ZTE

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

ZTE Corporation
中兴通讯股份有限公司

Description de l'image  ZTE logo.svg.
Création 1985
Fondateurs Hou Weigui (侯为贵)
Personnages clés Directeur général : Shǐ Lìróng (史立荣)
Forme juridique Société par actions à capital limité
Action HKEX : 0763
SZSE : 000100
Slogan Bringing you closer
Siège social Drapeau de Chine Shenzhen (Chine)
Produits Téléphones mobiles et clés 3G+, infrastructures réseaux et télécommunication
Effectif 85 000 [1]
Site web www.zte.com.fr
www.zte.com.cn
Chiffre d’affaires 10 milliards d'euros (2010)
en augmentation
L'entreprise et ses bâtiments dans le parc industriel de Shenzhen

ZTE, ou Zhong Xing Telecommunication Equipment Company Limited (chinois simplifié : 中兴通讯股份有限公司) est un équipementier en télécoms coté à la Bourse de Hong Kong et la Bourse de Shenzhen. L'entreprise a été fondée en 1985 à Shenzhen par Hou Weigui.

Cette société emploie aujourd’hui environ 85 000 personnes, dont 20 000 dans ses filiales étrangères. Sa clientèle se compose de plus de 500 opérateurs de réseaux dans quelque 140 pays[2].

Téléphone sous Android[modifier | modifier le code]

Avant 2010, ZTE fournit en France des mobiles sous Android en marque blanche chez Orange, Bouygues Telecom ou SFR[3] .

En mai 2010, ZTE fournit son premier smartphone en France, le ZTE-Link, équipé du système d'exploitation Android et distribué par Bouygues Telecom[4].

En novembre 2010, ZTE a lancé en France son second smartphone Android, dénommé le ZTE Blade. Avec cette nouvelle référence, le fabricant poursuit son développement sur le marché français en proposant un téléphone qui répond à sa stratégie de montée de gamme. Ce téléphone mobile est doté d'un écran capacitif multipoint de 3.5 pouces, avec une définition de 480 × 800 pixels et un appareil photo de 3,2 mégapixels.

En 2011, ZTE sort le ZTE libra (aussi appelé ZTE Blade GEN2) vendu chez SFR sous le nom de « Android Edition by SFR STARTRAIL ». Il comporte un appareil photo de 5 mégapixels.

Afin de favoriser le développement de ses produits et de sa marque, ZTE France a lancé son propre site web consultable depuis le 9 décembre 2010.

L'entreprise est classée fin 2012 la quatrième en nombre de smartphones vendus, et cinquième en téléphones[5].

Implantation en France[modifier | modifier le code]

Afin d'être au plus proche des attentes du client, le groupe chinois a délocalisé les sièges de ses divisions. Pour établir le siège de la division 4, qui regroupe l'Europe de l'Ouest, l'Europe de l'Est et l'Amérique du Nord, ZTE a choisi Boulogne-Billancourt, où il avait installé son siège Europe de l'Ouest il y a 5 ans.

Zhu Jinyun, président de la division 4 déclare à ce sujet : « La localisation de notre siège pour l'Amérique du Nord à Boulogne-Billancourt, associée à notre plan de recrutement, témoigne des ambitions du groupe en France. ZTE est aujourd'hui un acteur qui compte dans le tissu économique français avec une structure locale établie et pérenne, en mesure de répondre aux attentes des opérateurs et du grand public. »

L'entreprise chinoise a choisi le technopole du Futuroscope, à côté de Poitiers, pour y installer un centre destiné aux professionnels et à la formation[6]. Les bâtiments en construction seront livrés fin 2012[7].

Dumping[modifier | modifier le code]

Pour le commissaire européen au Commerce extérieur, Karel De Gucht, les équipementiers chinois Huawei et ZTE « pratiquent le dumping de leurs produits sur le marché européen »[8].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

  • Zeng Xuezhong : vice-président exécutif
  • He Shiyou : directeur exécutif de ZTE Corporation
  • Pang Shengqing : directeur de la branche Entreprises
  • Zhao Xianming : CTO [9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les entreprises chinoises imposent leurs standards », 01 informatique, nº 2070, 03/02/2011, p. 38
  2. Le géant des communications chinois ZTE s'installe à Berne, La Tribune de Genève, 23 mai 2011
  3. Stéphane Deschamps, « ZTE souhaite élargir sa distribution et imposer sa marque », sur lesmobiles.com,‎ 9 juin 2011
  4. ZTE livre son premier smartphone sous Android chez Bouygues Telecom, Philippe Guerrier, ITespresso, 7 mai 2010
  5. ZTE : 4ème fabricant de smartphones du monde et nouveau Nubia Z5, Le journal du geek, 31 octobre 2012
  6. ZTE grossit peu à peu au Futuroscope, L'usine nouvelle, Thierry Thomas, 30 septembre 2011
  7. Implantation de ZTE sur la Technopole du Futuroscope, Technopôle du Futuroscope, 22 février 2011
  8. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0202772606417-dumping-huawei-et-zte-mis-en-cause-pour-la-premiere-fois-par-bruxelles-567650.php
  9. Les nominations IT du 6 janvier 2014, Journal du Net, 6 janvier 2014

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]