Barry Manilow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barry Manilow
Description de cette image, également commentée ci-après

Manilow en concert en 2008 au Xcel Energy Center, St. Paul, Minnesota

Informations générales
Naissance (74 ans)
New York (États-Unis)
Activité principale Compositeur, chanteur, producteur
Genre musical Pop rock, soft rock
Années actives Depuis 1972

Barry ManilowBarry Alan Pincus est un compositeur, chanteur, acteur, présentateur et producteur américain d'origine polonaise, né le 17 juin 1943 à New York.

Il est le cinquième artiste à avoir fait le plus d'entrées au Hot Adult Contemporary Tracks derrière Elton John, Barbra Streisand, Neil Diamond et Elvis Presley[1].

En janvier 2013, le conseil municipal de New York décide de rendre hommage à Barry Manilow pour avoir fait « musicalement resplendir sa ville natale » en renommant officiellement la 44e rue de la 7e avenue donnant sur Broadway Manilow Way[2].

En plus d'une carrière de chanteur à succès, il a composé et produit des hits pour Dionne Warwick, Frank Sinatra, Barbra Streisand, Rosemary Clooney, Nancy Wilson, Whitney Houston, les Bee Gees et Aretha Franklin entre autres.

Barry Manilow est également depuis 1964 le compositeur (et souvent interprète) de nombreux jingles, de bandes-originales films et de dessins-animés des studios Walt Disney.

Biographie[modifier | modifier le code]

Barry Manilow a vendu près de 100 millions d'albums à travers le monde[3], ce qui fait de lui le chanteur à avoir vendu le plus de disques de toute la décennie 1970.

En 1971, alors que l'homosexualité est encore un tabou aux États-Unis, après plusieurs années de travail auprès de CBS en tant que compositeur de génériques et jingles, Barry Manilow se lance dans le spectacle aux côtés de la sulfureuse Bette Midler au Continental Gay Bathhouse de New-York où ils affichent complet durant plusieurs mois. Réputé pour jouer entouré d'une unique serviette autour de la taille, ils deviennent rapidement des figures du rock alternatif New-Yorkais. Après leur expérience en duo et un album à succès The Divine Miss M, le couple Manilow / Midler se sépare, partagé entre deux fortes personnalités. Manilow décide de sortir un album solo en 1973 qui sera classé parmi les 100 meilleurs albums de l'année du magazine Rock & Folk malgré une diffusion radiophonique peu importante. Y figure le futur tube Could It Be Magic ainsi que One of these Days, chanson travaillée avec Ray Charles.

En 1974, son chemin croise celui du jeune Clive Davis (producteur) En qui lui propose de sortir un album sous son label florissant, Arista Records dont Manilow devient un membre clé. Leur première collaboration Barry Manilow II atteindra rapidement des records de vente jusqu'à une succession de classements à la première place du Hit Parade américain de ces disques de 1975 à 1981. Barry Manilow devient vite un des représentants les plus influents de la musique américaine du XXe siècle.

Homme de scène le plus récompensé de 1972 à 2012, comme encore un de ses derniers spectacles à Las Vegas, meilleur spectacle de variété aux Emmy Awards 2006, en 1978, cinq de ses albums furent au top des ventes simultanément, un record égalé seulement par Michael Jackson, Frank Sinatra et Johnny Mathis. En 1988, Bob Dylan ira jusqu'à le citer comme la source d'inspiration de tout artiste.

Grâce à des hits comme Mandy, Weekend in New-England ou encore Tryin' to get the Feeling Again, Barry Manilow s'est imposé comme une véritable icône de la musique pop rock/soft rock aux États-Unis. Michael Jackson le présentait comme son père spirituel.

Surnommé le « showman de multi-génération », le parrain de Las Vegas ou encore « un géant parmi les entertainers » par le magazine Rolling Stones[4], il chante à guichets fermés dans chacun des pays où il passe. À peine annonce-t-il sa venue que les fans, nommés « fanilow », se ruent littéralement sur les locations.

En 2006, deux de ses albums furent classés numéros 1 et 2 consécutifs, un record encore inégalé. Cela marquera son retour dans les charts en tant qu'artiste de premier plan.

Il est le compositeur en 1973 de la chanson Could It Be Magic, et ce fut l'interprétation de Donna Summer en 1975 qui fit de ce titre un tube international. Repris en français par Alain Chamfort, il devient Le Temps qui court, qui est en 2006 l'hymne des Enfoirés.

Après Copacabana (At the Copa), en 1978, Barry Manilow fit une interprétation du titre Memory (en) en 1982 et qui fut la version la mieux classée dans les charts américains de cette chanson maintes fois reprise.

En 2009, il donna un concert diffusé sur la BBC à Hyde Park à Londres réunissant plusieurs centaines de milliers de fans dans la capitale anglaise lors de la BBC Proms.

Il a lancé la carrière de Bette Midler, a produit Dionne Warwick et inspiré Whitney Houston ainsi que de nombreux artistes.

Il fut pendant longtemps un ami très proche de Michael Jackson ; il lui rendit un dernier hommage ainsi qu'à sa famille après l'annonce de son décès lors d'un concert à Rochester.

Barry Manilow est l'artiste le plus demandé à la télévision américaine, d'après Oprah Winfrey.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Studio[modifier | modifier le code]

  • Barry Manilow I (1973) - US #28
  • Barry Manilow II (1974) - US #9
  • Tryin' to Get the Feeling (1975) - US #5
  • This One's for You (Barry Manilow album) This One's for You (1976) - US #6
  • Even Now (1978) - US #3, UK #12
  • One Voice (Barry Manilow album) One Voice (1979) - US #9, UK #18
  • Barry (album) Barry (1980) - US #15, UK #5
  • If I Should Love Again (1981) - US #14, UK #5
  • Here Comes the Night (Barry Manilow album) Here Comes the Night (1982) - US #32, UK #7
  • Oh,Julie (EP) (1982) - US
  • 2:00 AM Paradise Cafe (1984) - US #28, UK #40
  • Manilow (album)|Manilow (1985) - US #42, UK #40
  • Swing Street (1987) - US #70
  • Barry Manilow (album)|Barry Manilow (1989) - US #64
  • Because It's Christmas (1990) - US #40
  • Showstoppers (1991) - US #68
  • Singin' with the Big Bands (1994) - US #59
  • Summer of '78 (1996) - US #82
  • Manilow Sings Sinatra (1998) - US #122
  • Here at the Mayflower (2001) - US #90, UK #18
  • A Christmas Gift of Love (2002) - US #55
  • Scores (album)|Scores (2004) - US #47
  • The Greatest Songs of the Fifties (2006) - US #1, UK #12
  • The Greatest Songs of the Sixties (2006) - US #2
  • The Greatest Songs of the Seventies (2007) - US #4 UK #27
  • In the Swing of Christmas (2007)
  • The Greatest Songs of the Eighties (2008) - US #14 UK #22
  • The Greatest Love Songs of all Time (2010) US #5 UK #26
  • 15 Minutes (2011) - US #7 UK #20
  • Night Songs (2014) - US #8
  • My dream duets (2014) - US #4 UK #28
  • This Is My Town (2017)


Live[modifier | modifier le code]

Best of et compilations[modifier | modifier le code]


Anecdotes[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (novembre 2014).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

En 2007, alors qu'il y était invité d'honneur, il boycotta l'émission de la chaîne américaine ABC, The View, considérant que le néo-conservatisme réactionnaire de la co-présentatrice Elisabeth Hasselbeck était « dangereux pour la démocratie ».

En 2015, le New York Daily News relance les rumeurs annonçant son mariage secret avec le producteur Garry Kief, que confirmera leur amie Suzanne Somers interviewée sur la chaîne ABC.

Ce n'est qu'en avril 2017, après une relation de 40 avec son mari que Barry Manilow décide d'annoncer publiquement son homosexualité cachée du grand public, un coming-out tardif (74 ans) salué par les médias du monde entier. Il le justifie par l'homophobie de l'Amérique des années 1960 à 1980 et la peur de décevoir ses fans: "Aujourd'hui je peux dire que je suis fier et heureux. Heureux de vivre dans un monde où il est bien moins difficile de vivre librement son amour. Que tous mes fans soient fiers et heureux. En espérant que cela ouvre un chemin et puisse aider les jeunes LGBT."[5]

Barry a son étoile sur le Hollywood Boulevard[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]