Grand Theft Auto: Liberty City Stories

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand Theft Auto
Liberty City Stories
image

Éditeur Rockstar Games
Capcom (Japon)
Développeur Rockstar Leeds
Rockstar North

Date de sortie PlayStation Portable
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 25 octobre 2005
Icons-flag-gb.png 5 novembre 2005
Icons-flag-fr.png 2 décembre 2005
Icons-flag-jp.png 26 juillet 2007
Genre Tir objectif & Action
Mode de jeu 1 joueur, 6 joueurs par Wi-Fi
Plate-forme PlayStation Portable, PlayStation 2
Média UMD et DVD
Contrôle PlayStation Portable, manette

Grand Theft Auto: Liberty City Stories (souvent abrégé GTA: LCS ou GTA: Liberty City Stories) est un jeu d'action-aventure de type bac à sable développé par Rockstar North et Rockstar Leeds[1]. C'est le neuvième jeu de la série Grand Theft Auto. Il est distribué à partir de 2005 sur PlayStation Portable.

Une version pour la PlayStation 2 est sortie le en Amérique du Nord et le en Europe[2].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

La ville de Liberty City est très largement similaire à la ville du même nom dans Grand Theft Auto III, mais le jeu incorpore plus de possibilités, tels que le changement de vêtements, la possibilité de prendre des motos, etc.

L'histoire se déroulant 3 années avant Grand Theft Auto III, plusieurs différences se font sentir. Ainsi, pour changer d'île, un ferry effectue la navette entre Portland Island et Staunton Island, tandis que le tunnel présent dans GTA III, connectant les îles n'est pas encore terminé et ne parcourt que la portion allant du nord au sud de Shoreside Vale. Le pont Callahan Bridge(celui qui explose au début de Grand Theft Auto III) n'est pas non plus achevé.

Dans cet épisode, il est possible d'utiliser des motos. Selon le site officiel de Liberty City Stories, un décret interdira par la suite les motos afin de promouvoir l'usage de la voiture.

Multijoueur[modifier | modifier le code]

La version PSP de Liberty City dispose d'un mode de jeu multijoueur. Jusqu'à 6 joueurs peuvent jouer dans la même zone via une connexion Wi-Fi. Le jeu comprend 7 modes multijoueurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les jeux de la série Grand Theft Auto construisent un univers cohérent. Grand Theft Auto: Liberty City Stories raconte l'histoire d'un personnage mineur que l'on retrouve dans Grand Theft Auto III, mais qui cette fois est le personnage principal.

Grand Theft Auto: San Andreas est l'épisode qui précède cette histoire. Il se déroule en 1992 et Liberty City Stories en 1998.

Dans Liberty City Stories, le joueur incarne Toni Cipriani (Antonio de vrai nom), qui était un ponte de la Mafia dans Grand Theft Auto III. En effet, dans ce jeu, Toni donnait au héros des missions, et dirigeait en même temps un restaurant italien appartenant à sa mère. Il était également très ami (du moins, en apparence) avec Salvatore Leone, Don de la famille Leone.

L'histoire se situe 3 ans avant celle de Grand Theft Auto III, Toni n'est qu'un inconnu quand il arrive à Liberty City. Caché depuis plusieurs mois après un assassinat qui a du mal finir, il revient à Liberty, et retrouve Salvatore. Celui-ci lui explique qu'il a perdu sa place dans la Mafia, et est retombé au bas de l'échelle sociale, et qu'il va devoir remonter. Grand Theft Auto Advance se passe également après Liberty City Stories, mais joue un rôle plus mineur au niveau des évènements.

Développement[modifier | modifier le code]

Comme indiqué dans une avant-première d'IGN, Rockstar a abandonné Renderware pour un nouveau moteur graphique crée en interne. Ce dernier permet une meilleure utilisation des performances de la PSP[3]. Jusqu'à la sortie de Liberty City Stories, RenderWare était le moteur de jeu utilisé par les versions 3D précédentes de GTA (à partir de GTA III, donc).

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse numérique
Média Note
1UP.com (US) A[4]
Eurogamer (GB) 9.0/10[5]
GameSpot (US) 9.0/10[6]
IGN (US) 9.0/10[7]
Jeuxvideo.com (FR) 17/20[8]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 87.54 %[9]
Metacritic 88/100[10]

Le jeu a reçu un accueil très positif avec par exemple, 9/10 d'IGN[7]. Au , la version PlayStation 2 de Liberty City Stories s'est vendu à près d'un million d'exemplaires aux États-Unis[11]. Le succès s'est poursuivi puisqu'au , il s'est écoulé plus de 1,83 million d'exemplaires pour la version PSP et 1,32 million pour la version PS2, et cela, uniquement aux États-Unis[12]. En mars 2008, selon Take-Two Interactive, Liberty City Stories se serait vendu à plus de 8 millions d'exemplaires (PS2 et PSP confondus)[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]