau routeur MiWiFi. Baptisé « Mi Wi-Fi Nano », comme son nom l'indique, il est très petit, ce routeur possède deux antennes omnidirectionnelles externes disposant d’un PCB externe pour améliorer la puissance du signal. Il existe plusieurs coloris (blanc, jaune, bleu, rose). Dessous, on trouve un processeur MediaTek 7628N couplée à 64 Mo de mémoire vive DDR2 et 16 Mo d’espace de stockage NOR Flash. Malgré sa petite taille, il supporte la norme Wi-Fi 802.11n MIMO 2×2, atteignant un débit théorique maximal de 300 Mbps. Le routeur utilise la bande des 2,4 GHz avec une largeur de canal de 40 MHz. À l’arrière du routeur, on trouve trois ports Ethernet 100 Mbps (dont un port WAN pour la connexion avec un modem) et un port USB servant à alimenter le routeur en énergie. Xiaomi annonce une autonomie de 30 heures si le Mi Wi-Fi nano est relié à la batterie externe de 10 000 mAh de la marque. Il sera vendu dès le 16 août prochain à un prix de 79 yuans (12 $) soit 11 €[219].

MiBox (Média Center)[modifier | modifier le code]

La Xiaomi MiBox est un centre multimédia, proche de celle des box des FAI telle que la Freebox Player, elle est conçue pour les téléviseurs et a été annoncé pour la première fois en novembre 2012 et est sorti en mai 2013. Elle possède :

  • Une configuration matérielle :
    La MiBox et sa télécommande.
    • Processeur : Cortex A9 d'une fréquence de 800 MHz
    • Connectiques micro-USB nécessitant un câble OTG vendu séparément pour y brancher un périphérique classique USB
    • 1GB de RAM DDR3 SDRAM
    • D'une alimentation de 5 V 2 A input, 3,5 mm
    • Une connectivité standard HDMI 1.3, Wi-Fi 802.11 b/g/n, RJ45, 10M/100M self-adjustment
    • Vidéo composite : 2,5 mm composite vidéo output, support digital audio output
    • Formats vidéo : MKV, TS, FLV, AVI, VOB, MOV, WMV, MP4
    • Formats Image : JPG, BMP, GIF, PNG
    • Formats audio : MP3, WMA, APE, Flac
    • Audio Kbps : MP3 64 kbps320 kbps, WMA 64 kbps320 kbps, APE/Flac≤1 500 Kbps
    • Codecs vidéo : H.264,VC-1,WMV-HD, MPEG1/2/4, 720P@30 fps max (par défaut) jusqu'à 1 080P@30 fps max;real7/8/9
    • Cette box multimédia est vendu 399 yuans, soit 64 $ environ[220].
  • Xiaomi MiBox 2 :

Le , Xiaomi annonce une nouvelle box qui a la particularité majeur de supporter la 4K, elle possède :

    • Résolution de sortie : 4K (3 840 x 2 160)
    • Processeur : Cortex-A9, 2,0 GHz quad-core
    • GPU : Mali-450MP6, 6 +2 noyau 600 MHz
    • Mémoire : 2 Go DDR3 dual-channel
    • de mémoire utilisateur: 4 Go eMMC Flash grande vitesse
  • Connectivités :
    • LAN sans fil : 2,4 GHz/5 GHz 802.11a/b/g/n/ac
    • Bluetooth : Bluetooth 4.0
  • Système d'exploitation :
    • Par Google CTS certification Android 4.4 système
  • Performance vidéo :
    • formats d'encodage : H.264 4K @ 30fps, MPEG1/2/4 jusqu'à 1 080p @ 60 images / s; VC-1, WMV, real7/8/9 jusqu'à 1 080 @ 60 images / s;
    • formats vidéo : RM, FLV, MOV, AVI, MKV, TS, MP4
    • sortie vidéo 3D de soutien
  • Performance audio :
    • Formats audio : MP3, WMA, APE, FLAC, AAC, Ogg
    • support de décodage Dolby Digital Plus, DTS
    • Navigation à l'écran : prise en charge JPG, BMP, GIF, PNG et autres formats.
    • Cette box multimédia est vendu au même prix que la précédente, soit 399 yuans (64 $ environ).
  • Xiaomi MiBox Mini :

Le , Xiaomi annonce une nouvelle MiBox qui a la particularité d'être très compact, on peut la tenir dans une seule main. Il suffit de la brancher directement sur la prise secteur et de la relier en HDMI à sa TV. La communication se fait en WiFi. La Box peut permettre de diffuser des images jusqu'en 1080p et peut également se contrôler par une télécommande Bluetooth. Elle est commercialisée au prix de 199 yuans (32 $ environ), soit 28 €[221].

Mi Band[modifier | modifier le code]

Le bracelet connecté de Xiaomi appelé Mi Band.

Le Mi Band est un bracelet connecté, annoncé le . Il est équipé d'un petit module contenu dans une coque d'aluminium, qui est fixé dans le bracelet. Il est proposé en différentes matières, allant du silicone au tissu :

  • Le module possède un indice de protection 67 (IP67), ce qui veut dire qu'il est résistant à l'eau et la poussière.
  • Le Mi Band permet, une fois connecté à un smartphone, un suivi des pas et du sommeil de son propriétaire.
  • Il peut également servir à déverrouiller un terminal Android : il n'est pas obligatoire d'entrer un code ou un schéma de déblocage lorsque le Mi Band est à proximité du smartphone auquel il est associé.
  • On y trouve également une fonction réveil, et une compatibilité avec d'autres applications, comme Runtastic.
  • La firme mise aussi sur une forte autonomie, tenant une charge durant 30 jours.
  • Le Mi Band est disponible en plusieurs coloris à un prix de 79 yuans (13 $), soit 10 €[222].

Le , lors d'une interview, Hugo Barra a répondu à la question suivante : « Quelles sont vos pensées sur le marché des dispositifs portables en Inde ? Pensez-vous que les technologies disponibles les rendent suffisamment attrayants pour les acheteurs encore soucieux de leur budget ? » Hugo Barra a annoncé la couleur du marché des smartwatchs par exemple : « Je pense que les niveaux de prix actuels pour la plupart des smartwatchs aujourd'hui sont irréalistes pour l'Inde. Je pense que les smartwatchs devraient être inférieures à 160 $ (128 €) et devraient peut-être commencer à 95 $ (76 €), et les bracelets connectés de conditionnement physique devrait être inférieure à 25 $ (20 €) pour que ces produits puissent bien se vendre. Il y a eu beaucoup de choses qui ont changés depuis : Regardez les dernières montres connectés de Fitbit et de Jawbone Up : Ce sont des dispositifs étonnants avec leur logiciel, ils sont magnifiquement bien conçus, mais ils sont tout simplement trop cher. La même chose s'applique à la montre intelligente d'Apple, qui fixera une nouvelle norme pour la qualité, la firme le fait toujours… Mais le prix est trop élevé pour réussir dans ce marché à l'heure actuelle. »[223].

Le , la firme annonce sur son compte Weibo avoir vendu plus de 1 million de MiBand en seulement 3 mois. En comparaison, seulement 3,3 millions de bracelets de conditionnements physiques ont été vendus entre avril 2013 et mars 2014 aux États-Unis, selon le groupe NPD. Fitbit est le best-seller sur le marché américain, il constitue 67 % (environ 2,1 millions d'unités) des ventes dans cette période d'un an[224],[225].

Le , sur le compte Weibo de Hugo Barra est apparu quelques indices concernant le successeur du Mi Band qui serait annoncé prochainement, Hugo Barra a laissé des commentaires qui pourrait annoncer l'arrivée imminente du Mi Band 2 voire d'une véritable smartwatch[226].

Le , Xiaomi travaillerait effectivement sur un Mi Band 2 et une smartwatch, 36 Krypton a pu interviewer Huang Wang, patron de Huami qui est partenaire de Xiaomi et à qui l’on doit le développement du Mi Band. D'après les sources, le Mi Band 2 conserverait son prix relativement bas, mais intégrerait davantage de capteurs. Les équipes hésitent encore cependant entre une puce NFC pour les paiements sans contact ou un capteur de pression artérielle. Pour la montre connectée de Xiaomi, il faut s’attendre à de nombreux capteurs et au NFC. Le cadran sera large afin de faciliter l’intégration de divers éléments. Les ingénieurs pensent donc pouvoir proposer un capteur de pression artérielle. Toutefois, la consommation énergétique de la montre serait problématique, tout comme la lumière ambiante qui pourrait fausser les résultats. Quant au design de la Xiaomi Smart Watch, le CEO de Huami a précisé que la montre disposerait d’un cadran rond[227].

Le , IDC publie les résultats des ventes du marché des bracelets connectés au premier trimestre 2015. Il semblerait que Xiaomi soit le deuxième fabricant au monde ayant vendu le plus de bracelet connecté avec son MiBand. Au troisième trimestre 2014 (trimestre de lancement du MiBand), la firme a pu d'emblée s'approprier plus de 5% de parts de marché, faisant baissé la part de marché de Garmin, Jawbone, Samsung et les autres excepté le leader dans ce secteur : Fitbit. Le quatrième trimestre 2014, sa part de marché augmente de 5% à 8,20% en faisant baissé sensiblement la part de marché de son concurrent frontal et leader du marché : Fitbit, elle passe de 45,95% à 34,70%. Enfin, au premier trimestre 2015, la part de marché de Xiaomi croît de manière impressionnante, passant de 8,20%, elle passe à 24,50%, une augmentation de 16,30% en un seul trimestre. Tandis que les autres continuent de baisser : Samsung passe de 7,10% à 5,60%, Garmin de 6,60% à 5,90%, Jawbone de 5,10% arrive à 4,10% et le leader Fitbit chute légèrement à 34,50% contre 34,70% au trimestre précédent. Xiaomi a vendu 2,8 millions de MiBand au premier trimestre alors qu'il n'est présent sur ce marché que depuis [228].

