Bassek Ba Kobhio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bassek Ba Kobhio
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (61 ans)
Nationalité
Activités

Bassek Ba Kobhio, né le à Nindjé (Ndom) au Cameroun, est un écrivain et un réalisateur camerounais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant d'aborder le cinéma, Bassek Ba Kobhio a fait des études de sociologie et de philosophie. Il a été le responsable des services de la cinématographie à Yaoundé.

En 1991, il tourne Sango Malo, qui obtient en 1992 le Prix du public au 2e Festival du cinéma africain de Milan, en Italie.

Il a créé le festival de cinéma africain Écrans noirs. Il a également participé à une série de courts-métrages initiés par l'ACCT (devenue OIF) d'après les fables de La Fontaine. Il a réalisé un savoureux La Poule aux œufs d'or. Il a également créé des classes de cinéma avec l'aide des services de Coopération culturelle de l'Ambassade de France et de l'Unesco.

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Les Eaux qui débordent : nouvelles, L'Harmattan, 1984
  • Cameroun, la fin du maquis ? : presse, livre et « ouverture démocratique », L'Harmattan, 1986
  • Sango Malo : le maître du canton, L'Harmattan, 1991

Réalisations[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Sango Malo
  • 1994 : Le Grand Blanc de Lambaréné
  • 2003 : Le Silence de la forêt, (adaptation du roman du même nom d'Étienne Goyémidé)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Festival panafricain du cinéma et télévision de Ouagadougou et l'Association des trois mondes, « Émile Bassek Ba Kobhio », in Les cinémas d'Afrique : dictionnaire, Éd. Karthala, Éd. ATM, Paris, 2000, p. 55-56 (ISBN 2-8458-6060-9)
  • Tharcisse Gatwa et Georgina Tsala-Clemençon, Dictionnaire des personnalités célèbres du monde négro-africain, Éditions CLE, 2004, 273 p. (ISBN 9782723501866)
  • « Les 50 personnalités qui font le Cameroun : Bassek ba Kobhio », Jeune Afrique, no 2520-2521, du 26 avril au 9 mai 2009, p. 42

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]