Nexon (Haute-Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nexon.
Nexon
Nexon (Haute-Vienne)
Château de Nexon.
Blason de Nexon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Saint-Yrieix-la-Perche
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nexon-Monts de Châlus
Maire
Mandat
Fabrice Gerville-Reache
2014-2020
Code postal 87800
Code commune 87106
Démographie
Gentilé Nexonnais
Population
municipale
2 568 hab. (2015 en augmentation de 3,8 % par rapport à 2010)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 45″ nord, 1° 11′ 17″ est
Altitude Min. 295 m
Max. 446 m
Superficie 40,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Nexon

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Nexon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nexon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nexon
Liens
Site web http://www.nexon.fr

Nexon (Neiçon [nejˈsu] en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

C'est l'une des six villes-portes du parc naturel régional Périgord-Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Nexon en Haute-Vienne.

La commune de Nexon a une superficie de 40,8 km2. La plus grande ville la plus proche est Limoges, située à 18 km au nord-est.

Le territoire communal est traversé par la rivière l'Aixette et par le ruisseau le Crassat qui y prend sa source.

Communes limitrophes de Nexon
Meilhac Jourgnac Saint-Maurice-les-Brousses
Flavignac Nexon Janailhac
Rilhac-Lastours Saint-Hilaire-les-Places La Meyze

Toponymie[modifier | modifier le code]

De Aneisso en 1031 - 1059[1].

Peut-être du bas latin annexio « adjonction » au sens de « rattachement d'un territoire » ou « annexe d'une église », qui rappelle ici l'appartenance et le rattachement de cette terre, puis plus tard de sa cure, au domaine de Lastours[2] ou plutôt du nom d'homme gaulois Anectius, suivi du suffixe gaulois -onem[3], en effet les toponymes formés à partir d'un nom de personne gaulois suivi de ce suffixe sont courants en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint patron : On a coutume de lui attribuer pour patron Saint Ferréol, toutefois, c'est bien Jean-Baptiste, à qui fut dédié le patronage de Nexon, dans son église paroissiale de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste.

Nexon est située au bord de la grande voie antique qui reliait, au long du premier millénaire, Bourges à Bordeaux. L'histoire de Nexon est rattachée à celle des Lastours, premiers barons du Limousin et seigneurs de Nexon, Hautefort et Pompadour, puis par le mariage d'Agnès de Lastours à Guy de Nexon au XIIIe siècle[1] et par la vente de cette co-seigneurie, avec ses droits de justice, vassaux, hommages, colombier… par Galliot de Lastours à Léonard de Gay en 1532.

En 1569, cinq jours avant la bataille de La Roche-l'Abeille, Wolfgang de Bavière, duc des Deux-Ponts qui apportait des renforts en mercenaires aux protestants, atteint de fièvres, vient mourir à Nexon, « dans les bras de Louis de Nassau, prince d'Orange », ses entrailles déposées dans un tombeau retrouvé au XIXe siècle dans le jardin de la demeure ancestrale de Jean-Joseph de Verneilh-Puyraseau, co-seigneurs de Nexon[4] depuis l'an 1600. Sa tombe fut érigée sur l'actuelle place de l'Église.

C'est en 1633 que Léonard de Gay achève de construire le château qui restera, pendant 350 ans, celui de la famille de Gay de Nexon jusqu'en 1983, où la mairie en fait l'acquisition du baron Ferréol de Nexon, dernier propriétaire en titre[5].

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

cf. Camp de Nexon

La ville de Nexon est entrée dans l'Histoire de la Seconde Guerre mondiale car elle fut le siège d'un centre de regroupement pour les juifs étrangers arrêtés dans la région par la police et la gendarmerie françaises sur ordre du gouvernement de Vichy. C'est de là que les victimes furent envoyées au camp de Drancy et de là vers les camps d'extermination (Auschwitz, Treblinka en particulier).

Le 12 novembre 1938, le gouvernement Édouard Daladier publie un décret prévoyant la création de centres spéciaux pour l'internement des « étrangers indésirables ».

Le centre de séjour surveillé de Nexon fut achevé dans le courant de 1940 et accueillit des prisonniers politiques en novembre 1940 après avoir « hébergé » des réfugiés espagnols.

Il comprenait treize baraques permettant d'abriter 1 200 internés ; quatre constructions supplémentaires porteront la capacité d'accueil à 1 600 personnes. Il était entouré d'un réseau de barbelés et surveillé par quatre miradors, complétés par des chevaux de frise.

Compte tenu du transfert fréquent d'internés vers d'autres camps français ou allemands et de la main-d'œuvre que l'occupant y puisait, l'effectif varia de 150 à 700 détenus, en majorité communistes et syndicalistes.

Le 29 août 1942, 450 Juifs dont 68 enfants de la région de Limoges sont arrêtés et rassemblés à Nexon. Ils seront livrés aux nazis et déportés à Auschwitz. Des israélites âgés évacués du camp du Récébédou trouvèrent « refuge » à Nexon.

