VLC media player

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

VLC media player
Description de l'image VLC Icon.svg.
Description de l'image VLC 3.0.10 running on Linux and GNOME Shell.png.
Informations
Développé par VideoLAN et Jean-Baptiste KempfVoir et modifier les données sur Wikidata
Première version [1] et Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version 3.0.12 ()[2]
3.3.4 (Android, )[3],[4]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dépôt code.videolan.org/explore/projects/starredVoir et modifier les données sur Wikidata
Écrit en C, C++, Objective-C et LuaVoir et modifier les données sur Wikidata
Interface Qt, ncurses et CocoaVoir et modifier les données sur Wikidata
Système d'exploitation Linux, Microsoft Windows, macOS, Berkeley Software Distribution, BeOS, Android, iOS, Chrome OS, Solaris, Syllable, FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, QNX et OS/2Voir et modifier les données sur Wikidata
Formats lus MPEG Transport Stream, MPEG-1/2 Audio Layer 3, Audio Video Interleave, Advanced Systems Format, Windows Media Video, Windows Media Audio, Fichier Quicktime (en), 3GPP (d), Ogg, Annodex (en), Matroska, RealMedia, Waveform Audio File Format, Audio Data Transport Stream (d), Native FLAC (d), FLV (d), Material Exchange Format, Standard MIDI File (d), Creative Voice File (d), XSPF, TTA, Nuppelvideo (d), Video Object, DVD data file and backup data file (d), Adaptive Multi Rate, Audio Interchange File Format et Nullsoft Streaming Video (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formats écrits Native FLAC (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Langues Acholi, afrikaans, albanais, amharique, aragonais, arabe, arménien, asturien, azéri, basque, biélorusse, bengali, bosnien, portugais brésilien, breton, anglais, bulgare, birman, catalan, chiga, corse, tchèque, danois, néerlandais, finnois, français, frioulan, peul, galicien, géorgien, allemand, gujarati, hébreu, hindi, hongrois, islandais, indonésien, interlingua, irlandais, italien, japonais, kazakh, khmer, kannada, kirghize, coréen, kurmandji, letton, lituanien, luganda, macédonien, malayalam, malais, marathi, grec, mongol, népalais, bokmål, nynorsk, occitan, oriya, pachto, persan, polonais, portugais, pendjabi, roumain, russe, gaélique écossais, serbe, chinois simplifié (d), cingalais, slovaque, slovène, sorani, espagnol, suédois, tagalog, tamoul, télougou, tétoum, thaï, chinois classique, turc, ukrainien, ouzbek, vietnamien, wallon, gallois et zoulouVoir et modifier les données sur Wikidata
Type Serveur de streaming (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Politique de distribution Gratuit
Licence GPL-2.0, certaines bibliothèques sous LGPL-2.1
Site web videolan.org/vlcVoir et modifier les données sur Wikidata

VLC media player (VLC) est un lecteur multimédia, libre et gratuit issu du projet VideoLAN. Ce logiciel multiplateforme, créé et maintenu en France, fonctionne entre autres sous Windows, GNU/Linux, BSD, macOS, iOS, Android, soit en tout près de 20 plates-formes. Il est distribué sous GPL et disponible dans 69 langues.

Un des grands atouts de VLC est qu'il intègre les codecs nécessaires à la lecture de la plupart des formats audio et vidéo. Cela lui permet de lire, mais aussi de convertir, un format dans un autre ; il peut extraire le son d'une vidéo. Le lecteur est capable de lire un grand nombre de flux réseaux et se montre par ailleurs tolérant avec les flux légèrement endommagés, allant jusqu'à les réparer de son mieux.

Avec plus de 500 millions d’utilisateurs en 2019[note 1], VLC est l'un des lecteurs multimédias les plus utilisé, principalement en Europe, en Inde et aux États-Unis. Il fait partie de la liste des logiciels libres préconisés par l'État français.

Organisation et gouvernance[modifier | modifier le code]

VLC media player est un lecteur multimédia français libre et gratuit issu du projet VideoLAN[5]. Il est distribué sous licence GNU GPL. Le logiciel est développé par l’équipe VideoLAN, et notamment son président, Jean-Baptiste Kempf, ainsi que l’aide de contributeurs. VideoLAN est financé par les dons[réf. nécessaire].

Plates-formes supportées[modifier | modifier le code]

VLC media player 3.0.12 sous Windows 10

VLC est multiplateforme puisqu'il fonctionne sous PC : Windows, GNU/Linux, BSD, macOS,et mobile Android[6] et iOS. VLC fonctionne aussi sur que BeOS, Solaris QNX et Pocket PC, soit en tout près de 20 plates-formes.

Histoire[modifier | modifier le code]

VLC media player, ou à l'origine VideoLAN Client, était au début le client pour le projet VideoLAN qui avait pour but la création d'un logiciel permettant la diffusion de vidéos à travers un réseau informatique de l'École centrale Paris[B 1],[B 2],[B 3],[7] et a été publié pour la première fois le sous licence GNU GPL. Il est aujourd'hui développé par des contributeurs du monde entier. Le cœur du développement de VLC n'est toutefois assuré que par une dizaine de personnes, dont seulement quatre développeurs très actifs[8].

L'icône en forme de cône de Lübeck de VLC media player a légèrement changé en [9]. Depuis la version 2.0, l'interface a été légèrement revue, tout en restant aussi sobre, avec le minimum de boutons possible.

Le , le logiciel dépasse le milliard de téléchargements depuis les débuts du logiciel en 2001[B 4],[B 5].

L'auteur principal du projet, Jean-Baptiste Kempf, dit avoir reçu des propositions de plusieurs dizaines de millions d'euros en échange de l'insertion de publicité et de logiciels malicieux[10]. Il rappelle que le logiciel est à la fois ciblé par la NSA et la CIA, deux services de renseignements des États-Unis, dans certaines versions, ce qu'avait déjà démontré Wikileaks, ce qui l'a obligé à déployer des fonctionnalités spéciales anti-CIA[B 6] en . La faille n'était exploitable que sous Microsoft Windows, XP ou supérieur[B 7].


Popularité[modifier | modifier le code]

En , VLC est utilisé par plus de cent millions de personnes à travers le monde, principalement par les Américains. Les Allemands, les Italiens et les Français représentant moins de 5 %[B 8].

En , plus de 400 millions de personnes utilisent VLC qui compte plus de trois milliards de téléchargements[B 5], principalement en Europe, Inde et États-Unis[B 9],[B 10],[B 2],[B 11],[B 12].

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

VLC 3.0.12 médiathèque

VLC supporte tous les codecs et tous les formats de fichier supportés par FFmpeg.

Gestion des sous-titres[B 13].

VLC supporte les flux réseaux, les disques (CD, DVD…), la plupart des formats de fichiers.

VLC est populaire pour sa capacité à lire des vidéos incomplètes ou endommagées. Ceci permet de prévisualiser des vidéos avant de les avoir téléchargées entièrement[B 14].

Le lecteur multimédia VLC a des filtres de distorsion, de rotation, d'inversion, de désentrelacement, d'ajustement, de duplication, d'agrandissement ou de redimensionnement[11].

VLC peut lire la TNT (DVB-T) reçue à partir d'un décodeur TNT. Un moyen simple pour regarder la télévision est alors d'ouvrir avec VLC un fichier texte, nommé channels.conf par exemple, contenant une ligne de texte par chaîne TV.

En France, VLC est utilisé pour lire sur la télévision des flux vidéo depuis l'ordinateur transmis par la Freebox, la Livebox ou la box de SFR, cela est possible par le fait que la télévision est raccordée à la box qui transporte le flux vidéo lu sur l'ordinateur.

Console (héritée de projet VideoLAN Server (abrégé VLS) ) : Toutes les options de VLC peuvent être activées en mode console, ce qui permet de distribuer des vidéos sans interface graphique.

Interface de commande à distance (héritée de projet VideoLAN Server (abrégé VLS) ) : Pour contrôler VLC media player à distance, il est possible d'utiliser les interfaces HTTP et Telnet. La commande par interface HTTP se fait grâce au serveur HTTP fourni avec VLC media player et qui permet de contrôler le logiciel depuis un navigateur Web seules quatre fonctions sont contrôlables ainsi.

Formats supportés[modifier | modifier le code]

Médias en entrée[modifier | modifier le code]

Liste des flux supportés[12],[note 2] :

UDP / RTP Unicast, UDP / RTP Multicast, HTTP / FTP, MMS, TCP / RTP Unicast, DCCP / RTP Unicast, Fichier, DVD, Vidéo CD / VCD,SVCD, CD, DVB, Encodeur MPEG[Lequel ?], Acquisition vidéo

Formats conteneurs[modifier | modifier le code]

Liste des formats conteneurs supportés[12],[note 2] :

