Tore de Stanford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue externe d'un Tore de Stanford. Le panneau solaire principal non-rotatif se trouve en "bas", et redirige la lumière du soleil vers l'anneau des miroirs secondaires situé autour du "centre".
Vue d'artiste de l'intérieur d'un Tore de Stanford
Vue externe d'un tore de Stanford avec quelques chevrons anti-radiation enlevés pour montrer l'espace intérieur

Le Tore de Stanford est un design et une mégastructure qui a été proposé pour la colonisation spatiale. Il s'agit d'un ou deux Tore(s) d'idéalement 1,8 km de diamètre qui tourne une fois par minute utilisant la force centrifuge (l'inertie) pour fournir une gravité équivalente (0,9 à 1 g) à celle de la Terre au niveau de l'anneau extérieur. Sa taille lui permettrait d'héberger jusqu'à au moins 10 000 résidents permanents[1].

Description[modifier | modifier le code]

La lumière du soleil serait distribuée sur la surface transparente de la Tore par un système de miroirs qui refléterait la lumière. L'anneau est connecté à un noyau central grâce à des tuyaux permettant le passage des hommes et des équipements. Ce noyau n'étant pas soumis à la force centrifuge générée par la rotation, les industries nécessitant l'impesanteur peuvent y être installées. De plus, les vaisseaux spatiaux pourront s'ancrer facilement sur ce point.

L'intérieur du tore est utilisé comme espace d'habitation. Sa grande taille permet de simuler un environnement naturel. Pour un observateur, cet espace ressemble à une vaste vallée glaciaire qui se dirige vers le haut, jusqu'à reboucler sur elle-même. La densité de population est la même que celle d'une banlieue dense, avec des parties du tore réservées à l'agriculture, et d'autres aux résidences[2].

Le Tore de Stanford a été proposé au 1975 NASA Summer Study (étude d'été 1975 de la NASA) et conduit par l'université Stanford. Cette étude de la NASA dirigée par Gerard O'Neill avait pour objectif de réfléchir sur les futures colonisations spatiales. Cet article ne concerne que le design proposé lors de cette étude — le principe d'une station spatiale en forme d'anneau avait déjà été proposé par Wernher von Braun en 1952[3].

Tore de Stanford dans la fiction[modifier | modifier le code]

Tout comme les stations spatiales en forme d'anneau, le concept du tore de Stanford a inspiré de nombreux auteurs de science-fiction.

L'un exemple que l'on pourrait citer serait le film Elysium réalisé par Neill Blomkamp en 2013, dans lequel l'Elysium est un tore de Stanford qui gravite autour de la Terre réservé aux nantis, alors que la Terre se meurt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Rapport de conception système de la NASA »
  2. (en) « Voir vues d'artistes sur le site de la NASA »
  3. (en) Wernher von Braun, « Crossing the last frontier », Collier's weekly,‎ , p. 25 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :