Andrew Lloyd Webber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Webber.
Andrew Lloyd Webber en 2007

Andrew Lloyd Webber est un compositeur britannique de comédie musicale. Il est connu dans le monde entier pour ses succès (notamment Cats). Ses œuvres font partie des comédies musicales ayant été le plus longtemps à l’affiche.

Andrew Lloyd Webber et ses œuvres ont marqué l’histoire et l’évolution du genre musical de la comédie musicale dès son début vers la fin des années 1960. Aussi bien à Broadway (New York) qu’au West End de Londres, les œuvres d’Andrew Lloyd Webber ont grandement affecté et influencé les deux grands centres de la comédie musicale.

La comédie musicale Cats a connu un énorme succès commercial. Elle tient le record de la comédie musicale ayant la plus longue période de représentation au West End et à Broadway. Cats a fait plus de deux milliards de dollars et a été représentée dans plus de trois cents villes attirant plus de 50 millions d’auditeurs. Elle a été traduite en onze langues.

Le Phantom of the Opera a connu un succès semblable à celui de Cats. Elle est restée à l'affiche durant dix-sept années consécutives au West End et au Broadway. En 2002, lorsque la production de Starlight Express est venue à une fin, elle tenait le record pour la deuxième plus longue représentation consécutive au West End. Le succès international de Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat , Jesus Christ Superstar, Evita et Sunset Boulevard font en sorte de rendre le portfolio d’Andrew Lloyd Webber encore plus impressionnant. Entre les années 1979 et 2004, il y a toujours eu au moins une représentation de Lloyd Webber à l’affiche au Broadway de New York. Pour certaine période il y avait deux ou même trois de ses comédies musicales à l’affiche. Au West End de Londres, il y a toujours eu une production de Lloyd Webber à l’affiche depuis l’ouverture de Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat en 1972. En 1991 et en 1997 il y avait autant que six productions de Lloyd Webber à l’affiche en même temps au West End. En même temps de soutenir une place significative sur les scènes de Londres et New York, des productions de Lloyd Webber étaient aussi en tournée ailleurs dans le monde. Pendant les années 1980 et 1990 des productions Lloyd Webber étaient à l’affiche dans plusieurs pays : Australie, Nouvelle-Zélande, Espagne, Japon, Allemagne, Grèce, Mexique, Chine, Canada et ailleurs aux États-Unis. Le grand succès international de Lloyd Webber tient à sa créativité et à la grande variété de sujets qu’il utilise pour ses œuvres. Ses œuvres ont capté l’audience et se en dévoilant des comédies musicales ayant des thèmes qui étaient rapproché au mode et coutume courante de l’époque. Mêmes certaines productions échouées de Lloyd Webber ont connu un plus grand succès à l’affiche que certaine productions réussies d’autres compositeurs. Andrew Lloyd Webber est un pionnier ayant grandement affecté et innové le genre de la comédie musicale. [1]

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de vie (1948-1966)[modifier | modifier le code]

Le Royal College of Music où Andrew Lloyd Webber a étudié la musique.

Andrew Lloyd Webber est né le 22 mars 1948 à Kensington en Angleterre. Il vient d’une famille très musicale. Son père William Southcombe Lloyd Webber était un interprète d’orgue professionnel en plus d’un professeur compositeur au Royal College of Music. Sa mère Jean Hermione Webber (née Johnstone) était une enseignante de piano renommé ayant parmi ses étudiant John Lill. Enfin, son frère plus jeune, Julien Lloyd Webber, est devenu un interprète de violoncelle renommé au niveau mondiale.  Les premières compositions de Lloyd Webber était fait pour son petit théâtre de jouet. Il faisait des petites représentations avec son frère Julien pour ses parents et quelques invités. Sa première composition publiée fut dans la revue Music Teacher en 1957, là il y avait une petite suite de six morceaux ayant comme titre Op.1 The Toy Theatre.  C’est en allant au West End à Londres avec sa tente Violet qu’il découvert sa passion pour la comédie musicale.

Étant donné son intelligence et son talent, Lloyd Webber a fréquenté l’école pour garçons Westminster Underschool en 1961. Un an plus tard, il gagna la bourse Challenge, celle-ci lui a fait devoir quitter la maison et devenir pensionnat à l’école malgré la proximité de son foyer. Lloyd Webber  a continuer de jouer, écrire et diriger des pièces à l’école. En 1963, il réussit à obtenir un petit contrat avec l’éditeur Noel Gay Organisation. Avec cet éditeur il réussit à publier un enregistrement de la chanson Make Believe Love. Cet enregistrement capte l’attention de l’agent de littérature et l’éditeur d’Arlington Books, c’est-à-dire Desmond Elliott. Elliott qui travaillait avec le jeune parolier Timothy Miles Bindon Rice qui se cherchait un compositeur a suggéré Lloyd Webber. Rice et Lloyd Webber ont par la suite prit la décision de travail ensemble. En 1965, Lloyd Webber est allé au Magdalen College d’Oxford pour étudier l’histoire. Après un semestre, il décide de quitter pour continuer son cheminement en musique au Royal College of Music en 1966.

Début de carrière (1966-1979)[modifier | modifier le code]

Une scène de la comédie musicale Joseph and the Amazing technicolor Dreamcoat.

Le premier ouvrage que Lloyd Webber et Rice ont réalisé ensemble était The Likes of Us. Cette petite pièce modeste inspirée de musique du Sud était écrite par le librettiste Leslie Thomas, qui a par la suite connu son succès comme écrivain de roman. Malgré les efforts de Rice et Lloyd Webber, leur première composition n’est jamais monté sur la scène. Comme deuxième collaboration, Lloyd Webber et Rice ont été demandé d’écrire une pièce pour la chorale d’Alan Doggett de la Colet Court School à Hammersmith. La pièce était basée sur l’histoire de l’ancien testament de Joseph et ses frères. Présenté pour la première fois le 1er mars 1968 a un groupe de parents, la pièce Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat  a été bien reçu par l’audience.  Quelque mois plus tard la pièce était rallongée et représentée à nouveau au Methodist Central Hall de Westminster. Cette fois-ci la pièce était accompagné du groupe rock The Mixed Bag. Cette nouvelle représentation a étonné le critique de musique populaire Derek Jewell. Il écrit un compte rendu positif de la pièce dans le Sunday Times, ce qui donna une attention commerciale à l’œuvre. Par la suite l’œuvre de Joseph and the Technicolor Dreamcoat a été publié par l’éditeur Novello. Connaissant maintenant un succès à Londres, Lloyd Webber et Rice on commencé leur propre entreprise intitulé New Ventures Theatrical Management. Sous la direction de Sefton Myers et son associé David Land, New Ventures Theatrical Management on préparé Lloyd Webber et Rice à monté sur les planches leurs prochaine comédie musicale, dont Jesus Christ Superstar. En 1969, une seule chanson de l’album a été publiée sur un émission de télévision de David Frost. Cette promotion a produit de nombreuses ventes de la chanson et a encouragé Lloyd Webber et Rice de compléter l’album en entier. En 1970, la comédie musicale mettant en scène les derniers jours de la vie de Jésus a connu un grand succès sur les scènes anglaises et américaines. Parmi les premiers artistes en vedette était Yvonne Elliman au rôle de Mary Magdalen, Murray Head comme Judas et Ian Gillan en tant que Jésus. Le potentiel de profit de l’œuvre a attiré l’attention de l’impresario Robert Stigwood. Il mit en scène sous la direction de Tom O’Horgan une version extravagante de la comédie musicale au Mark Hellinger Theatre de New York en 1971. Un an plus tard, Jesus Christ Superstar a été représenté à Londres sous la production de Jim Sharman. En 1972, une autre production américaine fut mit en scène à Universal City en Californie. La production avait comme artistes Ted Neeley (Jésus), Carl Anderson (Judas) et Yvonne Elliman (Mary Magdalen). Les mêmes artistes ont été utilisés pour la version cinématographique de la comédie musicale qui fut dévoilé sur l’écran en 1973. Le film était produit par Robert Stigwood Organisation et a été tourné en Israël. À l’âge de 24 ans, Lloyd Webber et Rice ont obtenue un succès au Broadway, au West End et au cinéma grâce à Jesus Christ Superstar. Le grand succès de Superstar, a ramené sur scène l’ouvrage précédente Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat grâce au thème religieux présent dans les deux ouvres. Joseph fut présenté au Edinburg Festival, par la suite au Roundhouse à Londres et enfin au West End au AlberyTheatre. Il y a eu 243 représentations au west End. La comédie musicale était connu par presque chaque enfant en Grande-Bretagne puisqu’elle était souvent reproduite par des écoles comme production amateur. En 1972, Lloyd Webber était maintenant marié avec Sarah Jane Tudor Hugil, qu’il avait rencontrée à une fête à Oxford en 1970. Rendu en 1973, Lloyd Webber avait un succès fiscal. Il s’est acheté un manoir à Hampshire et s’est commencée une collection d’œuvre d’art. En 1975, Lloyd Webber a subi un échec avec la production de Jeeves. Fait en collaboration avec Alan Ayckbourn, la production fut à l’affiche au Her Majesty’s Theatre au West End que pour un mois. En 1976, Lloyd Webber et Rice font le dévoilement de chansons individuelles de la future production d’Évita qui montera sur scène seulement en 1978. La chanson Don`t Cry for Me, Argentina  interpreté par Julie Covington et Another Suitcase in Another Hall interpreté par Barbara Dickson fut publier la compagnie de label MCA. En 1977, Lloyd Webber écrit une variation de la Caprice de Paganini en La mineur pour son frère Julien. Ayant comme titre Variations, la pièce fut jouée à Sydmonton, publier sous forme de disque en 1978 et ensuite devenu la chanson thème de l’émission de télévision The South Bank Show. En juin 1978, Évita subit sa première sur scène au Prince Edward Theater au West End de Londres. La production a été représenté 2 900 fois jusqu’en 1986. En 1979, Évita est monté sur scène au Broadway de New York pendent quatre années consécutives, là elle reçue six prix au Tony Awards