Le , une certification provenant de CCN à Taiwan, indique qu'un MiBand 1S aurait été certifié. Ce MiBand 1S aurait effectivement la capacité de contrôler le rythme cardiaque par exemple grâce à quelques capteurs ajoutés par rapport à la première version. Des photos ont également fuitées, montrant l'apparence du MiBand 1S mais qui ne change fondamentalement pas de design par rapport au premier du nom[229].

Manette de jeu[modifier | modifier le code]

La Xiaomi Bluetooth Gamepad (ou Manette de jeu Bluetooth Xiaomi) est une manette de jeu annoncée par la firme le , possédant un double moteur de vibration et trois axes de capteurs d'accélérations. Elle aura la possibilité d'être connectée sur une MiTV ou certaines tablettes et smartphones Android pour pouvoir jouer à des jeux vidéo plus facilement. Le design est à mi-chemin entre la manette de Sony (PS4) et de Microsoft (Xbox One). La Xiaomi Gamepad sera vendu aux 300 premiers acheteurs pour la somme de 1 yuan (0,16 $), soit près de 0,13 €. Le , Xiaomi annonce que cette manette est disponible au grand public pour 99 yuans (environ 16 $), soit 14 €. La société détaille la qualité de fabrication portée sur cette manette de jeu : Elle possède les mêmes composants que pourrait se procurer Sony pour la manette de leur PlayStation 4 et bénéficie également du même processus de fabrication par l'usine Goertek qui fabrique également les manettes de Playstation 4 et propose des touches fléchées faites de matériaux de silicone très résistant, après avoir appuyé fortement sur une touche, le silicone peut résister à au moins 1 million de compressions, toutes les touches fonctionnent pendant au moins cinq ans. Elle propose aussi un capteur de gravité intégré par Bosch[230],[231],[232],[233].

Domotique[modifier | modifier le code]

Le , l'entreprise annonce travailler sur des appareils intelligents spécialement conçus pour équiper une maison. Ces produits étaient en phase de test et étaient testés dans 200 foyers afin d'en améliorer leurs fonctions.

Xiaoyi Camera[modifier | modifier le code]

Le , la firme annonce une caméra de surveillance intelligente, baptisée Xiaoyi, elle est capable de filmer en HD 720p et peut se connecter en WiFi, pouvant transmettre la vidéo que filme la caméra sur une application dédiée sur smartphone. Lei Jun a annoncé que la caméra de surveillance intelligente serait prête à être commercialisée et sera disponible dès le pour 149 yuans, soit 24 $[234].

Le , la firme présente une nouvelle caméra de surveillance intelligente, elle a la faculté en comparaison à sa prédécesseure d'avoir une vision à infrarouge. Elle serait au même prix : 149 yuans, (24 $) soit 22 € environ[235].

Mi Smart Socket[modifier | modifier le code]

Le , la firme annonce une prise électrique intelligente. Elle est capable de se connecter en WiFi pour pouvoir l'activer ou la désactiver via une application dédiée sur smartphone et possède une prise USB. Elle est vendue au prix de 79 yuans (13 $), soit 11 €[236].

Mi Smart Remote Center[modifier | modifier le code]

Le , la firme annonce une commande centrale intelligente qui pourrait permettre de commander les différents équipements électroniques comme un téléviseur, un lecteur de musique et peut permettre le contrôle d'un système de climatisation[237].

Le , le Mi Smart Remote Center sort enfin après une version bêta limitée. Grâce à ce contrôleur tout-en-un, l'utilisateur peut remplacer toutes les télécommandes par une seule, celle du Mi Smart Remote Center, par exemple, la télévision ou la climatisation. Il est plus commode de trouver un contrôleur au lieu de deux ou plus. Avec une commande infrarouge et une portée effective jusqu'à 20 mètres, l'appareil assure le contrôle de tous les appareils dans un endroit central. Tous les appareils infrarouges peuvent être contrôlés par ce Xiaomi Smart Home tout-en-un.

Yeelight[modifier | modifier le code]

Le , Xiaomi annonce une ampoule intelligente LED baptisée "Yeelight" avec une puce Wi-Fi intégrée. Elle peut communiquer avec un smartphone et peut être contrôlée via une application pour en changer sa couleur, il existe 16 millions de couleurs différentes sur ce modèle. La Yeelight est vendue au prix de 129 yuans (21 $), soit 19 €[238].

Le , la firme a annoncée que la Yeelight est désormais ouverte à une beta public[239].

Le , Xiaomi annonce lors d'une conférence de presse une lampe de chevet connectée. Baptisée la « Yeelight Bedside Lamp », cette lampe de chevet connectée est capable d'être contrôlée par un smartphone pour en changer la couleur de la lumière émise, il existe comme l'ampoule connectée, 16 millions de couleurs. Ainsi, cette dernière prend également en charge les gestes en étant tactile pour régler la luminosité, éteindre et changer les couleurs. La Yeelight Bedside Lamp est au prix de 249 Yuans (40 $), soit 35 €[217].

Mi Air Purifier[modifier | modifier le code]

Le , Xiaomi dévoile lors d'une conférence de presse la commercialisation d'un purificateur d'air. En raison des fortes combustion du charbon et de grandes quantités de trafic de voitures, de nombreuses villes chinoises dont Beijing sont régulièrement confrontés à des niveaux de pollution de l'air qui sont alarmantes. Xiaomi y a pensé en sortant un purificateur d'air, baptisé Mi Air Purifier (Mi Purificateur d'air), il propose quatre système de conduit d'air à double ventilateur pouvant produire 10 000 litres d'air propre par minute, alors qu'il peut filtrer 99,99 % des particules d'air dangereuses. Le purificateur d'air peut nettoyer jusqu'à 406 mètres cubes d'air par heure. Une application dédiée au produit a été créée par la firme de façon que l'utilisateur puisse voir en temps réel la qualité de l'air et gérer à son aise le purificateur d'air. Le produit offre également un design haut de gamme et une très bonne finition pour un prix de 899 yuans (145 $), soit 117 €[240].

Mais le , la société Balmuda aura avoué que le design du Mi Purificateur de Xiaomi a une étrange ressemblance à un ventilateur électrique que la société a elle-même conçu, l'Air Engine. Xiaomi est donc accusé d'avoir copié le design et violé plusieurs brevets de la société Balmuda pour son produit Air Engine. Xiaomi avait à un moment donné parlé d'un partenariat avec cette même entreprise, mais Balmuda avait décliné la proposition à l'époque, avouant que ses développeurs étaient trop occupés. De son côté, Xiaomi n'a pas réagi à cette accusation et Balmuda affirme « être actuellement en pourparlers avec les avocats de l'entreprise afin de confirmer si Xiaomi est en infraction. Cela nous permettra de décider s'il est préférable d'exécuter la prochaine étape dans les mesures juridiques. »[241].

Mi Water Purifier[modifier | modifier le code]

Le , Xiaomi annonce la sortie d'un purificateur d'eau. Baptisé Mi Water Purifier, ce purificateur d'eau est capable de filtrer de l'eau du robinet au millième micron (0,0001 µm) en supprimant la quasi-totalité des bactéries. D'après la firme, les purificateurs d'eau équipés d'un filtre en général ne peuvent pas éliminer les métaux lourds ... etc contrairement au Mi Water Purifier. Le constructeur a choisi quatre systèmes de filtration et plusieurs couches de purification. Le Mi Water Purifier permet d'éliminer beaucoup de matières organiques ou non en n'en laissant qu'une infime partie : 0,4 à 5 microns de bactéries, 0,01 à 0,1 micron de virus, 0,001 à 0,01 microns en antibiotique, de 0,0005 à 0,005 m de métaux lourds et enfin 0,0002 à 0,005 microns de matières inorganiques. Le Mi Water Purifier est capable de purifier l'eau éliminant l'équivalent de ce que les normes chinoises préconisent pour la commercialisation des bouteilles d'eau purifiée, elle répond à la norme de sécurité "alimentaire nationales emballés d'eau potable", ce qui signifie que l'eau après purification est d'une haute qualité et est équivalente à la qualité de l'eau purifiée ayant été acheté au supermarché. Testé par le centre chinois de contrôle des maladies, les tests de qualité de l'eau du Mi Water Purifier, y compris les bactéries, les métaux lourds, les minéraux et beaucoup d'autres taux d'élimination sont supérieur à la norme de l'industrie. En outre, la NSF (National Sanitation Foundation) a également testé le Mi Water Purifier, il en ressort que celui-ci respecte la norme NSF 58 pour son procédé industriel d'osmose inverse qui est une norme sanitaire mondiale. Le Mi Water Purifier possède un effet purifiant supérieur à 99,9% et d'un taux d'élimination bactérienne de 99,7%. Il est capable de produire 1 litre d'eau purifié par minute. Le Mi Water Purifier est un purificateur d'eau connecté, qui est relié avec le téléphone via WiFi, afin que vous puissiez utiliser votre smartphone pour afficher en temps réel la valeur de la qualité de l'eau et la qualité de l'eau purifiée. Il est possible également d'être averti lorsque les filtres sont en fin de vie et d'en racheter par cette même application. Ce Mi Water Purifier a été annoncé au prix de 1299 yuans (209 $), soit 193 €, il sera disponible dès le en Chine[242];[243].