MPEG[Lequel ?], AVI, ASF / WMV / WMA, MP4 / MOV / 3gp, OGG / OGM / Annodex (en), Matroska (MKV), RMVB, WAV, Raw Audio: DTS, AAC, AC3/A52, Raw DV, FLAC, FLV, MXF, NUT, Standard MIDI / SMF, Creative Voice (en)

Formats audio[modifier | modifier le code]

Liste des formats audio supportés[13],[note 2] : MPEG-1/2 Audio Layer III, AAC, Vorbis, AC3, E-AC-3, MLP Ce lien renvoie vers une page d'homonymie[Lequel ?] / TrueHD, DTS, WMA 1/2, WMA 3, FLAC, ALAC, Speex, Musepack / MPC, ATRAC 3, WavPack, Mod (.s3m, .it, .mod), TrueAudio, APE, Real Audio, Alaw (en) / µlaw (en), AMR, MIDI, LPCM (en), ADPCM, QCELP (en), DV Audio (en), QuickTime, MACE (en)

Formats vidéo[modifier | modifier le code]

Liste des formats vidéo supportés[14],[note 2] :

MPEG 1/2, DIVX 1/2/3, MPEG-4 ASP, DivX 4/5/6, Xvid, 3ivX D4, H.261, H.263 / H.263i, H.264 / MPEG-4 AVC, Cinepak, Theora, Dirac / VC-2, MJPEG A/B, WMV 1/2, |WMV 3 / WMV-9 / VC-1, Sorenson 1/3 (Quicktime), Digital Video, On2 VP3 / VP5 / VP6, Indeo Video v3, RealVideo 1/2, RealVideo 3/4, H.265 / MPEG-H HEVC, VP9 / NGOV / VP-Next

Formats de sous-titres[modifier | modifier le code]

Liste des Formats de sous-titres supportés[15],[note 2] :

DVD, Fichier texte[note 3], Sous-titrage pour sourds et malentendants, Vobsub (en), Universal Subtitle Format, SVCD / Vidéo CD, DVB, Ogg Media, CMML (en)[Quoi ?], OggKate Ce lien renvoie vers une page d'homonymie[Lequel ?], ASS / SSA (SubStation Alpha)

Formats de métadonnées[modifier | modifier le code]

Liste des formats de métadonnées supportés[15],[note 2] :

Utilisation de VLC dans d'autres programmes[modifier | modifier le code]

API[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs API qui peuvent se connecter à VLC et utiliser ses fonctionnalités :

Logiciels qui utilisent le greffon VLC[modifier | modifier le code]

  • VLC est efficace pour lire des fichiers incomplets et peut alors être utilisé pour prévisualiser des fichiers en cours de téléchargement. Plusieurs programmes utilisent cette capacité comme eMule et KCeasy (en).
  • Le lecteur open source Miro utilise aussi VLC.
  • Le lecteur multimédia Songbird utilise du code de VLC et de Firefox.
  • VLC est aussi utilisé pour la lecture des podcasts dans le lecteur Noopod (en).
  • HandBrake, un encodeur vidéo open source, utilise la bibliothèque libdvdcss de VLC Media Player.
  • Le lecteur multimédia JuceVLC[20] avec une interface de type media center s'appuie sur les librairies originales de VLC media player.
  • Le logiciel Kaffeine utilise libVLC.
  • Il est aussi utilisé par le DDREAM, pour pouvoir lire sur la télévision du salon les flux venant du PC.

VLC comme greffon de navigateurs web[modifier | modifier le code]

  • Sous Windows, Linux, macOS et quelques autres plates-formes, VLC fournit un greffon NPAPI (en) qui permet de visionner les fichiers QuickTime et WMA inclus dans les pages web sans utiliser les produits d'Apple ou de Microsoft. Il supporte Firefox, Mozilla Application Suite, Safari et Opera. Ce greffon a été utilisé par Google pour créer le greffon web Google Vidéos. Depuis la sortie de Chrome 45 en , NPAPI est abandonné sur toutes les plateformes[21]. C’est également le cas pour Firefox depuis sa version 52 fin 2016[22].
  • Depuis la version 0.8.2, VLC fournit également un greffon ActiveX permettant de visualiser les fichiers QuickTime (MOV), WMA, MP3 et Ogg embarqués dans des sites Web visités avec Internet Explorer. Depuis la sortie de Windows 10 le , Internet Explorer n’est plus activement développé, et est progressivement remplacé par Microsoft Edge, qui ne supporte pas ActiveX.

