Photophone (appareil)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Photophone.

Un photophone est un téléphone mobile dont le capteur permet de prendre des photos numériques de haute résolution capables de concurrencer celles des appareils photographiques numériques compacts.

Dans cette acception, la majorité des téléphones mobiles commercialisés actuellement (excepté les produits d'entrée de gamme) sont des photophones.

Sur les autres projets Wikimedia :


Historique[modifier | modifier le code]

Le Nokia N93 en a été un bon exemple.

Le mot photophone (contraction d'appareil-photo et de téléphone) avait été forgé en 1880 par Graham Bell sur le même principe que sémaphone pour désigner son système de transmission de la lumière.

Le mot « photophone » a trouvé une nouvelle acception, pendant l'été 2002, sous la plume de Pierre-Alain Buino dans le magazine Chasseur d'images n° 247, à l'occasion d'un article consacré à la « Photomobilité » (mot inventé de toutes pièces pour l'occasion).

L'objectif du journaliste était alors de supprimer le mot de « Smartphone » pour deux raisons. D'abord, pour un meilleur respect de la langue française, mais aussi parce que les « smartphones » désignaient alors des appareils aux fonctions complexes, incluant tout particulièrement des fonctionnalités de type PDA (Personnal Digital Assistant), voire encore bien plus (télévision numérique, visiophonie, etc.).

Le mot « photophone », lui, tel que nous l'utilisons aujourd'hui en ce début du XXIe siècle, désigne un appareil, à la fois capable de téléphoner, de prendre des photos (voire des vidéos), mais aussi d'acheminer les enregistrements photo/vidéographiques par des réseaux sans fil (GSM, GPRS, Wi-Fi, 3G, UMTS, 3G+ etc.).

La pratique de la photographie avec un photophone est appelée phonéographie.

Le Sony Ericsson K800i fut l'un des premiers téléphones portables à être équipé d'un capteur de 3,2 mégapixels.

Le module plénoptique de Toshiba[modifier | modifier le code]

En 2013, la marque japonaise Toshiba avait prévu de commercialiser un module plénoptique pour smartphone[1].

Le photophone de Bell[modifier | modifier le code]

À titre désormais totalement anecdotique et complètement hors-sujet avec la problématique d'aujourd'hui, qu'elle soit commerciale ou technique, signalons que c'est Alexander Graham Bell, surtout connu pour l'invention du téléphone, qui a mis au point le premier « photophone », resté sans vrai public et qui n'a jamais transmis de supports multimédias. Cet appareil, d'une autre époque (mais fort judicieux), permettait de transmettre la lumière sur une distance de 200 mètres (maximum jamais réellement atteint sur tous les jours d'une année). La voix, amplifiée par un microphone, faisait vibrer un miroir qui réfléchissait la lumière du soleil. Quelque 200 mètres plus loin, un second miroir captait cette lumière pour activer un cristal de sélénium et reproduire le son voulu. Le récepteur de cet appareil était presque identique à celui du premier téléphone. Bien qu'opérationnelle en terrain découvert, cette méthode s'avéra peu utilisée. La pluie, la neige et les obstacles qui empêchaient la transmission du signal condamnèrent l'idée de Bell, bien qu'il considérait lui-même que le « photophone » était sa plus grande invention, puisqu'il permettait une communication vocale sans fil, malgré une distance d'exploitation trop courte pour communiquer vraiment et facilement, et totalement incompatible avec tout développement commercial (contrairement au téléphone).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Toshiba planche sur un module plénoptique pour smartphones. », sur focus-numerique.com (consulté le 2 janvier 2013)