Saint-Ferréol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Ferréol
Vue du mont Blanc depuis Saint-Ferréol.
Vue du mont Blanc depuis Saint-Ferréol.
Blason de Saint-Ferréol
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Faverges
Intercommunalité C.C. des Sources du Lac d'Annecy
Maire
Mandat
Philippe Prud'Homme
2014-2020
Code postal 74210
Code commune 74234
Démographie
Gentilé Saint-Ferréolains
Ferréolains
Population
municipale
822 hab. (2013)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 00″ Nord, 6° 18′ 27″ Est
Altitude Min. 479 m – Max. 2 038 m
Superficie 16,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Saint-Ferréol

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Saint-Ferréol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ferréol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ferréol

Saint-Ferréol est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle appartient à la communauté de communes des Sources du Lac d'Annecy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Ferréol, commune de la Haute-Savoie, se situe au flanc de la montagne de l'Arclosan et Nantbellet.

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

 Saint-Ferréol et les communes voisines.
Saint-Ferréol et les communes voisines.

La commune de Saint-Ferréol est située à 2 kilomètres au nord de Faverges, sur la route qui conduit à Thônes. Elle est édifiée au sommet du cône de déjection de la Chaise, au débouché de gorges étroites et boisées, qui mènent en amont à Serraval. La commune culmine à 2 041 mètres, à la pointe de la Beccaz, limitrophe avec Montmin.

La rivière de la Chaise, qui prend sa source à proximité de Serraval, débouche dans l'Arly.

À Saint-Ferréol, la Chaise est aussi appelée : Biel.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Talloires-Montmin Serraval Rose des vents
N
O    Saint-Ferréol    E
S
Faverges-Seythenex Val de Chaise

Climat[modifier | modifier le code]

La situation de Saint-Ferréol se trouve dans un climat continental montagnard caractérisé par une humidité marquée[1]. Les données utilisées par Météo-France pour caractériser le climat local reprennent celles de la station météorologique de référence, située à Chambéry (située à environ 35 km au sud-ouest, de l'autre côté du massif des Bauges, à une altitude de de 235 m), relevées sur la période 1981-2010[2]. Du fait de la localisation, les hivers y sont plus froids et neigeux que ceux observés dans l'avant-pays, comme à Chambéry, et la saison estivale douce avec parfois des épisodes orageux. Les intersaisons (avril et octobre) sont aussi en moyenne plus humides.

L'amplitude thermique est proche de celle observée pour la ville d'Annecy, 20,7 °C[1].

Chambéry 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,4 −0,7 2,1 5,1 9,7 12,8 14,7 14,2 11 7,4 2,5 −0,2 6,5
Température maximale moyenne (°C) 5,8 7,9 12,6 16,3 20,8 24,6 27,4 26,6 22 16,7 10,1 6,4 16,5
Record de froid (°C) −19 −14,4 −10,3 −4,6 −1,4 2,8 5,4 5 1 −4,3 −10,8 −13,5 −19
Record de chaleur (°C) 17,9 20,5 25,1 29,5 32,7 36,1 38,3 38,8 32 29 23,3 22,7 38,8
Ensoleillement (h) 77,7 104,4 156,7 172,8 202,5 234 260,1 232,5 176,3 121,4 71,2 60,6 1 870,3
Précipitations (mm) 102,6 91,5 100 92,2 104,2 94,8 86,6 91,7 111,8 122,6 105 118 1 221
Source : Météo-France[3]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune à proximité de l'axe de l'ex-RN 508 aujourd'hui route départementale 1508 qui se dirige au nord vers Annecy, via Faverges, et au sud vers Albertville, via Ugine. Saint-Ferreol est également desservie par la route de Esserieux, qui relie le bourg à Thônes.

Depuis la RN 508, il est possible de rejoindre Albertville située à 25 km, ville depuis laquelle on peut rejoindre l'autoroute A430 permettant de rejoindre la combe de Savoie menant à la vallée de Maurienne ou les métropoles de Chambéry ou de Grenoble ainsi que la RN 90 qui permet de se diriger vers les stations de sports d'hiver de la vallée de la Tarentaise. En remontant vers le nord, en traversant Annecy, il est possible de rejoindre l'autoroute A41 (sortie Annecy-Sud à 26 km ou Annecy-Nord à 29 km) permettant de se rendre vers la vallée de l'Arve à l'est ou de se diriger vers Chambéry, via Aix-les-Bains à l'ouest. On peut éventuellement rejoindre l'autoroute A40, dite « Autoroute Blanche » en empruntant l'ancienne RN508 direction Frangy.

