Vieux-Mareuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vieux-Mareuil
Le bourg de Vieux-Mareuil.
Le bourg de Vieux-Mareuil.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Brantôme
Intercommunalité Communauté de communes Dronne et Belle
Statut Commune déléguée
Maire délégué Bernard de Montety
2017-2020
Code postal 24340
Code commune 24579
Démographie
Gentilé Vieux-Mareuillais
Population 351 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 56″ nord, 0° 30′ 01″ est
Altitude Min. 109 m
Max. 226 m
Superficie 27,00 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Mareuil en Périgord
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 15.svg
Vieux-Mareuil

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Vieux-Mareuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Vieux-Mareuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Vieux-Mareuil

Vieux-Mareuil est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord-Limousin.

Au , elle fusionne avec huit autres communes pour former la commune nouvelle de Mareuil en Périgord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La Belle dans le bourg de Vieux-Mareuil.

Au nord-ouest du département de la Dordogne, la commune déléguée de Vieux-Mareuil se situe dans la partie centrale de la commune nouvelle de Mareuil en Périgord. Elle est arrosée par la Belle qui traverse le bourg, situé sur la route départementale 939 (l'ancienne route nationale 139), à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Périgueux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2016, année précédant la création de la commune nouvelle de Mareuil en Périgord, Vieux-Mareuil était limitrophe de six autres communes. Au nord-est, son territoire est distant d'environ cent mètres de celui de Puyrenier.

Communes limitrophes de Vieux-Mareuil
Saint-Sulpice-de-Mareuil Champeaux-et-la-
Chapelle-Pommier
Mareuil Vieux-Mareuil Monsec
La Chapelle-Montabourlet Léguillac-de-Cercles

Toponymie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le mot Mareuil est d'origine gauloise, composé de °mare (= grand) et de °-ialo qui désignait un espace découvert, une clairière. Ce n'est donc pas un personnage qui a donné son nom à ce lieu, d'autant moins que l'IGN répertorie 18 lieux qui portent ce nom. On le trouve au XIIe siècle sous deux formes qui notent la même prononciation Maroll en 1109 et Maroill en 1151. Au XVIe siècle, apparaît l'opposition entre Mareuil-Neuf et Vieux-Mareuil ou « le jeune Mareuil » et « le vieux Mareuil ». Le même toponyme désigne deux lieux qu'il faut différencier. La forme latine Vetus (= vieux) Marolium apparaît au XIIIe siècle, époque où est édifiée l'église. La forme occitane Vielh-Mareulh apparaît au XVIe siècle pour être ensuite francisée en Vieux-Mareuil.

Le nom du ruisseau qui traverse le village, la Belle, pourrait être une francisation de l'occitan belles (aiga) « belle eau », issu du latin bella aqua.

En occitan, la commune porte le nom de Vielh Maruelh[1].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Vieux-Mareuil proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[2].

B

  • la Beynichie
  • Brégnac

C

  • les Chabannes
  • les Chambarrières
  • Chanet
  • Chanet de la Lande
  • la Chassagne
  • Chavaroche
  • Chaveroche
  • le Cheyrou
  • Combe de l'Autel
  • Combe de Larat
  • les Combettes
  • les Coufourches

E

  • l'Étang Bleu

F

  • les Fayes
  • la Férédie
  • les Ferlandes
  • la Forêt
  • Fougères
  • Fronsac

G

  • les Gages
  • la Grande Pièce
  • Grange Neuve

J

  • la Jardonnie

L

  • les Landes
  • Leycoussey

M

  • Marafy
  • les Marteilles
  • le Maupas
  • Montozon
  • la Moulade
  • Moulin du Roc

N

  • chez Nardonnet
  • chez Noaillac

P

  • la Plagne
  • les Plagnes
  • la Pointerie
  • les Potences
  • les Pradelles
  • le Pré de la Serve

