Trump Tower (New York)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 À ne pas confondre avec les deux autres gratte-ciel de New York Trump World Tower et Trump Building
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Trump Tower
Trump-Tower-3.jpg
Histoire
Architecte
Ingénieur
WSP Group (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Développeur
Construction
Ouverture
Coût
371 millions de $ (2016)
100 millions de $ (coût de la construction)
Statut
Construite
Usage
Architecture
Style
Hauteur du toit
202 mètres
Hauteur du dernier étage
58e (numéroté 68)[1]
Étages
55
Sous-sols
1
Nombre dʼascenseurs
5 (dont un menant directement au penthouse de Donald Trump)
Administration
Occupant
Propriétaire
Site web
Géographie
Pays
Ville
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de New York
voir sur la carte de New York
Red pog.svg
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg

La Trump Tower est un gratte-ciel de 58 étages, situé au 735 de la Cinquième Avenue, au croisement de la 56e rue à New York City, États-Unis.

Dessinée en 1981 par Der Scutt, du cabinet d'architectes Swanke Hayden Connell Architects, sur une commande du magnat de l'immobilier Donald Trump, ainsi que de la compagnie d'assurance Equitable Life (renommée AXA Equitable Life Insurance Company suite à son rachat par AXA), la tour ouvre ses portes le .

Elle est désormais détenue par The Trump Organization, dont elle est le siège social. Elle abrite également à son sommet le penthouse qui servait de résidence principale à Donald Trump avant son installation à la Maison-Blanche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

The Trump Tower est construite sur le site de l'ancienne boutique phare de Bonwit Teller, un grand magasin de luxe fondé en 1895, qui fait faillite en 1990. L'édifice était reconnu pour son architecture Art déco, de 1929[2]. Donald Trump rachète le bâtiment en 1979, avec l'intention de construire le « premier gratte-ciel de super-luxe » de la ville (first super-luxury high rise)[3]. The Trump Organization rase la vénérable boutique de la Cinquième Avenue, 56e Street, et lance l'érection de la tour.

Au début des années 1980, l'économie américaine est cependant encore convalescente et Donald Trump doit massivement s'endetter pour financer la construction[4].

Barbara Res, habituée des projets de Trump, est le cadre dirigeant de HRH Construction, chargée du chantier. À cette époque, Barbara Res est une des premières femmes à superviser un chantier de cette envergure à New York[5]. Les coûts de construction sont évalués à 100 millions de dollars.

Entrée principale de la Trump Tower

La tour est située dans un district particulier qui couvre la Cinquième Avenue entre les 38e et 58e rues. Il n'est pas autorisé de construire un gratte-ciel de cette hauteur dans cette zone, mais les plans sont tout de même approuvés par la municipalité, en partie en raison de sa multifonctionnalité, avec des boutiques, des bureaux, et des unités résidentielles[6]. The Trump Organization construit en outre un pont aérien vers le côté est pour se connecter avec la Tour IBM, 590, Madison Avenue, et rachète les droits de dépassement aériens du magasin voisin, vitrine phare de Tiffany & Co., pour 5 millions de dollars.

L'atrium central de 5 étages, pensé comme un « espace public », selon les codes de l'époque, donne le droit à The trump Organization de construire une tour plus grande. Un jardin en terrasse était aussi prévu dans les plans validés[6]. Le gratte-ciel est lors de sa construction le seul à proposer son propre espace de vente.

Selon les plans d'origine, la tour doit avoir 60 étages, se décomposant en 13 de bureaux, 40 de copropriété, 2 de machines, mais ces deux derniers furent repensés. Pourtant, sur le plan final, on compte 26 étages de bureaux à la base, puis 39 étages en copropriétés. Lorsque la tour est finalement dévoilée, en 1983, elle a 58 étages, dont le dernier est numéroté « 68 »[7],[8].

Architecture[modifier | modifier le code]

Trump Tower, avec ses 58 étages et 202 mètres d'altitude, est le 64e plus haut édifice de New York City. Son archictecte est Der Scutt, du cabinet d'architectes international Swanke Hayden Connell Architects. Il est construit en béton armé, une structure interne de murs de contreventement. Au moment de son inauguration c'est le plus haut édifice de ce type de la métropole. La structure de 28 faces, avec une façade en accordéon permet d'augmenter la surface vitrée. Une plateforme en poutres à treillis, similaire à celui utilisé sur la Trump World Tower[9], relie sur le toit les colonnes extérieures avec la colonne vertébrale en béton. Cette technique permet d'augmenter les dimensions réelles de la structure interne et d'augmenter en conséquence la résistance au vent, tremblements de terre et impacts perpendiculaires à la hauteur de la tour[10].