À la suite de sa dissolution en novembre 1943, les internés du camp de Gurs sont également transférés à Nexon.

L'attaque du camp par les FFI le 11 juin 1944 provoqua une coupure d'électricité qui est mise à profit par 54 détenus pour s'évader. Les autres internés sont acheminés à Limoges au camp du Grand Séminaire. Nexon redevient alors un camp d'internement administratif qui est définitivement fermé en 1945.

Les conditions de vie au C.S.S. (centre de séjour surveillé) de Nexon étaient dures et bon nombre d'internés souffrirent d'un manque d'hygiène et de malnutrition[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 juin 1995 René Rebière PS  
juin 1995 mars 2014 Liliane Jamin [8] PS  
mars 2014 en cours Fabrice Gerville-Reache PS  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune a été labellisée « deux fleurs » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[9]. Nexon a obtenu en 2007 le Prix Val'hor de la diversité végétale[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Nexonnais[11].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2015, la commune comptait 2 568 habitants[Note 1], en augmentation de 3,8 % par rapport à 2010 (Haute-Vienne : -0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 866 1 550 1 456 2 074 2 157 2 160 2 061 2 370 2 461
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 384 2 445 2 648 2 576 2 855 2 954 3 130 3 155 3 079
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 228 3 231 3 135 2 811 2 752 2 674 2 596 2 554 2 464
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 445 2 379 2 415 2 379 2 297 2 325 2 385 2 457 2 564
2015 - - - - - - - -
2 568 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Nexon a été en premier lieu liée à l'élevage équin pratiqué par la famille de Nexon sur ses terres. C'est dans les haras de Nexon qu'ont été élaborés les croisements qui ont donné naissance à la race anglo-arabe[16]. Au XIXe siècle, l'élevage équin du baron de Nexon à partir des années 1840 est considéré comme le plus important du Limousin[17].

Aujourd'hui, les haras du Château sont le siège du centre équestre de Nexon, doté depuis 2007 d'un manège couvert et de tous les équipements nécessaires à la tenue de concours hippiques.

Activités industrielles[modifier | modifier le code]

Siège de l'usine SOFRANCE (groupe Safran), spécialisée dans l'expertise de filtrages (aéronautique) qui emploie 165 salariés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Centre Social / Point Information Jeunesse
  • Le Sirque - pôle national des arts du cirque de Nexon en Limousin, équipé d’un chapiteau permanent de plus de 400 places installé dans le parc du château de Nexon, site classé, domaine boisé de 40 hectares, est un lieu de création, de diffusion et d’action culturelle pour les arts du cirque en France. http://www.cirquenexon.com

2011, « les 10 ans du chapiteau », 10 ans après « l’Année des arts du cirque » (été 2001 - été 2002) lancé par le ministère de la Culture et de la Communication, une opération de renforcement de la politique publique en faveur du secteur. L’anniversaire est marqué par un signe de reconnaissance de l’État : l’attribution du label national pour le Sirque, Pôle National des Arts du Cirque de Nexon en Limousin (PNC), au cœur d’un réseau de dix établissements culturels en France. Ce label valorise le travail mené pour un service public de la culture, même (et surtout) dans une petite commune rurale, avec une programmation riche, dense et variée, à un tarif accessible, et une coopération culturelle sur l’ensemble du territoire. Il confirme le pôle cirque de Nexon comme un lieu de référence sur la région Limousin et en France.

  • La médiathèque Markoff de Nexon - Établissement de lecture publique de plus de 500 m2 qui propose livres, CD, DVD, tablettes et ressources numériques - fonds documentaire du pôle Cirque accessible - inscription gratuite. Ouverture prévue le mardi 11 septembre 2012. Blog de pré-ouverture à l'adresse: http://mediatheque.nexon.over-blog.com/

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Nexon (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Nexon[18] se blasonnent ainsi :

D'azur à trois tours d'argent maçonnées de sable, accompagnées de six fleurs de lis d'or, 3, 2 et 1.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  2. Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin - 1862 - Page 41
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 496b
  4. Mes souvenirs de 75 ans, Baron Jean-Joseph de Verneilh-Puyraseau, Limoges, Bardou, 1836; p. 3-7
  5. Bulletin archéologique du Limousin, 1846 ; p. 555
  6. Le camp fantôme, Tessa Racine, documentaire, 52 min, France 3 Limousin, 2005, DVD et Blu-ray (ASIN B000NN9X0I)
  7. « Les maires de la commune » (consulté le 16 avril 2011)
  8. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  9. Site des villes et villages fleuris, consulté le 21 décembre 2017.
  10. Palmarès 2007 Villes et villages fleuris
  11. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 16 avril 2011)
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  16. Race anglo-arabe
  17. Nicole de BLOMAC, La gloire et le jeu. Des hommes et des chevaux 1766-1866, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1991
  18. « Les armoiries de la commune », sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le 16 avril 2011)