R

  • Rouchatoux
  • la Roussie

S

  • la Salle

T

  • Terme des Balances
  • les Tuiles

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Légende[modifier | modifier le code]

Vieux-Mareuil tirerait son nom de Lucius Marullus, un des dix fonctionnaires romains qui résidaient à la tour de Vésone à Périgueux. Durant l'été, cet illustre personnage habite la villa Marulla, construite selon sa volonté au bord de la Belle. Peu à peu, pour être protégés par la troupe, les hommes qui vivent dans les cluzeaux et dans les bois (Chanet, la Salle,...) s'installent autour de la villa. Ainsi se constitue le village, composé d'une villa romaine entourée de cabanes de bois.

Le nom de Marulla se transforme par la suite en Mareuil. Au XIIe siècle, le seigneur de Mareuil s'établit à cinq kilomètres du village, en aval de la rivière. Il construit un nouveau château, à proximité du village de Saint-Priest, à l'origine de l'actuelle commune de Mareuil.

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Bien avant les Gaulois, le territoire était habité par les hommes du Magdalénien (17 000 à 10 000 ans avant le présent, époque de Lascaux) qui ont laissé leurs traces dans la grotte de Fronsac. Le bourg est bâti sur l'emplacement d'une villa gallo-romaine. Les fouilles effectuées au XIXe siècle ont mis au jour une mosaïque déposée au musée du Périgord et disparue depuis.

La paroisse existait déjà en l'an 800. Elle devait, par la suite, être divisée en trois nouvelles paroisses : Saint-Pardoux, Saint-Priest et Saint-Sulpice. Jusqu'à la Révolution, Vieux-Mareuil est le siège d'un archiprêtré dont dépendent les paroisses d'alentour. Après le concordat de 1801, Mareuil, chef-lieu du canton, devient le siège du doyenné et Vieux-Mareuil n'est plus qu'une simple commune.

Sous l'Ancien Régime, Vieux-Mareuil appartient à la baronnie de Mareuil. Il n'a jamais constitué une seigneurie. En 1789, la baronnie de Mareuil appartient à la famille de Talleyrand. M. de Talleyrand y avait un droit de justice, délégué au juge des paroisses de la baronnie et percevait la moitié des dîmes. Le bénéfice de Vieux-Mareuil n'était pas important.

Le 1er janvier 1828, le village de Puyréal qui dépendait jusqu'alors de Vieux-Mareuil est rattaché à Monsec. En 1867, la section de Saint-Laurent est réunie à la commune de Mareuil.

Au , Vieux-Mareuil fusionne avec huit autres communes pour former la commune nouvelle de Mareuil en Périgord dont la création a été entérinée par l'arrêté du 26 septembre 2016, entraînant la transformation des neuf anciennes communes en « communes déléguées »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2011, onze conseillers municipaux ont été élus en 2014[4],[5]. Seuls neuf d'entre eux siégeront au conseil municipal de la commune nouvelle de Mareuil en Périgord, jusqu'au renouvellement des conseils municipaux français prévu en 2020[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1888 1904 Joseph Alphonse Laboureaux SE Propriétaire
1904 1908 Alphonse Puyjarinet SE  
1908 1912 Pierre Maille SE  
1912 1919 Ferdinand Chapeau SE Agriculteur
1919 1925 Alphonse Puyjarinet SE  
1925 1944 Émile Puyjarinet SE  
1944 1951 Alphonse Puyjarinet SE  
1951 1959 Jean Eléon SE Commerçant
1959 1963 Jean Lacroze SE  
1965 1968 Michel Terrain SE Agriculteur
1968 1985 Jean Mandeix SE  
1983 2001 André Martin SE Artisan Menuisier
2001 avril 2014 Guy Bébot   Retraité DDE
avril 2014[6] décembre 2016 Bernard de Montety    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique ancienne, en nombre de feux
(4 à 5 personnes en moyenne par foyer)
1692 1694 1713 1745 1769 1774 1789
360 201 260 375 340 334 340

