Blick Bassy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Blick Bassy
Naissance
Cameroun
Activité principale Chanteur, compositeur, guitariste, percussionniste

Blick Bassy est un chanteur, auteur-compositeur, producteur, guitariste et percussionniste camerounais. Né en 1974, il a grandi à Yaoundé au Cameroun[1]. Ex membre du groupe Macase qu'il fonde en 1996, il commence sa carrière solo en 2006 et compte aujourd'hui 4 albums dont le tout dernier intitulé 1958 est sorti en 2019[2]. Blick Bassy est lauréat de plusieurs prix prestigieux dont le Grand Prix SACEM des Musique du Monde en 2019[3].

Enfance[modifier | modifier le code]

Originaire de l'ethnie Bassa, Blick Bassy est issu d’une famille nombreuse. À l'âge de dix ans, il est envoyé auprès de ses grands-parents à Mintaba. Pendant les deux années passées dans ce village, Blick Bassy se familiarise avec les coutumes, les musiques et la culture traditionnelles de même que les activités agricoles, la chasse et la pêche. Son séjour au village est rythmé par l'art musical et il y découvre l'Assiko, le Bolobo ou le Mbaye[1].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

L’artiste, bercé par les rythmes et musiques traditionnels, a également exploré plusieurs types musicaux. Il connaît une ascension musicale fulgurante. Au début de sa carrière, Blick Bassy crée deux groupes musicaux. À l'âge de 17 ans alors qu'il était encore lycéen, il crée le groupe, The Jazz Crew, qui a connu un succès au Cameroun. En 1996, il fonde le groupe Macase et entame une nouvelle expérience musicale. La musique du groupe Macase qui mêle les rythmes bantoues, au Jazz et au Soul assure la notoriété de Blick Bassy avec la sortie de deux albums: Etam en 1999 et Doulou en 2003. Le groupe Macase obtient de nombreux Prix au niveau national et international tels que le Prix RFI Musiques du Monde et le Meilleur groupe par MASA en 2001 ; le Meilleur Nouveau Groupe africain aux Kora Prix et le Prix CICIBA en 2003.

En 2004, il produit l'album Si tu vois ma go du rappeur camerounais Koppo[4].

En 2005, il décide de poursuivre sa carrière en solo et s’installe à Paris. En 2009, il sort son album, Léman, enregistré au studio de Salif Keita à Bamako au Mali. Chanté en français, en anglais et en Bassa, Léman retrace les voyages de l'artiste. Cet album est finaliste du Prix RFI Musiques du Monde[5]. En mai 2011, il produit l'album Hongo Calling[6], qui est le cheminement et l'hommage qu'il rend à un rythme traditionnel Bassa, le Hongo. Dans cet album, Blick Bassy lit dans un style singulier les rythmes de son terroir au Soul et au Funk et retrace par la même occasion l'itinéraire des esclaves du Cameroun vers le Brésil[7] qui emportaient avec eux leurs musiques[1]. en 2015, il produit son troisième album intitulé Akö , qui est salué par la critique[8].

En 2019, il sort un quatrième album intitulé 1958 (chez No Format/Tôt ou Tard), dans lequel il rend hommage à Ruben Um Nyobe, héros de la résistance anti-coloniale camerounaise[9]. Il remporte avec cet l'album le Grand Prix Musique du monde de la Sacem en novembre 2019 [10],[11],[3]. L'album 1958 remporte également le prix du Meilleur Album catégorie Afrique aux Songlines Music Awards 2020[12] ,[13] du célèbre magazine britannique Songlines .

Albums[modifier | modifier le code]

2009 : Léman

2011 : Hongo Calling

2015 : Ako

2019 : 1958

Prix et Récompenses[modifier | modifier le code]

2019: Grand Prix  Musique du Monde, Sacem 2019

2020 : Meilleur album (catégorie Afrique), Songlines Awards 2020

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

En 2016, il publie un premier roman, Le Moabi cinéma, paru chez Gallimard[8]qui remporte la même année le Grand Prix Littéraire d'Afrique Noire[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Portrait : Blick Bassy, chanteur et bien d’autres – Cameroun », sur jewanda-magazine.com, (consulté le 7 juillet 2016)
  2. « Avec son nouvel album, "1958", Blick Bassy questionne les révoltes d’hier et celles d'aujourd'hui », sur www.franceinter.fr (consulté le 19 mai 2020)
  3. a et b A. F. P. agence, « Le palmarès des Grands Prix 2019 de la Sacem dévoilé », sur Le Figaro.fr, (consulté le 19 mai 2020)
  4. « Bonaberi.com : A la découverte de Koppo », sur Bonaberi.com (consulté le 19 mai 2020)
  5. « RFI Musique - - Cameroon - Blick Bassy - “discovered” at last! », sur www1.rfi.fr (consulté le 19 mai 2020)
  6. « Blick Bassy : Hongo calling », sur rfimusique.com, (consulté le 6 juillet 2016)
  7. Michelle Nougoum, « L’hommage de Blick Bassy à la musique traditionnelle bassa », sur afrik.com, (consulté le 6 juin 2016)
  8. a et b Clarisse Juompan-Yakam, « Cameroun : Blick Bassy, boss bassa », sur jeuneafrique.com, (consulté le 7 juillet 2016)
  9. « Blick Bassy redonne vie à une figure du Cameroun éliminée par la France en 1958 », Fanny Pigeaud sur mediapart.fr, 31 mars 2019.
  10. (en) « Blick Bassy primé par les Grands Prix Sacem 2019 », sur Music In Africa, (consulté le 19 mai 2020)
  11. « Grands prix de la Sacem : Blick Bassy remporte le Grand prix des musiques du monde », sur Journal du Cameroun, (consulté le 19 mai 2020)
  12. « Cameroon-Info.Net:: Cameroun - Musique/Awards: Le musicien Blick Bassy récompensé par les Songlines Awards », sur www.cameroon-info.net (consulté le 19 mai 2020)
  13. (en) « Blick Bassy, Bassekou Kouyaté win Songlines Music Awards », sur PAN AFRICAN VISIONS, (consulté le 19 mai 2020)
  14. Lire en ligne Grand Prix Littéraire d'Afrique Noire, liste des lauréats

Liens externes[modifier | modifier le code]