Le projet « Bassa » est lié à ce portail

Portail:Bassa

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illustration soir portail Bassa.jpg

Bienvenue sur le portail Bassa

614 articles sont actuellement liés au portail.

Bassa est le nom d'un peuple bantou originaire de l'actuel Cameroun, composé de quatre sous-groupes, Babimbi, Bikok, Likol et Nsa'a. Il est également présent dans plusieurs endroits de l'Afrique de l'Ouest (Bassa d'Ouesso et Mpasu de la République du Congo, Bassa Ngé du Niger, Bassa-Ri de la Sierra-Léone, du Sénégal et du Togo) à la suite de nombreux mouvements migratoires et de la colonisation.

Le portail Arborescence Le projet Discussion
modifier ]

Nuvola apps ktip.png Lumière sur...

Samuel 2011.jpg
Samuel Eto'o Fils, né le 10 mars 1981 à Nkon, est un footballeur international camerounais évoluant au poste d'attaquant à Antalyaspor. Il possède également un passeport espagnol (ce qui est théoriquement strictement interdit par le code de nationalité camerounaise)

Considéré comme l'un des meilleurs footballeurs au monde de sa génération et l'un des meilleurs joueurs africains de tous les temps, Samuel Eto'o a marqué 130 buts en cinq saisons avec le FC Barcelone. En 2009 avec le club espagnol, puis en 2010 avec l'Inter Milan, il est devenu le premier et le seul joueur à remporter deux triplés (Championnat-Ligue des champions-Coupe) consécutifs. Il est le seul joueur en activité avec Cristiano Ronaldo, Raúl et Lionel Messi à avoir réussi à marquer dans deux finales de Ligue des champions et le quatrième joueur, après Marcel Desailly, Paulo Sousa et Gerard Piqué, à avoir remporté la Ligue des champions deux années de suite avec deux équipes différentes, il est aussi le seul Africain à l'avoir remportée à trois reprises. Il est considéré comme le meilleur numéro 9 de l'histoire du FC Barcelone par le club et ses socios. ....Lire la suite

modifier ]

Newspaper Cover.svg Le saviez-vous?

Le bassa ou basaá, est une langue bantoue parlée par environ 800 000 personnes (5 % de la population camerounaise), autour de la ville d'Édéa, entre Douala et Yaoundé et aussi, minoritairement, dans ces deux capitales, économique et politique. C’est la langue traditionnelle des Bassa.

modifier ]

Society.svg Politique et administration

► Histoire

Dans l'organisation du Cameroun pré-colonial, le système politique du peuple Bassa avait la particularité d'être une déclinaison des ordres initiatiques encore appelés confréries traditionnelles. Ces confréries hermétiques étaient chargées de transmettre les valeurs, les principes, les connaissances et l'éthique qui guidaient la vie publique. La structure politico-administrative avait des composantes militaire, constitutionnelle (conseil d'Etat), législatif, économique et social, judiciaire et exécutif. Le système était bâti sur de très fortes exigences démocratiques.

Illustration grotte.jpg

La période coloniale et néocoloniale a donc été très mal vécue par cette communauté où l'autorité était élue en tenant compte de sa sagesse, ses connaissances et de sa maîtrise des traditions et divinités. Du fait de sa résistance à la présence occidentale sur son territoire, le peuple Bassa a énormément souffert de la politique coloniale et néocoloniale. Beaucoup furent exterminés et d'autres déportés vers les exploitations de canne à sucre au Brésil. Plus tard, grâce au courage et à la bravoure de ses fils et filles épris de liberté, de justice et de dignité, le peuple Bassa a activement participé sous le flambeau du parti historique Union des populations du Cameroun à l'accession à l'indépendance du Cameroun.

Depuis l'avènement de la démocratie, la politique semble plus apaisée dans la communauté Bassa avec deux partis politiques majeurs qui se disputent l'électorat (UPC et RDPC).

► Personnalités politiques

Ruben Um Nyobe reste une des plus grandes figures de l'histoire politique africaine. Affectueusement appelé "Mpodol" (celui qui porte la parole des siens), ce chantre de la justice et du droit est vénéré à travers des générations pour ses qualités humaines exceptionnelles, l'exemplarité de son combat politique, sa maturité politique, son sens élevé de la nation et de la dignité humaine. Son influence jamais égalée dépasse largement les limites du triangle national.

D'autres personnalités politiques issues aussi bien des rangs du parti au pouvoir que de l'opposition ont émergé de la communauté. Il s"agit notamment de Théodore Mayi-Matip, Pierre Henri Boum Nack, Augustin Frédéric Kodock, Luc Réné Bell, Joseph-Marie Bipoun-Woum, Henri Hogbe Nlend, Joseph Mboui, Léonard-Claude Mpouma, Mboua Massock, Louis Bapès Bapès, Simon Mbilla Pondi, Hervé-Emmanuel Nkom, Félix Tonye Mbog, Catherine Bakang Mbock, Pauline Irène Nguene ou Libom Li Likeng née Mendomo Minette.

modifier ]

Soccer.svg Sports

Le sport est le domaine le plus fédérateur au Cameroun. Les équipes sportives sont un atout pour la fraternité et le rapprochement entre les différentes ethnies du pays.