Un nouveau départ (1980-1989)[modifier | modifier le code]

Logo de la comédie musicale du Phantom of the Opera.

La production d’Évita était la dernière collaboration où Rice et Lloyd Webber ont travaillé ensemble. Au début des années 1980 Lloyd Webber commence à travailler sur un cycle de chanson intitulé Tell Me on a Sunday. Ce cycle de chanson fut écrit par le parolier Don Black. La première production de concert de cette a eu lieu Royalty Theatre à Londres en janvier 1980. En février de cette année, le concert fut aussi diffusé à la télévision britannique. Deux ans plus tard, en avril 1982 le cycle de chanson est monté sur les scènes de Londres de même avec les œuvres Song and Dance et les Variations. En mai 1981, la comédie musicale Cats fut dévoilée au New London Theatre. La comédie connu un grand succès avec son mélange idéale de poésie de T.S. Eliot et de chorégraphie de Gillian Lynne. En octobre 1981, Cats fut en première au Broadway de New York. À ce temps, Lloyd Webber avait trois comédie musicale à l’affiche à New York, dont Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat, Évita et Cats. En juillet 1983, le premier mariage de Lloyd Webber s’est terminé en divorce après douze ans de vie marié et deux enfants. La nouvelle entreprise de Lloyd Webber du Really Useful Company prit de l’ampleur lorsque Lloyd Webber a acheté des actions du Palace Theatre à Londres. Son enthousiasme pour l’entreprenariat a fait de Lloyd Webber un homme d’affaire réussit. C’est lors d’un voyage en train à vapeurs avec ses enfants que Lloyd Webber fut inspiré pour son prochain projet. Starlight Express qui était une petite comédie musicale pour enfant ayant peu de comédiens reçut un trait d’extravagance sous la direction de Trevor Nunn. La comédie eut sa première en mars 1984 à l’Apollo Victoria Theatre. La Reine Élisabeth II était présente lors de cette première, et ce fut aussi une occasion pour annoncer la nouvelle épouse de Lloyd Webber, c’est-à-dire Sarah Brightman. Les deux s’étaient épousés le matin de la première. La prochaine œuvre de Lloyd Webber était une partie de messe ayant comme titre Requiem. Composé à l’honneur de son père qui mourra en octobre 1982.  L’œuvre fut présenté en février 1985 à l’église Saint Thomas Episcopal de New York. Ayant en vedette le chef d’orchestre Lorin Maazel et les solistes Plàcido Domingo, Sarah Brightman et Paul Miles-Kingston, la première fut diffusé sur les ondes de Omnibus en Angleterre. En avril 1985, la première britannique du Requiem fut présenté au Westminster Abbey. Comme promotion pour sa prochaine grande comédie musicale, Lloyd Webber a dévoilé deux chansons individuelles du Phantom of the Opera qui fut une adaptation du roman de Gaston Leroux. L’une des chansons était All I Ask of You qui fut interprété par Sarah Brightman et Steve Harley. Finalement en octobre 1986, Phantom of the Opera  reçut sa première au Her Majesty`s Theatre à Londres. En 1987, la production Broadway de Starlight Express fut commencée au Gershwinn Theatre.

La production n’était pas aussi bien aimée au États-Unis qu’en Angleterre, ceci dit la production est venu à une fin en 1989.[Quoi ?] En janvier 1988, la production Broadway du Phantom of the Opera fut dévoilée au Majestic Theatre. La production fut bien reçue par la foule et est toujours en reproduction à ce jour. Les deux productions de Starlight et Phantom diffèrent beaucoup par le style et le genre musical, ce qui explique la différence entre l’appréciation du publique.  Aspects of Love, un travail commencé au début des années 1980 fut complété et dévoilé au Prince of Wales Theatre en avril 1989. La production donnait l’impression au public qu’elle était inspiré par les problèmes personnels que vivait Lloyd Webber à ce moment avec le divorce de sa deuxième épouse. 