Le village est relié au reste du département et aux villes du département voisin par un service de car journalier assurant la liaison Annecy-Albertville par la société Voyages Crolard (Groupe Transdev), membre du réseau Lihsa (lignes interurbaines de Haute-Savoie)[M 1]. Il s'agit de la Ligne 51 dont les autocars effectuent de façon quotidienne dans la direction d'Annecy et sept à destination d'Albertville[M 1]. La commune accueille également le dépôt de la petite entreprise familiale de transport en autobus Blanc-Garin.

À partir d'Annecy, on peut se connecter au réseau ferré de la plate-forme multimodale de la gare d'Annecy. Pour les vols internationaux, on peut emprunter soit l'aéroport français de Lyon-Saint-Exupéry (145 km et 1h40), soit plus proche de Genève Cointrin en Suisse (70 km et 1h00).

Depuis la commune, on peut rejoindre la piste cyclable, implantée sur l'ancien tracé de chemin de fer, longeant la RD 1508, entre Annecy et Albertville, s'arrêtant pour la Haute-Savoie au village de Marlens[M 2],[4]. Le dernier tronçon reliant Giez à Marlens a été réalisé entre 2004-2005[4]. Elle est dénommée « la voie verte » et mesure 30 km de long[M 2],[4]. Elle est gérée par le syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA)[4]. Cette piste cyclable est considérée comme l'une des plus fréquentées de France[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Ferréol est un toponyme dérivé du nom d'un saint, peut-être Ferréol de Vienne, originaire du Dauphiné, ou plus probablement Ferréol de Besançon, martyr vers 212[5].

En 1793, lors de l'occupation du duché de Savoie par les troupes révolutionnaires françaises, on trouve la forme Saint Fereol[6].

Le nom de la commune se dit, en francoprovençal, San Faryou (graphie de Conflans) ou Sant-Fèrréôl (ORB)[7].

Ses habitants sont appelés les Saint-Ferréoliennes et les Saint-Ferréoliens[8]. La forme en patois est les « Cavérus ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces d'occupation, remontant à 750 av. J.-C., ont été découvertes au hameau du Lautharet.

L'église est mentionnée en 1311. L'église actuelle est du XIXe siècle. Elle est de style néoclassique sarde, comme le tiers des églises du département. À l'intérieur, on peut voir une remarquable série de peintures murales représentant les étapes de la vie religieuse, du baptême à la mort. Les personnages représentés sont les habitants du village. Cette église est inscrite depuis 2015 à l'ISMH.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune appartient au canton de Faverges, qui depuis le redécoupage cantonal de 2014, est composé de 24 communes. La ville de Faverges-Seythenex en est le bureau centralisateur[9].

Elle est aussi membre de la communauté de communes des Sources du Lac d'Annecy (ex-CC du pays de Faverges), et qui comporte sept communes. Elles font suite à l'ancien SIVOM de Faverges, depuis l'an 2000[10].

La commune relève de l'arrondissement d'Annecy et de la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Philippe Prud'Homme SE ...
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

À ce jour, aucune coopération décentralisée ou autres actions extérieures n'ont été mises en place par la commune[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 822 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
701 772 790 883 939 950 819 838 863
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
858 861 844 797 679 673 668 625 592
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
504 480 482 478 490 442 507 593 641
1982 1990 1999 2007 2008 2012 2013 - -
646 758 798 848 859 818 822 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

Saint-Ferréol appartient au « Bassin 74123 : Faverges  » avec 6 autres communes du canton de Faverges[13]. Ce bassin comptait en 2008 sept médecins généralistes installés à Faverges[14], en 2012, ils ne sont plus que six[13]. La desserte médicale[Note 3] est estimée en septembre 2012 à 1 médecin généraliste pour 1 759 hab., pour ce bassin[13]. Un spécialiste en ophtalmologie est présent à Faverges[13]. D'autres services liés à la santé sont aussi implantés, des dentistes, des infirmiers, un laboratoire d'analyse, des kinésithérapeutes, ainsi que des pharmacies sont également installés dans le chef-lieu de canton[13].

Faverges possède une maison de retraite[13].

La commune de Saint-Ferréol, comme l'ensemble des communes du canton, est attachée au service d'urgences du centre hospitalier de la région d'Annecy. Anciennement idéalement placé du côté des Marquisats à Annecy, sur la RD 1508, ce dernier a dès lors déménagé en 2008 du côté de Metz-Tessy, obligeant la traversée de l'agglomération. Du côté d'Albertville, dans le département voisin, on peut également avoir accès au service du centre hospitalier intercommunal Albertville-Moûtiers.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Ferréol est située dans l'académie de Grenoble. En 2013, elle compte un établissement scolaire (école primaire)[15] et une crêche.

