Sanaga-Maritime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sanaga-Maritime
Sanaga-Maritime
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Littoral
Préfecture Édéa
Démographie
Population 167 661 hab. (2001)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Superficie 931 100 ha = 9 311 km2
Subdivisions
Arrondissements 11
Communes 11

La Sanaga-Maritime est un département du Cameroun situé dans la région du Littoral. Son chef-lieu est Édéa.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1957 des militants de l'UPC, confrontés à l'illégalité et à la répression, commencent à prendre le maquis en Sanaga-Maritime. La région propose un terrain plutôt favorable à la guérilla : peu de routes carrossables et une ligne de chemin de fer unique, ce qui rend difficile les manœuvres des troupes de l'administration coloniale française[1].

La guérilla s'organise tant bien que mal, avec ses « généraux » et ses « capitaines » à la tête de « régiments » (150-200 guérilleros) et « bataillons » (50 guérilleros). L'armement est très vétuste : quelques fusils et pistolets dérobés, mais essentiellement des machettes, gourdins, arcs et flèches[1].

Pour répondre à la rébellion, l'administration française met en place la ZOPAC, véritable « plan d'ensemble » destiné, selon les mots de responsables français, à « faire participer la population par tous les moyens à notre action », « dresser la population contre l'UPC », « organiser des patrouilles d'habitants pour compromettre les gens [...] collectivement », « recenser tous les chômeurs des villes afin de les emprisonner pour vagabondage ou les reconduire dans leur villages »,«  épurer d'administration des éléments troubles », « utiliser à fond la propagande chuchotée », etc[1].

La création de « milice d'autodéfense » composées de villageois locaux est ordonnée par le commandement militaire français. Le général Lamberton fait savoir que « tout hameau dont la population attaquée ne se défendrait pas s'expose à des sanctions pouvant aller jusqu'à la déportation. » Certaines milices adoptent un comportement extrêmement violent, en particulier celles dirigées par Pierre Dimalla (ex dirigeant du parti pro-français Esocam) et Jacques Bidjocka (chef supérieur d'Eséka). Ce dernier reconnaitra avoir fait exécuter plus de 600 personnes, souvent jetées vivantes, des pierres attachées au coup, dans la Sanaga[1].

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Le département est découpé en 11 arrondissements et/ou communes[2] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Décret n°2007/115 du 13 avril 2007 et décret n°2007/117 du 24 avril 2007

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]