BM-21 Grad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

BM-21 Grad
Image illustrative de l’article BM-21 Grad
BM-21 Grad sur Ural-375
Caractéristiques de service
Service 1963-aujourd'hui
Utilisateurs 65
Production
Concepteur Splav State Research & Production Association FSUE
Année de conception 1963
Caractéristiques générales
Équipage 4
Longueur 7,35 m
Largeur 2,40 m
Hauteur 3,09 m
Masse au combat 13,71 tonnes
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage aucun
Mobilité
Moteur V-8 gasoline ZiL-375
Puissance 180 ch (130 kW)
Vitesse sur route 75 km/h
Puissance massique 12,9 ch/tonne
Autonomie 450 km

Le BM-21 Grad (russe : БМ-21 « Град ») est un lance-roquettes multiple soviétique de 122 millimètres développé dans les années 1960. BM signifie Boïévaïa machina, « véhicule de combat », et le surnom Grad signifie « grêle ». En Occident, le système était initialement connu sous le nom M1964. Plusieurs navires emportent également des paniers de roquettes BM-21. Selon les munitions et les versions, la portée de ces roquettes d'un calibre de 122 mm est de 5 à 45 km mais la moyenne se situe dans les 20 km.

Largement exporté à travers le monde, ce système d'arme a participé à de très nombreux conflits. C'est probablement un des systèmes d'artillerie les plus répandus au monde (toutes versions). Pratiquement tous les pays de l'ancien bloc de l'Est utilisent encore des BM-21 (ou variantes) dans leurs armées et de nombreux pays sur tous les continents ont voulu créer leur propre version.

Le Grad est parfait pour saturer très rapidement une zone, une seule salve d'un BM-21 peut couvrir entre 0,8 et 1 hectare de terrain et cela prend 10 minutes pour le recharger. Si plusieurs véhicules avec assez de munitions sont présents ils peuvent délivrer une large puissance de feu sur une zone très étendue, ce qui en fait l'outil parfait pour attaquer des fortes concentration d'infanterie ou de véhicules. Il est également très efficace pour attaquer des zones stratégiques comme un aéroport ou une ville.

Ce MLRS peut aussi causer d'innombrables victimes civiles, du fait de sa relative imprécision.

Historique[modifier | modifier le code]

Le BM-21 entre en service dans l'armée soviétique en 1963 afin de remplacer les BM-14 devenus obsolètes. Basé sur un châssis de Ural-375D, il comprend 40 tubes de lancement de roquettes.

Le BM-27 Uragan, puis le BM-30 Smerch, apparu en 1983 et le 9A52-4 Tornade, entré en service en 2011, remplacent progressivement les anciens BM-21 des forces armées de la fédération de Russie.

Engagements[modifier | modifier le code]

Variantes[modifier | modifier le code]

Plusieurs autres pays l'ont copié ou ont développé des systèmes similaires, c'est le cas notamment de :