L'ensemble des établissements sont rattachés, en 2013, au collège public du canton, le collège Jean-Lachenal, situé à Faverges[16]. Le collège, créé en 1966, porte le nom de l'un de ses premiers directeurs (1967 à 1979), qui fut également maire adjoint de 1959 à 1989[17]. Certains élèves se rendent au collège de Saint-Jorioz ou les établissements privés du bassin annécien.

Les futurs lycéens poursuivent leurs études selon leurs options, dans l'un des lycées d'Annecy (lycée Gabriel-Fauré ou lycée professionnel Germain-Sommeiller, parfois le lycée Berthollet ou le lycée privé Saint-Michel). Certains optent toutefois pour l'un des enseignements d'établissements des villes du département savoyard voisin (lycée polyvalent René-Perrin d'Ugine ou lycée général et technologique privé Jeanne-d'Arc d'Albertville).

La ville de Faverges possède cependant un établissement préparant différents diplômes dans son lycée professionnel privé La Fontaine[16] : C.A.P. (Esthétique-cosmétique, coiffure, dessinateur en communication graphique) ; B.P. (esthétique en alternance) ainsi que B.E.P. (Bio-services, carrières sanitaires et sociales, vente action marchande) ou encore Bac Pro (artisanat et métier d’arts option communication graphique, commerce, vente). On trouve également à Faverges, un institut médico-éducatif/SESSAD Guy Yver[18].

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Semnoz... Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale du bassin annécien. France 3 et son décrochage France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

Culte[modifier | modifier le code]

L'ancienne paroisse de Saint-Ferréol était dédiée à saint Ferréol[8]. La commune est désormais intégrée à la paroisse Saint-Joseph en pays de Faverges[19], qui fait partie du doyenné de la Tournette, dont le siège se troue à Faverges[20]. Elle se trouve dans le diocèse d'Annecy. Le culte catholique est célébré dans l'église de Saint-Ferréol[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Saint-Ferréol compte un bar appelé le Santa-fé.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le pays de Faverges et la commune de Saint-Ferréol sont tournés vers le tourisme avec notamment la présence à proximité du lac d'Annecy, des stations de ski du Val de Tamié, de La Sambuy-Seythenex et de Montmin ainsi que l'exploitation du riche patrimoine local (musées, châteaux, etc.). La promotion touristique de la commune se fait par l'intermédiaire de l'office du tourisme de la communauté de communes « Sources du lac d’Annecy - Pays de Faverges ». L'office de tourisme cantonal, mis en place dans les années 1980[22], est installé dans l'ancienne mairie de la ville de Faverges.

Le territoire permet une offre touristique variée avec une cinquantaine d’établissements sur l'ensemble du territoire de la communauté de communes, soit environ 12 300 lits touristiques (dont 50 % en campings - hôtellerie de plein air)[M 3]. En 2014, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 494 lits touristiques répartis dans 89 structures[Note 4] (781 lits en 1995[24]), dont 27 meublés et un hôtel[23].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune n compte un monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques [25] ainsi qu'à l'inventaire général du patrimoine culturel[26]. Elle possède une peinture répertorié à l'inventaire des monuments historiques[27] mais aucun objet à l'inventaire général du patrimoine culturel[28].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église (ISMH).
  • Elle a été, construite en 1844, sur les plans de l'architecte Camille Ruphy, est de style néoclassique. Elle abrite des peintures murales représentant six des sept sacrements de l'église (baptême, confirmation, mariage, ordination, confession, sacrement des morts ou extrême onction), ainsi qu'un tableau XVIe siècle représentant saint Sébastien et saint Roch entourant le Christ crucifié. Les personnes représentées sur les peintures murales sont les habitants du village. Au sein de l'église, des peintures en trompe-l'œil du chœur semi-circulaire et de la voûte en cul-de-four. L'église possède aussi deux retables néo-classiques et un chemin de croix peint.
  • La chapelle de Notre-Dame-de-Grâce, édifiée au hameau de Nantbellet, sur les hauteurs de Saint-Ferréol.
  • La chapelle des Combes.

Patrimoine rural[modifier | modifier le code]

La commune possède par ailleurs un petit patrimoine hérité de son passé agro-pastoral :

  • une ancienne scierie. Cette ancienne scierie existe encore il y a d'ailleurs un moulin qui tourne pendant les gros orages et au premier dégel du printemps ;
  • des ruines d'une très ancienne maison qui selon la légende cacherait, en haut de la montagne du Nantbellet, dans ses propres ruine un fabuleux trésor qui n'a (évidemment) jamais été trouvé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Tissot-Dupont, monté à Paris en 1856, portraitiste officiel de la cour impériale.
  • Simon Tissot-Dupont, fondateur en 1872 de la société S.T. Dupont à Faverges.
  • Marius Émile Boileau, capitaine né en 1887, Légion d'honneur en 1918.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Ferréol