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Vieux-Mareuil depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Vieux-Mareuil[7]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Vieux-Mareuil comptait 351 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 107 1 071 1 059 1 075 1 012 1 109 1 038 1 048 1 086
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 053 1 002 1 003 935 931 916 874 807 780
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
689 730 694 600 604 612 568 554 467
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
425 393 398 384 350 342 329 345 351
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[10], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 145 personnes, soit 42,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (dix-neuf) a augmenté par rapport à 2007 (seize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,1 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte trente-sept établissements[11], dont seize au niveau des commerces, transports ou services, huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, sept dans la construction, quatre dans l'industrie, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Demeures anciennes[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres curiosités[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Philippe Niocel, né le 7 février 1833 à Vieux-Mareuil. Instituteur et érudit périgourdin, auteur de deux livres de mathématiques publiés chez Larousse à la fin du Second Empire.
  • Paul Brégeat, né le 12 novembre 1909 à Vieux-Mareuil. Ce professeur de médecine, spécialiste en ophtalmologie de grande renommée occupa la chaire de Clinique ophtalmologique du C.H.U. Cochin-Port-Royal à Paris. Il est mort le 5 octobre 1989 à Périgueux où il avait été hospitalisé. Ses parents étaient instituteurs à Vieux-Mareuil, son grand-père y était menuisier et son arrière grand-père tisserand. Une rue du village porte son nom[14],[15].
  • Raymond Boucharel, né le 9 mars 1907 en Corrèze, épousa Lili Eléon fille de commerçants de Vieux-Mareuil. Ce couple d’instituteurs fit l’école aux enfants de Champeaux jusqu’à ce que la guerre éclate. Le capitaine Boucharel est fait prisonnier en 1940, il s’évade quatre mois plus tard. Réputé franc-maçon, le gouvernement de Vichy le « démissionne d’office ». Il rejoint la résistance début 1942 et devient un des chefs du maquis nontronnais. Très attaché à Vieux-Mareuil, il sera le conseiller général du canton de Mareuil de 1945 à 1958. Une rue de Nontron et une autre à Mareuil portent son nom. Décédé le 23 janvier 1993 à Périgueux, il est inhumé à Vieux-Mareuil[16].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vieux-Mareuil Blason Parti : au 1) d’azur au lion d’or armé et lampassé de gueules, au 2) de gueules aux quatre chaînes d’or en sautoir reliées par un anneau et terminées par un maillon brisé[17].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ch. Tanet et T. Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Fanlac, 2000
  • A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2e édition, Librairie Guénégaud
  • G. Florenty, Paroisses et communes de France -Dordogne, CNRS Editions, 1996
  • A. Higounet Nadal, Histoire du Périgord, Privat,1983
  • B. Lachaise, Histoire du Périgord Fanlac, 2000

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 25 avril 2014.
  2. Vieux-Mareuil, Géoportail, consulté le 14 novembre 2016.
  3. a et b « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Mareuil en Périgord », sur Préfecture de la Dordogne (recueil des actes administratifs), (consulté le 6 octobre 2016), p. 124-128
  4. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 3 décembre 2016.
  5. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 3 décembre 2016.
  6. Patricia Négrier, Ils ont planté le mai, Sud Ouest édition Dordogne du 28 mai 2014, p. 23.
  7. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 25 avril 2014)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 13 décembre 2015.
  11. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 13 décembre 2015).
  12. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 13 décembre 2015.
  13. « Château du Chanet », notice no PA24000071, base Mérimée, ministère français de la Culture consultée le 4 mai 2011.
  14. Louis Guillaumat, « Hommage au professeur Paul Brégeat (1909-1989) » [PDF],
  15. Paul Brégeat. Interview par Pierre Desgraupes. Iris et le Caducée. 1er mars 1970. (consulté le 16 août 2014).
  16. Raymond Boucharel "Rébecca"
  17. Gaso OLDJP La banque du blason 2