Fascine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Haie de saules incorporant des fascines en fagots pour stabiliser des terrains soumis au ruissellement, Pas-de-Calais, France

Une fascine est un fagot de branchages utilisé pour combler des fossés, réparer de mauvais chemins et faire des ouvrages de défense.

Elle peut aussi servir à faire du petit bois pour allumer le feu.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Gestion des sols[modifier | modifier le code]

Sur les petits bassins versants, une fascine sert à limiter l'érosion des sols en freinant les ruissellements et en provoquant la sédimentation de la terre[1].
Des fascines composées de deux rangées de piquets de saules, qui s'enracinent facilement, disposés des deux côtés de fagots de branches filtrent les éléments terreux et freinent le ruissellement. Ces fascines peuvent être comptabilisées par les agriculteurs comme SET (Surface d'équivalence topographique) et constituer des composants du maillage des Trames vertes. On distingue les fascines vives ou vivantes capables de rejeter, c'est-à-dire des fagots constitués de branches capables de pousser en s'enracinant dans la berge des fascines sèches ou mortes constituées de branches inertes ou de fibres longues de coco. Dans ce dernier cas, on parle souvent de boudin de coco. Les boudins de coco prévégétalisés avec des hélophytes se nomment fascines pré-végétalisées. Elles sont utilisées en protection des berges des lacs et cours d'eau.

Militaire[modifier | modifier le code]

Fascines transportées par un char Churchill Avre durant la Seconde Guerre mondiale franchissant un fossé comblé avec des fascines.

Les fascines furent utilisées durant la Seconde Guerre mondiale dans les fortifications.

Une fascine peut servir à :

  1. combler les fossés avant une attaque ;
  2. protéger les combattants ;
  3. protéger les engins et pièces d'artillerie.

La fascine fait partie des outils d'attaque et de défense des places fortes utilisés en particulier à l'époque de Vauban.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de la chambre d'agriculture de Seine Maritime.