Recommandations[modifier | modifier le code]

VLC media player fait partie de la liste des logiciels libres préconisés par l'État français[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. VLC a été téléchargé plus de 3 milliards de fois
  2. a b c d e et f Cette liste s'applique à la version 1.1.1 de VLC.
  3. MicroDVD, SubRIP, SubViewer, SSA1-5, SAMI, VPlayer.

Références[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  1. « Les petits génies français derrière le logiciel VLC », sur start.lesechos.fr, (consulté le 26 avril 2021)
  2. a et b Elise Viniacourt, « VLC, l’e-cône rebelle du lecteur multimédia, a fêté ses 20 ans », sur Libération, (consulté le 26 avril 2021)
  3. Delphine Roucaute, « VLC, le succès du lecteur « made in France » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2012).
  4. « Le logiciel VLC dépasse le milliard de téléchargements », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2012).
  5. a et b Corentin Lamy, « L’irrésistible ascension du lecteur vidéo « VLC », une révolution française », sur lemonde.fr, .
  6. Julien Lausson, « VideoLAN a refusé des dizaines de millions de dollars pour placer de la pub dans VLC », sur numerama.com, .
  7. Julien Lausson, « VLC obtient sa mise à jour « anti-CIA » », sur numerama.com, .
  8. Marylou Magal, « Jean-Baptiste Kempf : VLC, la success-story d'un entrepreneur français », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2017).
  9. « VLC a conquis 400 millions d’internautes », sur Lefigaro.fr, (consulté le 20 novembre 2019).
  10. « VLC : passé, présent et avenir, notre interview de Jean-Baptiste Kempf », sur Clubic, (consulté le 20 novembre 2019).
  11. « VLC fête ses 3 milliards de téléchargements : retour sur une «success story» française », sur leparisien.fr, (consulté le 26 avril 2021)
  12. Eric Wattez, « VLC, l'histoire extraordinaire du logiciel français le plus téléchargé au monde », sur Capital.fr, (consulté le 26 avril 2021)
  13. « Après plus de 20 ans de loyaux services, le lecteur vidéo VLC est-il toujours utile ? », sur lesnumeriques.com, (consulté le 26 avril 2021)
  14. Alexandre Laurent, « VLC : notre guide pour bien l'utiliser », sur Clubic.com, (consulté le 26 avril 2021)

Autres[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.videolan.org/videolan/ »
  2. a et b « VLC 3.0.12 Vetinari - VideoLAN », (consulté le 18 janvier 2021)
  3. a et b « https://code.videolan.org/videolan/vlc-android/raw/master/NEWS »
  4. a et b « VLC for Android » (consulté le 1er mai 2021)
  5. Firasofting, « Oyez Oyez ! VLC 2.0 est prêt ! », sur www.firasofting.com, (consulté le 20 février 2012).
  6. VLC pour Android disponible en bêta sur Google Play, Clubic, Audrey Œillet, .
  7. (en) « VideoLan : History », sur videolan.org.
  8. « Interview de Jean-Baptiste Kempf », sur nolife-tv.com, Nolife.
  9. Le vieux logo et le nouveau logo sur git.videolan.org
  10. Je suis le président de VideoLAN et le développeur principal de VLC, AMA sur reddit.com [réf. non conforme].
  11. « 10 astuces et fonctions cachées pour maîtriser VLC comme un pro », sur 01net.com, (consulté le 26 avril 2021)
  12. a et b (en) « VLC - Features - VideoLAN », sur www.videolan.org (consulté le 6 mai 2020).
  13. (en) « VLC - Features - VideoLAN », sur www.videolan.org (consulté le 6 mai 2020).
  14. (en) « VLC - Features - VideoLAN », sur www.videolan.org (consulté le 6 mai 2020).
  15. a et b (en) « VLC - Features - VideoLAN », sur www.videolan.org (consulté le 6 mai 2020).
  16. Chapitre 2 du guide de l'utilisateur de VLC sur videolan.org
  17. (en) Python_bindings sur wiki.videolan.org
  18. (en) Java contraignant du projet sur videolan.org .
  19. (en) sensoray.com/support/videoLan.htm.
  20. Ludovic Loth, « Zoom sur : JuceVLC », sur Clubic.com, (consulté le 26 avril 2021)
  21. (en-US) « The Final Countdown for NPAPI », sur blog.chromium.org (consulté le 9 octobre 2015).
  22. Paolo GAROSCIO, « Mozilla sort la version 52 de Firefox : quoi de neuf ? », sur Clubic.com, (consulté le 26 avril 2021)
  23. Xavier Berne, « L’État actualise son socle interministériel de logiciels libres », sur www.nextinpact.com, (consulté le 26 avril 2021)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]