Sens-de-Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir sens.

Sens-de-Bretagne
Sens-de-Bretagne
La mairie.
Blason de Sens-de-Bretagne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Antrain
Intercommunalité Communauté de communes Val d'Ille-Aubigné
Maire
Mandat
Yves Colombel
2014-2020
Code postal 35490
Code commune 35326
Démographie
Gentilé Sénonais
Population
municipale
2 548 hab. (2016 en diminution de 2,15 % par rapport à 2011en diminution de 2,15 % par rapport à 2011)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 01″ nord, 1° 32′ 10″ ouest
Altitude Min. 16 m
Max. 107 m
Superficie 30,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Sens-de-Bretagne

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Sens-de-Bretagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sens-de-Bretagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sens-de-Bretagne
Liens
Site web Site officiel

Sens-de-Bretagne est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 2 548 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le département d'Ille-et-Vilaine, au nord de Rennes.

Cadre géologique[modifier | modifier le code]

Carte géologique du Massif armoricain, avec au nord-est le batholite mancellien et ses nombreux plutons de granite cadomien (Sens-de-Bretagne, Bécherel, Louvigné, Vire, Avranches…). Ce batholite dessine une ellipse de 150 km (d'Alençon à la Rance) sur 90 km (de Vitré à Vire)[1].

Sens-de-Bretagne est localisée dans le domaine nord armoricain, dans la partie orientale du Massif armoricain qui est le résultat de trois chaînes de montagne successives. Le site géologique de Sens-de-Bretagne se situe plus précisément à l'extrémité occidentale d'un important massif granitique cadomien, le pluton dit de Louvigné-Gorron (connu localement sous le nom de granite de Louvigné-du-Désert[2]) limité au sud par un bassin sédimentaire essentiellement briovérien. Ce pluton fait partie d'un ensemble plus vaste, le batholite mancellien[3]. Le territoire sénonais est ainsi constitué d'un plateau de 80 mètres d'altitude, correspondant au massif granitique occidental allongé W.NW—E.SE, faisant partie du massif de Louvigné-du-Désert qui représente un des apex affleurants du batholite mancellien, et au Sud, un plateau de 100 mètres d'altitude et qui correspond à ce bassin sédimentaire[4].

L'histoire géologique de la région est marquée par la chaîne cadomienne. À la fin du Précambrien supérieur, les sédiments briovériens environnants sont fortement déformés, plissés et métamorphisés par le cycle cadomien. Cette chaîne montagneuse, qui devait culminer à environ 4 000 m, donne naissance à des massifs granitiques (batholite côtier nord-trégorrois, granite de Saint-Brieuc, immense batholite mancellien formé de nombreux plutons granitiques) produits par le surépaississement crustal. Ces intrusions vers 540 millions d'années, de magmas granitiques issus du vaste batholite mancellien, développent un métamorphisme de contact : le refroidissement des masses granitiques à des températures de l'ordre de 700 °C et à des profondeurs de l'ordre de 4 km dans l'écorce terrestre, font que les schistes briovériens, tendres et friables, sont transformés par « cuisson », variable selon la distance du massif granitique : intense et forte à proximité, cette cuisson donne les cornéennes, roches dures et compactes ; moindre et atténuée à quelques kilomètres du massif, elle donne des schistes tachetés (d'où une double auréole de cornéennes et de schistes tachetés dans le bassin sédimentaire)[5]. Ce thermométamorphisme développé par l'intrusion du granite a ainsi provoqué la cristallisation de minéraux nouveaux (biotite, andalousite), soulignant l'ancien litage sédimentaire. Ces deux roches magmatique (granite) et métamorphique (cornéenne, schiste tacheté) affleurent suite à de longs processus d'érosion qui ont aplani les reliefs anciens[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia de Sens en 1092, parochia de Censibus en 1516[réf. nécessaire].

Le locatif -de-Bretagne est ajouté en 1888[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1790, la commune dépend de la juridiction royale de Bazouges-la-Pérouse puis devient chef-lieu de canton du district de Dol, canton qui regroupe Feins, Gahard, Romazy et Vieux-Vy-sur-Couesnon. En 1800, la commune de Sens-de-Bretagne est rattachée au canton de Saint-Aubin-d'Aubigné. La population de la commune est favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[9]. D’autres fêtes sont célébrées, comme l’anniversaire de la fondation de la Ire République ; d’autres fêtes sont plus confidentielles, à la fois par manque de fonds pour les organiser et parce qu’elles ne correspondent pas dans le calendrier à une fête d’Ancien Régime, comme la fête de la Reconnaissance (suivie uniquement par la troupe présente à Sens) ou la fête de l’Agriculture[10].