MiSmart Balance[modifier | modifier le code]

Le , la firme annonce un pèse-personne connecté. Cette balance connectée appelée « MiSmart Balance » est compatible avec Android et iOS, supportant un poids jusqu’à 150 kg avec une précision de mesure à 50g près. La MiSmart Balance peut se connecter en Bluetooth à un smartphone et peut également calculer votre indice de masse corporelle pour aider l'utilisateur à se faire une idée de l’évolution de son poids en fonction de ses activités sportives pratiquées à l'aide de son MiBand couplée aux applications sportives sur MIUI par exemple. La MiSmart Balance est vendue au prix de 99 yuans (16 $), soit 15 € environ[244].

MiPowerStrip[modifier | modifier le code]

Toujours le , la firme annonce par ailleurs une multiprise pour connecter sur courant ses objets. Baptisée MiPowerstrip, cette multiprise munie de trois prises secteur possède également trois ports USB de chargement. Elle possède un certain nombre de normes de sécurités (protection enfant, coupe-circuit, etc). Seulement, cette multiprise est adaptée qu'aux normes chinoises proposant des types de prises différentes et pas vraiment adaptée aux normes européennes. Cette MiPowerStrip est proposée à la vente au prix de 49 yuans (8 $), soit 7 € environ[244].

Climatiseur connecté[modifier | modifier le code]

Le , Xiaomi annonce lors d'une conférence de presse et en partenariat avec Midea un Climatiseur connecté. Pouvant être contrôlé via un smartphone en utilisant une application ainsi qu'avec le MiBand, ce climatiseur se met en marche dès que l'utilisateur portant le MiBand entre dans la pièce et se désactive lorsqu'il détecte que l'utilisateur a quitté la salle. Le climatiseur est vendu à un prix de 3099 Yuans (500 $), soit 441 € environ. Il existe en plusieurs couleurs : Blanc, rose, vert, et des variantes de couleur bleue[217].

Yi Sport[modifier | modifier le code]

La Yi Sport, concurrente de la GoPro.

Le , Xiaomi dévoile un nouveau produit : La Yi Sport Camera. La Yi Sport est une caméra similaire à la GoPro, ouvrant à f/2,8 et étanche jusqu’à 40 mètres, elle est équipée d’un objectif grand angle (155 degrés contre 170 pour GoPro), dispose de liaisons Wifi et Bluetooth et a une application dédiée qui peut être installée sur un smartphone Android. Elle est capable de filmer en 1080p à 60 fps et jusqu'à 240 fps en 480p. Elle n'existe qu'en deux coloris, verte et blanche. C'est une caméra orientée dans l'entrée de gamme pour un prix de 399 yuans (64 $), soit 60 €[245],[246].

Chaussures connectées[modifier | modifier le code]

Le , la firme annonce une paire de chaussures connectés. En partenariat avec Li Ning, les chaussures de sport baptisées sobrement Li Ning ont dans leur semelle, un capteur similaire à celui du Mi Band. Grâce à un accéléromètre, il détecte les pas (en différenciant la marche de la course). Avec son capteur Bluetooth, il communique les résultats à une application pour smartphone ou un autre accessoire compatible. Le capteur est waterproof (certification IPX7). La batterie du capteur aurait une autonomie de un an environ. Ces baskets connectés seront proposés en 16 coloris, le poids de la paire de chaussures est de 235,7 grammes et le dispositif résiste à des chocs comparables à un poids de 150 kilogrammes. Le modèle le moins cher sera proposé dès le 20 juillet à environ 199 yuans (32 $), soit 30 €, tandis que le modèle supérieur sera commercialisé à 399 yuans (64 $), soit 59 €[247],[248].

Controverses[modifier | modifier le code]

Similitudes avec les produits Apple[modifier | modifier le code]

Depuis la création de la firme, les médias ne cessent de faire l'écho de Xiaomi, affirmant que l'entreprise s'inspire ouvertement d'Apple. À commencer par la façon de présenter leurs produits, Lei Jun est souvent vêtu d'un jean et d'une chemise noire, décontractée sur scène avec une gestuelle et une façon de présenter rappelant celle de Steve Jobs, n'hésitant pas à prendre le même protocole d'Apple : « One More Thing » étant la phrase la plus attendue des conférences Apple, car elle présage une dernière information capitale avant la fermeture de la conférence que Steve Jobs va révéler, cette phrase a été reprise à une des conférences de la firme, le , lors de l'annonce du Mi 4. Et c'est ainsi que l'entreprise est désormais surnommée dans la presse : l'« Apple chinois »[249],[250].

Encore plus frappant, les ressemblances ne s'arrêtent pas qu'à la présentation des produits par son fondateur. En effet, une photo de présentation du Mi 3 et son appareil photo refait surface[251]. En y voyant de plus près, le designer ayant fait ce montage a mis dans l'objectif de l'appareil photo, des couleurs assez prononcées, ressemblant au logo du logiciel Aperture d'Apple.

De même avec la ressemblance de produits comme la MiBox et le Mi Router Mini : le design des deux produits sont ressemblants respectivement à l'iTV et à la Magic Trackpad d'Apple. De plus, le Xiaomi Mi 4, présenté le dernier attise les regards des médias à propos du design qu'il possède : les bords biseautés et les coins arrondis faisant rappeler sans doute le design de l'iPhone.

Face à ces constatations, Hugo Barra a décidé d'intervenir dans un premier temps en étant plutôt clair sur le fonctionnement de Xiaomi et sa philosophie :

« Ça me rend malade, je suis fatigué que les médias fassent de telles affirmations sensationnalistes, ils n’ont rien d’autre de mieux à dire[252] Nous ne sommes pas les seuls à avoir adopté le style de présentation de Steve Jobs, le monde entier l'a fait[253] Si vous avez deux designers avec les mêmes compétences, c’est logique d’arriver à la même conclusion. Ce n’est pas grave si quelqu’un d’autre est arrivé à la même conclusion. Nous ne copions pas les produits d’Apple. Fin de l’histoire. »[254].

Puis, dans un deuxième temps, justifier ces petits détails qui n'échappent pas, d'abord pour le logo Aperture d'Apple :

« C'était de jeunes designers. Ils étaient en train de découper les coins et étaient à la recherche d’une bonne image de lentille d’appareil photo ; il se trouve que le logo d’Aperture était une image incroyablement belle de lentille. C’était absurde et stupide et ils n’auraient pas dû le faire. » Il affirme donc : « Le problème est que ces personnes de la Silicon Valley n’ont pas accès à nos produits, ils n’ont jamais joué avec, ils ne les ont jamais vus. Prenez un de ces appareils, allumez-le et jouez avec. Jouez avec MIUI et découvrez-en les fonctionnalités, et si vous devez en dire quelque chose, c’est qu’Apple a copié plusieurs éléments, tout comme les autres d’ailleurs [...] La lampe-torche que l’on peut activer depuis iOS 7 depuis l’écran verrouillé, c'est une fonction qui existe depuis trois ans chez Xiaomi. Et la fonction de recherche locale présentée dans l’interface de composition d’Android ? Présente également chez Xiaomi depuis longtemps. [...] Les utilisateurs peuvent avoir des attentes sur la façon dont quelque chose doit fonctionner. Lorsque c'est le cas, nous essayons de partir de cette méthode et de l'améliorer. Les gens s'attendant à ce que les choses fonctionnent d'une certaine manière, pourquoi ne pas aller dans cette direction, mais en proposant quelque chose de meilleur ? [...] C'est stupide d'essayer de contourner un design. Pourquoi ne pas chercher à améliorer quelque chose qui marche bien au lieu d'essayer à tout prix de procéder autrement ? Certaines alternatives sont idiotes et l'industrie perd un temps incroyable dans ce type d'exercice. Le système des brevets freine l'éclosion d'innovations. C'est un tel gaspillage d'énergie et de ressources que d'avoir une équipe d'ingénieurs qui essaie de trouver une façon de faire différemment quelque chose au lieu de s'investir pour le rendre bien meilleur. Et une autre équipe derrière l'améliorera encore, et au bout du compte tout le monde y gagnera. »[255],[256],[257],[258].

