Sylviane Carpentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carpentier.
Sylviane Carpentier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Sylviane Carpentier
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Carpentier
Surnom
Sissi
Nationalité
Activités
Famille
mariage en 1954
Autres informations
Distinction
Miss France ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Sylviane Carpentier, épouse Warembourg, née en 1933 à Amiens et morte le [1], est une femme française élue Miss Picardie 1952, puis Miss France 1953. Elle est la 2e dauphine de Miss Europe 1953.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et famille[modifier | modifier le code]

Née en 1933 à Amiens[2], Sylviane Carpentier habite à Ailly-sur-Somme. Ses parents y tiennent un café avant de devenir projectionnistes de films dans les salles des fêtes des communes environnantes. Ils ont participé à la tournée de cinéma Les Gits.

Miss Picardie[modifier | modifier le code]

En 1952, elle est élue Miss Picardie, à 18 ans, au salon Godbert à Amiens, titre la qualifiant pour l'élection de Miss France 1953. Elle est alors monitrice spécialisée dans la gymnastique collective des enfants.

Miss France 1953[modifier | modifier le code]

Élection[modifier | modifier le code]

L'élection de Miss France 1953 a lieu le 28 décembre 1952 au casino de Chamonix-Mont-Blanc. Sylviane Carpentier y représente la Picardie. Les autres candidates, au nombre de neuf sont : Mireille Cayrac (Miss Toulon), Thérès Martin-Dubuard (Miss Trouville), Colette De Zanet (Miss Côte d'Argent), Solange Dessoy (Miss Lavandou), Nicky Le Priol (Miss Côte des Maures), Chantal Maicleau (Miss Automobile), Paulette Le Bourkin (Miss Bretagne), Jacqueline Kosiel (Miss Agen) et Anne Merven (Miss Paris)[3].

Sylviane Carpentier est élue Miss France. Elle succède à Josiane Pouy (Miss France 1952) et est la deuxième Miss Picardie sacrée Miss France, 17 ans après Lyne Lassalle. Elle touchera dès lors 300 000 francs (anciens francs) par mois.

Année de Miss France[modifier | modifier le code]

Elle voyagera en France, en participant notamment à des galas, et à l'étranger.

Le 3 janvier 1953, Paris-Match lui consacre un article intitulé « Miss France est née dans la neige » (sic). Elle pose en photos avec les neuf autres Miss candidates malheureuses.

Début 1953, à Istanbul en Turquie, Sylviane Carpentier devient la 2e dauphine de Miss Europe 1953, l'Italienne Eloisa Cianni.

Lors d'un retour d'un voyage en Suisse, elle revoit devant le cinéma d'Amiens, Michel Warembourg, un radio-électricien de vingt-trois ans (qu'elle avait rencontré à quinze ans dans une école commerciale). Huit jours après, elle annonce son mariage et informe son impresario qu'elle ne signera plus aucun contrat. Préparant alors son mariage, Sylviane Carpentier n'a pas souhaité se présenter ni au concours de Miss Univers ni à Miss Monde. Christiane Martel, Miss Cinémonde du nom de la revue hebdomadaire de cinéma française, a représenté la France à Long Beach aux États-Unis lors de l'élection de Miss Univers, qu'elle gagne le , devenant la première Française à remporter le titre. Denise Perrier a représenté la France au Lyceum Theatre à Londres lors de l'élection de Miss Monde 1953, qu'elle remporta le , devenant également la première Française à porter ce titre[4].

Sylviane Carpentier confie au Courrier picard que « depuis qu'elle est Miss France », elle « vit une existence artificielle, frelatée » et qu'elle « aspire à une vie toute simple ».

L'après-Miss France[modifier | modifier le code]

Elle transmet son titre à Irène Tunc, Miss Côte d'Azur 1953, élue Miss France 1954.

Sylviane Carpentier n'a pas souhaité se diriger vers une carrière artistique.

Elle s'est mariée, dans la cathédrale d'Amiens le 12 septembre 1954, avec Michel Warembourg. Paris Match du leur consacre un article[5].

Sylviane Carpentier vivra tout le reste de sa vie auprès de son mari. Elle continuera de poser pendant quelque temps pour les photographes. Elle a travaillé à l'usine textile Carmichael à Ailly-sur-Somme tandis que Michel Warembourg a continué sa profession de radio-électricien (gagnant 40 000 francs (ancien francs) par mois). Ils ont un fils, Philippe.

Elle meurt le et est inhumée à Daours dans la Somme.

Notes et références[modifier | modifier le code]