Aubigné (Ille-et-Vilaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aubigné
Aubigné (Ille-et-Vilaine)
L’église Notre-Dame.
Blason de Aubigné
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Ille-Aubigné
Maire
Mandat
Youri Moysan
2020-2026
Code postal 35250
Code commune 35007
Démographie
Population
municipale
474 hab. (2017 en augmentation de 0,21 % par rapport à 2012)
Densité 215 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 40″ nord, 1° 38′ 06″ ouest
Altitude Min. 52 m
Max. 87 m
Superficie 2,20 km2
Élections
Départementales Canton d'Antrain
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Aubigné
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Aubigné
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubigné
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubigné
Liens
Site web www.aubigne.fr

Aubigné est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 474 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Aubigné.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Albiniacum en 1086 et 1158, Albigniacum en 1296, Albigneyum en 1516[1] et Albiniac.

Voir Aubigny, Aubigné.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La fonction initiale de la commune est militaire. Le seigneur d'Aubigné est aussi considéré que les grands féodaux de Vitré, de La Guerche ou de Châteaugiron. Aubigné formait dès le XIe siècle une importante seigneurie qui s'étendait sur dix paroisses : Aubigné, Saint-Aubin-d'Aubigné, Andouillé, Neuville, Feins, Montreuil-sur-Ille, Saint-Germain-sur-Ille, Saint-Médard, Chevaigné, Melesse, et une partie des paroisses de Dingé et de Saint-Léger. La famille d'Aubigné a plusieurs représentants connus à cette époque (Raoul d'Aubigné est cité en 1095, Juhel d'Aubigné en 1122, etc.) ; elle se fond par mariage dans la famille des barons de Vitré, puis à partir de 1251 dans la maison de Laval[2].

À l'abri des tours du château, se développe une activité commerciale croissante qui donne au début du XIe siècle un marché hebdomadaire et trois foires annuelles. Au XVe siècle, le château est abandonné et son territoire se voit décliner.

Le pape Lucius III en 1185 confirme l'abbaye bénédictine de Saint-Melaine de Rennes dans la possession des églises d'Aubigné, c'est-à-dire de l'église priorale (dédiée à Notre-Dame) et de l'église paroissiale du lieu, ecclesias de Albiniaco.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1850, on compte 164 habitants sur la commune d'Aubigné.

En 1899, les 185 habitants d'Aubigné allaient tous à la messe le dimanche, sauf cinq ou six. En 1921, un seul y est régulièrement présent[3].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Aubigné porte les noms de neuf soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale, dont Emmanuel Renard, décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et Eugène Bouget, décoré de la Croix de guerre. Tous sont morts sur le sol français[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Aubigné n'a eu aucun mort lié à la Seconde Guerre mondiale.

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un soldat originaire d'Aubigné, Bernard Briand, est mort pendant la guerre d'Algérie[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Aubigné Blason
D'azur à trois mondes d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie-école.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 Albert Troufflard    
mars 2001 décembre 2010
(démission)
Michel Siroit[5]   Poissonnier
février 2011 mars 2014 Bruno Martin   Retraité
mars 2014 En cours Youri Moysan[6] SE Inspecteur des finances
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2017, la commune comptait 474 habitants[Note 2], en augmentation de 0,21 % par rapport à 2012 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
114106125151129156166164163
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
151165181167171184189184180
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
167176182150154158136175191
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
186161157235237240335348473
2017 - - - - - - - -
474--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Notre-Dame. Ancienne église d'un prieuré d'un prieuré du XIIe siècle, elle conserve de l'époque romane l'arc diaphragme et une part importante de sa structure. Elle est remaniée au XVIIIe siècle : élargissement des baies, reprise de la façade ouest, construction d'un chevet plat. Le clocher date de 1833[11]. Le bourg d'Aubigné possédait primitivement deux églises : l'une était paroissiale, l'autre dépendait dès le milieu du XIIe siècle d'un prieuré de l'abbaye Saint-Melaine de Rennes. L'abbaye Saint-Melaine est confirmée en 1152 et 1170 par les évêques de Rennes Alain Ier et Étienne de Fougères, en 1158 par Josse, évêque de Tours.
  • Les restes du vieux château d'Aubigné (XIIe et XIIIe siècles). Ce château est mentionné dès le XIe siècle, et a remplacé, dit-on, un castellum romain. Il est détruit, vraisemblablement durant les guerres de la fin du XVe siècle. C'était une baronnie, avec un droit de haute justice, qui comprenait douze paroisses. L'armée bretonne y campa en juillet 1488 avant la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier. Il est la propriété des seigneurs d'Aubigné en 1095, puis des familles Mauvoisin à la fin du XIIe siècle, Paynel au XIIIe siècle, et Mauclerc et de Catherine de Thouars, femme du baron de Vitré. Il reste uni à la baronnie de Vitré jusqu'au XVIIe siècle, puis est vendu à la famille de Rieux en 1612, et passe aux duc de Duras de la maison de Durfort, enfin à partir de 1761 elle appartient à la famille bretonne de Montbourcher. Le château est composé d'une motte entourée de basses-cours et de fossés. Au sommet de la motte sont conservés les vestiges du châtelet d'entrée du XIIIe siècle et de la courtine[12].
  • Le manoir de la Touche-Lorans construit au XVIIe siècle et modifié au XXe siècle. Il possédait autrefois un colombier. Il est la propriété de la famille Laurens en 1427 et en 1513, puis de la famille Rogues en 1552.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017, légale en 2020.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Étymologie et Histoire d'Aubigné », infobretagne (consulté le 9 décembre 2016)
  2. http://www.infobretagne.com/aubigne.htm
  3. Jean Rohou, Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne), éditions Dialogues, Brest, 2012, [ (ISBN 978-2-918135-37-1)]
  4. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=11021
  5. « Ils ont été élus maires hier soir », Ouest-France (éd. Rennes), no 19320,‎ 22-23 mars 2008, p. 7 (ISSN 0999-2138)
  6. « Youri Moysan, nouveau maire de la commune », Ouest-France, 1er avril 2014.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. « Prieuré de bénédictins puis église paroissiale Notre-Dame » (consulté le 2 décembre 2016)
  12. Jérôme Cucarull, Bernard Leprêtre, « Château d'Aubigné, étude architecturale (1993) », sur bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr (consulté le 26 octobre 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]