Villeneuvette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villeneuvette
Villeneuvette
Entrée.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Clermont-l'Hérault
Intercommunalité Communauté de communes du Clermontais
Maire
Mandat
Éric Vidal
2014-2020
Code postal 34800
Code commune 34338
Démographie
Gentilé Villeneuvettois
Population
municipale
72 hab. (2015 en augmentation de 14,29 % par rapport à 2010)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 40″ nord, 3° 24′ 01″ est
Altitude 140 m
Min. 116 m
Max. 317 m
Superficie 3,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Villeneuvette

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Villeneuvette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuvette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuvette

Villeneuvette (en occitan La Fatura) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie. L'histoire de Villeneuvette se confond avec celle de la manufacture de draps, maintenant désaffectée, qui portait ce nom, et avait été agrandie et élevée - sous Louis XIV - au rang de manufacture royale par Colbert.

Ce remarquable village-usine donne un aperçu concret du volontarisme économique manifesté par le colbertisme (appellation souvent donnée au mercantilisme français). Classée en Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager depuis 1995 pour l'originalité et la qualité de son patrimoine, Villeneuvette comporte plusieurs constructions inscrites à l'inventaire des monuments historiques comme le porche d'entrée, la chapelle et l'aqueduc du « pont de l'Amour ». Plusieurs bâtiments encore existants donnent une idée de la qualité de l'environnement et du logement dont bénéficièrent les ouvriers tisserands et leurs familles dans cette « ville nouvelle » (d'où le nom de Villeneuvette, autrefois « Villeneuve-lez-Clermont ») construite de toutes pièces au XVIIe siècle. L'ancien réseau hydraulique qui alimentait la manufacture depuis Mourèze est partiellement conservé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villeneuvette
Clermont-l'Hérault
Mourèze Villeneuvette Nébian
Cabrières Lieuran-Cabrières

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est connue sous la variante « Villenouvette »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La création[modifier | modifier le code]

La manufacture des draps est créée en 1673 sur l'initiative privée de Pierre Baille, marchand de Clermont-Lodève. Elle va connaître un essor favorable à partir de 1675, ce qui se traduit par de nouvelles constructions. Le 27 juillet 1677[2], le site devient manufacture royale et s'étend progressivement sur le territoire des paroisses avoisinantes. Colbert accorde sa protection à l'entreprise en échange d'une réglementation stricte de la qualité des produits (fabrication de draps fins de couleurs vives). Dans la lignée du mouvement mercantiliste, les produits sont destinés à l'exportation et à faire pièce à la prépondérance anglo-hollandaise dans le commerce du textile aux pays du Levant et du bassin méditerranéen.

Le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le pont de l'Amour (aqueduc).
La montagne de Liausson depuis Villeneuvette.

Plusieurs propriétaires se succèdent : peu après 1725, sous Castanier d'Auriac, la manufacture emploie 800 personnes dont 300 résident à Villeneuvette. Le travail se faisant à la maison, chaque tisserand et sa famille disposent d'un logement propre dans lequel le métier est installé au rez-de-chaussée avec le logement à l'étage. L'entreprise réalise 300 à 400 000 livres de chiffre d'affaires et expédie chaque année en direction du Levant 120 ballots de drap. 47 logements supplémentaires, des foulons, une teinturerie et des magasins sont construits. Un jardin à la française orné d'un buffet d'eau est aménagé. Pendant près de deux siècles la manufacture est considérée comme l'une des plus florissantes manufactures textiles de la région.

Mais les fréquents changements de propriétaires et la survenance de la période révolutionnaire provoquent le déclin du site. En 1793, la manufacture de drap est achetée dans un état délabré par Denis Gayraud, qui entreprend sa remise en état.

Les XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

À sa mort, Joseph Maistre, mari de l'une des trois nièces de Gayraud, héritières de l'entreprise, rachète la part de ses deux belles-sœurs. La manufacture désormais régie par Joseph, puis son fils Hercule Maistre, devient une sorte de modèle industriel, économique et social. Cependant la manufacture - qui a abandonné la production qui faisait son renom - devient dépendante des commandes publiques (draps d'habillement pour les troupes, les ordres religieux, les lycées ou l'équipement des wagons de chemin de fer).

Parmi les personnalités les plus marquantes de ce village, outre Denis Gayraud, on peut citer dans cette dynastie :

  • Joseph Maistre (1766-1843) ;
  • Ses fils Hercule (1797-1858) et Fulcran Casimir (1799-1868), qui épousa Euphémie Delpon (1808-1843) ;
  • Jules Maistre (1834-1909), fils de Casimir, industriel, écrivain, directeur de la manufacture ;
  • Casimir Maistre, fils de Jules, né à Villeneuvette le 24 septembre 1877, décédé à Montpellier le 20 septembre 1957, géographe, explorateur en Afrique, puis directeur de la manufacture.