Au milieu du XXe siècle, mairie et écoles se construisent[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Burelé d’or et de gueules de dix pièces[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
vers 1800 11 avril 1819 (décès) Alexandre Louis Poussin du Bourgneuf né Poussin    
juillet 1819 avril 1848 Joseph-François Dupetitpré    
avril 1848 février 1852 Aimé Bénis    
février 1852 juillet 1858 Victor Jéhannin    
août 1858 août 1860 Théodore-Joseph Dupetitpré    
août 1860 février 1874 Henri Géniaux   Officier d'académie
mars 1874 janvier 1887 Pierre Joulain    
janvier 1887 19 décembre 1889 (décès) Henri Géniaux   Officier d'académie
janvier 1890 6 août 1891 (décès) Pierre Roussin    
20 octobre 1891 1919 Émile Louis Beillard   Notaire, chevalier de la Légion d'honneur, conseiller général
1919 1933 Émile Juhel    
1934 1945 Francis Briand    
1945 1945 François Guesdon    
1945 1977 Francis Briand    
1977 1995 Gabriel Méhault    
1995[12] mars 2008 Philippe Daunay    
mars 2008[13] En cours Yves Colombel DvD Infirmier libéral
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2016, la commune comptait 2 548 habitants[Note 2], en diminution de 2,15 % par rapport à 2011 (Ille-et-Vilaine : +5,55 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3781 4141 4761 5451 6011 6661 7621 7471 986
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9412 0272 0872 0592 1612 1812 1682 0571 920
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7831 8341 7661 5301 5221 4841 4671 3571 363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 3291 4091 4261 3741 3931 5151 7892 4522 537
2016 - - - - - - - -
2 548--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sulpice.
  • Église Saint-Sulpice, édifiée de 1857 à 1860 par l'architecte Anger de La Loriais.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

La Fest'Yves est depuis 1997 un grand rendez-voius culturel et festif. Claude Potrel, Benjamin Bernier, président de l'association « Séno-Breizh » monte en trois mois la première édition de la Fest Yves / Gouel Erwan en 1997 à Sens-de-Bretagne. Cette fête se déroule depuis tous les ans dans le cadre de la Fête de la Bretagne durant la seconde quinzaine de mai. Elle programme des jeux traditionnels de pays et de la musique bretonne avec des groupes, des bagads et cercles celtiques de grande renommée.

Les présidents successifs de l'association « Fest Yves Haute Bretagne » qui porte cette fête sont : Benjamin Bernier, Claude Potrel et depuis 2009 Jean Ollivier. Source festyves.fr

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Joseph Frédéric Mangin d'Oins marié à Jeanne Marie Julienne Poussin du Bourgneuf (fille du maire) le 29 janvier 1816 à Sens-de-Bretagne. Il a habité rue des Clouyères. Ancien officier d'état-major, conseiller général, député d'Ille-et-Vilaine.
  • LOUVEL (lire Louvet) Julien Alexandre Marie, né en 1884 à La Fromendais, s'est rendu coupable d'un crime en juin 1906 sur la personne de Anna Cochet (20 ans et 9 mois) dont il était épris[17]. Il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016, légale en 2019.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte géologique de la France au 1/50000 Fougères 13-17, éditions du BRGM, 1981, p. 5
  2. Ce granite est une roche à grains plurimillimétriques, constituée de 3 minéraux (quartz limpide, feldspath blanc laiteux et un mica noir, la biotite). La particularité de ce granite est de renfermer de nombreuses enclaves noires (les « crapauds » des granitiers) dont l’origine, complexe et variée, est toujours discutée.
  3. De Mancellia, nom latin de la région du Maine, domaine structural de la partie nord-est du Massif armoricain dénommé en 1949 par le géologue Pierre Pruvost. Il est caractérisé par un Précambrien récent au sein duquel se sont mis en place des granitoïdes intrusifs antérieurement au dépôt des terrains paléozoïques ; ce domaine surélevé a été épargné par les transgressions marines du Cambrien.
  4. Jacques Bouffette, Sylvain Blais, Jean Hérisset, Promenade géologique à Fougères, Biotope, , p. 4.
  5. Ces deux roches métamorphiques sont exploitées dans la carrière du Gué-Morin à Vieux-Vy-sur-Couesnon. « En fonction de l'état de l'exploitation on peut parfois distinguer des plis isoclinaux resserrés, antérieurs au métamorphisme de contact et résultant de la tectogenèse cadomienne ». Cf Hubert Lardeux, Claude Audren, Bretagne, Masson, , p. 96.
  6. (en) Richard Simon D'Lemos, The Cadomian Orogeny, Geological Society Publishing House, , p. 128.
  7. Hubert Lardeux, Claude Audren, Bretagne, Masson, , p. 30.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  10. Louis Dubreuil, Fêtes..., p. 401 et 405
  11. « Sens-de-Bretagne Ille-et-Vilaine », sur GASO, la banque du blason (consulté le 16 avril 2017)
  12. « Le maire, Philippe Daunay, raccroche », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 16 avril 2017)
  13. « Yves Colombel maire sortant prêt pour un second mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 16 avril 2017)
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. Christophe Besler, Les Grandes affaires criminelles d'Ille-et-Vilaine.