Sur châssis KrAZ-6322 pour l'Ukraine.
  • Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud (valkyrie) - Mise en service opérationnel en 1982. Équipé de 26 tubes lanceurs de 127 mm. Monté sur un châssis de SAMIL 20 (en) 4 × 4. Très léger et petit le Valkyrie a été développé pour se fondre dans le décor : en y installant une simple toile, le véhicule peut se déguiser en camion de transport classique[2],[3].
  • Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud (Bateleur) - Mise en service opérationnel en 1989. Équipé de 40 tubes lanceurs de 127 mm. Monté sur un châssis de SAMIL 100 (en)X6. C'est une version améliorée et plus lourde du Valkyrie. Il dispose d'une cabine légèrement blindée ainsi que d'une coque en V pour se protéger des mines et engins explosifs improvisés[4].
  • Drapeau de l'Argentine Argentine (Pampero) - Version un peu rustique d'un BM-21, très légère et équipée de 16 tubes lanceurs de 105 mm. Généralement monté sur un châssis de Mercedes-Benz Unimog 416 4 × 4 même s'il peut facilement être adapté à d'autres véhicules. Utilisé uniquement au sein des Forces armées argentines et en très petite quantité[5],[6].
  • Drapeau de la Biélorussie Biélorussie (BM-21A « BelGrad ») - Très peu de différence avec le BM-21 d'origine, il est monté sur un châssis de MAZ-6317 6 × 6. Sa principale différence est que le « BelGrad » peut emporter un jeu de rechargement de roquettes directement derrière la cabine, ce qui lui permet disposer d'une puissance de feu supérieure et facilite la logistique mais le rend plus vulnérable. Introduit dans l'armée biélorusse en 2001, il est également capable d'utiliser un grand nombre de munitions différentes.
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine (Type 81 - PHZ-89) - Copie du BM-21 Grad, entré en service à partir de 1982, développé par l'entreprise Norinco et monté sur un châssis de Shaanxi SX250 (de).
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine (SR-4) - Version améliorée du « Type 81 » sorti en 2012, il dispose de deux paniers de 20 tubes lanceurs chacun et est monté sur un châssis de Shaanxi SX2190KA 8 × 8.
  • Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord (BM-11)
DRS-122 géorgien.
  • Drapeau de la Géorgie Géorgie (ZCRS-122 Magaria) - A été révélé au public en . Dispose de 40 tubes, d’un système GPS amélioré, d'une portée supérieure ainsi que d'une cabine légèrement blindée. Très similaire aux variantes ukrainiennes, le « Magaria » est monté sur un châssis de KrAZ-6322 et serait également équipé d'un moteur russe YMZ-238D[7].
  • Drapeau de l'Iran Iran (Fadjr 3) - Dérivé du M1985 nord-coréen. Mise en production à partir de . Équipé de 12 tubes lanceurs de 240 mm et monté sur un châssis de Mercedes-Benz SK 2624 6 × 6 ou 2631 6 × 6.
  • Drapeau du Pakistan Pakistan (KRL 122)
  • Drapeau de la Pologne Pologne (WR-40 « Langusta ») - Wyrzutnia Rakietowa; mise en service opérationnel en 2007. Version améliorée avec des systèmes de navigation et de visée plus modernes. Le « Langusta » conserve les 40 tubes lanceurs mais la cabine est devenue légèrement blindée et il est monté sur un châssis de Jelcz 662 (pl) 6 × 6.
  • Drapeau de la Roumanie Roumanie (APR-40) - Mise en service opérationnel en 1985. Amélioration des différentes fonctionnalités du véhicule, monté sur un châssis de DAC-665T et développé par l'entreprise Aerostar – Brasov. Il s'est vendu dans plusieurs pays à l'export notamment en Irak[8],[9].
  • Drapeau de la Serbie Serbie (LRSVM Morava) - Mise en service opérationnel en 2015. MLRS modulaire avec possibilité d'utiliser tous les modèles de roquettes Grad 122 mm, à la fois avec les roquettes M-77 Oganj et M-63 Plamen 128 mm[10].
  • Drapeau de la Serbie Serbie (LRSVM Tamnava) - Révélé au public en 2020, monté sur un châssis de KamAZ 6560 8 × 8. Dispose de 2 paniers à roquettes, soit de 122 mm (24 roquettes par panier) ou de 262 mm (6 roquettes par panier). La cabine est légèrement blindé et peut emporter un fusil mitrailleur sur le toit de la cab
  • Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie (RM-70) - Raketomet vz.70, la production de ce modèle a commencé en 1970. Contrairement au BM-21 soviétique, la cabine du RM-70 est légèrement blindée pour résister aux tirs d'armes légères et aux éclats d'obus, un fusil mitrailleur de 7,62 mm peut être installé sur le toit et un set de roquettes est installé derrière la cabine pour avoir une recharge directement à disposition. La véhicule utilise un châssis de Tatra 813 8x8.
    RM-70
  • Drapeau de la Tchéquie Tchéquie (BM-21MT) - Version plus légère du RM-70, monté sur un châssis de Tatra 815-7 4x4, il dispose de 40 tubes lanceurs de 122 mm et a été révélé au public en 2016. Contrairement au RM-70, il ne possède pas de set de rechargement à l'arrière de la cabine et elle n'est pas blindée, toutefois le véhicule a été pensé pour que des kits de blindage puissent être installés n'importe où sur le camion[11].
  • Drapeau de la Turquie Turquie (T-122 Sakarya) - Mise en service opérationnel en 1997 et développé par MKEK, équipé de 2x 20 tubes lanceurs de 122 mm ainsi que d'un fusil mitrailleur de 7.62 mm ou 12.7 mm sur le toit de la cabine selon les versions. Monté sur un châssis de MAN 26.281, il peut également être monté sur un châssis de la marque turque BMC. Il dispose de meilleurs systèmes de visée et de navigation, il est généralement accompagné d'un camion ravitailleur équipé d'une grue hydraulique pour faciliter le rechargement.
  • Drapeau de la Thaïlande Thaïlande (DTI-2)[12],[13](châssis de Type-85 AFV)
  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine (BM-21K Grad ") - Très peu de différence avec le BM-21 d'origine à part que le panier de 40 roquettes est monté sur un KrAZ-260 6x6. Le 1er prototype a été livré en 2009[14].
  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine (BM-21U Grad) - Amélioration du BM-21K, monté sur un châssis du KrAZ-6322 6x6. La plus grosse amélioration est au niveau du GPS qui sert à la navigation ainsi qu'au ciblage des cibles.
  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine (BM-21UM "Berest") - Version la plus moderne des BM-21 ukrainiens, présentée au public en 2018 mais à ce jour nous ne savons combien l'armée ukrainienne en aurait commandé. Le Berest a un système GPS plus performant que ses prédécesseurs et dispose de 50 tubes à roquettes. Il est monté sur un châssis de KrAZ-5401NE 4x4. Il a été créé pour tenter de réduire la dépendance du pays à la Russie en termes de systèmes de défenses mais le Berest utiliserait un moteur YMZ-238D du fabricant russe GAZ[15],[16].
  • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam (BM-21M-1) - Version amélioré révélé en 2015. Système de contrôle de tir et nouvelles techniques de calcul des indicateurs balistiques. L'équipage passe de 5 à 4 servants, la préparation au tir se fait en 1,30 minutes contre environ 14 minutes pour son prédécesseur[17].
  • Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie (M-77 Oganj) - Mise en service opérationnel en 1975. Monté sur un châssis d'un camion 6x6 du fabriquant FAP. Il possède 36 tubes et une bâche peut être installé sur les paniers à roquettes pour le faire ressembler à n'importe qu'elle camion[18].