Les grands succès (1990-présent)[modifier | modifier le code]

Une étoile sur le Hollywood Walk of Fame au nom d'Andrew Lloyd Webber.

En novembre 1990, Lloyd Webber et Sarah Brightman divorcèrent. Quelques heurs après le divorce, Lloyd Webber annonce qu’il va épouser Madeleine Astrid Gurdon. Les deux se marièrent en février 1991. Après le mariage est venu l’idée d’une nouvelle comédie musicale qui serait inspirée du classique d’Hollywood de Billy Wilder intitulé Sunset Boulevard. La conception de cette comédie avait déjà été travaillé par Lloyd Webber et Don Black en 1979, mais avait avorté. En 1990, une production complète fut montée pour le festival Sydmonton. La production mettait en vedette Patti LuPone et Kevin Anderson. Sunset Boulevard reçu sa première au West End en juillet 1993. Une production  américaine fut dévoilée en décembre 1993 au Schubert Theatre à Los Angeles. En décembre 1994, la comédie musicale Évita de Lloyd Webber a été réalisée comme version cinématographique. Le film a reçu le prix de meilleur chanson originale au Academy Award pour la chanson You Must Love Me, ainsi qu’un Golden Globe pour Madona étant la meilleur comédienne dans une comédie musicale. Le prochain projet de Lloyd Webber était Whistle Down the Wind qui ouvert au National Theatre à Washington DC en décembre 1996. La production avait comme but de se rendre au Broadway mais ne la jamais atteint. Elle est venue à une fin trois mois plus tard. Une révision de la production a ensuite été effectué et la production s’est ouvert au West End en 1998 et est resté à l’affiche jusqu’en 2001. Lloyd Webber s’est ensuite réessaillé avec une production de By Jeeves en 1996, mais celle-ci est venu à une fin en 1997. Cette année a aussi marqué la fin de Sunset Boulevard au Broadway et au West End. Pendent ce temps, la production de Cats tenait le record pour la plus longue période à l’affiche au Broadway, elle s’est éventuellement terminé en 2001. En 1997, malgré la fermeture de plusieurs productions, Lloyd Webber connait un succès autre que dans le domaine de la comédie musicale. Il est nommé Baron et aussi nommé à la House of Lords du parlement britannique. En 1997, la valeur monétaire associée au nom de Lloyd Webber est près de 550 millions de livres sterling. Son entreprise  du ReallyUseful Theatre Company ossède un total de dix théâtres dans le West End de Londres. En 2000, Lloyd Webber dévoile The Beautiful Game au Cambridge Theatre de Londres. Les représentations se terminent en 2001 au West End comme le fait Starlight Express et Whistle Down the Wind. En 2002, Cats tire à sa fin aussi au West End.  La seule production de Lloyd Webber qui demeure à l’affiche de Broadway et du West End est celle du Phantom of the Opera. En 2004, Lloyd Webber a été réalisateur et directeur pour le la version cinématographique de la comédie musicale du Phantom of the Opera. Le film mettait en vedette Gerard Butler et Emmy Rossum. En 2010, Lloyd Webber écrit une comédie musicale servant comme suite à l’histoire Phantom of the Opera ayant comme titre Love Never Dies

Comédies musicales[modifier | modifier le code]

Composition de la musique[modifier | modifier le code]

Le nom du parolier est donné entre parenthèses.

Comédies musicales adaptées pour le cinéma[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

  • Not every one in New-York would pay to see Andrew Lloyd Webber, may his trousers fall down as he bows to the Queen and the Crown : première ligne de la chanson Chocolate Cake du groupe Crowded House sur l'album Woodface.

Références[modifier | modifier le code]

  • Andrew Lloyd Webber est le concurrent sérieux de Maxwell Sheffield dans la série des années 90, Une nounou d'enfer. Il n'y apparait jamais mais il y a plusieurs références à lui et ses œuvres dans la série.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Snelson, Andrew Lloyd Webber, New Haven, London, Yale University Press,‎ , 267 p.

[1][2]

Annexes[3][modifier | modifier le code]

  1. (en) Otis L. Guerrsey Jr., Broadway songs & Story Playwrights/ Lyricists/ Composers/ Discuss Their Hits, New York, Dodd, Mead & Company,‎ , 447 p.
  2. (en) Katherine Morton, Andrew Lloyd Webber The Phantom of the Opera Companion, London, Pavilion,‎ , 140 p.
  3. (en) Robert Viagas et Louis Botto, At This Theatre 110 Years of Broadway Shows, Stories & Stars, New York, Applause Theatre and Cinema Books,‎ , 435 p.