L'entrée principale du gratte-ciel est situé sur la Cinquième Avenue mais une entrée plus discrète est ouverte sur la 56e rue, pour « usage privé »[3] (il s'agit de l'entrée permettant d'accéder aux appartements de la copropriété). Les espaces publics sont recouvert de Braccia Pernice, un marbre rosé à veines blanches[11]. Quatre ascenseurs dorés donnent accès aux étages supérieurs. Un autre conduit directement au penthouse de Donald Trump, luxeux appartement triplex dont il a fait sa résidence principale. Le dernier niveau est numéroté no 68, alors qu'il n'y a que 58 étages en réalité[12].

Un reporter du New York Times note en 1982 que l'architecture tout en reflets de la Trump Tower contraste avec la tour voisine de AT&T Building, aujourd'hui Sony Tower, de style postmoderne[13]. D'autres ont décrit la tour comme "ridiculeusement pompeuse", "tape-à-l'oeil, même prétentieuse". Rares sont les critiques à trouver un quelconque charme à son atrium central[14].

Locataires et résidents notables[modifier | modifier le code]

Locataires et résidents actuels[modifier | modifier le code]

Anciens locataires et résidents[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Dans son livre The art of deal, Donald Trump écrit que dès l'ouverture de la tour, « on a vu très tôt arriver une vague de Français, à cause de l'élection de François Mitterrand, un homme dangereux, car il est non seulement socialiste, mais il vend au plus offrant de la technologie nucléaire ». La Trump Tower accueille au fur et à mesure également des personnalités fortunées originaires du Japon, de Russie ou encore d'Inde[4].

Penthouse de Donald Trump[modifier | modifier le code]

La Trump Tower a été la résidence principale de son propriétaire Donald Trump jusqu'à l'installation de ce dernier à la Maison-Blanche en 2017. La valeur de son penthouse est estimée en 2016 à 100 millions de dollars, ce qui en fait le deuxième appartement résidentiel privé le plus cher de New York, après le penthouse de l'hôtel Pierre sur la Ve Avenue également, et dont la valeur frôle les 120 millions de dollars. L'intérieur de l'appartement est décoré de façon luxueuse avec une porte d'entrée qui, selon un article du Figaro immobilier, serait « faite d'or et de diamants » [25] et ouvrant sur un appartement comprenant des colonnes en marbre avec des moulures dorées à la feuille 24 carats et des scènes de la mythologie grecque représentées au plafond. Dans le grand salon de réception se trouvent des vases grecs, une statue moderne d’Éros et Psyché[25] et un tableau représentant Apollon guidé sur son char par Aurore.

Le plafond du grand salon est orné d'une fresque d'inspiration mythologique, Apollon sur son char. La décoration intérieure a été confiée à l'Ialien Angelo Donghia.

Parmi les tableaux, on peut remarquer un ensemble de portraits de la famille Trump ainsi qu'une reproduction de La Loge, œuvre de Renoir, placée dans le bureau de Melania Trump[26] dont l'original est conservé à l'Institut Courtauld de Londres.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Une photographie de la tour, avec une voiture de police circulant à sa base, sert de jaquette au jeu vidéo Grand Theft Auto (1997)[27]. Le gratte-ciel a également inspiré l'architecture de deux versions de la ville de Liberty City, représentation fictive de New York dans les jeux de la licence. Ainsi, dans le Liberty City de l'univers 3D (utilisé pour GTA III en 2001, Advance en 2004 et Liberty City Stories en 2005), un bâtiment reprenant les formes de la Trump Tower et appelé Morningstar Building se trouve au sud-est de l'île de Staunton ; de même, dans l'univers HD (GTA IV en 2008, The Lost and Damned, Chinatown Wars et The Ballad of Gay Tony en 2009), une reproduction plus fidèle prend place à l'est de l'île d'Algonquin, baptisée Cleethorpes Tower et appartenant à une riche famille du même nom[28].

À la télévision, l'immeuble apparaît dans l'émission de télé-réalité The Apprentice sur NBC, présentée entre 2004 et 2015 par Donald Trump ; les candidats prennent place notamment dans les suites du bâtiment et l'un d'eux est « viré » à la fin de chaque épisode dans la salle de réunion[3],[29].

