Royaume d'Enclava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Royaume d'Enclava est une micronation non reconnue, auto-proclamée d'abord sur un terrain entre la Slovénie et la Croatie puis un autre entre la Croatie et la Serbie.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la suite de la proclamation du Liberland, le Polonais Piotr Wawrzynkiewicz et ses amis se rendent en avril 2015 en Slovénie où ils apprennent qu'il y a près de Brezovica pri Metliki une terra nullius entre la Slovénie et la Croatie, le long du Danube, héritage des guerres de Yougoslavie[1]. Le Royaume d'Enclava annonce son existence le 23 avril sur cette terre d'environ 100 m².

La nation ne fait pas de distinction sur son territoire entre les origines de ses citoyens ou les religions. Ils bénéficient de la liberté d'expression et ne sont pas soumis à l'impôt. Selon The Daily Telegraph, plus de 5 000 personnes ont demandé la citoyenneté à Enclava[2]. Elle a cinq langues officielles : l'anglais, le polonais, le slovène, le croate et le mandarin. La monnaie officielle est le Dogecoin.

En mai 2015, le ministère des Affaire étrangères de Serbie annonce que le territoire appartient à son pays et que la détermination des frontières terrestres entre la Serbie et la Croatie devrait avoir lieu à la suite de négociations. Les fondateurs d'Enclava déclarent qu'ils respectent l'indépendance des autres pays, leurs frontières et le droit international, ils cessent toute activité liée à la création du nouvel État sur la bande de terre à la frontière croato-serbe[3].

Pour poursuivre son établissement, ils revendiquent un terrain sur la frontière entre la Croatie et la Serbie, proche du Liberland.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Polish tourists proclaim new state - 'Kingdom of Enclava'
  2. (en) Squires, Nick, « Welcome to the world's newest country – the Kingdom of Enclava », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « Kingdom of Enclava: new micro-nation settles for spot on Croat-Serb border », The Guardian,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de traduction[modifier | modifier le code]