Édéa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Édéa
Blason de Édéa
Héraldique
Édéa
Cathédrale d'Edéa et le fleuve Sanaga
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Littoral
Département Sanaga-Maritime
Maire Albert Nlend
Démographie
Population 122 300 hab. (est. 2001)
Densité 679 hab./km2
Géographie
Coordonnées 3° 48′ nord, 10° 08′ est
Altitude 35 m
Superficie 18 000 ha = 180 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Édéa
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Édéa

Édéa est une communauté urbaine[1], chef-lieu du département de la Sanaga-Maritime dans la région du Littoral au Cameroun. La ville s'est développée à partir des années 1950 grâce à sa zone industrielle sur le fleuve Sanaga et le long du transcamerounais, chemin de fer reliant Douala à Yaoundé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située sur la route nationale 3 à 61 km au sud-est du chef-lieu régional Douala, la ville est un des rares points de passage permettant le franchissement de la Sanaga entre Douala et Yaoundé.

Aux alentours de la cité, se trouvent de nombreuses fermes cultivant bananiers, palmiers ou cacaoyers. La Communauté Urbaine d'Edéa se trouve à la commune d'arrondissement d'Edéa 1. La commune d'arrondissement d'Edéa 1 est limitrophe au nord par la mairie de Ngwei, au sud par Edéa 2 et à l'est par la mairie de Fifinda. Edéa est composé essentiellement de 3 cantons, le canton Adiè , le canton Yassoukou et le canton Malimba d'Edéa . La population d'Edéa est essentiellement rurale. Edéa abrite également la Chefferie supérieure du 1er degré avec Sa Majesté Tchombé Dong Willam comme chef Adiè et deux Chefferies de supérieures de 2nd degré avec Sa Majesté Bayeme Ndjembe Gabriel de Yassoukou et Sa Majesté Matanda Jacques Chef du canton Malimba d'Edéa .

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Un pont allemand d'Édéna a été jusqu'au début des années 1980 l'unique point de passage du train, des véhicules et des piétons, sur une seule voie. Il vient d'être aménagé en piste cyclable.

Edéa est une ville industrielle connue principalement pour son industrie de l'aluminium. Une usine fut implantée sur une île formée par un bras de la Sanaga pour profiter d'une chute d'eau permettant de produire de l'électricité grâce au barrage hydroélectrique d'Édéa. Ce fut pour cette raison la première ville électrifiée du Cameroun et fournira 80% de l'électricité du pays lui valant ainsi le nom de "Ville Lumière"[2]. La production d'aluminium a commencé en 1957, l'usine appartenant alors à la Compagnie camerounaise d'aluminium (Alucam), une société créée conjointement par Pechiney et Ugine. Il y a aussi une industrie mécanique et une mine de bauxite.

Villages[modifier | modifier le code]

Les deux communes d'arrondissement incluent également les villages suivants :

Édéa Ier
Édéa IIe

Administration[modifier | modifier le code]

Le , par décret no 2007/115, le chef de l’État, Paul Biya créait 51 nouveaux arrondissements, ce qui porte le nombre total de ces unités administratives à 319 sur l’ensemble du territoire camerounais. Édéa (Région du Littoral) se compose de deux arrondissements à savoir Édéa 1 et Édéa 2[3].

Commune Chef-lieu Superficie
(km2)
Population
(2018)
Groupements
Édéa 1er Pongo 1 009 64 761 Édéa Ville • Bakoko Adié • Yassoukou
Édéa 2e Ékité 781 13 539 Édéa Ville • Longasse • Malimba • Ndogbianga • Yassoukou
Édéa 1 790 78 330

La commune mixte urbaine d'Édéa est créée en 1950[4]. La commune rurale est instaurée en 1956. La commune urbaine est instituée à partir de 1996. Depuis 2008[5], la Communauté Urbaine d'Edéa (CUED) constituée de deux communes d'arrondissement est dirigée par un délégué du gouvernement puis par un maire élu à partir de 2020.