La Trump Tower est également présente au cinéma : la base de la tour apparaît brièvement dans le film SOS Fantômes 2 (1989), lorsque la Statue de la Liberté déambule dans les rues de Manhattan[30] ; des prises de vue de son entrée ont également été réalisées pour The Dark Knight Rises (2012) afin de conceptualiser le quartier général de la société de Bruce Wayne, Wayne Enterprises, dans la ville fictive de Gotham City[31],[32].

Élection présidentielle américaine de 2016[modifier | modifier le code]

Mouvement de protestation au pied de la tour, suite à l'élection de Donald Trump comme président des États-Unis, en .

Le , Donald Trump annonce lors d'un rassemblement au rez-de-chaussée de la tour sa candidature aux prochaines primaires républicaines[33],[34],[35]. Le gratte-ciel devient alors le quartier général de sa campagne pour cette échéance électorale, puis pour l'élection présidentielle américaine de 2016, après s'être vu investi candidat du parti[36],[37],[38].

C'est d'ailleurs à cet endroit, le , qu'il apprend son élection à la tête du pays[39] ; la sécurité à la base de la tour est pour l'occasion renforcée, en particulier avec la circulation coupée dans les rues et avenues avoisinantes, des blocs de béton et des camions bennes remplis de sable pour faire barrage, ainsi qu'une importante présence policière[40],[41],[42]. En tant que président élu, Trump travaille par la suite dans le gratte-ciel à la constitution de sa future administration et à la transition avec le président sortant, Barack Obama[42],[43].

Son élection provoque par ailleurs différents mouvements de protestation les jours suivants dans de nombreuses villes américaines et devant les bâtiments appartenant au milliardaire, notamment la Trump Tower de Manhattan[44],[45],[46],[47].