Bien entendu il s'agit là du patronat des XIXe et XXe siècles. Force est aussi de reconnaître qu'il existe d'autres personnalités importantes pour l'histoire de la manufacture, puisque celle-ci fut entièrement construite aux XVIIe et XVIIIe siècles par Pouget et Castanier d'Auriac sous l’impulsion d’une politique royale. C'est eux qui donnèrent au village son architecture classique, exemple tout à fait remarquable de cité idéale. Malheureusement, c’est une part réduite des archives concernant cette époque qui nous est parvenue, celle des XIXe et XXe siècles étant largement plus abondante.

Aux Maistre on doit les transformations du XIXe siècle, stigmates d'une marche en avant vers la modernité. Le fronton de la porte de la manufacture proclame : « Se coucher de bonne heure et se lever le matin, c'est fortune, sagesse et santé. Honneur au Travail. ». Les enfants travaillent dès l'âge de 12 ans, après avoir suivi une instruction scolaire sommaire à l'école payante de Villeneuvette. Enfants et adultes suivent des cours du soir. L'éducation est foncièrement chrétienne. Des services collectifs sont offerts : médecins, sapeurs-pompiers.

Si la manufacture fut prospère au temps des Lumières, l'époque de la révolution industrielle nous rappelle surtout le déclin inexorable des petites cités drapières du Languedoc face aux grands industriels du drap.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités récentes qui ont vécu à Villeneuvette :

  • Guy Littaye, maire de 1984 à 1995, fut décorateur pour le cinéaste Claude Chabrol.
  • Bernard Kohn, premier adjoint de 2001 à 2007, urbaniste et architecte, concepteur, entre autres, de la cité judiciaire de Clermont-Ferrand, du palais de justice de Montpellier et d'une station Météor de la ligne 14 à Paris. Il est le fondateur de l'association La Manufacture des Paysages.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 décembre 1983 Bruno Maistre    
décembre 1983 mars 1995 Guy Littaye    
mars 1995 mars 2001 Gérard Maistre    
mars 2001 mars 2008 Nicolas Mignani    
mars 2008 en cours Eric Vidal SE Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 72 habitants[Note 1], en augmentation de 14,29 % par rapport à 2010 (Hérault : +7,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
169175151169401378392385341
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
384360315267266313309313295
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
30029027219719422518510496
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
946150758385696765
2013 2015 - - - - - - -
7072-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Motte, Paroisses et communes de France - Dictionnaire d'histoire administrative et démographique - Hérault, Paris, Éditions du centre national de la recherche scientifique, , 490 p. (ISBN 2-222-04293-3), p. 481
  2. Diffre, Suzanne., Villeneuvette, 1674-1954 : la Manufacture royale de Villeneuvette-en-Languedoc, Bibliothèque 42, cop. 1998 (ISBN 2910096106 et 9782910096106, OCLC 468071065, lire en ligne)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Alberge, « Villeneuvette : une manufacture en Bas-Languedoc », Études sur l’Hérault, no 3,‎ , p. 17-42 (lire en ligne)
  • Amis de Villeneuvette (Les), Villeneuvette, son histoire, son bâti : manufacture royale de draps de laine, 1674-1954, Villeneuvette, éd. Les amis de Villeneuvette, , 48 p.
  • Rémy Bouteloup, « Les aménagements hydrauliques de la manufacture royale de Villeneuvette (Hérault) », Les moulins de l’Hérault, nos 21-25,‎ s.d., p. 1-58
  • Mentor Cooman (de), L'industrie de la laine : dans les régions de Lodève, Clermont l'Hérault -Villeneuvette, Nice, Bénévent Editions, , 362 p.
  • Gustave Delpon, Villeneuvette, Clermont-L'Hérault, Impr. S. Léotard, , 40 p.
  • Suzanne Diffre, Villeneuvette, 1674-1954 : la manufacture royale de Villeneuvette-en-Languedoc, Gignac, Bibliothèque 42, , 317 p.
  • Jacques Thibert, « Villeneuvette », Bulletin du GREC, Groupe de recherches et d'études du Clermontais, no 25,‎ , p. 6-20
  • Michèle Rauzier, « Les archives de la manufacture de Villeneuvette en dépôt aux archives départementales de l'Hérault », Études héraultaises, Montpellier, Association Études sur l'Hérault, nos 1-2,‎ , p. 69-71

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

  • Série : Délibérations du conseil municipal (1838-1925) [2 registes]. Fonds : Archives communales de Villeneuvette; Cote : 62 PUB. Villeneuvette : Mairie de Villeneuvette. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]