Christophe Barratier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christophe Barratier
Description de cette image, également commentée ci-après
Christophe Barratier en 2008
Naissance (54 ans)
Paris
Nationalité France Français
Profession producteur de cinéma, réalisateur, scénariste
Films notables Les Choristes

Christophe Barratier, né le 17 juin 1963 à Paris, est un réalisateur, scénariste et producteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant d'être cinéaste, Christophe Barratier suit une formation musicale classique et un cursus de guitariste classique : il obtient une licence de concert de l'École normale de musique de Paris, ainsi que plusieurs prix de concours internationaux.

En 1991, il entre dans la société de production de son oncle Jacques Perrin[1], Galatée Films. Il y apprend le métier de producteur, et accompagne notamment Microcosmos : Le Peuple de l'herbe (1995), Himalaya : L'Enfance d'un chef (1999) et Le Peuple migrateur (2001) en tant que producteur délégué.

En 2001, il passe à la réalisation avec le court-métrage Les Tombales, qui réunit Lambert Wilson et Carole Weiss. Adapté de la nouvelle de Guy de Maupassant, ce film, accompagné par la musique de Bruno Coulais, est notamment sélectionné au Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand.

Son premier long métrage sort en 2004 : Les Choristes, une adaptation du film de Jean Dréville, La Cage aux rossignols (1945). Adaptation qu'il signe avec le scénariste Philippe Lopes-Curval. En 2006, il attaque en justice les annonceurs, qu'il accuse de financer le piratage en faisant de la publicité sur des sites de téléchargement illégal. Il perd ce procès symbolique le 21 juin 2006[2].

Il réalise ensuite Faubourg 36. Il se base sur des films mythiques chorégraphiés par Busby Berkeley et sur un scénario de prolétaires face à une opportunité, comme dans La Belle Équipe[3].

Il se lance avec le producteur Thomas Langmann dans une nouvelle adaptation de La Guerre des boutons de Louis Pergaud, qui se passerait durant la Seconde Guerre mondiale, en France occupée par les nazis. Le problème de cette guerre des boutons est qu'elle a un autre concurrent : une autre version de Yann Samuell. Barratier sort sa version une semaine après. Les critiques sont mitigés et chacune des versions fait un million et demi d'entrées.

Il met ensuite en scène L'Outsider qui revient sur le parcours du trader Jérôme Kerviel. Le film sort en juin 2016.

Thématiques et réception[modifier | modifier le code]

Les Choristes furent bien accueillis dans un premier temps. Mais après le succès du film, les réactions de la presse sont haineuses[4], accusant le film de passéisme et de rance, Les Inrocks disent même que c'est un paternalisme sournois, au parfum de IVe république, digne de Jean-Pierre Raffarin[5]. Les films suivants eurent la même réception

Le cinéaste a comme référence les cinéastes d'avant la Seconde Guerre mondiale, la qualité française, courant du cinéma d'artisanat, conchié par la nouvelle vague et par toutes les critiques de cinéma. Même si certains cinéastes cinéphiles, les plus fameux étant Bertrand Tavernier et Paul Vecchiali, souhaitent, pour certains réalisateurs, la réhabilitation critique. Les réalisateurs-sources cités par Barratier sont ainsi Marcel Carné, Julien Duvivier, René Clair, Henri-Georges Clouzot, Jean Boyer, René Clément ainsi que le scénariste Jacques Prévert, grand pourvoyeur du réalisme poétique[3].

Ce regain d'intérêt suscite la haine d'un grand pan de la critique[6],[7]. Ainsi Chronicart le traite de « Stanley Kubrick du cinéma rétro »[8]. Libération dit que le cinéaste cite des références prestigieuses mais reste au niveau de Jean Boyer ou Gilles Grangier, très méprisés[9].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur et scénariste[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Titre Année Entrées
Les Choristes 2004 8 669 186 entrées
Faubourg 36 2008 1 331 585 entrées
La Nouvelle Guerre des boutons 2011 1 542 231 entrées

Théâtre[modifier | modifier le code]

Metteur en scène

Spectacle musical[modifier | modifier le code]

Metteur en scène

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa mère, Éva Simonet, est la sœur de Jacques Perrin et est une importante attachée de presse du cinéma français.
  2. « P2P : les Choristes perdent face aux annonceurs », Clubic.com,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Dossier de Presse de Faubourg 36 » [PDF], sur UniFrance
  4. « Le fabuleux destin des Choristes », sur La Croix,
  5. « Les premiers films : les couacs de la chorale », sur Les Inrocks,
  6. « Faubourg 36 », sur Les Inrocks
  7. « La Nouvelle guerre des boutons : vive l'idéologie idiote du bon vieux ciné français », sur Les Inrocks,
  8. « La Nouvelle guerre des Boutons », sur Chronicart
  9. « Faubourg 36, l'affront populaire », sur Libération,
  10. Les choristes : le spectacle musical débarque aux Folies Bergère, sur culturebox.francetvinfo.fr, consulté le 30 mars 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]