Tim Cook

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tim Cook
Image dans Infobox.
Tim Cook au Austin Community College District à Austin au Texas en 2017.
Fonction
Administrateur délégué
Apple
depuis le
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Timothy Donald CookVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Timothy Donald CookVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Apple (depuis le ), IBM (-), NikeVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction
signature de Tim Cook
signature

Timothy Donald Cook, dit Tim Cook [tɪm kʊk], né le à Mobile (Alabama), est un chef d'entreprise américain, actuel directeur général (CEO) d'Apple. À la suite de la démission de Steve Jobs pour des raisons de santé, le , il prend la direction du groupe qu'il avait rejoint en mars 1998.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Timothy Donald Cook est né à Mobile mais grandit à Robertsdale, dans l'Alabama. Son père est ouvrier de chantier naval et sa mère est femme au foyer. Tim Cook est diplômé d'un baccalauréat universitaire en sciences (BSc) en génie industriel de l'université d'Auburn en 1982[1], ainsi que d'une maîtrise en administration des affaires (MBA) de la Fuqua School of Business de l'université Duke en 1988[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Ancien salarié d'IBM durant près de 12 ans, puis de Compaq durant six mois en tant que vice-président chargé de la production et de l'approvisionnement[3], Tim Cook arrive chez Apple en 1998, juste après le retour aux commandes de Steve Jobs. Sa mission principale est alors de remettre de l'ordre dans le système de production, de livraison et de vente de la firme à la pomme[4]. Ce choix peut alors paraître hasardeux car Compaq est à l'époque le premier fabricant mondial de PC[5], alors qu'Apple n'est qu'une petite entreprise au bord du gouffre[3].

En 2005, il devient directeur général délégué d'Apple, puis directeur des affaires opérationnelles[3].

Pour des raisons de santé, Steve Jobs lui confie ses fonctions de directeur général entre janvier et juin 2009[6]. En janvier 2011, le conseil d'administration d'Apple accorde un troisième arrêt maladie, sur demande, à Steve Jobs[7]. Pendant ce temps, Tim Cook est responsable de la plupart des opérations quotidiennes de la compagnie tandis que Steve Jobs prend les décisions majeures[8]. Dès la démission de Steve Jobs, le , Tim Cook devient alors le nouveau directeur général (CEO) d'Apple[9],[10] : il fut cette année-là le patron américain le mieux payé, avec une enveloppe de 378 millions de dollars[11], une rémunération qui fut revue à la baisse puis indexée sur les performances boursières de la société. Entre 2011 et 2016, les ventes et les profits d'Apple doublent et sa capitalisation boursière passe de 341 à 586 milliards de dollars ; cependant, aucune innovation majeure ne marque à ce stade l'ère Tim Cook, à part l'Apple Watch, qui enregistre des résultats mitigés en termes de vente[12]. Le , le PDG d’Apple et les autres élites de la Silicon Valley ont rencontré le président républicain américain Donald Trump pour parler de l'avenir de l'industrie technologique[13].

Les actions d'Apple perçues lui permettent de devenir milliardaire en 2020[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2009, il indique avoir proposé une partie de son foie (organe capable de régénération) à Steve Jobs qui était sérieusement malade. Ce dernier a strictement refusé pour préserver Tim Cook[15],[16],[17],[18].

Le , il signe un article dans la revue Bloomberg Businessweek dans lequel il officialise son homosexualité affirmant : « Je suis fier d'être gay et je considère que c'est l'un des plus grands cadeaux que Dieu m'ait fait » et « Si découvrir que le DG d’Apple est gay peut aider quelqu’un à s’accepter comme il ou elle est, permettre à quelqu’un de se sentir moins seul, ou donner envie aux gens de lutter pour l’égalité, alors ça vaut bien la peine que je sacrifie ma vie privée »[19].

Engagements[modifier | modifier le code]

En 2012, Tim Cook a donné 50 millions de dollars aux hôpitaux de Stanford situés en Californie et financé la construction d'un hôpital pour les nouveau-nés pour 25 millions de dollars[20].