► Équipes sportives

Bien que les clivages ethniques se soient réduits dans les équipes sportives à la faveur de la cohésion sociale, il n'en demeure pas moins vrai que les connotations communautaires restent marquées au sein des équipes sportives. C'est ainsi que des clubs camerounais de football tels que AS Babimbi, Astres de Douala, Cercle d'Éséka, Dynamo Douala, Hirondelle de Makak, Pouma FC ou Sphynx d'edéa sont considérés comme des équipes de la communauté Bassa.

► Sportifs célèbres

Les sportifs issus de la communauté Bassa constituent un vivier incontesté pour le sport national. Parmi lesquels, on peut citer Sébastien Bassong, Joseph-Antoine Bell, Ruben Boumtje-Boumtje, Samuel Eto'o, André Kana-Biyik, Jean-Armel Kana-Biyik, Joseph-Désiré Job, Emmanuel Kundé, Thomas Libiih, Benjamin Massing, Joël Matip, Émile Mbouh, Roger Milla, Charlie Ntamark, François Omam-Biyik, Jean-Claude Pagal, Isaac Sinkot, Alexandre Song, Rigobert Song, Jacques Songo'o, Pierre Womé, Réné Ndjéya, Ndoumbé Léa et bien d'autres. Plusieurs d'entre eux sont de véritables icônes nationales.

modifier ]

School.svg Enseignement, recherche et développement

Illustration école en pays Bassa.jpg

Dans la communauté Bassa , des centaines d'enseignants, de chercheurs et d'acteurs de développement dévoués œuvrent pour la production, la transmission et la valorisation des savoirs et savoirs-faires.

► Personnalités universitaires

Une vingtaine d'intellectuels ont brillé dans les universités notamment Charles Binam Bikoï , François Hiol Hiol, Achille Mbembe, Charly Gabriel Mbock, Jean Ongla, Jean-Emmanuel Pondi, Emmanuel Soundjock Soundjock, Alice Delphine Tang Samnig, Pierre Titi Nwel, Michel Tjade Eone,Roger Gabriel Nlep, et bien d'autres.

► Chercheurs reconnus

Sur le plan de la recherche, les travaux de Henri Hogbe Nlend en mathématiques pures et appliquées sont internationalement reconnus. Emmanuel Tonyé est un universitaire, expert en télécommunications et TIC.

► Acteurs de développement connus

Illustration sentier portail Bassa.jpg

Depuis la loi 053/90 du 19 décembre 1990 régissant la liberté d'association au Cameroun, des leaders de la société civile ont été sous les feux des projecteurs au sein de la communauté. Il s'agit notamment de Alice Nkom, Christine Andela, Ernestine Gwet Bell, Liliane de Massok, Cecile Ndjebet ou de Adeline Flore Ngo-Samnick.

modifier ]

Newspaper.svg Presse et médias

La communauté Bassa résonne aussi dans le milieu médiatique camerounais. Des organes de presse tels que le quotidien L'Actu, Le Popoli ou Notre Afrik ont été créés par des journalistes Bassa.

► Hommes de médias connus

Plusieurs journalistes connus font également partie de la communauté à l'instar de Badjan ba Nken, Serge Elie Banyongen, Bertille Bikoun, Junior Binyam, Mireile Bisseck, Sismondi Barlev Bitjoka, Cathy koum, Cabral Libii, Thierry Hot, Paul Mahel, Mbanga-Kack, Raoul Mbog, Venant Mboua, Martin Camille Mimb , Jean Marie Nkaa, Suzanne Ngo Nlepna , Gabriel Nloga, Paul Louis Nyemb Ntoogue, Michel Tjade Eone, Emmanuel Gustave Samnick ou de Christian Wangue.

modifier ]

Emblem-money.svg Économie et infrastructures

► Zone économique stratégique

Piste en pays Bassa

De par sa position stratégique, le territoire Bassa est une zone incontournable pour le dynamisme économique du pays voire de l'Afrique centrale. Situé entre les deux principales villes du Cameroun, la majorité des échanges commerciaux transitent soit par le réseau ferroviaire Douala-Yaoundé ou la Route nationale N°3 qui traversent la zone. Par ailleurs, la quasi-totalité de l'électricté du Cameroun est produite sur le territoire grâce à la puissance des barrages hydroélectriques de Song Loulou et d'Édéa. La zone compte également deux pôles économiques majeures: la zone industrielle de Douala-Bassa avec ses nombreuses usines et la ville industrielle d'Edéa pour sa production d'aluminium. Sur le plan agricole, la production de palmier à huile et de cacao y est élevée.