Maires et Délégués du gouvernement d'Edéa
Période Identité Étiquette Qualité
31 aout 1958 Novembre 1963 Henri Dikanda UNC  
24 novembre 1963 Octobre 1969 Simon Abbé Mboglé UNC  
12 octobre 1969 Juillet 1987 François-Xavier Mbouma UNC  
31 juillet 1987 François Eyiké RDPC  
Luc Loe   Délégué du gouvernement
Luc Loe   Délégué du gouvernement
2001 2003 Emmanuel Minoué   Délégué du gouvernement
Dieudonné Nzoké   Délégué du gouvernement
En cours Emmanuel Albert Nlend RDPC Maire

Chefferies traditionnelles[modifier | modifier le code]

La ville d'Édéa compte 3 chefferies  : l'unique chefferie traditionnelle de 1er degré du département de la Sanaga maritime[6] et deux chefferies de 2ième degré.

  • Chefferie 1er degré Bakoko-Adiè
  • Chefferie 2ième degré Malimba
  • Chefferie 2ième degré Bakoko-Yasuku

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution démographique est relevée par les recensements de la population[7].

Évolution démographique
1976 1987 2001
25 40050 700122 300

Éducation[modifier | modifier le code]

Enseignante du primaire à Edéa au Cameroun

Sur le plan éducatif, Édéa est dotée d'importantes infrastructures scolaires et d'enseignants qualifiés.

Écoles Maternelles[modifier | modifier le code]

  • Vendeuses dans une école primaire à Edéa au Cameroun
    Publique francophone : 10
  • Publique anglophone : 1
  • Catholique : 3
  • Protestante : 1
  • Laïque : 6

Écoles Primaires[modifier | modifier le code]

  • Publique francophone: 34
  • Publique anglophone : 3
  • Catholique : 3
  • Protestante : 2
  • Laïque : 3

Culture[modifier | modifier le code]

Limite communale

Édéa est l'une des villes du Cameroun qui abrite chaque année un évènement culturel de renommée nationale et même internationale. Cet évènement c'est le Mpoo. Regroupant les fils Mpoo, il se célèbre pendant le mois de décembre. Il se manifeste par une foire culturelle et plusieurs activités telles que la course de pirogues, l'élection de miss Mpoo, la lutte traditionnelle et autres. Toutes ces activités servent à pérenniser la culture Mpoo.

Route en terre de Dizangué à Edéa au Cameroun

Qui sont les Elog-Mpoo ? Lorsque les locuteurs de la langue bakoko utilisent le préfixe Elog, ils pensent "ceux de...", "les gens de...". Ce préfixe s'utilise généralement pour parler des hommes ou des peuples, et s'entend, les descendants ou ceux de la famille de... Il se rattache par conséquent toujours à une personne physique, ancêtre éponyme proche ou éloigné d'un groupe. Selon l'idiome utilisé bakoko , il se décline dans les variantes Elog..., Ya ou encore Ndog. Dans le cas particulier des Elog Mpoo, cette appellation n'est pas entièrement juste parce qu'elle rassemble sous le même patronyme les descendants de Mpoo lui-même, ceux de ses collatéraux (les Badjob, descendants de Njob Mbang, les Bisso'o, descendants Nso'o Mbang, les Yapeke, descendants de Peke Mbang, et même ceux de ses parents proches, oncles ou cousins selon les chercheurs, les Mbang). Cet amalgame apparent est cependant justifié par un usage coutumier qui regroupe autour d'un homme illustre l'ensemble de sa famille, voire de son lignage. Les Elog-Mpoo sont donc un ensemble de 14 lignages majeurs aujourd'hui considérés comme des clans. Dans l'ordre alphabétique, les clans Mpoo sont les suivants : les Adie, les Badjob, les Bakoko du Moungo, les Bakoko du Wouri, les Bisso'o, les Dibom, les Mbang, les Ndog Bisso'o, les Ndonga, les Yabii, les Yakalag, les Yambong, les Yasuku et les Yawanda.

