Tiangong 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tiangong 2
天宫二号
Description de cette image, également commentée ci-après
Maquette de Tiangong 2 auquel est amarré un vaisseau Shenzhou
Données générales
Organisation CNSA
Programme Programme Shenzhou
Type de mission Station spatiale
Statut Mission achevée
Lancement
Lanceur Longue Marche 2F
Fin de mission Rentrée atmosphérique
Durée de vie 2 ans prévu
Désorbitage
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 8,5 t
Données clés
Orbite 42,8°
Altitude 384 km
Principaux instruments
Cold Atomic Clock in Space (Cacs) Horloge atomique[1]
POLAR Détecteur de sursauts gamma[2]
QUESS Plateforme de téléportation quantique

Tiangong 2 (chinois : 天宫二号 ; pinyin : tiāngōng èrhào ; litt. « palais céleste 2 ») est la seconde station spatiale chinoise lancée le , et qui succède à Tiangong 1. La station spatiale a effectué une rentrée atmosphérique contrôlée le .

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

En 2008, le site officiel du bureau d'études chargé de la conception des vols habités a donné une très brève description de Tiangong 2 indiquant qu'il était prévu que plusieurs missions habitées viennent s'y amarrer.

Ce deuxième laboratoire spatial chinois a été conçu initialement comme le remplaçant de Tiangong 1, au cas où le lancement ou la mission du premier laboratoire spatial habité chinois échoueraient, ce qui explique les mêmes dimensions des deux engins. À la suite du succès de ce dernier, les Chinois ont modifié le TG-2 pour de nouveaux objectifs.

Selon la documentation officielle de la mission, le TG-2 mesure 10,4 mètres de long et 3,35 m de diamètre[3], 18,4 m de large une fois les panneaux solaires déployés. Il est composé de deux modules d'une masse de 8,6 tonnes, le module expérimental où les taïkonautes vont vivre et où se trouvent les charges utiles scientifiques, et le module de ressources avec entre autres le système de propulsion[4]. Son orbite prévue est à 384 km d’altitude[3].

Selon les responsables chinois en 2009, Tiangong 2 a une durée de vie de deux ans. La station peut être ravitaillée par des vaisseaux cargo sans pilote, chacun devant permettre son occupation par un équipage de deux personnes pendant une vingtaine de jours[5]. L'équipage est acheminé par un vaisseau Shenzhou.

Historique[modifier | modifier le code]

Le lancement de la station, d'abord prévu en 2015, est retardé en raison du retard pris sur le développement du lanceur CZ-2F/G[4]. Il a lieu le à 22 h 4 min 9 s (UTC+08:00) depuis la base de lancement de Jiuquan.

Shenzhou 11 a décollé le vers Tiangong 2, emporté par une fusée Longue Marche 2F[6]. L'équipage composé du général Jing Haipeng et de Chen Dong[7] a passé trente-trois jours dans la station[6]. Cela a été le seul équipage de la station durant son existence. De la station a été largué un micro-satellite, Banxing-2, qui a envoyé des photos de l'ensemble Tiangong-Shenzhou[8].

Tiangong-2 a été ravitaillé avec succès par le cargo Tianzhou 1 en [9].

Sa rentrée atmosphérique a eu lieu le . La station s'est ensuite désintégrée au-dessus de l'océan Pacifique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « China to launch world’s first ‘cold’ atomic clock in space ... and it’ll stay accurate for a billion years », sur South China Morning Post,
  2. (en) « China launches second space lab », sur Nature, (DOI 10.1038/nature.2016.20611)
  3. a et b (en) Stephen Clark, « China’s Tiangong 2 space lab successfully blasts off », Spaceflightnow.com,
  4. a et b Henri Kenhmann, « Lancement du 2e laboratoire spatial chinois TG-2 », East Pendulum,
  5. (en) China Manned Space Flight Program : its present and future - Wang Zhonggui, Dong Nengli, et Zhai Zhigang, The Space Review, 15 octobre 2009 [PDF]
  6. a et b (en) China's Shenzhou 11 blasts off on space station mission - BBC News, 17 octobre 2016
  7. Pierre-François Mouriaux, « Shenzhou 11 lancé vers Tiangong 2 », sur Air et Cosmos, (consulté le ).
  8. Un satellite envoie des photos en haute définition de Tiangong-2 et de Shenzhou-11, CCTV Com, 26 octobre 2016
  9. BFMTV, « Décollage réussi pour Tianzhou-1, le premier cargo spatial de la Chine », BFMTV (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]