Barrage hydroélectrique de Song Loulou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Barrage hydroélectrique de Song Loulou
Géographie
Pays
Région
Coordonnées
Cours d'eau
Objectifs et impacts
Vocation
production électrique
Opérateur
Date du début des travaux
Date de mise en service
Centrale(s) hydroélectrique(s)
Puissance installée
384 MWVoir et modifier les données sur Wikidata
Production annuelle
2 796 GWh ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Facteur de charge
83 %
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
(Voir situation sur carte : Cameroun)
Géolocalisation sur la carte : région du Littoral
(Voir situation sur carte : région du Littoral)

Le barrage hydroélectrique de Song Loulou est la plus importante centrale hydroélectrique du Cameroun. Implantée sur la Sanaga dans la commune de Massock-Songloulou, à environ 55 km au Nord-Ouest et à l'amont d'Édéa, la centrale hydroélectrique de Song Loulou a une capacité de 384 MW. Sa côte de retenue est de 528 m.

Historique[modifier | modifier le code]

Le chantier de construction du barrage de Song Loulou fut ouvert en 1976[1]. Le barrage hydroélectrique de Song-Loulou fut inauguré le par le Président de l'époque Ahmadou Ahidjo[2].

Construction[modifier | modifier le code]

Ses installations présentent des fissures dues au vieillissement. Dans une lettre ouverte du , le Syndicat National des Travailleurs du Secteur de Développement des Ouvrages de Production, de Transport et de Régulation de l’Électricité a tiré la sonnette d'alarme sur l'état sécuritaire du barrage hydroélectrique de Song Loulou au regard du vieillissement du matériel d’installation et de la dégradation des murs de soutènement du barrage de Song Loulou[3].

Gestion[modifier | modifier le code]

Légende
Centrales hydroélectriques existantes
Centrales hydroélectriques en projet
(192 Mw) Capacités installées (en Mégawatts)

La gestion, qui a successivement assurée par la SONEL puis AES Sonel puis Eneo est progressivement transférée à partir d'août en 2015 à Electricity Development Corporation, avec les barrages de retenue de Mbakaou, de Bamendjing et de la Mapé. Dans le même temps, Eneo s'engage à financer une première tranche de travaux d'urgence, pour un montant de 11 milliards de F CFA (16,77 millions d’euros)[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le barrage hydroélectrique de Songloulou », sur eneocameroon.cm (consulté le )
  2. Ediafric, L'Industrie camerounaise, La Documentation africaine, , 249 p.
  3. Arthur Bilounga, « Cameroun - Energie: Le barrage hydroélectrique de Song Loulou menacé par une rupture de fonctionnement », sur cameroon-info.net, (consulté le )
  4. Omer Mbadi, « Cameroun : Eneo va investir 11 milliards de F CFA pour réhabiliter le barrage de Song Loulou - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Girod (dir.). L'énergie en Afrique: la situation énergétique de 34 pays de l'Afrique subsaharienne et du Nord. Karthala Éditions, 1994 - 467 p.
  • Serge Alain Godong. Implanter le capitalisme en Afrique: bonne gouvernance et meilleures pratiques de gestion face aux cultures locales. Karthala Éditions, 2011 - 231 p.
  • Niat, N. & Dejoux, A. & Bozetto, P. Les ouvrages de retenue de l'aménagement hydro-électrique de Song Loulou (République Unie du Cameroun) dans "Travaux", , n. 564

Articles connexes[modifier | modifier le code]