Variantes russes[modifier | modifier le code]

  • BM-21 Grad-V
    BM-21V Grad-V : Version pour les troupes aéroportées, il peut être parachuté depuis un An-12 ou héliporté par un Mi-6 ou Mi-10. Le nombre de tubes est passé de 40 à 12 pour réduire significativement son poids. Mise en service opérationnel en 1967, il est monté sur un châssis de Gaz-66B qui est un camion de transport à quatre roues contrairement à sa version standard à six roues[19].
  • BM-21 Grad-1 : Versions plus légères que le BM-21 à destination des unités mécanisées. Composé du 36 tubes lanceurs. Mise en service opérationnel en 1976, il est monté sur un châssis du ZiL-131 6x6[20].
  • Prima : Versions améliorées du BM-21, son nombre de tubes passe de 40 à 50. Contrairement à ses prédécesseurs, il est capable de tirer pratiquement tous les types de munitions de ce calibre y compris des roquettes capables de déployer un parachute lors de leurs vols. Mise en service opérationnel en 1988, il est monté sur un châssis de Ural-4320 6x6[21].
  • BM-21 Grad-K : Versions modernisées du BM-21. Son nombre de tubes reste de 40 roquettes, son système de visée et de localisation est largement amélioré. Compatible avec toutes les roquettes de 122 mm, l'équipage peut tirer ses munitions sans sortir de la cabine ou au contraire les déclencher à distance. Mise en service opérationnel en 2011-2012, il est monté sur un châssis de Ural-375D 6x6[22].
  • BM-21 PD "Damba" : Version de défense côtière, entre en service au début des années 80. La principale différence vient des roquettes, celle ci ont été construites pour pénétrer l'eau jusqu’à 200 m de profondeur pour atteindre des petits sous marins ou des nageurs de combat. La roquette PRS-60 est équipé d'un système pour éviter les ricochets sur l'eau[23],[24].

Tornado-G[modifier | modifier le code]

  • Tornado-G : Version largement amélioré du BM-21 il dispose d'un système de contrôle de tir plus avancé avec navigation par satellite et un ordinateur pour le calcul des indicateurs balistiques, qui permet de viser automatiquement les coordonnées de la cible. Il est entré en service au sein de l'armée russe en 2012[25]. De nouvelles munitions lui permettent d'atteindre des cibles à environ 40 km contre 20-30 km pour ces prédécesseurs.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

BM-21 soviétique en Afghanistan.
BM-21 de l'armée djiboutienne.
Grad-U de l'armée ukrainienne.

[Quand ?][réf. nécessaire]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Projets liés[modifier | modifier le code]

Projets similaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Attack On Europe: Documenting Equipment Losses During The 2022 Russian Invasion Of Ukraine au 20 mars 2022 », Oryx, 22 mars 2022.
  2. « Valkiri Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  3. « 127 mm Valkiri Mk 1.22 multiple rocket launcher system. | Missilery.info », sur en.missilery.info (consulté le )
  4. « Bateleur Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  5. « Pampero Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  6. (en) « Argentine Pampero multiple rocket launcher »
  7. « ZCRS-122 Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  8. (en-US) « Romanian APR-40 122mm MLRS on Volvo truck spotted in Iraq », sur defence-blog.com, (consulté le )
  9. (es) « APRA-40 122mm | Weapons Parade APRA-40 122mm rocket launcher. », sur Weapons Parade (consulté le )
  10. (en) « LRSVM Multiple launch rocket system » Accès libre, sur Military today
  11. « BM-21MT Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  12. Nurw, « DEFENSE STUDIES: DTI Thailand Delivered DTI-2 122mm Rocket Launcher », sur DEFENSE STUDIES, 29 oktober 2021 (consulté le )
  13. Baptiste, « La Thaïlande réalise une production nationale de missiles DTI-2 de 122 mm pour tester la technologie militaire de l'industrie de la défense des armes au Royaume-Uni », sur Rue Du Militaire, (consulté le )
  14. « BM-21K Grad Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  15. « Berest Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  16. « BM-21UM "Berest". Nouveau "Grad" en ukrainien » Accès libre
  17. (en) Dylan Malaysov, « Vietnam Unveils an Upgraded Version of BM-21M-1 GRAD » Accès libre, sur Defence blog,
  18. (en) « M77 Oganj » Accès libre, sur military today
  19. « BM-21V Grad-V Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  20. « Grad-1 Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  21. « Prima Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  22. « Grad-K Multiple Launch Rocket System | Military-Today.com », sur www.military-today.com (consulté le )
  23. « DB-62 Damba » Accès libre, sur strategic-bureau
  24. (en) « BM-21 GRAD 9K51 MLRS » Accès libre, sur army recognition
  25. (ru) Р. И. А. Новости, « НПО "Сплав" начало серийное производство системы "Торнадо-Г" », sur РИА Новости,‎ 20131224t1051 (consulté le )
  26. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 333
  27. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 453
  28. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 182
  29. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 184
  30. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 187
  31. (en) The military balance 2022, 529 p. (ISBN 978-1-032-27900-8), p. 93
  32. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 458
  33. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 255
  34. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 459
  35. (en) The military balance 2022, 529 p. (ISBN 978-1-032-27900-8), p. 96
  36. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 465
  37. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 93
  38. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 414
  39. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 338
  40. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 470
  41. (en) The Military Balance 2021, International Institute for Strategic Studies, , 525 p. (ISBN 978-1-032-01227-8), p. 465
  42. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 188
  43. Jean-François Auran, « La modernisation de l’armée indienne. C'est pour maintenant », Défense et Sécurité internationale, no 85,‎ , p. 77 (ISSN 1772-788X)
  44. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 342
  45. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 190
  46. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 191
  47. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 355
  48. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 128
  49. « N° 1288 - Rapport d'information de MM. Christophe Guilloteau et Philippe Nauche déposé en application de l'article 145 du règlement, par la commission de la défense nationale et des forces armées, en conclusion des travaux d'une mission d'information sur l'opération Serval au Mali », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  50. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 482
  51. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 361
  52. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 292
  53. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 484
  54. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 486
  55. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 425
  56. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 488
  57. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 503
  58. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 216
  59. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 429
  60. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 136
  61. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 466
  62. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 464
  63. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 195
  64. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 491
  65. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 495
  66. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 499
  67. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 497
  68. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 210
  69. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 501
  70. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 463
  71. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 211
  72. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 212-215
  73. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 435
  74. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 316
  75. James Hackett et International Institute for Strategic Studies, The military balance. 2022, (ISBN 978-1-000-61972-0, 1-000-61972-9 et 978-1-003-29456-6, OCLC 1296940601, lire en ligne), p. 505

Sur les autres projets Wikimedia :