Le lors de la conférence du Wall Street Journal sur les nouvelles technologies, Hugo Barra était invité à cette conférence pour parler de l'entreprise. À la question de savoir si la propriété intellectuelle peut freiner l'arrivée de Xiaomi à l'international, il répond : « Notre situation en matière de brevets est la même que tout le monde [...] Les risques de litiges ne sont pas un facteur déterminant dans l'analyse des meilleurs marchés pour le déploiement à l'international de Xiaomi. » a t-il dit. Il en profite pour répondre une nouvelle fois aux critiques de certains, mais surtout à ce que Jonathan Ive (Designer chez Apple) a pu dire sur les constructeurs copiant le design de l'iPhone, pensant que « c’est du vol et de la paresse. » Ne « pensant pas du tout que ce soit bien ». Hugo Barra et Lin Bin avaient répondu séparément, l'un disait : « J’aurai besoin de voir le contexte de ce commentaire pour répondre correctement. Mais je pense que Xiaomi est injustement sous le feu des projecteurs. Si vous faites référence au chanfrein du Mi4, à l’origine de la controverse, c’est bien le même [que sur l’iPhone 5]. Si vous regardez l’iPhone 6, ce dernier a utilisé des éléments de design qui existent depuis des années. L’iPhone 6 reprend des éléments de design que HTC utilise depuis 5 ans. Vous ne pouvez pas vous déclarer comme véritable propriétaire d’un élément de design dans notre industrie ». et l'autre affirmait : « Xiaomi est une société très ouverte qui ne forcerait jamais personne à utiliser ses produits. Mais personne ne peut juger les produits de Xiaomi sans les avoir essayés auparavant. J’aimerais beaucoup lui offrir un téléphone Xiaomi et je serais curieux d’avoir son avis après l’avoir essayé. » De son côté, Hugo Barra a une nouvelle fois donné la couleur à cette conférence en affirmant : « Il n'y a pas une telle chose comme un langage de conception tout à fait unique dans l'industrie du smartphone, remarquez que l'iPhone 6 d'Apple copie une portion du design du fabricant de smartphones taïwanais HTC. » Il dit que ce que fait Apple n'est pas si différent de ce que Xiaomi fait. « Cette idée de construire sur de grandes idées et de provoquer un tournant, c'est ce que nous faisons. », a t-il dit[259],[260].

Le , Hugo Barra a été interviewé par Walt Mossberg concernant l'apport de Xiaomi dans le marché du smartphone : « Nous sommes en train de construire des produits de classe mondiale qui tiennent la route contre toutes remarques de comparaisons, même avec les produits Apple. » a t-il dit. Selon lui, la capacité de Xiaomi à pouvoir innover et ne plus se reposer constamment sur les produits déjà existants s'est manifestée depuis peu, lors de la présentation du Mi Note qui selon lui, marque le tournant stratégique que Xiaomi souhaitait avoir[261],[262],[263].

Affaire d’espionnage[modifier | modifier le code]

Le fabricant Chinois a fait l'objet d'une polémique concernant la collecte des données de ses utilisateurs sous son système d'exploitation mobile MIUI. En effet, le , IMA Mobile, une équipe de recherche de Hong Kong a découvert des logiciels espions dissimulés dans le Xiaomi RedMi Note et le Xiaomi RedMi 1S.

Le spyware pouvait sauvegarder automatiquement les données du smartphone, y compris les SMS, les images et le contenu multimédia puis envoyer les données vers les serveurs de la startup en Chine. Les données pouvaient être envoyés lorsque le smartphone ciblé disposait d'une connexion wifi, mais ne pouvaient pas être envoyés si l'appareil était en 3G.

L'équipe de recherche affirmait donc que le Xiaomi RedMi Note était disponible dans les marchés de Hong Kong, Taïwan et de Chine à cette époque. Ils ont tous été installé avec le logiciel espion qui ne pouvait pas être supprimé car étant intégré dans le firmware[264].

Puis, le , c'est au tour de F-Secure de confirmer la présence de ces logiciels espions dans certains des appareils de la marque, prouvant ainsi qu'il y a bel et bien des données personnelles d'utilisateurs qui transitent sur les serveurs de Xiaomi sans le consentement des utilisateurs[265].

Cette collecte de données est en effet liée à une fonctionnalité des appareils Xiaomi, le MIUI Cloud messaging. Ce service permet à l’utilisateur de passer par Internet pour éviter de passer par son forfait de téléphonie, à l'instar de ce que propose Apple avec iMessage. Ce service s’active automatiquement lors de l’allumage du terminal et utilise les identifiants de l’appareil (dont le numéro et l’IMEI) pour identifier les téléphones et router les messages échangés entre eux via ce service. Selon Xiaomi, c’est pour cette raison que F-Secure a détecté une fuite de données sur les téléphones Redmi et non une vaste opération de vol de données utilisateurs.

Mais Xiaomi entend néanmoins que sa politique de confidentialité pouvait poser problème, cette dernière pouvait s'opérer sans le consentement de l'utilisateur. En conséquence, Hugo Barra explique que le service ne sera dorénavant plus activé par défaut sur les téléphones et que les utilisateurs pourront choisir de l’activer ou non via une option dans les paramètres. Cette polémique aura au moins eu le mérite d'inciter le constructeur à un changement de politique appréciable[266],[267].

Seulement, le mal est fait. Et le , la NCC de Taïwan (équivalent de la FCC aux États-Unis ou de l'ARCEP en France) décide de passer à l'action compte tenu de l'ampleur qu'avait provoqué cette polémique et a donc décidé d'enquêter en profondeur sur les appareils de Xiaomi afin de savoir s'ils violent la vie privée de ses utilisateurs taïwanais ou non, un des reporters de cette enquête a déclaré : « Nous voulons nous assurer que la situation était telle qu'ils nous l'avaient décrite, nous avons donc décidé d'effectuer nos propres tests. ». Xiaomi avait à l'époque refusé de commenter sur cette enquête dont il faisait l'objet. Le gouvernement de Taiwan affirme que les résultats de l'enquête seront rendus public trois mois après son ouverture, tout en soulignant que leurs « lois sont vraiment strictes, le problème clef, c'est que les entreprises doivent dire aux consommateurs si elles collectent des données privées ou les transfèrent ailleurs. »[268],[265].

Mais le , la NCC de Taiwan a finalement décidé d'étendre cette enquête à d'autres constructeurs de smartphones autre que Xiaomi qui sont les suivants : Apple, Samsung, LG, Sony, Huawei, ZTE, HTC, Asustek Computer, Far EasTone Telecommunications, Taiwan Mobile et InFocus. Cependant, la durée de l'enquête reste inchangée[269].

Enfin, le , la NCC publie enfin les résultats de cette enquête, innocentant par la même occasion la totalité des constructeurs ayant été visé par cette enquête, dont Xiaomi. Cette enquête prouve donc que la firme respecte à travers sa politique de confidentialité les données personnelles des utilisateurs taïwanais[270].

Suspension des ventes en Inde[modifier | modifier le code]

Le , Ericsson a réussi à interdire l'importation et la vente de certains des smartphones Xiaomi en Inde. Une injonction a été déposée par la société, prouvant que Xiaomi enfreint huit des brevets d'Ericsson liés à la 3G, la technologie EDGE et AMR. C'est une première pour Xiaomi qui subit sa première contrainte et violation de brevets. Ericsson s'explique : « L'engagement d'Ericsson pour le soutien mondial de la technologie et de l'innovation n'est pas contesté. Il est injuste que Xiaomi peut bénéficier de nos investissements importants de R&D sans payer de frais de licence raisonnable pour notre technologie. Après plus de trois années de tentatives pour engager une conversation de bonne foi pour les produits conformes avec les GSM, EDGE et UMTS/normes WCDMA, Xiaomi continue de refuser de répondre. Ericsson, en dernier ressort, a dû prendre des mesures juridiques. Pour continuer à investir dans la recherche et permettant le développement de nouvelles idées, de nouvelles normes et de nouvelles plates-formes pour l'industrie, nous devons obtenir un juste retour sur nos investissements en R&D. Nous sommes impatients de travailler avec Xiaomi afin de parvenir à une conclusion mutuellement équitable et raisonnable, comme nous le faisons avec tous nos partenaires. ». Xiaomi a répondu : « Nous n'avons pas reçu de note officielle de la Haute Cour de Delhi. Cependant, notre équipe juridique est en train d'évaluer la situation sur la base des informations dont nous disposons. L'Inde est un marché très important pour Xiaomi et nous vous répondrons aussi rapidement que possible en pleine conformité avec les lois de l'Inde. En outre, nous sommes ouverts à travailler avec Ericsson pour résoudre cette affaire à l'amiable. »[271],[272].

Cependant, le , la Haute Cour de Delhi a finalement levé l'interdiction de la vente des smartphones par Xiaomi dans le pays sous certaines conditions. En réalité, Xiaomi n'est autorisé qu'à vendre le Xiaomi RedMi Note et le Xiaomi RedMi 1S, car ce sont deux modèles qui sont équipés de chipsets de chez Qualcomm alors que ce sont en réalité les chipsets de chez MediaTek qui posent un problème de brevets[273].

Le , Lin Bin, l'un des responsables de l'entreprise, donne des réponses concernant les problèmes de violations de brevets lancé par la société Ericsson et qui touche actuellement Xiaomi. Beaucoup disent que ce problème sera une gêne pour la croissance de Xiaomi et « La question des brevets n'est pas près de disparaître. » d'après Bin. « La suspension des ventes de smartphones couvrait la quasi-totalité de nos affaires en Inde, depuis l'utilisation d'autres processeurs, ce risque est presque nul. Nous n'attendons pas à ce que des problèmes de ce type puissent survenir à l'avenir, ralentissant notre campagne d'expansion à l'étranger. Nous sommes sûrs que nous pouvons résoudre ce genre de problème et que nos activités à l'internationale continuera à avancer comme prévu. », poursuit-il. Hugo Barra a également ajouté que « La poursuite d'Ericsson n'affecte en rien les opérations de Xiaomi en Inde à ce jour. Nous avons déjà beaucoup de brevets de propriétés intellectuelles, mais certaines plaintes déposées contre notre société sont illégitimes et Xiaomi combattra ce genre plainte ». Hugo Barra et Lin Bin confirme donc que l'entreprise peut continuer à vendre leurs produits en Inde. Cependant, il est prévu que la Cour suprême de Delhi prenne une décision finale prochainement.[274],[275],[276],[277].

Le , la société Ericsson suspecte Xiaomi de ne pas respecter son interdiction provisoire de vendre dans le pays des smartphones de la marque sous le chipset du constructeur MediaTek, selon Ericsson, Xiaomi vend des combinés basés sur des chipsets non-Qualcomm à travers un site Web appelé xiaomishop, mais la firme a réfuté ces accusations, affirmant qu'ils n'étaient pas responsable de ce site et que ce dernier abusait de leur nom. La Haute Cour de Delhi doit examiner le dossier ainsi que les accusations.[278],[279],[280].

Le , Xiaomi annonce à la Haute Cour de Delhi qu'ils poursuivront les sites web provoquant du tort à l'entreprise et qui vendent délibérément des smartphones Xiaomi équipé d'une puce MediaTek. Manu Jain, le responsable de Xiaomi en Inde déclare : « Ils font de la contrefaçon sur le dos des marques et font croire que ce sont des produits authentiques provenant du site officiel de Xiaomi, ce qui est faux. Les produits vendus sur ces sites ne sont pas destinés à l'Inde et sont vendus à des prix nettement plus élevés. Nous leur avons écrit plusieurs fois sans succès et avons donc intenté une action en justice contre eux ainsi que quatre à cinq autres qui se proclament vendeur de produits Xiaomi illégalement. » Manu Jain a par ailleurs confirmé qu'ils étaient sur la bonne voie pour fabriquer leurs smartphones en Inde, ils seraient en pourparlers avec les usines de fabrications Foxconn et Inventec pour mettre en place une usine de fabrication en Inde, ils déplaceront également leurs serveurs de données d'ici la fin 2015. Il affirme : « Nous tenons des conversations avec Foxconn et Inventec, qui fabriquent nos produits en majorité, afin de mettre en place une usine d'assemblage en Inde. ». Le site de production est encore à déterminer[281].

Enfin, le , la Haute Cour de Delhi a autorisé Xiaomi à rappeler tous les smartphones Redmi et Redmi Note contenant un chipset MediaTek ayant été vendu en Inde pour les renvoyer en Chine. Les charges sont abandonnées, la firme peut donc continuer à vendre ses smartphones et exercer son rôle tant qu'elle ne vendra plus de smartphones contenant un chipset MediaTek susceptible d'enfreindre les brevets d'Ericsson[282].

Soupçons de tensions avec la société MediaTek[modifier | modifier le code]