Le , Tim Cook a fait un don personnel à Human Rights Campaign (groupe de défense des droits des personnes LGBT). La somme n’a pas été précisée mais, sur le blog de l’organisme, est écrit que « le patron d’Apple avait fait un don généreux »[21].

En mars 2015, il annonce qu'après sa mort, sa fortune (estimée entre 120 et 800 millions de dollars) sera intégralement léguée à des œuvres caritatives[20].

Fin mai 2015, Tim Cook accorde 6,5 millions de dollars à une œuvre de charité, le nom de cette œuvre n’a pas été divulgué par Apple[22].

En mars 2016, la presse révèle que Tim Cook et plusieurs patrons de grandes entreprises high-tech se réunissent pour essayer de contrer l'élection de Donald Trump à la présidentielle américaine[23],[24].

En octobre 2019, Tim Cook envoie un mail à ses employés pour expliquer les raisons de la suppression de l'application « HKmap.live » de l'App Store, qui permettait de localiser les barrages policiers, ceci faisant suite aux mouvements de contestation du projet de loi sur l'extradition vers la Chine[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sharla Wright, « Engineering Alumnus Named COO of Apple », Université d'Auburn, (consulté le ).
  2. (en) Julia Love, « Fuqua grad takes reins at Apple », The Duke Chronicle, (consulté le ).
  3. a b et c Olivia Derreumaux, « Tim Cook, successeur désigné de Steve Jobs », Le Figaro, (consulté le ).
  4. Florian Innocente, « Tim Cook l'autre génie d'Apple », MacGeneration, (consulté le ).
  5. « Apple - Tim Cook, un homme "phénoménal" », Le Point, (consulté le ).
  6. (en) Steve Jobs, « Apple Media Advisory », (consulté le ).
  7. (en) « Apple boss Steve Jobs takes 'medical leave' », BBC, (consulté le ).
  8. (en) Miguel Helft, « The Understudy Takes the Stage at Apple », The New York Times, (consulté le ).
  9. (en) « Steve Jobs resigns from Apple, Cook becomes CEO », Reuters, (consulté le ).
  10. (en) « Steve Jobs Resigns as CEO of Apple », sur Apple Press Info, Apple, .
  11. (en) Natasha Singer, « In Executive Pay, a Rich Game of Thrones », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  12. Pascal Grandmaison, « Tim Cook fait le job, pas le jobs », Le Figaro Magazine, semaine du 2 septembre 2016, pages 18-19.
  13. « Donald Trump à la rencontre des géants du Web : une liste d’invités qui en dit long », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  14. « Tim Cook, le patron d'Apple, devient milliardaire », sur L'Orient-Le Jour,
  15. (en) Alexander J Martin 13 Mar 2015 at 10:56, « I BEG YOU, mighty Jobs, TAKE MY LIVER, Cook told Apple's dying co-founder », sur www.theregister.co.uk (consulté le )
  16. (en-GB) « Tim Cook offered liver to Jobs », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. David Goldman, « Tim Cook tried to give Steve Jobs his liver », sur CNNMoney, (consulté le )
  18. (en) Staff and agencies, « Steve Jobs rejected liver transplant offer from Tim Cook », sur the Guardian, (consulté le )
  19. (en) Tim Cook, « Tim Cook Speaks Up », sur Bloomberg Businessweek, (consulté le ) : « I’m proud to be gay, and I consider being gay among the greatest gifts God has given me. ».
  20. a et b Florent A. Motey, « Tim Cook (Apple) va faire don de sa fortune », lefigaro.fr, 27 mars 2015.
  21. « Tim Cook fait un don à titre personnel à un organisme pour les droits homosexuels », sur www.iphoneaddict.fr, (consulté le ).
  22. « Tim Cook donne environ 6,5 millions de dollars à une œuvre de charité » (consulté le ).
  23. Tim Cook et ses réunions secrètes pour mettre Trump hors piste, lesoir.be, 8 mars 2016.
  24. (en) At Secretive Meeting, Tech CEOs And Top Republicans Commiserate, Plot To Stop Trump, huffingtonpost.com, 7 mars 2016.
  25. « Untitled », sur Pastebin.com, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]