Alors que traditionnellement les présidents des États-Unis résident tout au long de leur mandat à la Maison-Blanche à Washington D.C., Trump émet le souhait de pouvoir revenir séjourner régulièrement dans sa tour new-yorkaise, notamment les week-ends[48],[49], ce qui devrait renforcer davantage les mesures de sécurité concernant l'immeuble après son investiture le [50].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://nymag.com/news/articles/shortlist/trump/
  2. Christopher Gray, « Fifth Avenue Bonwit Teller: Opulence Lost », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  3. a, b et c (en) « History - Trump Tower New York », sur TrumpTowerNY.com (consulté le 11 novembre 2016)
  4. a, b, c, d et e Olivier O'Mahony, « 2016, l'année de la colère », Paris Match, semaine du 15 au 21 décembre 2016, pages 52-59.
  5. Michael Daly, « Trump’s Female Tower Boss Talks About His Half-Billion Dollar Debt, Womanizing, and How He Learned to be Shameless », sur The Daily Beast,‎ (consulté le 11 novembre 2016)
  6. a et b Dee Wedemeyer, « 60‐Story Tower Sought For Bonwit‐Teller Site », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  7. Ira Berkow, « TRUMP BUILDING THE GENERALS IN HIS OWN STYLE », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  8. http://nymag.com/news/articles/shortlist/trump/
  9. Emporis GmbH, « Trump World Tower, New York City | 100377 | EMPORIS », sur www.emporis.com (consulté le 15 novembre 2016)
  10. « Trump Tower, Der Scutt | New York | United States », sur Mimoa (consulté le 15 novembre 2016)
  11. (en) « We visited Trump Tower, and it perfectly epitomizes its eccentric, contradictory owner », Quartz, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  12. (en) « Edifice Complex - Does The Donald have a size problem? Until recently, he exaggerated claims about the height of his buildings. », sur New York Magazine,‎
  13. Paul Goldberger, « ARCHITECTURE VIEW; THIS WILL BE THE YEAR OF THE SKYSCRAPER », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  14. « Trump Tower Was Never Actually That Tacky », Atlas Obscura,‎ (lire en ligne)
  15. a et b (en) Matt Flegenheimer et Maggie Haberman, « With the New York Presidential Primary, the Circus Is Coming Home », sur NYTimes.com,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  16. a et b (en) Lilly Maier, « We visited Trump Tower, and it perfectly epitomizes its eccentric, contradictory owner », sur QZ.com,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  17. (en) Ira Berkow, « Trump building the generals in his own style », sur NYTimes.com,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  18. a et b (en) Cindy Boren, « Ex-FIFA official had $6,000-a-month Trump Tower apartment for unruly cats », sur WashingtonPost.com,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  19. a, b, c et d (en) Khaleda Rahman, « Live below The Donald! Apartment that was once home to Michael Jackson and Trump’s parents goes on the market for $23million », sur DailyMail.co.uk,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  20. (es) Khaleda Rahman, « Cristiano se compra un loft en la Torre Trump », sur ElMundo.es,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  21. (es) Martín Fernandez, « Marin tenta acordo para cumprir pena em apartamento na 5ª avenida em NY », sur Globo.com,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  22. a et b (en) Amanda Julius, « In Deed! Art Dealer Expands in Trump Tower; Vanity Fair Articles Editor Buys in Chelsea », sur Observer.com,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  23. (en) Betsy Woodruff, « Trump Tower: Dictators’ Home Away From Home », sur TheDailyBeast.com,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  24. (en) « Bruce Willis Moves Into Trump Towers », sur SoFeminine.co.uk,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  25. a et b « Visitez le luxueux penthouse de Donald Trump à Manhattan », sur lefigaro.fr,‎
  26. (en) D'après un reportage photographique du Daily Mail Voir en ligne.
  27. (en) « Grand Theft Auto Covers », sur MobyGames.com (consulté le 11 novembre 2016)
  28. (en) « Grand Theft Auto 4 - Page 3 », sur FunTrivia.com (consulté le 11 novembre 2016)
  29. (en) « Donald Trump, remade by reality TV », sur WashingtonPost.com,‎ (consulté le 11 novembre 2016)
  30. (fr) « Filming Locations - Fifth Avenue », sur SpookCentral (consulté le 18 novembre 2016)
  31. (en) « The Dark Knight Rises film locations », sur Movie-Locations.com (consulté le 11 novembre 2016)
  32. (fr) « La Trump Tower devient Wayne Enterprises dans "The Dark Knight Rises" », sur ClippCity.com (consulté le 11 novembre 2016)
  33. (fr) Gilles Paris, « Donald Trump, un milliardaire excentrique candidat à l’investiture républicaine », sur LeMonde.fr,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  34. (fr) « Le milliardaire américain Donald Trump, candidat à la présidence », sur NouvelObs.fr,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  35. (fr) Julien Pavy, « Donald Trump est candidat à la présidence des États-Unis », sur Euronews.com,‎ (consulté le 17 novembre 2016)
  36. (fr) « Les touristes sont fascinés par la Trump Tower à New York », sur JournalDeMontréal.com,‎ (consulté le 12 novembre 2016)
  37. (fr) « VIDEO. Etats-Unis : un jeune homme escalade la Trump Tower en espérant rencontrer le candidat républicain », sur JournalDeMontréal.com,‎ (consulté le 12 novembre 2016)
  38. (en) Tessa Berenson, « Donald Trump Campaign Spending More on Rent », sur Time.com,‎ (consulté le 12 novembre 2016)
  39. (en) John Santucci et Emily Shapiro, « How Donald Trump Is Reacting to Latest Election Results », sur ABCNews.com,‎
  40. (en) Kevin Daley, « Trump Tower Surrounded By Dump Trucks In Anticipation Of Violence », sur MSN.com,‎
  41. (fr) « EN IMAGES. Présidentielle américaine : la Trump Tower sous haute surveillance », sur LeParisien.fr,‎
  42. a et b (fr) « Donald Trump a une "journée chargée" : il va organiser sa future administration », sur RTBF.be,‎
  43. (fr) Cédric Faiche, « Visite de la Trump Tower transformée en véritable bunker », sur BFMTV.com,‎
  44. (fr) « VIDEO. Etats-Unis : plusieurs manifestations anti-Donald Trump, de New York à San Diego », sur FranceTVInfo.fr,‎
  45. (fr) « Not my president ! », ont scandé des milliers de manifestants devant la Trump Tower, sur LeMonde.fr,‎
  46. (fr) « Un doigt d'honneur devant la Trump Tower, la nouvelle mode des réseaux sociaux », sur LCI.fr,‎
  47. (fr) « Les anti-Trump veulent se mobiliser sur la durée », sur France24.com,‎
  48. (en) Maggie Haberman et Ashley Parker, « Donald Trump Prepares for White House Move, but His Tower May Still Beckon », sur NYTimes.com,‎
  49. (fr) Vivien Vergnaud, « Donald Trump va-t-il habiter à la Maison-Blanche ? », sur LeJDD.fr,‎
  50. (fr) « La Tour Trump, camp retranché du président élu », sur L'Express.fr,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :