Samsung Galaxy Note 7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samsung Galaxy Note 7
Samsung Galaxy Note 7
Samsung Galaxy Note 7
Fabricant Samsung Electronics
Année Août-octobre 2016
Fonctions
Écran 5,7 pouces super Amoled
Écran externe tactile, multi-touch
Appareil photo 12 Mpx f/1.7
2d appareil photo 5 Mpx f/1.7
Type de sonnerie Oui
Fonctions multimédia Musique, Vidéo, Internet
Géolocalisation GPS (A-GPS), GLONASS, Wi-Fi, Réseau cellulaire
Caractéristiques
Mémoire interne 4 Go de RAM
Espace de stockage À partir de 64 Go
Carte mémoire oui
Système d'exploitation Android 7 (Nougat) plus Samsung Touchwiz
Réseaux GSM / GPRS / EDGE / HSDPA / HSPA+ et 4G LTE cat.4, cat.6 et cat.9, 4G+ (LTE Advanced)
Capteurs Capteur de fréquence cardiaque, , empreinte digitale, baromètre, thermomètre, scanner rétinien
Batterie 3500 mAh
Mesures
Dimensions Largeur:73,9 mm, hauteur:153,5 mm, épaisseur:7,9 mm
Masse 168 g
Chronologie des versions

Le Samsung Galaxy Note 7 est un smartphone de type phablette fabriqué par Samsung Electronics tournant sur le système d'exploitation mobile Android. Il est doté d'un écran de 5,7 pouces et est le deuxième Smartphone à être équipé d'un scanner rétinien après les Microsoft Lumia 950(XL). Son grand frère, le Samsung Galaxy S8 possède également un scanner rétinien. Il utilise mondialement un SoC Samsung Exynos 8890, sauf au Canada, en Chine, aux États-Unis et au Japon, où un Qualcomm Snapdragon 820 est utilisé.

Arrêt de commercialisation[modifier | modifier le code]

Considéré comme le meilleur smartphone de l'année 2016, avec un prix de vente de 859 € en France, il rencontre des problèmes de batterie de type lithium-ion (surchauffe et dans de rares cas explosion)[1]. Sa commercialisation est officiellement arrêtée le 11 octobre 2016. Après l’annonce de cet arrêt, l’action du groupe perd 8 % à la bourse de Séoul. Cette affaire pourrait par ailleurs coûter environ 9 milliards d’euros à Samsung, en plus de l’impact négatif sur l’image de la marque chez les consommateurs. Toutefois, l'avenir de Samsung n’est pas remis en cause car il s'agit d'un grand conglomérat[2].

Début novembre 2016, Samsung lance une vaste opération de rappel afin de récupérer tous les Galaxy Note 7 encore en circulation en Nouvelle-Zélande. Un communiqué indique ainsi que les smartphones ne seront bientôt plus en mesure de se connecter aux réseaux mobiles déployés à travers le pays. La date arrêtée est celle du 18 novembre[3].

Après avoir demandé à trois sociétés indépendantes d'enquêter sur les raisons pour lesquelles l'appareil avait de forts risques d'exploser, le résultat invoqué est la taille des batteries qui n'est pas adaptée au format du téléphone. Ces batteries étant en effet trop grosses, chauffent plus vite à cause du manque d'aération et explosaient dans certains cas[4].

Reconditionnement[modifier | modifier le code]

Après la présentation du Galaxy S8 à New York, Samsung a annoncé que le Galaxy Note 7 sera de retour, désormais sous le nom de Galaxy Note FE ( Fe pour fan edition) mais sans les problèmes d'explosion des batteries. Cette fois, les batteries seront plus petites pour éviter de nouveaux problèmes[5]. Les exemplaires reconditionnés sont vendus en Corée du sud début juillet 2017 et sont limités à 400000 exemplaires[5]. Cette nouvelle politique de sécurité (Contrôle Sécurité Batterie en 8 points) a été mise en place par Samsung depuis le rappel des premiers Galaxy Note 7 fin 2016.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Samsung annonce l'arrêt total de la production du Galaxy Note 7 latribune.fr, le 11 octobre 2016
  2. Adeline Daboval, « Fiasco du Galaxy Note 7 : Samsung décroche en Bourse », sur leparisien.fr, (consulté le 12 octobre 2016)
  3. « Le Samsung Galaxy Note 7 va être blacklisté chez les opérateurs néo-zélandais », Fredzone,‎ (lire en ligne)
  4. « On sait pourquoi les batteries des Samsung Galaxy Note 7 ont explosé », sur Huffington Post,
  5. a et b « Le Galaxy Note 7 renaît de ses cendres », sur Clubic.com (consulté le 10 avril 2017)