Le , des rumeurs ont commencé à se propager sur internet concernant les relations tendues qu'il y aurait entre Xiaomi et le constructeur de processeurs pour smartphones MediaTek. Ces tensions étaient tellement fortes qu'elles auraient mis fin au contrat qui les liait. Les rumeurs disaient que Xiaomi se serait mis à dos MediaTek au profit de Qualcomm. S'en est suivi de Xiaomi qui aurait aussitôt démenti cette information, affirmant que cette information est « totalement fausse », ajoutant qu'ils sont très satisfaits du partenariat qui les lie[283],[284].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) « About Us, founder », mi.com,‎
  2. (en) « Le PDG de Xiaomi, Lei Jun, élu l'homme d'affaires de l'année 2014 par Forbes Asia », Forbes,‎
  3. (en) « Hugo Barra teaches how to pronounce Xiaomi », Youtube,‎
  4. « Le fabricant chinois de smartphones Xiaomi lève 1 milliard de dollars », Le Parisien,‎
  5. « Comme on s'y attendait, Xiaomi lève 1 milliard de dollars », Frandroid,‎
  6. « Le fabricant chinois de smartphones Xiaomi valorisé à plus de 36 milliards d'euros », La Tribune,‎
  7. « Xiaomi : Le fabricant chinois de mobiles valorisé à 45 milliards de dollars », 01net,‎
  8. (en) « Xiaomi : La startup la plus valorisée au monde », bizjournals,‎
  9. « Uber, la «licorne» qui vaut 50 milliards », Libération,‎ (consulté le 6 août 2015)
  10. a et b « Chiffres clés : les ventes de mobiles et de smartphones », ZDNet,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  11. (en) « A propos de Xiaomi », Mi.com,‎
  12. (en) « Xiaomi the money! Who is this mobile company that's poaching Tech's top shelf talent? », PCWorld,‎ (consulté le 7 avril 2015)
  13. (en) « Challenging Apple by Imitation », The New York Times,‎ (consulté le 7 avril 2015)
  14. (en) « Xiaomi Phones 300 000 pre-orders », Tech In Asia,‎ (consulté le 7 avril 2015)
  15. « Xiaomi M1 sous MIUI : un smartphone Android double-cœur à 250 euros ? », Clubic,‎ (consulté le 7 avril 2015)
  16. « Xiaomi dévoile son impressionnant Xiaomi Phone 2 (Mi-Two) », Le journal du Geek,‎ (consulté le 7 avril 2015)
  17. (en) « Xiaomi Mi 1S pre-order more than one million in a week », GizmoChina,‎ (consulté le 7 avril 2015)
  18. (en) « Xiaomi Mi-Two : un smartphone chinois très haut de gamme à 250 euros (màj) », Clubic,‎ (consulté le 7 avril 2015)
  19. « Pourquoi un haut responsable d’Android quitte Google pour le chinois Xiaomi », Le Monde,‎
  20. (en) « Le défi d'Hugo Barra : Développer un fabricant de téléphones Chinois en dehors de la Chine », Cnet,‎
  21. (en) « Xiaomi rakes in US$2B sales in 2012, sells 7.19M phones », ZDNet,‎
  22. (en) « China’s Xiaomi Sells 7 Million Phones in First Half 2013, Pulls in $2.15 Billion Revenue », Techinasia,‎
  23. (en) « Chiffres des ventes 2013 part 1/2 », MIUI,‎
  24. (en) « China’s Xiaomi sells 18.7 million smartphones in 2013, up 160% from a year earlier », The Next Web,‎
  25. « Xiaomi : Ventes en hausse de 271% par rapport au premier semestre 2013 », Phonandroid,‎
  26. (en) « Xiaomi Says Smartphone Shipments Almost Quadruple in First Half », Bloomberg,‎
  27. « Le nouveau n°1 du marché des smartphones en Chine se nomme Xiaomi », NextInpact,‎
  28. « Le futur mastodonte du mobile devient numéro 1 du smartphone en Chine », 01net,‎
  29. « Le petit Xiaomi devient leader en Chine », Le Monde,‎
  30. « Chine : après les smartphones, Xiaomi se lance dans la maison connectée », Les Échos,‎
  31. « Xiaomi : 20 millions de smartphones en 2013, 60 millions en 2014...100 millions en 2015 », Génération Nouvelles Technologies,‎
  32. « Le chinois Xiaomi a vendu 45 millions de smartphones depuis le début de l'année », L'Usine Digitale,‎
  33. (en) « The Chinese Smartphone Maker Xiaomi Shipped 45 Million Units in 2014 », 'International Business Times,‎
  34. (en) « Xiaomi Overtakes Samsung in Q3 to become the Top Mobile Phone maker in China », 'MIUI,‎
  35. (zh-Hans) « iSuppli:小米Q3国内出货量超过三星居首位 », 'Tech Sina,‎
  36. (en) « Samsung has a big problem in China, it's name is Xiaomi », 'Tech Times,‎
  37. « Apple, Google et Samsung, tiercé de tête des entreprises innovantes », '01net,‎
  38. « Google, Apple, Samsung ... Quelles sont les entreprises les plus innovantes dans le monde ? », 'Challenges,‎
  39. (en) « Xiaomi sold over 1 million phones during china singles day sales », Tech in Asia,‎
  40. (en) « Xiaomi does it again : 1,16 millions Mi Phones sell in 24 hours at singles day sale », FirstPost,‎
  41. (en) « Apple is on its way to a record quarter thanks to iPhone 6 », GSM Arena,‎
  42. « Ventes : Les ventes de l'iPhone 6 promettent à Apple un trimestre record », ITR Manager,‎
  43. « Smartphones : Huawei, Xiaomi et Lenovo réunis dépassent Apple », Clubic,‎
  44. (en) « Xiaomi reported earnings of only $56 million in 2013, one-tenth what WSJ reported and 1/150 Apple's Chinese earnings », Apple Insider,‎
  45. (es) « Xiaomi teve lucro de US$56 mi em 2013, segundo documentos », Exame,‎
  46. (en) « China's Xiaomi booked $56 million profit in 2013 -filing », Reuters,‎
  47. (en) « Xiaomi Says Smartphone Shipments Almost Quadruple in First Half », Bloomberg,‎
  48. « Chine : Xiaomi a plus que doublé ses ventes en 2014 », Challenges,‎
  49. (en) « Xiaomi Confirms It Sold 61M Phones In 2014, Has Plans To Expand To More Countries », Tech Crunch,‎
  50. (en) « Xiaomi sells 61 million smartphones in 2014 », International Business Time UK,‎
  51. (en) « Xiaomi Says It Sold 61.1 Million Smartphones in 2014 », Wall Street Journal,‎
  52. « Smartphones: quand Xiaomi inquiète Apple et Samsung », Challenges,‎
  53. (en) « Xiaomi’s Hugo Barra Says Supply Constraints May Hinder Growth: Exclusive », International Business Times,‎
  54. « Xiaomi fête ses 5 ans et les 100 millions de smartphones écoulés ! », PhonAndroid,‎ (consulté le 8 avril 2015)
  55. « Xiaomi a vendu 2 millions de smartphones en 12 heures lors de son Fan Festival », PhonAndroid,‎ (consulté le 9 avril 2015)
  56. « Xiaomi se fraie une place dans le Guinness des Records », FrAndroid,‎ (consulté le 9 avril 2015)
  57. (en) « Xiaomi Sees $1 Billion in Mobile Services Revenue This Year », Wall Street Journal,‎ (consulté le 27 avril 2015)
  58. (zh-Hans) « Xiaomi investit 205 millions de dollars dans l’électroménager », Mo TechWeb,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  59. (en) « Xiaomi ships nearly 15 million smartphones in 1Q15, says report », DigiTimes,‎ (consulté le 20 mai 2015)
  60. (en) « Xiaomi reportedly shipped 35 million devices in H1 2015 », GSMArena,‎ (consulté le 23 juin 2015)
  61. « Xiaomi a vendu 35 millions de smartphones au premier semestre 2015 », PhonAndroid,‎ (consulté le 23 juin 2015)
  62. « Smartphones : coup de frein pour Xiaomi, Samsung dans le décor », La Tribune,‎ (consulté le 3 juillet 2015)
  63. « L'ascension du chinois Xiaomi marque un temps d'arrêt », Challenges,‎ (consulté le 3 juillet 2015)
  64. (en) « Worldwide Smartphone Market Posts 11.6% Year-Over-Year Growth in Q2 2015, the Second Highest Shipment Total for a Single Quarter, According to IDC », IDC,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  65. (zh-Hans) « “新国货”小米再度蝉联国内市场份额第一 », TechSina,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  66. « Samsung et Apple restent largement en tête du marché des smartphones », Clubic,‎ (consulté le 20 août 2015)
  67. (en) « Samsung et Apple restent largement en tête du marché des smartphones », IDC,‎ (consulté le 27 août 2015)
  68. « Xiaomi investit 205 millions de dollars dans l’électroménager », FrAndroid,‎
  69. « Cette nuit en Asie : Facebook et Xiaomi, l’amour impossible ? », Les Échos,‎
  70. « Pourquoi une alliance Facebook-Xiaomi n'a pas eu lieu », Les Échos,‎
  71. « Xiaomi obtient la première place sur un nouveau sondage de satisfaction client », Phonandroid,‎
  72. « Xiaomi met la main sur Rigo, spécialiste du design », FrAndroid,‎
  73. (en) « Google employees are chattering about the huge threat Xiaomi presents to Android », Business Insider,‎
  74. (en) « Xiaomi Confronts Counterfeits as Fake Products Eat Into Sales », Bloomberg,‎ (consulté le 11 avril 2015)
  75. « Smartphones : l'indien Tata investit dans le chinois Xiaomi », Les Échos,‎ (consulté le 26 avril 2015)
  76. (en) « Fast-Growing Smartphone Maker Xiaomi Hires Qualcomm's Head », Forbes,‎ (consulté le 10 juin 2015)
  77. (en) « 50 Smartest Companies 2015 », MIT Technology Review,‎ (consulté le 23 juin 2015)
  78. (en) « Shou Zi Chew Joins Xiaomi as CFO », Wall Street Journal,‎ (consulté le 1 juillet 2015)
  79. (en) « Xiaomi obtient les encouragements de Steve Wozniak », CNet,‎
  80. (en) « Xiaomi dépense une fortune pour son nouveau nom de domaine mi.com », The Domains,‎
  81. (en) « Xiaomi exporte ses smartphones à bas prix dans 10 nouveaux pays », The Guardian,‎
  82. (en) « Xiaomi Faces Expansion Hurdles in Indonesia, Brazil », Wall Street Journal,‎
  83. « Xiaomi amorce son expansion internationale et installe des datacenters hors de Chine », Clubic,‎
  84. « Vie privée : Xiaomi veut nous rassurer et déplace les données utilisateurs hors de Chine », Phonandroid,‎
  85. (en) « Xiaomi seeks $1.5B in new funding round », ZDNet,‎
  86. « Xiaomi pourrait lever jusqu’à 1,5 milliard de dollars », FrAndroid,‎
  87. (en) « Xiaomi to buy stake in Youku Tudou as part of online video push », Reuters,‎
  88. « Xiaomi : Le PDG se donne 5 à 10 ans pour être le plus grand constructeur du monde », Phonandroid,‎
  89. (en) « Apple to Xiaomi: being number one is easy to say, more difficult to do », The Guardian,‎