► Personnalités économiques

La communauté Bassa compte en son sein plusieurs personnalités économiques à la tête d'entreprises parapubliques ou privées notamment Siegfried Roussel Dibong, Ernest Dikoum, Réné Mbayen, Jérôme Minlend, Simon Ngann Yonn, Perrial Jean Nyodog, Pius Bissek ou Louis Yinda parmi les plus connues.

modifier ]

Crystal 128 camera.png Image du mois

BassaMask.jpg
Masque Bassa
modifier ]

Pencil.svg Sélection d'articles

► Articles de qualité

► Bons articles

► Articles à améliorer

modifier ]

Open book 01.svg Culture et Patrimoine

► Culture et clans

Le peuple Bassa descendant de Mban est composé de quatre sous-groupes intitulés Babimbi, Bikok, Likol et Nsa'a en fonction de leur localisation actuelle. Ces sous-groupes ont en leur sein des clans ou grandes familles majoritairement appelés Ndog ou Lôg. Depuis la nuit des temps, le Mbok qui est à la fois une conception du monde et la base d'une organisation sociale, est un pouvoir traditionnel. Par sa maîtrise des facteurs sociologiques, le Mbok est le gardien privilégié pour mettre l'ordre et la discipline au sein de la communauté et assurer ainsi la sécurité des biens et des personnes. La pratique du Mbok est véhiculée par la parole. D'autres confréries telles que Nge, Um , koo , Ngam existent. Le Peuple Bassa est monothéiste. Selon la tradition, les Bassa croient en une divinité suprême appelée Hilolombi et interpellée en fonction de ses diverses conceptions telles que Bayemlikok le Dieu omnipotent, Ba tuu pêg le Dieu omniscient, Djob le Soleil, Kimaltjai le Dieu d'éternité, Malkal le Dieu de vérité, Njombongo le Dieu de justice, Nyambe ou Sôkbôk le Dieu d'amour.

► Langues

La culture Bassa est basée sur l’oralité. La parole joue un rôle central dans l'appartenance et l’organisation sociale du Peuple bassa. L'acquisition, la transmission et la conservation de la langue Bassa intègrent la connaissance du règne animal, végétal, minéral, des lois qui les régissent de même que la maîtrise et la sublimation de la parole qui entraînent l'intégration dans la communauté. Outre la langue Bantoue parlée au Cameroun, une autre déclinaison de la langue Bassa est une langue Kroue.

Alphabet Bassa.jpg

Des initiatives sont mises en place pour faciliter et promouvoir l'apprentissage de la langue Bassa mais également de sa culture en fonction des contextes. C'est le cas de la promotion des proverbes Bassa, de la publication de la grammaire bassa, des contes Bassa, du dictionnaire bassa-français, du dictionnaire allemand-bassa,du dictionnaire bassa-anglais ou de la plateforme participative et interactive Je parle Bassa 2.0.

► Religions

L'expansion coloniale a introduit deux religions principales dans les territoires Bassa : le catholicisme et le protestantisme notamment l'Église presbytérienne camerounaise. Le christianisme s'est fortement enraciné dans les territoires Bassa.

La première église catholique au Cameroun fut construite en 1890 dans un village Bassa (Marienberg autrefois appelé Sodikat puis Elog Ngango). Cette présence précoce a engendré des vocations religieuses dans plusieurs familles Bassa. Plusieurs évêques et prêtres de l'église catholique du Cameroun sont issus de la communauté. Les plus connus sont: Meinrad Hebga, Thomas Mongo, Simon Tonyé, Simon-Victor Tonyé Bakot ou Jean-Bosco Ntep.

La zone Bassa fait également partie des bastions de l'Église presbytérienne camerounaise. Pendant le processus de développement de l'EPC, le 1er synode créé en 1953 fut le Synode Bassa Cameroun. La convention, l'un des textes fondateurs de l'EPC, fut rédigé sous la Modération du Révérend Samuel Bikoï II. La communauté Bassa a des centaines de pasteurs dont les plus connus sont notamment les Rév. Albert Théodore Nyemb, Joseph Tjéga Bogol, Abednego Makon ou Emmanuel Benda.

► Littérature

Dans la culture Bassa, les arts de la parole font partie d'une initiation générale à la vie. La production littéraire y est donc remarquable. Elle mêle le désir d'immortaliser la culture locale et la littérature traditionnelle à un engagement qui exprime la colère politique par les mots et dénonce le poids de l'oubli de notre histoire notamment la violence coloniale et la lutte pour les indépendances. Parmi les auteurs qui ont marqué la communauté, on cite Philomène Bassek, Charles Binam Bikoï , Hemley Boum, Meinrad Hebga, Gaston Kelman, Werewere Liking, Benjamin Matip, Marie-Claire Matip, Achille Mbembe, Charly Gabriel Mbock, Emmanuel Soundjock Soundjock et bien d'autres.