Religion[modifier | modifier le code]

Vue panoramique en plongée de la cathédrale Simbanematick à Edéa au Cameroun

Le catholicisme camerounais est né sur les rives de la Sanaga avec l'arrivée des pères pallottins allemands à Marienberg, en . La mission catholique d'Édéa est fondée l'année suivante en août 1891. Les Pères Vieter et Walter sont accueillis par le roi Bome d'Édéa, ce dernier avait refusé leur installation en 1890, alors qu'ils cherchaient le lieu d'établissement de la première station missionnaire catholique camerounaise[8]. La ville est avec sa cathédrale du Sacré-Cœur d'Édéa le siège d'un diocèse catholique érigé en 1993 par le Pape Jean-Paul II[9].

Politique[modifier | modifier le code]

A Édéa 1er[modifier | modifier le code]

  • Maison coloniale servant à l'administration à Edéa au Cameroun
    Nombre des conseillers municipaux : 25
  • Configuration politique du conseil municipal (nombre de conseillers municipaux par parti en 2016) :

A Édéa 2e[modifier | modifier le code]

En 2016, Édéa 2e compte 25 conseillers municipaux. La totalité d'entre eux est originaire du RDPC.

Santé[modifier | modifier le code]

Centres de santé intégrés[modifier | modifier le code]

  • C.S.I Beon
  • C.S.I Dehane
  • C.S.I Delangue (CMA)
  • C.S.I Batombe
  • Jeune infirmière à Edéa au Cameroun
    C.S.I Plateau Administratif

Centres de santé[modifier | modifier le code]

  • C.S. EPC Elogbele
  • C.S. ALUCAM

Dispensaires[modifier | modifier le code]

  • Dispensaire Catholique ferme Suisse
  • Dispensaire AES/SONEL
  • Dispensaire garnison
  • Dispensaire St Joseph
  • Dispensaire Ad Lucem
  • Dispensaire SOCAPALM

Cliniques[modifier | modifier le code]

  • Clinique La Pitié
  • Clinique Suzanne MPOUMA
  • Cabinet Médical T. Charles
  • C.D.S.M.

Hôpital[modifier | modifier le code]

  • Hôpital régional annexe d’Edéa

Pharmacies[modifier | modifier le code]

  • Pharmacie Ambre
  • Nouvelle Pharmacie de la Sanaga
  • Pharmacie du Peuple

Économie[modifier | modifier le code]

Les camions de livraison de marchandises à Edéa au Cameroun
Livraison de boisson à Edéa au Cameroun

La zone industrielle d'Édéa avec son barrage hydroélectrique mis en service en 1954 et l'usine de la Compagnie camerounaise d'aluminium (Alucam) produisant de l'aluminium depuis 1957, constituent un des premiers sites industriels d'Afrique centrale[10].

Personnalités nées à Édéa[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à Édéa[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2008/025 du 17 janvier 2008 portant création de la communauté urbaine de Edéa, in Cameroon Tribune, no 9018 du vendredi 18 janvier 2008, p. 5
  2. « Edéa I », sur Sanaga Maritime Info, (consulté le )
  3. « 21 arrondissements », sur cameroon-info.net, (consulté le )
  4. Arrêté n°431 du 31 août 1950
  5. CVUC, Décret N° 2008/018 du 17 janvier 2008, création de la communauté Urbaine d’Edéa
  6. Ministère de l'administration du territoire Annuaire statistique 2015
  7. Recensements de la population du Cameroun en 1976, 1987, 2005
  8. Alban Bensa, Les conditions matérielles de la mission -contraintes, dépassements et imaginaires XVIIe-XXe siècles p.349, Editions Karthala, 2005
  9. (la) Contitutions apostoliques, [ http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/la/apost_constitutions/documents/hf_jp-ii_apc_19930322_edeana.html In Cammarunia Nova Conditur Dioecesis Nomine Edeana], 1993
  10. Etienne Aussillous, Le Monde, L'usine d'aluminium d'Édéa ouvre la voie à l'industrialisation de l'Afrique noire, 11 mars 1957

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Édéa Ier, sur le site Communes et villes unies du Cameroun (CVUC)
  • Édéa IIe, sur le site Communes et villes unies du Cameroun (CVUC)