  90. (en) « Xiaomi Slows Its Pursuit of Samsung, Apple in Smartphone Race », Bloomberg,‎
  91. « Xiaomi fait déjà marche arrière et retarde son expansion à l'international », Phonandroid,‎
  92. (en) « Xiaomi's Software Explosion: Chinese Manufacturer Announces 10 Billion Downloads On Mi App Store », International Business Times,‎
  93. « Xiaomi lance son Mi App Store International », Phonandroid,‎
  94. (en) « Hugo Barra: It Will Take Some Time For Xiaomi To Reach Tier One Markets », AndroidHeadLines,‎
  95. (en) « Hugo Barra: It Will Take Some Time For Xiaomi To Reach Tier One Markets », International Business Times,‎
  96. (de) « Xiaomi: Details zur internationalen Expansion werden nächsten Monat bekanntgegeben », AndroidMag,‎
  97. (en) « Xiaomi Redmi 2 coming to Malaysia soon », The Borneo Post,‎
  98. (en) « Xiaomi MiPad 7.9-inch tablet launched in India at Rs 12999, release date set for March 24 », MobileTor,‎
  99. (en) « Xiaomi is aiming to sell its hardware accessories in the US and European market rather than selling its smartphones in these markets », Tech News Today,‎ (consulté le 30 mai 2015)
  100. (en) « How Xiaomi is able to sell its smartphones at a cutthroat rate », CNet,‎ (consulté le 30 mai 2015)
  101. (en) « Xiaomi's Barra on online stores for US and Europe », CNBC,‎ (consulté le 30 mai 2015)
  102. (id) « Xiaomi Belum Berani Jual Ponsel di Eropa », CNBC,‎ (consulté le 30 mai 2015)
  103. (en) « Selling phones in US no less than a year away: Xiaomi's Hugo Barra », Economic Times,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  104. (en) « Xiaomi confirms its first launch outside of Greater China will be Singapore on February 21 », The Next Web,‎
  105. (en) « Xiaomi to Sell Mi 3 Flagship Smartphone in Singapore on March 7 », Hardware Zone,‎
  106. (en) « Xiaomi Singapore Flash Sales Alert: Redmi 1S & Redmi Note At Astonishing Prices », Singapour News Yahoo!,‎
  107. (en) « Xiaomi fans in Singapore can now go 4G with the new Redmi Note », Tech In Asia,‎
  108. (en) « Xiaomi Mi Band launching in Singapore on Dec 16 », Digital Asia One,‎
  109. a et b (en) « Xiaomi MiPad lands tomorrow in Singapore and Malaysia », Tech In Asia,‎
  110. (en) « Xiaomi’s Mi3 sold out in 17 minutes in Malaysia », Android Authority,‎
  111. (en) « Xiaomi Launches Smartphone in Malaysia », Wall Street Journal,‎
  112. (en) « Redmi Note is available on sale today », The Borneo Post,‎
  113. (en) « Xiaomi To Launch Redmi Note 4G In Malaysia For RM589 », Malaysian Digest,‎
  114. (en) « Xiaomi Mi Note gets certified in Malaysia, launch imminent », GSMArena,‎ (consulté le 22 avril 2015)
  115. (en) « Xiaomi Mi3 to launch in Philippines on June 26 for PhP 10599 », Androidos,‎
  116. (en) « Xiaomi Redmi 1S Officially Priced ₱5,599 in the Philippines », Pinoy Techno Guide,‎
  117. Xiaomi annonce des centres de services et un partenariat avec flipkart
  118. (en) « Xiaomi Inde », Mi.com,‎
  119. (en) « Xiaomi Redmi Note sells out in 6 seconds on launch day in India », GSM Arena,‎
  120. (en) « Xiaomi Claims It Has Sold 1 Million Smartphones in India », NDTV Gadgets,‎
  121. (en) « Xiaomi Starts Selling Phones at Airtel Stores », Wall Street Journal,‎
  122. (en) « Xiaomi Mi 4 First Impressions: Priced at Rs 19,999, the Mi 4 packs in a decent feature set », Firtpost,‎
  123. (en) « Xiaomi Mi4 64GB Variant Might Launch in India by March 2015 », GizBot,‎
  124. (en) « Xiaomi Mi 4 64GB coming on February 24 at Rs 23,999 », The Indian Express,‎
  125. (en) « 25,000 Xiaomi Mi 4 units sold out in 15 seconds on Flipkart », IndiaToday,‎
  126. (en) « India smartphone market shrinks; Samsung still leads, Xiaomi enters top 5: IDC », IndiaTimes,‎
  127. (en) « Xiaomi, India’s top 4G handset vendor in January », TheHindu,‎
  128. « Des smartphones Xiaomi bientôt fabriqués en Inde », French People Daily,‎
  129. (en) « Foxconn to roll out smartphones for Xiaomi in India: report », WantChinaTimes,‎ (consulté le 9 juillet 2015)
  130. « Xiaomi s'allie à Foxconn pour produire des smartphones en Inde », LesEchos,‎ (consulté le 10 août 2015)
  131. (en) « Mi Indonesia », Mi.com,‎
  132. (ko) « Website Resmi Xiaomi Versi Indonesia Segera Hadir », Wowkeren,‎
  133. (ko) « Harga Xiaomi Redmi di Bawah Rp 2 Juta », Detik Inet,‎
  134. (ko) « Xiaomi Mi3 Laris di Blibli.com », Tknologi.metrotvnews,‎
  135. (en) « Xiaomi officially launches in Indonesia with Redmi 1S », Tech in Asia,‎
  136. (en) « Did Xiaomi’s Redmi Note really sell out in 40 seconds in Indonesia ? », Tech in Asia,‎
  137. (en) « Xiaomi Redmi Note May Soon be Available in India; Price, Specification Details », International Business Times,‎
  138. (en) « Facing unclear regulations, Xiaomi can’t guarantee the release of 4G smartphones in Indonesia », Tech In Asia,‎
  139. (es) « Anatel homologa primeiro smartphone da Xiaomi no Brasil », Info Abril,‎
  140. (en) « Xiaomi to start sales in Brazil in 2015 », Brazil Business,‎
  141. (es) « Xiaomi, a ‘Apple chinesa’, publica foto sugerindo chegada em breve ao Brasil », G1,‎
  142. (es) « Xiaomi deve iniciar fabricação no Brasil em março », Exame,‎
  143. (es) « Xiaomi anuncia evento de lançamento para o Brasil no dia 30 de junho », Tudocelular,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  144. (en) « Xiaomi Expands Its Empire To Brazil, Will Sell First Smartphone There July 7 », TechCrunch,‎ (consulté le 1 juillet 2015)
  145. (en) « Xiaomi Smartphone Launch in Brazil Is First Outside Asia », The Wall Street Journal,‎ (consulté le 1 juillet 2015)
  146. (es) « Xiaomi entra a Brasil con su teléfono Redmi 2 », CNet,‎ (consulté le 1 juillet 2015)
  147. (pt) « Asus cutuca chegada da Xiaomi com promoção "Chega de MiMiMi" », OlHarDigital,‎ (consulté le 1 juillet 2015)
  148. (en) « Xiaomi targets Brazil for first smartphone launch outside of Asia », Financial Times,‎ (consulté le 1 juillet 2015)
  149. (en) « Chinese phone maker Xiaomi enters Brazil », Fortune,‎ (consulté le 1 juillet 2015)
  150. (en) « Xiaomi website overloaded on Brazil launch day », WantChinaTimes,‎ (consulté le 9 juillet 2015)
  151. (pt) « Xiaomi Mi Note será vendido em agosto no Brasil, segundo site », Tudocelular,‎ (consulté le 6 août 2015)
  152. « Xiaomi serait désormais aux portes des USA », FrAndroid,‎
  153. « Non, Xiaomi ne fera pas encore ses débuts aux Etats-Unis », PresseCitron,‎
  154. (en) « Xiaomi’s Mi.com is coming to the United States – but not for phones », The Next Web,‎
  155. (en) « As in US, Xiaomi's Mi store in Europe will launch sans phones », CNet,‎
  156. « Xiaomi veut quand même vendre des smartphones en Europe », Data News,‎
  157. « CeBIT 2015 : le patron de Xiaomi reste mystérieux concernant son arrivée en Europe », L'Usine Digital,‎
  158. (en) « Xiaomi beta testing its UK accessory store (Update: France, Germany and US too!) », Android Authority,‎ (consulté le 16 mai 2015)
  159. (en) « Mi Store international », Mi.com,‎ (consulté le 16 mai 2015)
  160. « Xiaomi se lance en France, mais de manière très limitée », NextInpact,‎ (consulté le 20 mai 2015)
  161. « Lei Jun le Steve jobs chinois » ma chronique sur Atlantico, Marketing en Chine,‎
  162. « Le fabricant chinois Xiaomi casse les prix et continue de croître », iGen,‎
  163. « Le vice-président d’Android Hugo Barra, véritable pilier chez Xiaomi », PhonAndroid,‎
  164. (en) « Xiaomi Set to Expand With 18 Stores Opening in China », Techno Buffalo,‎
  165. (zh-Hans) « 全新服务形象升级 小米之家重庆厦门天津东莞旗舰店开业 », BBS,‎
  166. « 100 000 Xiaomi Mi3 vendus en 86 secondes », FrAndroid,‎
  167. « Xiaomi Redmi Note : 100 000 exemplaires écoulés en 34 minutes », LesMobiles,‎
  168. (en) « Xiaomi's phenomonal sellout event raises suspicions of inflated sales », ZDNet,‎
  169. « Smartphones : la révolution low cost venue de Chine », ZDNet,‎
  170. (en) « Xiaomi president Lin Bin aims to ship 15 million superphones in 2013, expand sales beyond Asia », Engadget,‎
  171. (en) « China's Xiaomi Technology to become Foxconn's major client: reports », Focus Taiwan,‎
  172. (en) « Inventec to boost production to satisfy Xiaomi orders », Want China Times,‎
  173. « JT de 20h du dimanche 7 septembre 2014 », FranceTVinfo,‎
  174. (en) « Xiaomi Makes a Profit on Its Cheap Smartphones », Wall Street Journal,‎
  175. (es) « Xiaomi investirá em mais startups para reforçar entrada no setor de casas inteligentes », InfoMoney,‎
  176. (en) « Xiaomi to invest in Indian start-ups, overseas content »,‎
  177. (en) « Xiaomi bolsters its patent portfolio across globe as it fights patent battle in India »,‎
  178. « Xiaomi s'associe à Uber pour la livraison de son prochain smartphone »,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  179. (ru) « Xiaomi: покупка телефона с помощью телефона становится обыденным явлением »,‎ (consulté le 6 août 2015)
  180. (en) « Hugo Barra Outlines Xiaomi’s Ambitious Plans »,‎ (consulté le 6 août 2015)
  181. (en) « Xiaomi’s next big thing? Smartphone maker targets market leader DJI with cut price drones »,‎ (consulté le 3 juin 2015)
  182. (en) « La smartwatch Xiaomi fait à nouveau parler d’elle »,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  183. (zh-Hans) « 小米要造“中国芯”,明年初问世? »,‎ (consulté le 6 août 2015)
  184. (ru) « Huawei и Xiaomi работают над совместным VR-проектом »,‎ (consulté le 6 août 2015)
  185. « Xiaomi chasserait à son tour les puces Qualcomm de ses smartphones »,‎ (consulté le 28 août 2015)
  186. (en) « Xiaomi now has 100 million users of its Android-based mobile OS », TechInAsia,‎