Les armes de Saint-Ferréol se blasonnent ainsi : Écartelé de gueules et d'azur ; au Ier à un casque romain, au IIe à une roue à aubes, au IIIe a une fleur d'édelweiss, au IVe à la croix tous d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Germain, Jean-Louis Hebrard et Gilbert Jond, Dictionnaire des communes de Haute-Savoie, éditions Horvath.
  • Bernard Pajani Faverges et ses environs, 1906, par 74 cartes postales anciennes commentées, auteur-éditeur. Contient une carte de la commune de Saint-Ferréol dressée par un instituteur en 1888 ainsi que deux cartes postales (1906 et 1910).
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 279-281 « Le canton de Faverges », pp. 325-327 « Saint-Ferréol ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sites institutionnels[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. La desserte médicale est le rapport du nombre de praticiens ou de structures de santé à la population. En région Rhône-Alpes, celle-ci est estimée en 2012 à 1 médecin généraliste pour 1 296 hab. Publication pour la région : [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes., « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Synthèse régionale », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé,‎ (consulté le 12 avril 2014), p. 11.
  4. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[23].

Références[modifier | modifier le code]

Sources communales[modifier | modifier le code]

  1. a et b PLUi Partie 1, p. 41-43.
  2. a et b PLUi Partie 1, p. 44-45.
  3. « Dossier de Presse - De Sources PURES », sur le site de l'Office de Tourisme "Sources du Lac d'Annecy - Pays de Faverges" (consulté en août 2014).

Fiche Insee de la commune[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF] Ministère de l'agriculture et de la forêt - Direction de l'espace rural et de la forêt, « Section « 1.2.2. - Climat » », Département de la Haute-Savoie - Résultats du deuxième inventaire forestier (tome 1), sur inventaire-forestier.ign.fr,‎ (consulté en août 2014), p. 4.
  2. « Données climatiques de la station de Chambéry », Météo-France (consulté en décembre 2014).
  3. « Données climatiques de la station de Chambéry », Météo-France (consulté en août 2014).
  4. a, b, c, d et e « Voie Verte - Présentation », sur Site du Syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA) - www.sila.fr (consulté en août 2014).
  5. Henry Suter, « Saint-Ferréol », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch,‎ 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 19 novembre 2016).
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 13
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  8. a et b « Saint-Ferréol », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2014), Ressources - Les communes.
  9. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ (consulté en août 2014).
  10. Marité Martiney, « La communauté de communes à de grands projets », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne), p. 12.
  11. Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales - Ministère des Affaires étrangères, « Saint-Ferréol », Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, sur Site extranet de la Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) - Ministère des Affaires étrangères - pastel.diplomatie.gouv.fr (consulté en décembre 2014).
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  13. a, b, c, d, e et f [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes., « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Département de la Haute-Savoie », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé,‎ (consulté le 12 avril 2014), p. 71.
  14. [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes. Étude dirigée par M. EVRARD, « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Département de la Haute-Savoie », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé,‎ (consulté le 8 avril 2014), p. 63-64.
  15. « Annuaire de recherche « Saint-Ferréol » », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 13 avril 2014).
  16. a et b « Annuaire de recherche « Faverges » », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 8 avril 2014).
  17. Hugues Aspord (Principal), « Présentation - Historique du collège », sur ac-grenoble.fr,‎ (consulté le 8 avril 2014).
  18. Patrick, « Les SESSAD », sur ac-grenoble.fr,‎ (consulté le 8 avril 2014).
  19. « Paroisse Saint-Joseph en pays de Faverges », sur Site du diocèse d'Annecy (consulté le 9 avril 2015).
  20. « Carte du Doyenné de la Tournette », sur Site du diocèse d'Annecy (consulté le 9 avril 2015).
  21. « Horaire des messes », sur le site egliseinfo.catholique.fr de la Conférence des évêques de France (consulté le 13 mars 2015).
  22. « Politique régionale et développement touristique en Rhône-Alpes », Revue de géographie alpine, vol. 75, no 2,‎ , p. 122 (lire en ligne).
  23. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com,‎ (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  24. [PDF] Conseil général de la Haute-Savoie - L'Observatoire Départemental, « Saint-Ferréol : Nombre de lits touristiques », Accueil> Le territoire> Données statistiques départementales> Liste résultats> Saint-Ferréol, sur site du CG 74 - L'Observatoire Départemental,‎ (consulté le 20 décembre 2014) : « Source : Savoie Mont Blanc Tourisme ».
  25. « Liste des monuments historiques de la commune de Saint-Ferréol », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Liste des lieux et monuments de la commune de Saint-Ferréol à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Liste des objets historiques de la commune de Saint-Ferréol », base Palissy, ministère français de la Culture.
  28. « Liste des objets de la commune de Saint-Ferréol à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.