► Musique

Danse traditionnelle en pays Bassa.jpg

Socle du patrimoine culturel du Peuple Bassa, l'Assiko, qui allie la musique à la danse, a été rendue populaire par le guitariste Jean Bikoko. D'autres rythmes traditionnels comme le bekele, bisoo, bolobo, dingoma, hilun hi kôba, hikwé, hongo ou ihôňgô, ifon, jingo, kongo, koo, kosso, makune, mandjang, mbaň, mbaye, nding, ngola, nje nku ou le sekele sont joués lors des événements culturels de la communauté. Avec des registres musicaux variés, plusieurs artistes Bassa ont marqué de leur sceau l'histoire culturelle du Cameroun. On citerait Paul Balomog, Blick Bassy, Défense, Asta Djimbe, Fleur Devault, Tchuck Élizé, Viviane Etienne, Olivier de Clovis Bonga, Markus, Martin Kon Mbogol, Joseph Limala, Kristo Numpuby, Roger Samnig, Samson Chaud Gars, Belka Tobis, Tumba Minka et bien d'autres.

► Arts

Vecteur de la pensée, l’art sous toutes ses formes a été valorisé par plusieurs talents de la communauté Bassa pour vivifier et diversifier le patrimoine culturel du Cameroun. De l'architecture à la peinture, en passant par le stylisme, le spectacle, la sculpture et le cinéma, le génie artistique de plusieurs fils du terroir est reconnu à l'échelle internationale à l'instar de Thérèse Ngann, Rigobert Aimé Ndjeng, Nicolas Bissek, Bassek Ba Kobhio, Thomas N'Gijol ou Jean David Nkot.

► Gastronomie

Fruits tropicales en pays Bassa (png).png

Le peuple Bassa a un art culinaire identitaire dont les plats les plus connus sont le Bongo'o, sauce de couleur marron à base de maniguette qui se prépare avec le poisson ou la viande et le Mintoumba qui est un pain de manioc cuit avec de l'huile de palme. A cela s'ajoutent plusieurs plats tout aussi emblématiques tels que Ikok ou Nkôno Ngond. Produit localement, le vin de palme reste la boisson la plus consommée dans les villages pour agrémenter la vie sociale et les cérémonies culturelles.

► Tourisme et festivals

Le territoire Bassa a plusieurs sites et curiosités naturels qui se prêtent aux activités écotouristiques et agrotouristiques tels que la grotte mythique de Ngog Lituba, la chute de Mbilla, les chutes de Ngo Njock Lipo, les Chutes de Mpoume, les chutes de Dipipii ou le Mont Ngodi. L'activité culturelle est également dynamisée au sein de la communauté depuis 1999 grâce au Festival Mbog Liaa qui unit les peuples frères Bassa, Mpoo et Bati.

modifier ]

People.svg Environnement et patrimoine naturel

Le peuple Bassa du Cameroun est un peuple des forêts. Ce groupe ethnique du Cameroun se trouve dans la zone de la Forêt du Bassin du Congo entre 3°45 et le 11°45 de l’est de Greenwich mais aussi entre le 3°05 et le 5° de latitude nord. Avec cette proximité avec la forêt, le Bassa se considère comme faisant partie de la nature qu'il faut préserver d'autant plus qu'elle concoure au bien-être de la communauté. On y trouve également certaines plantes endémiques du Cameroun comme Aphanocalyx hedinii, Cylicomorpha solmsii, Dorstenia angusticornis, Erythrococca patula, Eurypetalum unijugum, Gilbertiodendron zenkeri, Landolphia flavidiflora, Medusandra mpomiana, Maranthes sanagensis, Pierrina zenkeri, Talbotiella ebo, Trichilia zewaldae, Tristemma camerunense, etc.

► Cours d'eau

Illustration palmiers portail Bassa.jpg

La présence de plusieurs cours d'eau tels que Dibamba, Kéllé, le Nyong mais surtout le plus grand fleuve du Cameroun, la Sanaga en font un bassin hydraulique majeur avec tous les cours d’eau affluents.

► Réserves et parcs naturels

Plusieurs espaces forestiers uniques tels que la Réserve de faune de Douala-Edéa, le Massif forestier du Lokoundje – Nyong, le Massif forestier de Ngog Mapubi - Dibang ou la réserve forestière de Mangombé présentent un intérêt écologique singulier avec la présence d'espèces animales ou végétales emblématiques tels que de grands primates bénéficiant d’un statut de conservation et/ou de gestion clairement défini.