  187. (en) « You May Never Use Xiaomi’s Phones, But They’ll Change Your Life Anyway », Wired,‎
  188. (en) « Xiaomi publishes 9 smart car patents, will not make cars », WantChinaTimes,‎ (consulté le 13 juillet 2015)
  189. « MIUI 7 : Xiaomi dévoile sa date de présentation », FrAndroid,‎ (consulté le 6 août 2015)
  190. (en) « Xiaomi Mi3 Benchmark », Xiaomi,‎
  191. (en) « Xiaomi Mi5, Xiaomi Mi5 Plus Specifications, Price Leaked Via Weibo », International Business Times,‎ (consulté le 9 juillet 2015)
  192. « Le Xiaomi Mi5 pourrait finalement sortir dans trois semaines ! », PhonAndroid,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  193. « La tablette Xiaomi Mi Pad est officielle : prix et fiche technique », Phonandroid,‎
  194. « [XIAOMI] Présentation de la XIAOMI MiPad - Mai 2014 », MIUI France,‎
  195. « Xiaomi Mi Pad : une tablette Android survitaminée aux accents d'iPad Mini », Clubic,‎
  196. « Xiaomi : une tablette 4G à 100 $ certifiée par la TENAA », Tablette Tactile.net,‎
  197. « Xiaomi MiPad 2 : un design similaire au Mi Note et des appels vocaux », PhonAndroid,‎ (consulté le 31 mars 2015)
  198. « Xiaomi préparerait un nouveau Mi Pad sous Windows 10 », LesMobiles,‎ (consulté le 6 août 2015)
  199. « Les Xiaomi MiTV et Xiaomi Mi3 Tegra 4 pour le 15 octobre en Chine », JTGeek,‎
  200. (es) « Xiaomi Mi TV 2 40 officielle : une smart TV de 40 pouces pour seulement 300 euros »,‎
  201. (en) « Chinese Manufacturer Launches Big-Screen 4K TV For $640, But Beware Of False Economies », Forbes,‎
  202. « Xiaomi Mi TV 2 : 49 pouces et 4K pour 649$ », Journal du Geek,‎
  203. (zh-Hans) « Mi TV 2 4K UHD intro », Mi.com,‎ (consulté le 31 mars 2015)
  204. (zh-Hans) « Mi TV 2 4K UHD performance », Mi.com,‎ (consulté le 31 mars 2015)
  205. (zh-Hans) « Mi TV 2 4K UHD qualité », Mi.com,‎ (consulté le 31 mars 2015)
  206. (zh-Hans) « Mi TV 2 4K UHD comparatif », Mi.com,‎ (consulté le 31 mars 2015)
  207. (zh-Hans) « Mi TV 2S 4K vue d'ensemble », Mi.com,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  208. (zh-Hans) « Mi TV 2S comparatif », Mi.com,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  209. « La TV 4K de Xiaomi, un OVNI digne d'intérêt », EreNumérique,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  210. (en) « [Xiaomi] Xiaomi Piston Earbuds Won 'iF Product Design Award 2014'! », MIUI English,‎
  211. (zh-Hans) « Xiaomi Huosai 3 », Mi.com,‎
  212. (zh-Hans) « Xiaomi Headphone », Mi.com,‎
  213. (en) « Xiaomi PowerBank 5000 mAh », Mi.com,‎
  214. (en) « Pressy - the Almighty Android Button ! », Pressy,‎
  215. (en) « Xiaomi Mi WiFi », MiWiFi,‎
  216. « Xiaomi dévoile ses routeurs WiFi (MiRouter) et une nouvelle version de sa box HDMI (Mi Box) », FrAndroid,‎
  217. a, b et c (en) « Xiaomi Launches New Mi Wi-Fi Router With 6TB Storage and More », NDTV,‎ (consulté le 11 juin 2015)
  218. (zh-Hans) « 国内智能路由器份额:小米又是第一 », mydrivers,‎ (consulté le 14 août 2015)
  219. « Xiaomi annonce le routeur Mi Wi-Fi nano pour renforcer sa place en Chine », FrAndroid,‎ (consulté le 14 août 2015)
  220. « Présentation XIAOMI Hezi Box », FrAndroid,‎
  221. « Xiaomi Mi Box Mini et Mi Headphones : un boîtier TV ultra-compact et un casque audio ! », PhonAndroid,‎
  222. « Xiaomi Mi Band : un bracelet connecté pour moins de 10 euros », Clubic,‎
  223. (en) « Interview: Xiaomi VP Hugo Barra talks India, Android One, Lollipop and 4G », The Next Web,‎
  224. (en) « Xiaomi ships over 1 million Mi Band fitness trackers in just 3 months », Tech in Asia,‎
  225. « Xiaomi a vendu un million de Mi Band en trois mois, un record ! », PhonAndroid,‎
  226. (en) « Report: Xiaomi Might Launch The Mi Band Successor Soon », AndroidHeadLines,‎
  227. « Des ingénieurs parlent des Xiaomi Band 2 et Xiaomi Smart Watch », FrAndroid,‎
  228. (en) « Wearable Market Remained Strong in the First Quarter Despite the Pending Debut of the Apple Watch, Says IDC », IDC.com,‎ (consulté le 3 juin 2015)
  229. (en) « Xiaomi Mi Band 1S certified in Taiwan with new heart monitoring feature », PhoneArena,‎ (consulté le 1 juillet 2015)
  230. « Xiaomi annonce sa manette de jeux Bluetooth multiplateformes », PhonAndroid,‎
  231. (en) « Xiaomi pushes your buttons with new game controller », Tech in Asia,‎
  232. (zh-Hans) « Mi GamePad », Mi.com,‎
  233. « Mi GamePad », Android-France,‎
  234. (zh-Hans) « 小蚁智能摄像机,149元,10月29日小米网首发。@小米智能家庭 还有,明天中午,小米4黑色版小米网首发。 », Weibo (Lei Jun),‎
  235. (zh-Hans) « 依然149元 新版小米摄像机发布 », CnBeta,‎ (consulté le 2 juin 2015)
  236. (en) « [Xiaomi] Mi Smart Socket : Introduct », MIUI Forum,‎ (consulté le 2 juin 2015)
  237. (en) « Xiaomi SMART HOME GADGETS », MIUI Blogspot,‎ (consulté le 2 juin 2015)
  238. (en) « Xiaomi’s smart lightblub - Yeelight enters beta », MIUI Forum,‎ (consulté le 2 juin 2015)
  239. (zh-Hans) « 小米發表全新 Yeelight 智能燈泡!可變出 1,600 萬種顏色 », UnWire,‎
  240. (en) « China's Xiaomi steps into connected devices market with new air purifier », PCWorld,‎
  241. (en) « Xiaomi faces copycat charge from Japanese company over new air purifier », PCWorld,‎
  242. (zh-Hans) « Mi Water Purifier », Mi.com,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  243. (en) « Xiaomi is making… a smart water purifier », The Next Web,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  244. a et b « Xiaomi annonce 4 objets connectés pour fêter ses 5 ansT », Android-MT,‎ (consulté le 31 mars 2015)
  245. « Avec la YiCamera, le chinois Xiaomi vient défier GoPro », Les Échos,‎
  246. « Xiaomi Yi Sports : une petite caméra à moins de 100 $ qui grimpe jusqu'à 240 fps », NextInpact,‎
  247. « http://www.lesmobiles.com/actualite/18698-le-mi-band-de-xiaomi-en-version-chaussure-de-sport-officialise.html », LesMobiles,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  248. « http://www.journaldugeek.com/2015/07/18/vous-ne-pourrez-pas-courir-avec-les-baskets-connectees-de-xiaomi/ », Journal du Geek,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  249. « Chine : Xiaomi vise Apple avec son nouveau smartphone Mi 4 », Les Échos,‎
  250. (en) « 'One more thing': ex-Google exec says his Chinese employer is no Apple ripoff », The Verge,‎
  251. « Xiaomi copie bel et bien Apple : voici 7 preuves », iPhone Addict,‎
  252. « Xiaomi copie-t-il un peu trop Apple ? », PhonAndroid,‎
  253. « Xiaomi : Un Smartphone haut de gamme pas cher et un bracelet à prix cassé », iGen,‎
  254. « Xiaomi : non, nous ne copions pas Apple », iPhone Addict,‎
  255. (en) « Xiaomi’s Hugo Barra defends ‘sensational’ copycat claims, says Apple is an inspiration », The Next Web,‎
  256. « Xiaomi vs Apple : Ils ne copient pas, ils s’inspirent », PhonAndroid,‎
  257. « Accusée de copier Apple, Xiaomi se défend en parlant « d’inspiration » », NextInpact,‎
  258. « Xiaomi ne copie pas l'iPhone, il s'en inspire pour faire mieux », iGen,‎
  259. (en) « Xiaomi Defends Its Smartphone Business Model », Wall Street Journal,‎
  260. « Xiaomi répond à Jonathan Ive et ses accusations de vol de design », FrAndroid,‎
  261. « Pour Hugo Barra, Xiaomi ne copie plus Apple depuis le Mi Note », PhonAndroid,‎ (consulté le 27 mai 2015)
  262. (en) « Hugo Barra: Xiaomi has Busted its “Copycat” Characterization », AndroidHeadLines,‎ (consulté le 27 mai 2015)
  263. (en) « Top Xiaomi executive shakes off ‘copycat’ label amid rapid global expansion », South China Morning Post (SCMP),‎ (consulté le 27 mai 2015)
  264. (en) « Vietnamese protect themselves from Chinese spy technologies », Vietnamnet,‎
  265. a et b (en) « Taiwan fears Xiaomi smartphones spy on users », Engineering and Technology Magazine,‎
  266. « Les téléphones Xiaomi indiscrets avec les données personnelles ? », ZDNet,‎
  267. (en) « MIUI does not secretly send user data to Chinese govt servers: Xiaomi’s Hugo Barra », FirstPost,‎
  268. (en) « Taiwan government investigates Xiaomi on potential cyber security concerns », DailyMail,‎
  269. « Taïwan accuse Apple, Samsung, Xiaomi (et d’autres…) de violation des lois sur la vie privée », iPhone Addict,‎
  270. « Le régulateur Taïwanais estime finalement qu’Apple (et d’autres) n’enfreint pas les lois sur les données privées », iPhone Addict,‎
  271. (en) « Xiaomi Ready To Talk Patents With Ericsson After Sales Ban In India », Tech Crunch,‎
  272. (en) « Xiaomi can't sell its phones in India : Delhi High Court », Digit',‎
  273. (en) « Delhi High Court Grants Partial Reprieve to Xiaomi; Redmi Note 4G, Redmi 1S Flash Sale to Kick-off in India Soon », International Business Times,‎
  274. (en) « Ericsson sues Xiaomi to protect patent rights », Want China Times,‎
  275. (es) « Xiaomi investirá em mais startups para reforçar entrada no setor de casas inteligentes », Reuters,‎
  276. (en) « Xiaomi to invest in Indian start-ups, overseas content », InfoMoney,‎
  277. (vi) « Foxconn kết hợp cùng Xiaomi mở rộng kinh doanh sang các thị trường mới nổi », VN Review,‎
  278. (en) « Xiaomi refutes Ericsson’s claim it violated interim Delhi court order », BGR,‎
  279. (en) « Xiaomi still selling handsets without Qualcomm chipsets, claims Ericsson », BGR,‎
  280. (en) « India probes Xiaomi over possible sales ban violation », ZDNet,‎
  281. (en) « Xiaomi to sue websites for selling phones illegally », The Times of India,‎
  282. (en) « Delhi HC allows Xiaomi to return over 100,000 banned Redmi Note handsets », Tech FirstPost,‎ (consulté le 14 août 2015)
  283. (en) « Xiaomi and MediaTek insist their relationship is still strong », Want China Times,‎
  284. « Xiaomi fabriquerait prochainement ses propres processeurs ! », PhonAndroid,‎