Classe Yuan Wang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Yuan Wang
Image illustrative de l'article Classe Yuan Wang
Le Yuanwang 2 à Auckland en Nouvelle-Zélande en 2005.
Caractéristiques techniques
Type Bâtiment d'essais et de mesures
Longueur Yuanwang 2 - 190 mètres
Maître-bau Yuanwang 2 - 22.6 mètres
Déplacement 21 000 t (à pleine charge)
Propulsion Moteur Diesel Sulzer (Yuanwang 3 et navires suivants)
Puissance 21 000 ch (15 MW)
Vitesse 18~20 nœuds
Caractéristiques militaires
Aéronefs Aucun, mais possède un héliport pour Changhe Z-8.
Rayon d’action 10 800 miles à 18 nœuds, 19 800 miles à 15 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage Yuanwang 2 - 470 hommes.
Histoire
Constructeurs CSSC-China State Shipbuilding Corporation Shanghai
A servi dans Naval Ensign of the People's Republic of China.svg Marine chinoise
Période de service - présent
Navires construits 6
Navires en activité 4
Navires démolis 1
Navires préservés 1

La classe Yuan Wang (chinois simplifié : 远望 signifiant « Longue Vue ») est le nom générique donné à une série de bâtiments d'observation spatiale (Sigle OTAN : ASVS) de classe différente lancée depuis 1977 et utilisée pour le support de satellites du programme spatial chinois et de missiles balistiques intercontinentaux par la Marine de l’Armée populaire de libération (MAPL) de la République populaire de Chine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette classe a été initialement proposée en 1965 par le Premier ministre Zhou Enlai. Cette idée fut approuvée en personne par Mao Zedong en 1968. Les deux premiers navires de la classe, Yuanwang 1 et Yuanwang 2 ont été construits au chantier naval de Jiangnan à Shanghai et mis à l'eau respectivement le 31 août 1977 et le 1 septembre 1978. Le concepteur général de cette classe est l'ingénieur naval Xu Xueyan (许学彦, 1924 - ). Cette mise en service donna à la Chine la capacité de suivre des satellites et des lancements sur toute la surface du globe. La première mission de surveillance des deux navires a lieu en mai 1980. Après avoir été utilisés pour le suivi des lancements de satellites de communication développés localement, Yuanwang 1 et Yuanwang 2 subirent des révisions pour pouvoir assurer le suivi des lancements de satellites internationaux[1].

Une nouvelle génération de deux navires supplémentaires a été commandée, le Yuanwang 3, lancé le 28 mai 1995 et disposant de quatre radars de trajectographie dont un sous radôme à l'arrière et le Yuanwang 4, qui est une reconversion de l'ancien navire de surveillance Xiangyanghong 10 lancé en octobre 1979 disposant de deux radars de trajectographie, un sur la plage avant et l'autre sur le hangar hélicoptère.

Afin d'assurer le support des nouvelles missions habitées du programme Shenzhou, la Marine chinoise lance en 2006 les deux nouveaux navires de la classe : le Yuanwang 5 et le Yuanwang 6 mis en service respectivement le 29 septembre 2007 et le 12 avril 2008[2]. Yuan Wang 5 possède un déplacement de 25 000 tonnes et est équipé d'un ensemble de conduite de mission spatiale et de systèmes de communication, comprenant un système de suivi et de contrôle à bande S et à bande C, et un radar à impulsions à bande C. Ils disposent de quatre radars de trajectographie dont un sous radôme à l'arrière. Les conditions de vie de l'équipage ont été significativement améliorées[2].

Selon les médias chinois, le Yuanwang 6 diffère de son sister-ship par sa grande salle de contrôle de mission qui occupe deux ponts au lieu d'un seul.

Deux navires de transport d’un déplacement pleine charge de 9 080 tonnes chacun, Yuan Wang-22 et Yuan Wang-23, ont été construits pour le transport du lanceur Longue Marche 5[3].

Liste de la flotte[modifier | modifier le code]

Les 6 navires de cette classe ont été construits au chantier naval de Jiangnan de Shanghai.

  • Yuanwang 1 - 1977 - retiré du service et reconverti en navire musée
  • Yuanwang 2 - 1978 - en service, ne navigue plus mais continue à servir comme station de contrôle flottant à quai.
  • Yuanwang 3 - 1995 - en service
  • Yuanwang 4 - 1998 - 2010, coulé lors de l'essai du missile balistique anti-navire DF-21D.
  • Yuanwang 5 - 2007 - en service
  • Yuanwang 6 - 2008 - en service
  • Yuanwang 7 - début de construction en 2015

Depuis sa mise en place, la flotte de surveillance Yuanwang a navigué[Quand ?] dans les 3 principaux océans à 44 reprises, couvrant plus de 800 000 nautiques et a participé à plus 50 missions de surveillance avec un taux de succès de 100 %[1].

Spécifications techniques[modifier | modifier le code]

Yuanwang 1 Yuanwang 2 Yuanwang 3 Yuanwang 4 Yuanwang 5 Yuanwang 6
Année de lancement 1977 1978 1994 1979 2006 2006
Année de mise en service 1979 1995 1998 2007 2008
Longueur (m) 190 190 180 156,2 222,2 222,2
Largeur (m) 22,6 22,6 22,2 20,6 25,2 25,2
Tirant d'eau (m) 9 9 8 7,75
Déplacement à pleine charge (t) 21 000 21 000 16 792 13 000 25 000 25 000
Propulsion Turbine à vapeur
16 000 ch
Turbine à vapeur
16 000 ch
Moteur Diesel
18 000 ch
Moteur Diesel
18 000 ch
Vitesse (nœuds) 18 18 18~20 20
Plateforme hélicoptère (nombre) Oui (1) Oui (1) Oui (1) Oui (1) Oui (1) Oui (1)
Hangar à hélicoptère Non Non Non Oui (1) Oui (1) Oui (1)
Le Yuan Wang 6 à Papeete, le 28 décembre 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)« Yuan Wang tracking ship », sur globalsecurity.org
  2. a et b (en)« Yuanwang 5/6 Space Tracking Ships », sur sinodefence.com,
  3. Henri Kenhmann, « Longue Marche 5 : Échec du 2ème vol », sur http://www.eastpendulum.com/, (consulté le 3 juillet 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :